Et si vous lisiez Théognis!

Et si vous lisiez Théognis ? Érotisme et politique au banquet aristocratique

La tradition attribue à Théognis de Mégare, un poète grec du VIe siècle avant notre ère, un recueil d’un peu moins de mille quatre cents vers, les Theognidea. Cette œuvre, composée en distique élégiaque, aborde de nombreux thèmes : le poète évoque les malheurs de l’exilé, l’opposition entre les agathoi et les kakoi, la rude pauvreté et la nécessaire richesse, le vice de la démesure et la vertu de la modération, la malheureuse vieillesse et la légère jeunesse, la fidélité et la trahison des amis, les évolutions politiques entre les tyrans et les aristocrates, la gloire des bons soldats. Les Theognidea sont très souvent mobilisés par les historiens modernes dans des études traitant de la situation politique et sociale de la Grèce archaïque du VIe siècle. Pourtant, le corpus présente également un grand nombre de distiques élégiaques qui traitent de thèmes différents : certains vers expriment l’élan érotique du poète pour un jeune homme, un paîs. L’érotisme, le politique et le moral s’entremêlent dans l’ensemble du corpus.

En raison de considérations morales propres à leur époque, les copistes byzantins des IXe et Xe siècles de notre ère ont pris soin d’isoler une partie des vers érotiques dans un autre livre, le livre II, voire, pour certains de les supprimer : des quarante cinq manuscrits conservés (dont cinq seulement font autorité), seul le Parisinus suppl. gr. 388 datant du Xe siècle et découvert en 1815, nous a transmis les vers érotiques du livre II1. Cette distinction entre les sujets érotiques et socio-politiques, largement postérieure à l’époque archaïque, ne faisaient pas sens pour les Anciens : il convient de considérer l’ouvrage dans son ensemble, sans ces divisions anachroniques.

Kylix à figures rouges, vers 500 av. J.-C. Athènes, Musée national, 1357. Un homme allongé sur une banquette caresse d’une main un lièvre et, la tête penchée en arrière, chante : « Ô le plus beau des garçons ». Les lettres semblent sortir de sa bouche : ô paidon kalliste apparaît également dans des poèmes de Théognis et d’Alcée destinés au symposion.

Depuis le XVIe siècle, la question de l’ « autorité » de l’œuvre fait l’objet de travaux d’historiens et de philologues. Les hypothèses sont nombreuses et parfois divergentes, mais il est actuellement admis que le recueil n’est pas entièrement dû à Théognis et que les pratiques de récitation et de chant de vers élégiaques durant les banquets ont pu contribuer à sa composition. Le contenu décrit dans ses vers permet de dater la composition du corpus à la fin de la période archaïque, entre 640 et 480 avant notre ère

environ2, mais les vers ont continué à circuler dans les cercles culturels notamment athéniens au cours du Ve siècle au moins. On parle désormais des Theognidea.

C’est dans les banquets aristocratiques archaïques que les élégies sont chantées, souvent accompagnées de l’aulós. À chaque performance, les vers sont incarnés par un convive différent. En ce sens, le terme Théognis-ego se rapporte au je poétique prononçant ces vers attribués à Théognis, des vers qui constituent des traces de performances dans le contexte sympotique. Quelques vers du corpus évoquent explicitement les diverses activités des banquets :

« Si tu me mettais en demeure, Académos, de moduler un chant gracieux, et qu’à toi et à moi, quand nous rivaliserions de talent, fût proposé pour prix un jeune homme dans la fleur du bel âge, tu apprendrais combien les mulets sont plus forts que les ânes. » 3

Dans ces vers au caractère humoristique, plusieurs éléments sont signifiants. Le poète énonciateur suppose que, s’il rivalisait au chant avec son compagnon Académos, ce dernier serait vaincu. Cette concurrence entre les deux convives explicite le contexte des sociétés agonistiques archaïques où la rivalité culturelle produit une émulation artistique entre les citoyens. Il y a alors un double plaisir à écouter et chanter des vers : le plaisir esthétique du partage de beaux chants et de belles paroles lors d’un banquet, d’une part, et, de l’autre, le plaisir agonistique à se distinguer des autres convives.

Dans les banquets que les vers de Théognis décrivent, la musique, le chant et l’ivresse tiennent une place importante. Les convives évoquent les bienfaits du vin et les plaisirs qu’il procure, certains lui dédient des vers comme on s’adresserait à une divinité, d’autres au contraire rappellent la démesure que cause l’ivresse, et parfois se lamentent de l’état dans lequel ils sont, affligés par l’excès de boisson.

À l’instar du vin, la musique et le chant sont constitutives de ces banquets. Tour à tour, les convives sont amenés à chanter des vers, souvent improvisés, sur des thèmes divers, parmi lesquels l’érotisme et les élans amoureux. Les vers cités plus haut évoquant un agôn musical lors d’un banquet en sont un exemple. Les deux hommes, Théognis-ego et Académos, concourent pour gagner les faveurs d’un paîs, dont la jeune beauté est louée. La jeunesse et la beauté du corps jeune sont des éléments érotiques récurrents dans le corpus. Théognis-ego décrit le désir qu’éveille chez lui les paîdes à la peau lisse, douce, exempte des signes de l’âge :

« Jeune homme, tant que tu auras la joue lisse, je ne cesserai jamais de te caresser, même si je dois en mourir. »4

Dans ce recueil, de nombreux conseils sont adressés à un jeune homme, parfois nommé Cyrnos. En même temps qu’il lui adresse des conseils moraux et politiques, l’énonciateur du poème manifeste la tension érotique à laquelle le soumet Cyrnos, ou un autre jeune homme dont le nom est inconnu. On constate que dans l’ensemble du recueil aucun vers n’évoque un élan érotique suscité chez l’énonciateur pour une femme. Lorsqu’une mention apparaît, c’est pour rappeler qu’il est bon d’avoir une épouse, ou que la mixité entre kakoi et agathoi n’est pas convenable pour un mariage.

