Et si vous lisiez Plutarque!

Lucius Mestrius Plutarchus, Loukios Mestrios Ploútarkhos si vous préférez, nous voici chez vous, dans votre petite patrie, en Béotie. Avec votre notoriété, vos relations dans la plus haute société romaine, vos appuis à la cour impériale, vous qui êtes allé à Delphes, à Athènes, à Alexandrie, à Rome, pourquoi finalement être resté ici, à Chéronée ?

Lorsque l’on a entrepris de composer un ouvrage historique d’après des documents que l’on n’a pas à portée de la main chez soi, mais qui se trouvent pour la plupart à l’extérieur et dispersés en divers lieux, il serait en vérité nécessaire, d’abord et avant tout, d’habiter une « cité illustre », amie du beau et très peuplée, pour disposer en abondance de livres de toutes sortes et pour recueillir, en écoutant et en posant des questions, tous les événements qui ont échappé aux écrivains, mais que la mémoire des hommes a conservés et dotés d’une autorité plus manifeste, pour publier ainsi un ouvrage où rien d’essentiel ne manquerait. Pour moi, j’habite une petite cité et aime à y demeurer pour qu’elle ne devienne pas plus petite encore…1.

Votre œuvre principale est donc historique, n’est-ce pas ? Les Vies Parallèles, c’est là ce que la postérité retiendra de vous ?

Je demande à mes lecteurs de ne pas me chercher des noises si, loin de rapporter intégralement et minutieusement toutes les actions célèbres de ces héros, j’en résume la plus grande partie. En effet, je n’écris pas des Histoires, mais des Vies, et ce n’est pas toujours par les actions les plus illustres que se manifeste la vertu ou le vice. Souvent un petit fait, un mot, une plaisanterie révèlent mieux le caractère que les combats sanglants, les grandes batailles rangées et les sièges des villes. Les peintres saisissent la ressemblance à partir du visage et de l’apparence extérieure, sans se soucier des autres parties du corps ; de même, il faut me permettre de m’attacher aux signes distinctifs de l’âme et, grâce à eux, de représenter la vie de chacun de ces hommes, en laissant à d’autres les événements grandioses et les combats2.

Beaucoup de nos contemporains à succès seraient bien d’accord avec vous. Mais pourquoi s’intéresser au passé grec et romain ? Que vous apportent toutes ces recherches sur ces dizaines de personnages illustres que vous mettez en parallèle ?

Lorsque j’ai commencé à écrire ces Vies, c’était pour autrui, mais maintenant c’est pour moi-même que je persévère dans cette tâche et y prends plaisir. L’histoire est comme un miroir grâce auquel j’essaie de régler ma vie et de la conformer aux vertus des grands hommes. J’ai vraiment l’impression d’habiter et de vivre avec eux : grâce à l’histoire, pour ainsi dire, j’offre à chacun l’hospitalité, à tour de rôle, et en le gardant chez moi, j’observe “comme il fut grand et beau” et je choisis les plus importantes et les plus belles de ses actions, afin de les faire connaître3.

Et l’empire romain dans tout ça ? Pour un Hellène comme vous, un si fin connaisseur du passé grec, pour un notable tel que vous, que représente le pouvoir de Rome ?

Quelle que soit la fonction politique que l’on commence à exercer, il ne suffit pas d’avoir en tête les réflexions que Périclès se rappelait à lui-même quand il prenait la chlamyde : “penses-y, Périclès, tu commandes à des hommes libres, tu commandes à des Grecs, tu commandes à des citoyens d’Athènes”. Il faut encore se dire : “toi qui commandes, tu es commandé, puisque tu commandes dans une cité soumise à des proconsuls, à des procurateurs de César”… Il faut revêtir une chlamyde mieux adaptée, se détourner de son rôle de chef militaire et regarder vers la tribune, ne pas se fier outre mesure à sa couronne, en regardant les brodequins des magistrats romains au-dessus de sa tête. Il faut imiter les acteurs qui, tout en jouant la pièce avec la passion, le tempérament et la dignité qui leur sont propres, écoutent le souffleur et restent, pour le rythme et la métrique, dans les limites de ce que leur imposent ceux qui les dirigent4.

