Et si vous lisiez l’Economique de Xénophon!

A la fois chef militaire, historien ou encore philosophe, Xénophon est un auteur grec du IVe siècle qui a laissé une œuvre aussi variée qu’abondante. Pouvant se mettre lui-même en scène comme dans l’Anabase où il raconte ses exploits de général, il accomplie également des travaux d’historien comme au sein des Helléniques où il poursuit le récit historique de Thucydide consacré à la guerre du Péloponnèse. Mais il est aussi connu pour ses écrits socratiques. Dans ce genre de discours (logoi socratikoi), il ne s’agit pas de mettre par écrit les enseignements du maître et donc de produire la doctrine socratique. Les auteurs de ces discours utilisent Socrate comme un personnage à qui ils prêtent le plus souvent leurs propres idées. Dans ces écrits, il est un personnage principal qui presque toujours interroge. En effet, il questionne les autres protagonistes sur divers sujets afin de débattre. C’est pour tenter d’apporter leur point de vue sur des sujets débattus que les écoles philosophiques écrivent.

Prenons l’exemple de l’oikonomia. Dans son Économique, Xénophon tente d’apporter son avis sur la question et il n’est pas le seul puisqu’il existe une dizaine d’occurrences faisant référence à cette thématique au IVe siècle av. J.-C1. La prolifération de ces discours « économique » (logos oikonomikos) est un signe du débat qui fait rage à propos de cet objet. En effet, les notions d’oikonomia et d’oikos (domaine, patrimoine) sont débattues par Socrate et Critobule dans ce traité de Xénophon, c’est une discussion au sein de l’œuvre qui entre dans un débat global entre écoles philosophiques.

Cette œuvre est formée d’un unique livre comportant vingt et un chapitres composés autour de deux dialogues imbriqués. Il y a trois personnages qui parlent et un quatrième qui apparaît furtivement à la fin du discours : Socrate, bien sûr, Critobule, fils d’un riche citoyen, Ischomaque, un Athénien connu pour sa grande richesse et enfin le père de ce dernier.

Les premiers chapitres relatent une conversation entre Socrate et Critobule qui débattent de la conception de l’oikonomia et sur la façon d’être ou de devenir un bon oikonomikos (gestionnaire de patrimoine). Afin de répondre à cette question Socrate interroge Critobule. Est-ce un savoir, un art, une technique, un savoir-faire ? Puis ses questions se déplacent vers la notion de biens, d’utilité, les relations qu’il a avec son épouse. Tout le dialogue suppose que l’oikonomia est une technè acquise, et elle s’acquiert justement par un enseignement. L’oikonomia apprend donc à ses lecteurs l’alliance entre un savoir et un art qui permettrait à l’oikonomikos de gérer au mieux un oikos.2 Aussi Critobule demande de l’aide à Socrate car il pense que ce dernier maîtrise ce savoir-faire et va donc pouvoir l’aider à résoudre son problème. Ce problème quel est-il ? Critobule, vient d’hériter du patrimoine de son père. Cependant, sa richesse est menacée car il peine à gérer ce domaine. Ne parvenant pas à le faire prospérer et à assumer toutes les dépenses qui lui incombent en tant que riche citoyen, il se trouve en grande difficulté. Fort de ce constat, il demande conseil à Socrate sur la/les façon(s) de s’enrichir. L’ironie c’est que le « riche » Critobule demande conseil au « pauvre » Socrate sur des questions d’enrichissement. Mais, Socrate explique à son interlocuteur qu’il n’est pas aussi pauvre que lui. Autrement dit Socrate ne considère pas qu’il a besoin d’accroître ses biens au contraire de Critobule (II,2-4). Bien que possédant peu de choses, il parvient à limiter ses besoins en ne succombant pas à ses envies, il se procure suffisamment pour vivre et il lui arrive même de réaliser des économies. C’est bien sur ce point qu’il fait toute la différence avec Critobule. Si Socrate limite ses besoins, Critobule lui au contraire est esclave de ses désirs et tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins. Ainsi, il n’est plus présent sur son domaine, ne travaille plus et ne fait plus attention à ses dépenses : « Je vois que tu te crois riche, que tu te désintéresses de gagner de l’argent, que tu ne penses qu’à des histoires de jeunes gens, comme si tu en avais le loisir. » (II-7). Critobule ne se rends pas du tout compte de cette emprise, puisque lorsque Socrate le met en garde sur l’effet des passions, il lui réplique « quand je m’examine, je crois découvrir que je maîtrise assez bien ces passions, et si tu me conseillais maintenant ce qu’il faut faire pour accroître ma maison » (II-1). L’ironie est totale !

