Mordicus. Ne perdons pas notre latin!

Delord (R.), Mordicus. Ne perdons pas notre latin ! — Paris : Les Belles Lettres, 2019. — 255 p. — ISBN : 978-2-251-44968-5

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Voilà un livre qu’on devrait remettre avec le livret de famille tant il est indispensable pour la préparation de l’avenir d’une progéniture ! Je plaisante évidemment ; mais, sérieusement, je pense qu’il serait judicieux de distribuer cet ouvrage à tous les parents d’élèves au début du secondaire. En le lisant en compagnie de leurs enfants, ils y trouveraient des arguments pour choisir les matières à faire étudier à ces derniers en vue de leur épanouissement personnel et de leur réussite dans la vie, ainsi que des informations sur l’offre à l’heure actuelle.

            Après une brève introduction, dans laquelle Robert Delord, professeur de Lettres Classiques en exercice en collège et en lycée, explique pourquoi dans ce volume il parlera du latin plus que du grec, vient un état des lieux précis et détaillé (chapitre 1 : « Situation du latin » p. 15-140). L’auteur brosse l’histoire de cet enseignement depuis le XIXe siècle, sa description se faisant de plus en plus minutieuse et circonstanciée au fur et à mesure qu’on approche de notre époque. Tout en rapportant tous les coups que cette discipline a reçus, l’auteur montre qu’aujourd’hui grâce aux réactions des enseignants qui ont su tirer le meilleur de la conjoncture difficile qu’on leur imposait et imaginer de nouvelles méthodes, la situation est loin d’être catastrophique, même si, selon ses mots, apprendre le latin est pour des jeunes « un acte de rébellion », tout comme l’est pour des professeurs le fait de l’enseigner ! S’il admet qu’il y a un lien entre latin et élite, cela ne doit pas nuire à celui-ci, mais au contraire pousser à ce qu’on le choisisse ; ce que prône Robert Delord, c’est l’élitisme pour tous par la proposition « d’un véritable enseignement du latin à tous les élèves » (p. 93)[1], les bienfaits de cette étude étant décrits dans les deux chapitres qui suivent.

            Le deuxième chapitre met en évidence que « le cours de latin est en effet à l’intersection des disciplines comme le français, les langues vivantes, l’histoire-géographie, la philosophie, l’histoire des arts et les sciences » (p. 141). Il le démontre en éclairant comment cet apprentissage permet de « reconquérir » le français du point de vue morphologique, syntaxique, lexical, étymologique, orthographique, etc., comment il facilite l’acquisition des langues vivantes et combien il est utile en mathématiques, physique-chimie, de même qu’en sciences de la vie et de la terre.

            Le troisième chapitre est consacré à la dimension anthropologique de l’étude du latin. Il explique ce qui peut plaire dans cette civilisation de même que les raisons de cet attrait, et manifeste par des exemples que depuis longtemps les media de toutes sortes l’ont bien compris, qu’il s’agisse de littérature, de BD, de cinéma, de télévision ou de publicité. Il illustre comment sa fréquentation rend plus humain, fait grandir la citoyenneté, éloigne des extrémismes et permet des rapprochements avec l’actualité.

            Robert Delord ne dit rien à la légère ; il s’est sérieusement documenté. Textes officiels avec leurs références, dates, chiffres précis abondent. Toutes les affirmations sont étayées. Pourtant son livre n’est nullement indigeste : le titre et son clin d’œil, Mordicus. Ne perdons pas notre latin ! annoncent d’entrée le ton de ces pages, très bien écrites — dans notre langage quotidien cependant —, rigoureuses et assez souvent enjouées. On sent que l’auteur est sincère et passionné. Surtout, il ne prêche pas et ne donne pas de leçons ex cathedra, mais nous révèle son vécu. Ces lignes d’information objective sont émaillées de souvenirs personnels, d’expériences propres (comme apprenant ou comme enseignant), de confidences ou de remarques que lui ont faites ses élèves (élèves qui, d’habitude, ne sont pas autant pris en compte dans ce genre d’ouvrage).

            Je laisserai le mot de la fin à un autre professeur de Lettres Classiques, Jean-Paul Plantive, qui dans Grand écart[2], — un délicieux recueil dont chaque « billet » est constitué de considérations issues de la confrontation d’un texte antique et d’un événement actuel se servant réciproquement de miroir —, à la question récurrente « À quoi servent les lettres classiques ? », apporte cette réponse « À réfléchir, tout simplement » (Grand écart, p. 9), avec les deux sens de réfléchir, refléter et méditer ! Si l’on y songe, cela résume bien la situation!

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

[1] « Le choix du latin se révèle donc un ascenseur social plus efficace pour les classes sociales les plus modestes » (p. 99).

[2] Plantive (J.-P.), Grand écart. Des textes antiques au XXIe siècle, Les Belles Lettres/La vie des classiques, Paris 2017 ; voir la présentation que j’ai faite de ce recueil : https://reainfo.hypotheses.org/8182.

 

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, Mordicus. Ne perdons pas notre latin!, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/01/2020, https://reainfo.hypotheses.org/19613.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.