Vous voilà bien réaliste ! Vous êtes devenu citoyen romain, vous avez des amis puissants dans la Ville, nous l’avons dit, mais, Rome, en tant que sujet de recherche ou d’érudition, cela vous intéresse ou non ?

Pendant mes séjours à Rome et en Italie, en raison des affaires politiques dont j’étais chargé, et de mes disciples en philosophie, je n’ai pas eu le loisir de m’appliquer à apprendre la langue des Romains et ce n’est qu’assez tard, à un âge avancé, que j’ai commencé à lire des ouvrages romains5. C’est pourquoi ce discours confère à Rome un éclat digne et incontestable – si on en doutait encore – puisque, comme c’est le cas à propos de la terre, la mer, le ciel et les astres, on veut savoir si elle est le fruit de la Fortune ou de la Providence6.

Dans les prochains millénaires, on parlera de vous comme le “bonhomme Plutarque”, et on a regroupé tous vos traités sous le titre de Moralia. Qu’en pensez-vous, au fond de vous-même ?

Tout l’or qui est sur la terre et dans les mines ne peut, d’après Platon, équivaloir la vertu. Ayons toujours présentes à l’esprit ces belles paroles de Solon : “Pourrions-nous comparer aux fruits de la sagesse l’indigne et vil éclat d’une vaine richesse ?”7

Pouvons-nous maintenant en venir à quelques questions que se posent nos contemporains en cette 699e Olympiade ? Commençons par les préoccupations les plus concrètes : la Grèce antique reste un modèle des usages du corps, par le sport, par les canons esthétiques, par la diététique…

Il est utile de ne pas négliger les exercices du corps : il faut envoyer les enfants chez le gymnaste pour qu’ils fassent des exercices adaptés à l’acquisition d’un corps harmonieux et vigoureux, car une bonne vieillesse se fonde sur une saine constitution que l’on s’approprie dans l’enfance8.

Végétarisme, véganisme, végétalisme : autant de termes qui gagnent en popularité actuellement et qui ne sont pas sans rappeler le pythagorisme. Pour votre part, comment envisagez-vous la consommation de viande ?

Vous me demandez pour quelle raison Pythagore s’abstenait de manger de la viande ; mais moi, je vous demande avec étonnement pour quel motif, par quelle disposition de l’esprit ou de la raison, le premier homme a touché le sang avec sa bouche, a porté à ses lèvres la chair d’un animal mort et, ensuite, a rempli sa table de cadavres et de corps morts, pour enfin dévorer des membres qui, juste avant, bêlaient, mugissaient, marchaient ou voyaient ?9

Ainsi, vous semblez opposer catégori…

Encore un mot et je finis10. Je trouve illogique que ces individus attribuent ce comportement à la nature : manger de la viande n’est pas dans la nature humaine, ce qui est démontré en premier lieu par la conformation du corps. Il n’a aucune des caractéristiques des animaux carnivores : ni bec crochu, ni acuité des serres ou des griffes, ni dents tranchantes. Son estomac n’est pas capable de transformer ni digérer les nourritures à base de viande… Si tu penses vraiment être fait pour manger ces plats, tue toi-même ce que tu veux manger, mais seulement avec tes seules forces, sans l’usage du couteau, de la masse ou de la hachette…11.

On devine quel régime vous avez prescrit à vos enfants. Concernant leur éducation, quels préceptes – platoniciens, on l’imagine – sont pour vous fondamentaux ?

