Démocratie

Papadatos (A.), Di Donna (A.), Kawa (A.), Démocratie. – Paris : La Librairie Vuibert, 2015. – 240 p. – ISBN : 978.2.311.00462.5

Crédit image. Alecos Papadatos

Guerre contre les tyrans, manipulation des prophéties de la Pythie à Delphes, troubles au sein de la cité et complots politiques : l’ambitieux roman graphique Démocratie remplit son programme en donnant à voir l’avènement de la démocratie à Athènes de la mort d’Hippias aux Guerres Médiques.
Une carte en double page d’ouverture permet de situer immédiatement l’histoire : nous sommes en 490 avant J.-C., Athènes est en guerre contre Darius, la veille de la bataille contre les Perses. Le récit s’organise en cinq chapitres. Le premier (pages 1 à 56) s’ouvre in medias res sur le campement des Grecs. Léandre revient de son tour de garde : les échanges avec son ami Thersippe ramènent le lecteur à Athènes, des années plus tôt, lorsque Léandre avait seize ans. Dans une analepse, on découvre alors l’insouciance du héros, malgré les mises en gardes de son père sur la situation politique et les mesures prises par les tyrans Hippias et Hipparque qui accablent le peuple. Tout à sa passion pour la peinture, Léandre conclut sa première transaction en Thrace et y rencontre Héro, future prêtresse de la Pythie. De retour à Athènes, l’histoire de Léandre se confond avec celle de la cité : lors de l’assassinat d’Hipparque, le père de Léandre est également tué sur dénonciation, sa maison détruite, et Léandre doit fuir. Le deuxième chapitre « le monde secret » (pages 57 à 108) suit la vie de Léandres à Delphes, où il retrouve Héro devenue prêtresse et découvre le fonctionnement des oracles, de même qu’il rencontre Clisthène, l’Alcméonide. Le troisième chapitre « Souvenirs à vendre » s’attache aux temps troubles qui secouent Athènes ainsi qu’à la carrière de Léandre, qui progresse rapidement et dont le chemin recroise celui de l’assassin de son père (pages 109 à 140). Le quatrième chapitre « le visage de la Gorgone » (pages 141 à 166) et le cinquième « Sang et Vin » (pages 167 à 203) se focalisent sur l’occupation d’Athènes par le roi spartiate Cléomène, venu à la demande d’Isagoras, la chute de ce dernier et le rappel de Clisthène, afin de mettre en œuvre sa réforme des tribus dans la cité exsangue.

Crédit image. Alecos Papadatos

La construction du récit repose sur des analepses. Chaque chapitre s’ouvre sur Léandre, dans le campement athénien, racontant sa propre histoire qui se mêle à celle de la cité athénienne. Au nombre grandissant d’auditeurs, Léandre fait remarquer que tous connaissent ces événements, mais sur les encouragements de quelques uns, il poursuit son récit jusqu’à l’aube. La dernière planche montre les deux armées qui monte à l’assaut.
Après un mot de remerciement (page 204), Abraham Kawa explique dans « Dessiner d’après l’Histoire » (page 205-206) le choix de raconter les origines de la démocratie athénienne, la naissance de ce régime politique à travers les yeux de Léandre : « Nous avons donc choisi un homme ordinaire, un jeune homme qui incarne les sentiments humains intemporels face à l’idéal démocratique ». Un lexique offre ensuite au lecteur dans les « Commentaires » (pages 207-234) des informations utiles sur les institutions de la cité athénienne comme le Conseil des citoyens, sur les lieux, les personnages ou encore des expressions telles que « Aller aux corbeaux », appareillage extrêmement utile pour les lecteurs moins au fait du fonctionnement politique de la cité athénienne entre la tyrannie et la mise en place progressive de la démocratie. La seule réserve concerne cette partie qui constitue un index : rien n’y renvoie pendant la lecture, sans doute pour ne pas alourdir les planches.
Le choix d’un récit initiatique, focalisé sur un (jeune) homme ordinaire pris dans les soubresauts de l’histoire athénienne, permet d’élargir la lecture de ce roman graphique aux adolescents sans le limiter aux adultes. On suit en effet avec intérêt son parcours, les rencontres qui le forgent, les doutes, les hésitations et sa difficulté à trouver un idéal pour lequel se battre, avant de le défendre au final devant son auditoire nocturne à la veille de la bataille contre les Perses. Le lectorat adulte appréciera dans le récit les compromissions nécessaires et conditions parfois un peu troubles (on pense ici aux manipulations des prophéties delphiques et du rôle des prêtres) qui permettent l’avènement de la démocratie. Car malgré le parti pris de la fiction, le roman graphique expose dans toute sa complexité le jeu des alliances, les complots, les intérêts personnels qui se mêlent à ceux de la communauté, en un mot : la politique. Et c’est sans doute dans ces passages précisément que le roman graphique résonne avec notre actualité, comme le soulignait Abraham Kawa: « Car loin d’appartenir au passé, l’histoire de la démocratie est un combat actuel, quotidien » (page 206).

Crédit image. Alecos Papadatos

L’ouvrage se clôt sur les dettes des auteurs qui citent leurs sources et les influences à l’œuvre dans ce roman graphique : en sus des auteurs anciens, la lecture de la littérature critique a visiblement beaucoup aidé à reconstituer très fidèlement certains points, tels que les châtiments encourus pour les différents crimes. Très documenté, la bande dessinée parvient à faire prendre corps à la naissance d’une idée, l’idéal démocratique. On retrouve ici la démarche de Logicomix où étaient exposés la recherche des fondements théoriques des mathématiques à l’orée du XIXe siècle.

 

Catherine Psilakis,

Université Lyon 1

Citer cet article comme : Catherine Psilakis, Démocratie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/19039.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.