Apparaît ensuite une seconde discussion que Socrate aurait eue avec Ischomaque, un riche propriétaire terrien qui administre habilement son domaine. Il est également un citoyen engagé dans les affaires de la cité, ce qui fait de lui un parfait kalos kagathos, une formule qu’il est possible de traduire par homme excellent ou homme de bien. Ichomaque explique à Socrate son quotidien, le travail qu’il fournit, l’hygiène de vie qu’il s’impose et comment il administre son domaine afin que celui-ci prospère. À l’intérieur de ce dialogue rapporté, il évoque également les discussions qu’il a eues avec son épouse et ce qu’il a mis en place pour qu’elle devienne une bonne maîtresse de maison et à terme, une parfaite associée.

Ainsi, par le biais du dialogue que Socrate a eu avec Ischomaque, il tente de répondre aux questionnements de Critobule. Mais quelle est donc la recette d’Ischomaque pour exceller dans tous les domaines. Pour ce qui est de l’intérieur de sa maison, il a enseigné personnellement à sa jeune épouse la nécessité de l’ordre, la rigueur, la gestion de la nourriture, des outils, des esclaves et tout ce qu’elle devait savoir faire pour être une associée de qualité. Il est à noter que le discours d’Ischomaque à Socrate à propos de son épouse est assez long (quatre chapitres), il est « tellement » long que Socrate l’arrête, il en sait suffisamment sur les travaux de sa femme, ce qu’il veut savoir c’est ce qu’il fait lui, Ischomaque, le kalos kagathos. « Mais par Zeus, dit Ischomaque, c’est bien volontiers, Socrate, que je te décrirai mes occupations habituelles, tu pourras ainsi me redresser si tu juges sur quelque point que je n’agis pas bien » (XI-2). Comparer à la réaction de Critobule en II-1, nous pouvons commencer à comprendre ce qui fait la différence entre ce dernier et Ischomaque.

Les principes d’Ischomaque sont simples, il commence par honorer les dieux pour obtenir d’eux « de rester en bonne santé, d’avoir le corps vigoureux, d’avoir l’estime de mes concitoyens, l’affection de mes amis, de me tirer d’affaire à la guerre avec honneur, d’accroître ma richesse honorablement » (XI-8). Socrate s’étonne, Ischomaque est déjà très riche pourquoi se soucie-t-il de l’être encore plus ? « Je m’en soucie, puisque tu me le demandes : je trouve agréable, Socrate, d’honorer les dieux avec magnificence, d’aider mes amis s’ils ont besoin de quelque chose, de ne laisser jamais, dans la mesure de mes possibilités ma cité manquer des ressources nécessaires à sa parure. » (XI-9). Ainsi, s’il cherche à s’enrichir honorablement, ce n’est pas dans le but de cumuler toujours plus mais c’est pour l’utiliser au bénéfice de la communauté, de la cité. Premier élément, il participe volontairement aux besoins financier de la cité, pour répondre à ses besoins mais aussi pour la rendre encore meilleure. Deuxièmement, il s’entraîne physiquement tous les jours, puis s’entraîne avec son cheval aux arts de la guerre, il va de la ville à la campagne pour surveiller que ses esclaves travaillent correctement les champs. De plus, comme il a formé son épouse, il forme son chef de culture à ses manières de travailler pour qu’en cas d’absence, les cultures agricoles se poursuivent comme s’il était présent. Pouvant déléguer en toute confiance la culture de son domaine à ses esclaves sous la tutelle de son régisseur, Ischomaque ne prends pourtant pas de bon temps, il en profite pour participer aux affaires de la cité. Autrement dit, c’est toute son organisation et le fait que son domaine soit prospère et qu’il contribue à ce qu’il le reste qu’il peut se laisser du temps pour aller sereinement à l’assemblée et participer à la vie démocratique de la cité.