Je recommande aux parents de ne rien préférer à l’éducation des enfants, de même j’ajoute qu’il faut la leur donner saine et pure et éloigner au plus loin ses fils des bavardages frivoles dont on fait parade dans les assemblées : plaire à la multitude, c’est déplaire aux sages12. Je prétends que l’on doit amener les enfants à bien se comporter en recourant aux conseils et aux paroles, et non, par Zeus !, en les frappant ou les maltraitant. Ces méthodes semblent être faites plutôt pour les esclaves que pour les hommes libres13. Encore un exemple et je cesserai de m’étendre sur ce sujet14. J’ai déjà vu des pères chez qui trop d’amour devient cause de désamour… Brûlant de voir leurs enfants exceller plus vite dans tous les domaines, ils leur imposent des tâches disproportionnées, avec pour seul résultat qu’ils échouent et finissent par s’écrouler. À chaque fois, accablés de souffrances, ils n’embrassent pas docilement les connaissances15. On doit approcher la philosophie avec un esprit disposé, comme un familier, car c’est la seule à revêtir les jeunes gens de la parure virile et réellement parfaite qui provient de la raison16. La philosophie doit donc être le couronnement de l’ensemble du processus éducatif17.

Vous vous êtes intéressé à l’astronomie. Bien après vous, Copernic puis Galilée ont remis en cause le géocentrisme et mis l’héliocentrisme à l’honneur : quel est votre avis à ce sujet ?

Mais comment peut-on dire que la terre soit au centre ? Et au centre de quoi ? En effet, l’univers est infini et l’infini, qui n’a ni commencement ni fin, ne saurait avoir un milieu ; le milieu est une sorte de limite, mais l’infini est privé de limites. Celui qui retient que la terre n’est pas au centre de l’univers, mais du cosmos, est dans l’erreur…18.

Vous êtes prêtre d’Apollon, et à Delphes, excusez du peu. Quelle place accorder à ce que les Romains nous ont fait appeler “religion” ?

Les personnes sensées doivent implorer des Dieux tous les biens possibles… L’homme ne peut rien recevoir de mieux que la vérité, le divin ne pourrait rien lui donner de plus noble. Tous les autres biens que désirent les hommes, le divin le donne ; en revanche, la raison et la prudence sont des attributs qui lui sont propres19. L’athéisme est une conviction insultante selon laquelle il n’existerait rien de divin ou d’incorruptible. Son refus de croire au divin semble conduire à une sorte d’indifférence. Ne pas croire aux dieux nous amène à ne pas les craindre. Mais la superstition, comme son nom l’indique, est une croyance passionnée : une imagination qui tire son origine de la peur qui rabaisse l’homme et l’écrase, lequel, s’il croit en l’existence des dieux, les suppose méchants et nuisibles. Il semble que l’athée reste immobile face au divin, alors que le superstitieux fait des mouvements impropres et qui le dévastent. Ainsi l’ignorance empêche le premier de croire à l’existence d’un être bienfaisant ; chez le second, celle-ci a suscité l’idée qu’il faisait le mal ; l’athéisme est un raisonnement vil, alors que la superstition est une passion suscitée par un raisonnement erroné20.

On est souvent très inquiets actuellement sur l’avenir du monde. Quelles réflexions nous suggéreriez-vous, en tant que philosophe ?

Si la Divinité fomente des guerres, alors elle fomente du même coup des vices en pervertissant et corrompant les hommes… Chrysippe affirme que “ce n’est pas une idée rationnelle que la divinité contribue à causer des torts ; de la même manière que la loi ne pourrait avoir une part de responsabilités quant à la violation de la loi, ni les dieux en commettant l’impiété, donc c’est conforme à la raison qu’ils ne participent pas à causer quoi que ce soit de funeste”. Mais quoi de plus honteux pour les êtres humains que de se détruire les uns les autres21 ? Renoncer à se venger d’un ennemi, alors qu’on en a l’opportunité, est un signe de bonté. Ceux qui n’apprécient pas la générosité ou ne font pas l’éloge de la bonté de partager la douleur d’un ennemi au moment de sa chute, de l’assister dans le besoin, de se préoccuper des difficultés dans lesquelles sont ses fils ou ses affaires familiales, ceux-là ont le cœur noir et forgé dans l’acier ou le fer”22. Mais, comme le dit le proverbe, ce qui est beau est difficile23.

Pour ne pas abuser de la patience de nos lecteurs, une dernière question : en quelques mots, cher Plutarque, qu’est-ce qui vous paraît fondamental pour saisir votre œuvre et comprendre votre motivation à l’écrire ?

