L’économie domestique dans les sciences de l’antiquité : pratiques d’autoconsommation et d’ouverture aux marchés

Date butoir. Vendredi 31 Janvier 2020

Date de la communication. Vendredi 15 Mai 2020

L’oikonomia, à l’origine de notre terme économie, signifie « la gestion du domaine familial (oikos) » et peut renvoyer à ce que nous nommons l’ « économie domestique ». Toutefois, la gestion et l’administration auxquelles le nom renvoie pouvant s’appliquer à des domaines autres que l’oikos, les auteurs grecs parlent de l’oikonomia de l’oikos pour désigner l’économie domestique à proprement parler.

Cette dernière est depuis près d’un siècle et demi au cœur des débats sur la nature des économies antiques. Dans le cadre de la controverse entre primitivistes et modernistes, les premiers ont voulu enfermer l’Antiquité classique dans une économie domestique envisagée de manière fermée, marquée par l’autoconsommation, sous-évaluant l’importance des échanges monétarisés et des marchés. Cette controverse sur la nature des économies antiques apparaît ainsi comme une « controverse de l’oikos ». Ce n’est pourtant que depuis quelques décennies que les études sur cette thématique se sont réellement développées. Plusieurs d’entre elles révèlent la complexité des liens entre la production domestique et le marché, remettant en question le caractère fermé, autarcique, de l’économie domestique. La littérature, l’épigraphie, l’archéologie, l’architecture, la céramologie, la numismatique constituent autant de sources qui permettent d’envisager l’organisation de ces activités de production et de gestion des ressources et leur orientation vers l’autoconsommation et/ou la vente à l’extérieur de l’oikos.

Avant même de reprendre l’examen des sources, ce qui ferait l’objet d’un programme plus ambitieux, il convient de s’interroger sur la manière dont les antiquisants travaillent sur différentes aires chronologiques et culturelles et mobilisent les sources qui sont à leur disposition pour envisager l’orientation des activités domestiques vers l’intérieur ou l’extérieur de la maisonnée. Comment le traitement des sources, en particulier archéologiques, au cours du XXe siècle, influence-t-il la recherche actuelle ? En quoi les méthodes d’analyse, techniques, et les technologies de la recherche permettent une meilleure compréhension de ces faits économiques ? Quels apports d’approches pluridisciplinaires ? Par la contribution de différents spécialistes (historiens, épigraphistes, archéologues, céramologues, numismates etc.) il s’agira d’interroger et de confronter les approches et méthodes de la recherche actuelle portant sur l’économie domestique, d’envisager les pratiques d’autoconsommation et/ou d’ouvertures aux marchés et l’organisation des espaces (d’habitats, de production, de vente) et des individus investis dans ces activités. Les intervenants pourront présenter des études de cas. Le temps d’intervention est fixé à 25 min.

Les propositions de communications devront être envoyées sous la forme d’un titre et d’un résumé d’environ 300 mots, sous format Word ou PDF, aux trois organisateurs : Jillian Akharraz (akharrazjillian@gmail.com), Louise Fauchier (Louise.Fauchier@univ-lyon2.fr) et Eléonore Favier (eleonore.favier@hotmail.fr).

Source. Hisoma


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.