Enfin, le dernier personnage qui apparaît à la toute fin de l’œuvre est le père d’Ischomaque. Citoyen, il est décrit un peu à part des autres personnages et Xénophon ne lui consacre que quelques paragraphes. C’est Ischomaque qui introduit son père comme une personne aimant l’art de la culture. Son principe est simple, acheter des terres en friches, les remettre en bon état de production et les revendre faisant ainsi de gros bénéfices. Socrate, attentif à ce discours, compare l’amour du père d’Ischomaque pour la culture à l’amour des importateurs pour le blé, qui traversent les mers pour aller chercher du blé là où il abonde pour aller le vendre à prix fort là où il en manque, faisant ainsi de gros bénéfices.

Ainsi, Socrate propose trois réponses possibles au problème de Critobule à savoir sa propre méthode, celle d’Ischomaque ou encore celle du père de celui-ci. La partie du discours la plus développée est le dialogue que Socrate a eu avec Ischomaque puisque bien que toutes ces méthodes puissent résoudre les soucis de Critobule, seule la manière de vivre d’Ischomaque englobe aussi les besoins de la cité et la participation à cette dernière. Participation financière certes, mais également participation à la guerre et une participation semble-t-il à l’assemblée et à la vie démocratique de la cité. Néanmoins, rien ne permet de dire que Socrate inviterait à privilégier tel comportement plutôt que tel autre, à l’exception de celui du père d’Ischomaque trop éloigné du cadre civique. L’activité économique n’est pas condamnée mais il est préférable qu’elle soit subordonnée à l’intérêt de la cité. Telle semble être la conclusion de ce traité.

Source. 

Xénophon, Economique, Les Belles Lettres, Classiques en poche, Paris, 2008

Pour aller plus loin.

Azoulay Vincent, Xénophon et les grâces du pouvoir : de la charis au charisme, Publication de la Sorbonne, Paris, 2004

Descat Raymond, « Aux origines de l’oikonomia grecque » in Brulé Pierre (dir.), Ouelheno Jacques (dir.), Prost Francis (dir.), Economie et société en Grèce antique: 478-88 av. J.-C, Presses universitaires de Rennes, 2004

Dorion Louis-André, L’autre Socrate, études sur les écrits socratiques de Xénophon, Les belles lettres, l’âne d’or, Paris, 2003

Pébarthe Christophe, « Oikonomia, entre champ économique, champ politique et champ philosophique en Grèce ancienne » in Revue Française de Socio-Économie 1/2014 (n° 13), p 67-84

Audrey Lacroix,

Université Bordeaux-Montaigne

1 Descat Raymond, « Aux origines de l’oikonomia grecque » in Brulé Pierre (dir.), Oulheno Jacques (dir.), Prost Francis (dir.). Économie et société en Grèce antique : 478-88 av. J.-C, Presses universitaires de Rennes, 2004

2Pébarthe Christophe, « Oikonomia, entre champ économique, champ politique et champ philosophique en Grèce ancienne »Revue Française de Socio-Économie 1/2014 (n° 13) , p 67-84

Citer cet article comme : Audrey Lacroix, à propos de Et si vous lisiez l’Economique de Xénophon!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 24/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/19422.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search