En premier lieu, j’estime que la cohérence d’une doctrine doit s’observer dans la manière de la vivre… il est nécessaire au philosophe d’accorder sa vie avec ce qu’il affirme. La doctrine du philosophe constitue, pour lui, une loi indépendante et singulière qu’il s’est librement donnée à lui-même24. L’esprit n’est pas comme un vase qui n’a besoin que d’être rempli ; c’est plutôt un combustible qu’il s’agit seulement d’échauffer ; il faut lui inspirer une impulsion investigatrice qui l’entraîne vigoureusement à la recherche de la vérité25.

Lire (du) Plutarque :

Pour les Vies parallèles, on dispose de la traduction d’A.-M. Ozanam, annotée et accompagnée d’un précieux Dictionnaire Plutarque (Gallimard, Quarto) et de la réédition de celle de R. Flacelière et E. Chambry, publiée initialement dans la CUF (“Budé”), en deux volumes (R. Laffont, Bouquins, sans le texte grec, mais avec une excellente préface de J. Sirinelli et un index).

Des traductions plus anciennes, des Vies parallèles et des Œuvres morales, sont disponibles en ligne : http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Plutarque/index.htm ou http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#plu

Quelques traités des Moralia sont disponibles en format de poche. On peut mentionner, entre autres, Manger la chair ? Traité sur les animaux (trad. d’Amyot ; Payot & Rivages), Comment écouter ou La Sérénité intérieure (trad. P. Maréchaux ; Rivages poche).

Pour aller plus loin :

Jean Sirinelli, Plutarque de Chéronée. Un philosophe dans le siècle, Paris, Fayard, 2000. Une introduction très vivante.

Pauline Schmitt-Pantel, Hommes illustres : mœurs et politique à Athènes au Ve siècle, Paris, Aubier, 2009. Une exploitation historique des biographies.

John Scheid, À Rome sur les pas de Plutarque, Paris, Vuibert, 2012. Une passionnante lecture des Questions romaines.

Françoise Frazier, Histoire et morale dans les « Vies parallèles » de Plutarque, Paris, Les Belles Lettres, 2e éd. complétée, 2016. Une référence classique.

Mark Beck (dir.), A Companion to Plutarch, Malden Mass., Wiley Blackwell, 2014. Une somme sur l’état de la recherche.

Il existe une très dynamique International Plutarch Society, avec des sections nationales et une revue Ploutarchos, voir http://ips.ploutarchos.org/

Kévin Blary (doctorant) et Jean-Pierre Guilhembet (Professeur d’histoire romaine),

Université Paris Diderot – ANHIMA UMR 8210

1 Vie de Démosthène, 2.

2 Vie d’Alexandre, 1

3 Vie de Timoléon, 1.

4 Préceptes politiques, 17.

5 Vie de Démosthène, 2.

6 De la fortune des Romains, 1, 316e.

7 Sur l’utilité que l’on peut retirer de ses ennemis, 92e.

8 Sur l’éducation des enfants, 11, 8d.

9 Sur l’usage des viandes, 993a-b.

10 Sur l’éducation des enfants, 20, 14a.

11 Sur l’usage des viandes, 994f-995a.

12 Sur l’éducation des enfants, 9, 6b.

13 Sur l’éducation des enfants, 12, 8f.

14 Ibid., 4, 2e.

15 Ibid., 13, 9b-c.

16 Comment écouter, 2, 37f.

17 Sur l’éducation des enfants, 10, 7c.

18 De la face qui paraît sur la lune, 11, 925e.

19 Isis et Osiris, 1, 315c.

20 De la superstition, 2, 165b-c.

21 Sur les contradictions stoïciennes, 33, 1049d-e.

22 Sur l’utilité que l’on peut retirer de ses ennemis, 90f.

23 Sur l’éducation des enfants, 9, 6c.

24 Sur les contradictions stoïciennes, 1, 1033a.

25 Comment écouter, 18, 48c.

Citer cet article comme : Kévin Blary et Jean-Pierre Guilhembet, Et si vous lisiez Plutarque!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 25/12/2019, https://reainfo.hypotheses.org/19437.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/12/2019

    […]  https://reainfo.hypotheses.org/19437   […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search