Les mots de l’antiquité

Calvayrac (F.)et Archer (P.), Les mots de l’antiquité. – Péronnas : éditions du Cabardès. – 101p. – ISBN : 9782919625673

Crédit image – Édition du Cabardès

Voilà un joli petit livre, séduisant et souvent amusant, à cause principalement des illustrations, très présentes (sur toutes les pages), très réalistes et très claires, dues à Philippe Archer.

Le livre est divisé en quatre parties à peu près égales, disposées en chiasme : on commence par les mots de l’Antiquité grecque, Histoire et vie quotidienne d’abord, mythologie ensuite, et on continue avec les mots de l’Antiquité romaine, Mythologie d’abord, Histoire et vie quotidienne ensuite.

Le texte est court, visant à donner l’origine des mots et expressions issus de l’Antiquité et à indiquer leur emploi actuel, avec in fine une citation d’un texte moderne ou contemporain. Le choix de ces mots et expressions est intéressant et peut donner lieu à des explications souvent justes et souvent piquantes, à l’usage, pensons-nous, des jeunes lecteurs. Nous nous bornerons à quelques remarques critiques au fil de la lecture.

Crédit image. Édition du Cabardès

Commençons par le début : page 8, sub uerbo astérisque, il faudrait souligner que le mot est masculin en français, comme le mot grec dont il est issu, alors qu’il est souvent employé à tort au féminin. Page 14, dans l’usage moderne de la Macédoine, il faut indiquer qu’il y a maintenant deux Macédoine : celle du Nord, pays indépendant (issu de la défunte Yougoslavie), et la région de la Grèce appelée Macédoine. Page 16, s.u. barbare, le sens actuel n’est pas seulement une personne inhumaine et cruelle, c’est surtout plutôt « une personne qui est peu ou mal dégrossie, brute de décoffrage. »

Page 17, le mot hypocras est mal expliqué et la relation avec Hippocrate ne s’impose pas ! Page 18, pour mausolée, malgré ce que prétend M. Kundera, l’absence du mort n’y est pas nécessaire (cf. le Trésor de la langue française informatisé, s.u.). Page 21 : dommage d’avoir oublié que le mot académie a aussi employé actuellement dans le domaine anatomique. Page 22, taquiner la muse est employé aujourd’hui presque uniquement comme synonyme de pratiquer le poésie, rimer. Page 23, l’argus désigne aussi couramment la revue où l’on consulte la cote des voitures d’occasion.

Page 30, le Titan Atlas doit son nom à la peine infligée par Zeus : il dut supporter le monde (cf. grec τλῆναι [tlènai], latin tollō). Page 31, une chimère, comme nom commun, est une jeune chèvre « qui n’a vécu qu’une seule mauvaise saison (χεῖμα [kheima], χειμών [kheimôn])», Chimère, enfant de Typhon et d’Échidna (Vipère), étant un monstre digne des pires cauchemars. Page 38, nymphomane ne doit pas être confondu avec nymphomanie. Page 42, corriger la citation de Simone de Beauvoir en supprimant ne. Page 43, mettre en garde contre le pléonasme consistât à ajouter universelle à panacée.

Page 66, il est inexact de soutenir que « furie est à l’origine du mot fureur» : c’est la folie, l’égarement, qu’exprime le latin furor et Furie en fut la personnification. Page 67, l’origine de Moneta est controversée (cf. Ernout et Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine [DELL], s.u.). Page, 70, l’explication du mot augure devrait faire référence au latin augur,-uris, qui n’a rien à voir avec les oiseaux (confusion avec auspicium, voir DELL, s.u. augeō et avis). Page 74, à propos de virus, on aurait pu mentionner l’adjectif moderne viral. Page 79, à propos de Spa, l’étymologie ici donnée est une réfection moderne : l’origine du spa est la ville belge de Spa, naguère célèbre par son eau pétillante abondamment exportée. Page 82-83, le calendrier révolutionnaire pouvait aussi être évoqués à propos des jours et des mois. Page 84, l’emploi du mot vassal pour définir le client romain d’un patronus est un anachronisme inutile. Page 88, le mot Canicule devrait être traduit par « petite chienne.» Page 92, cumulus en plomberie désigne un « chauffe-eau. » Page 96, l’explication étymologique du pédagogue est incomplète : partir du grec. Enfin, p. 101, l’empereur Claude n’a en vérité rien à voir avec le sens de claudiquer (issu du latin claudicāre, dérivé de l’adjectif ancien claudus,-a,-um, « boiteux »).

Une courte bibliographie complète le livre, qui est distrayant. On ne peut que lui souhaiter assez de succès pour qu’il soit vite corrigé et réédité.

Michel Casevitz,

Professeur émérite – Paris Nanterre

Citer cet article comme : Michel Casevitz, Les mots de l’antiquité, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/01/2020, https://reainfo.hypotheses.org/19628.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.