L’Odysée – Les Chemins de la philosophie – France Culture

L’Odyssée d’Homère sur France Culture, 4 émissions de 58 mn le 26, 27, 28 et 29 août 2019 (Les Chemins de la philosophie par Adèle van Reeth)

J’ai naguère lu avec effarement certain petit livre à succès tiré d’une série d’émissions estivales sur France Inter consacrées à Homère ; c’est donc pour moi un grand soulagement d’entendre enfin, sur le texte de l’Odyssée si lointain et si proche, et cette fois sur France Culture, des propos informés, intelligents, dans une présentation vivante. Quatre intervenants se relaient pour évoquer le Poème du Retour. J’ai relevé quelques sujets de discussion – sans lesquels la vie d’un philologue manquerait de sel – mais pour l’essentiel cette belle initiative est une réussite : on ne s’y ennuie jamais, jamais de jargon, mais des échanges personnels et argumentés. L’ensemble est allégé par des musiques et des chansons accordées au sujet, complété de quelques interventions pétillantes de Vladimir Jankélévitch, des souvenirs de Jean Giono et de belles lectures par Thibault de Montalembert. Plus malheureux a été le choix d’une calamiteuse dramatique de France Inter (de 1965) dont les intervenants ne peuvent que souligner la médiocrité. Les questions posées aux intervenants sont toujours pertinentes. Dans l’ensemble, la série d’émissions a été préparée avec soin et compétence, et orientée judicieusement non sur les errances, mais sur le thème du Retour.

26 août 2019 : « La fin d’un monde héroïque » entretien avec Pierre Judet de la Combe

La série s’ouvre heureusement en compagnie de Pierre Judet de la Combe qui expose sa vision de l’Odyssée : on chante le Retour à la vie normale, dans la durée. Les dieux ne font pas tout : le erreurs, les souffrances relèvent désormais de la responsabilité humaine. Ulysse est l’intermédiaire entre le monde des héros et celui de « maintenant » ; il refuse la perfection et l’immortalité. Chaque île représente un aspect de la société ou de la condition humaine. L’île d’Éole est un monde clos sur lui-même. La Phéacie joue un rôle particulier, parce qu’elle est un lieu de Poésie, une utopie en système avec le monde sauvage des Cyclopes où règne le « chacun pour soi ». Ithaque, l’île réelle, est ouverte, dans un monde mouvant. P. Judet de la Combe reconnaît la cruauté du massacre des prétendants, que le Poème constate sans jugement moral.

Judet de la Combe savoure la poésie qui toujours se recommence, comme le linceul tissé par Pénélope, et apprécie l’humour : « Mon nom est Personne (outis) » repose sur un merveilleux jeu de mots qui suggère la mêtis d’Ulysse.

Il pense le plus grand bien de la traduction de Philippe Jaccottet qu’il juge « extraordinaire ». J’en reconnais moi-même la fluidité et l’agrément, mais la légèreté se paye cher : les formules sont éliminées, la phraséologie homérique effacée. À mon avis, c’est la chair même de la poésie traditionnelle qui est ainsi perdue pour une part.

27 août 2019 : « Ulysse le raisonnable » entretien avec Pierre Bergougnoux

Pour P. Bergougnoux, Homère a fondé sur le principe de causalité le récit « rationnel » (par opposition aux mythes proprement dits, dont les personnages peuvent se métamorphoser etc.).

Il oppose « intelligence » et « ruse ». La question qu’on lui pose alors sur les rapports de ces deux concepts est d’autant plus pertinente que la mêtis qui définit Ulysse est justement « l’intelligence rusée ». Un peu plus tard, P. Bergougnoux, à propos de l’évasion hors de l’antre du Cyclope, commet une erreur à première vue sans importance : « personne », ce n’est pas ici oudeis, mais outis (cf. supra). Il garde un grand souvenir de la traduction de V. Bérard.

28 août 2019 : « Récits au féminin » entretien avec Suzanne Saïd

Suzanne Saïd, qui connaît admirablement le sujet, montre l’ambivalence des personnages de Circé et de Calypso, la complexité narrative extraordinaire du Poème qui orchestre des voix multiples – celle de la Muse qui dit « la vérité », celle des acteurs et particulièrement celle d’Ulysse qui est moins garantie (on aurait pu citer ici les récits mensongers du chant XIV). Elle souligne l’intérêt de lire le jeu subtil des formules utilisées dans des contextes différents, mais aussi le caractère concret de la poésie homérique.

J’ai regretté que Mme Saïd ne réponde pas vraiment à la question portant sur les noms propres ; certes, Charybde n’a pas d’étymologie ; mais Skylla dérive de skulax « petit chien ». C’est un monstre-chienne. Surtout, l’occasion était bonne de relever la poétique des noms propres si chère à Homère – le nom d’Odusseus lui-même n’évoque-t-il pas la haine ? Le temps a sans doute manqué.

L’identité d’Ulysse, qu’il entend retrouver, ou reconstruire, c’est son appartenance à un pays, à une lignée. La discussion la plus importante concerne le problème de l’ « intériorité » des personnages. Contre Jacqueline de Romilly, Mme Saïd entend nier cette intériorité : on peut trouver ce jugement abrupt, même pour l’Iliade. L’Achille du chant XXIV, l’Ulysse nostalgique du chant V de l’Odyssée ne me paraissent pas des héros « d’une seule pièce » mais des personnages humains.

29 août 2019 : « Retour à Ithaque » entretien avec Pierre Pellegrin

Pellegrin est un spécialiste d’Aristote : pour lui, l’Odyssée est avant tout politique ; c’est le drame du rétablissement d’une monarchie absolue dans un monde qui a changé. Son point de vue sur Homère est légitime, mais ce n’est pas celui d’un homérisant. Il n’est pas convaincu que le Cyclope n’ait qu’un œil, malgré la logique du texte. J’admets difficilement certaines formules, comme celles-ci : « l’épopée est la maladie infantile de la littérature » ; le massacre des prétendants est un exploit « minable » ; les héros de l’Iliade sont « prévisibles ». Ulysse ne comprend rien à la politique…

Qu’il le veuille ou non, P. Pellegrin regarde l’Odyssée depuis le Politique. Il reconnaît ne pas aimer Ulysse, le pillard cruel, le colonisateur, le massacreur horrible, un « héros des Lumières » avec un versant négatif… L’historien qui en moi ne sommeille que d’un œil frémit devant tant d’anachronismes qu’il faut sans doute entendre cum grano salis.

Je regrette d’ailleurs que les points de vue de l’histoire et de la linguistique n’aient pas figuré au programme de cette série ; que pas un mot (sauf erreur de ma part) n’ait évoqué clairement l’immense tradition orale dont sont nés les Poèmes qui furent confiés à l’écriture et dont sont issues les tragédies du théâtre attique. Mais pour tout dire il aurait fallu des heures et des jours…

Ces entretiens démontrent en tout cas une fois de plus que notre culture s’enracine de façon vivante dans l’Odyssée et dans l’Antiquité comme faisait le lit d’Ulysse dans le sol d’Ithaque.

Pierre Sauzeau,

Professeur émérite – Université Paul Valéry

Citer cet article comme : Pierre Sauzeau, L’Odysée – Les Chemins de la philosophie – France Culture, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/01/2020, https://reainfo.hypotheses.org/19407.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.