Thésée et le Minautore

Bottet (B.) et Harel (E.), Thésée et le minotaure. – Paris : Casterman, 2019. -46p. – ISBN : 9782203198517

Crédit image. Première de couverture – Casterman

           Cette bande dessinée est un récit en images du mythe de Thésée combattant le Minotaure. Il y a 6 chapitres, chacun précédé d’un texte introductif qui dramatise l’épisode. L’histoire commence par la conception de Thésée, son enfance, ses premiers exploits et sa reconnaissance, puis le chapitre 2 relate parallèlement la conception, la naissance du Minotaure et son enfermement dans le labyrinthe ; le chapitre 3 raconte le départ de Thésée pour la Crète, avec les jeunes Athéniens offerts en tribut ; à l’arrivée en Crète (chapitre 4), Ariane s’éprend de Thésée et lui offre la pelote de fil et un poignard ; Thésée combat et vainc le monstre et le navire athénien repart (chapitre 5) ; au retour, Thésée abandonne Ariane à Naxos, oublie de changer la couleur des voiles et provoque le suicide d’Égée (chapitre 6). Quelques pages en fin de volume présentent un point de civilisation sur Thésée, Athènes et la Crète, ainsi qu’un petit glossaire des noms propres.

Crédit image. Casterman

Il s’agit d’un ouvrage pédagogique destiné aux enfants, faisant partie d’une collection « la Mythologie en BD », du même auteur (Béatrice Bottet, qui a écrit beaucoup de livres pour la jeunesse), qui se veut fidèle aux évènements du récit mythique tels qu’ils sont racontés notamment par Plutarque. Le langage des bulles n’est ni trop moderne, ni archaïsant, et est facilement compréhensible ; les dialogues ne sont pas dénués d’humour. La figuration du labyrinthe rappellera aux jeunes lecteurs les images du film du même nom. Le dessin est relativement sobre, dans un style assez moderne, avec un effort sur l’expressivité des visages ; les décors sont évoqués à grands traits en arrière-fond.

La dessinatrice a fait un travail remarquable pour chercher les images antiques pouvant servir de support à l’illustration moderne. Les spécialistes de l’art antique reconnaîtront les modèles de certaines images (Aphrodite au cygne p. 12, danse de la grue p. 34, Bacchus au thyrse p. 37). Un effort particulier est fait pour restituer les vêtements d’époque, réussi surtout dans les robes crétoises de Pasiphaé et d’Ariane. Quant à Minos, il est représenté à partir d’une fresque du palais de Cnossos. Les guerriers minoens, en revanche, avec leurs chapeaux à plumes (p. 28), ressemblent un peu aux guerriers du grand Inca dans Le temple du Soleil. Le palais de Cnossos, p. 25, est fidèle aux reconstitution que l’on a l’habitude d’en voir. En revanche, à l’époque de Thésée, le Parthénon n’était pas encore construit (p. 9 et 40), et l’Acropole n’avait pas l’aspect qu’elle acquit sous Périclès : Thésée, pour les Grecs, est censé avoir vécu au treizième siècle av. J.-C. selon le Marbre de Paros (IG XII, 5, 444). C’est à lui qu’on attribue le synoecisme d’Athènes, l’unification de la cité à partir des diverses bourgades (Plutarque, Vie de Thésée, 24).

L’ouvrage est destiné aux enfants, dans une perspective platonicienne : il évacue tout ce que le mythe pourrait avoir de choquant pour les âmes tendres, dans le caractère et les actions du héros. La narration, bien qu’imagée, est ainsi d’une grande pudeur quant à la conception du Minotaure ; l’abandon d’Ariane à Naxos est le résultat d’un souhait de Dionysos, et non de la légèreté de Thésée, pourtant un trait important de son caractère, qui est à peine suggéré p. 7 ; silence sur l’enfermement de Dédale dans le Labyrinthe, sur Phèdre qui n’apparaît pas du tout aux côtés de sa sœur. Et pourtant, pas d’ellipse sur la cruauté violente de Sinis, Sciron, Cercyon p. 8, ni sur le fait que le Minotaure se nourrisse de chair humaine p. 14. C’est la figure héroïque de Thésée qui est remaniée, dans un sens compatible avec l’idée que l’on se fait actuellement de la vertu morale du héros, qui ne doit avoir aucune tache, et de la valeur éducative de l’exemple. Ainsi, la dernière vignette affirme « Il se montra un excellent souverain, aussi sage que juste », alors que Plutarque disait en introduction : « Tous deux (Thésée et Romulus), ils ont enlevé des femmes. Ils n’échappèrent ni l’un ni l’autre aux malheurs privés et aux tragédies familiales, et à la fin de leur vie, tous deux se heurtèrent, dit-on, au mécontentement de leurs propres concitoyens » (trad. A.-M. Ozanam 2001). Mais les quelques pages d’explication situées à la fin comblent les blancs que nous avons soulignés en suggérant la lecture d’autres mythes liés à Thésée (Antiope, Phèdre), et donnent un aperçu sur les monstres hybrides de la mythologie grecque (centaures, satyres, sphinx, sirènes) et sur la civilisation minoenne.

            Cette bande dessinée peut être lue comme une introduction à la mythologie grecque ; elle est une porte ouverte sur d’autres sources de cette discipline.

Valérie Gitton-Ripoll

Université de Toulouse 2

Citer cet article comme : Valérie Gitton-Ripoll, à propos de Thésée et le Minautore, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 16/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/18991.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search