Les vers, chantés par l’énonciateur, un citoyen adulte au banquet, évoquent diverses facettes des maux, des jeux et des élans d’erôs. Théognis-ego exprime tantôt son tourment et les malheurs de l’amour, tantôt sa détermination à obtenir la réciprocité désirée, tantôt encore la joie éprouvée en présence d’un beau paîs. Dans la poésie mélique, il est bien rare que le poète énonciateur chante la douceur d’erôs sans révéler les durs maux qu’il provoque – la réciprocité n’est pas chose courante.

Théognis-ego déclame ainsi son asservissement à la force d’erôs, une force dont il est victime mais qui le met en mouvement vers la satisfaction de son désir. Tout un jeu de course poursuite est alors décrit dans les vers.

« Jeune homme, jusqu’à quand me fuiras-tu, quand je te poursuis et te cherche ? Puissé-je voir plutôt ton courroux prendre fin ! Avec ton cœur volage et fier, tu fuis, cruel comme un rapace ! Va, reste, et accède à mes vœux : tu ne garderas pas longtemps le présent de Cypris couronnée de violettes. »5

Le jeune homme fuit tandis que l’amant le poursuit dans l’attente cruelle et rude d’obtenir ses aimables faveurs. Pour tenter de le convaincre, l’amant rappelle que cette belle jeunesse est éphémère, que le jeune paîs est destiné à être un futur amant faisant face aux résistances de son aimé, comme l’est le poète dans l’hic et nunc de la performance. Cette stratégie rhétorique récurrente dans les vers érotiques du corpus témoigne des dynamiques et des mouvements de l’erôs, ainsi que les effets qu’il provoque. C’est ainsi que Théognis, comme le fit Sappho en son temps, dévoile un erôs éveillant des sentiments contrastés : entre douceur et amertume.

« L’amour, jusqu’à ce qu’il soit satisfait, est pour les jeunes gens, Cyrnos, amer et doux, aimable et cruel tour à tour. Satisfait, il n’est que douceur. Sa poursuite échoue-t-elle ? Nul chagrin n’est plus grand au monde. »6

Lire Théognis aujourd’hui, c’est entendre la musique d’une société où erôs et politique n’étaient pas dissociés, et où, malgré les tourments qu’endurent les amants, l’amour ne créait pas d’identité spécifique, distinguant l’anormalité d’une normalité en fonction du sexe de la personne aimée. Le seul scandale d’erôs, c’est le refus de la réciprocité.

Clio Magada,

Université de Strasbourg

1 Franco Ferrari, Teognide, Elegie, Milano, BUR, 1989, p. 52-55.

2 Gregory Nagy et Thomas J. Figueira, Theognis of Megara : poetry and the polis, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1985, p. 1.

3 Théognis, Poèmes élégiaques, v. 993-996.

4 Ibid., v. 1327-1328.

5 Ibid., v. 1299-1304.

6 Ibid., v. 1353-1356.

Sources.

THÉOGNIS, Poèmes élégiaques, trad. Jean Carrière, Paris, Les Belles Lettres, 1948.

TEOGNIDE, Elegie, trad. Franco Ferrari, Milano, BUR, 1989.

Indications bibliographiques.

ALONI Antonio et IANNUCCI Alessandro, L’elegia greca e l’epigramma dalle origini al V secolo, Florence, Le Monnier Università, 2007.

BOEHRINGER Sandra et CACIAGLI Stefano, « L’âge des amours. Genre et réciprocité érotique en Grèce archaïque », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 42-2, 2015, p. 25-52.

CALAME Claude, L’Éros dans la Grèce antique, Paris, Belin, 1996.

COLESANTI Giulio, Questioni Teognidee : la genesi simposiale di un corpus di elegie, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2011.

HALPERIN David M., WINKLER John J. et ZEITLIN Froma. I. (éd.), Bien avant la sexualité : l’expérience érotique en Grèce ancienne, trad. fr. Sandra Boehringer et ali., Paris, EPEL, [1990] 2019.

LEAR Andrew, « The pederastic elegies and the authorship of the Theognidea », The Classical Quarterly, 61-2, 2011, p. 378-393.

NAGY Gregory et FIGUEIRA Thomas J., Theognis of Megara : poetry and the polis, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1985.

SCHMITT-PANTEL Pauline, La cité au banquet, Histoire des repas publics dans les cités grecques, Rome, EFR, 1992.

WINKLER John J., Désir et contraintes en Grèce ancienne, trad. fr. Sandra Boehringer et Nadine Picard, Paris, EPEL, [1990] 2005.

Citer cet article comme : Clio Magada, à propos de Et si vous lisiez Théognis!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/19115.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search