Les Celtes d’Hannibal

Baray (L.), Les celtes d’Hannibal. Paris : CNRS Editions, 2019. – 360p. – ISBN : 9782271125149

Crédit image. Première de couverture – CNRS Éditions

Luc Baray (L.B. pour la suite), directeur de recherche au CNRS (UMR 6298 ARTEHIS – Archéologie ? Terre, Histoire, Sociétés) est connu pour ses recherches sur les mercenaires et les auxiliaires celtiques qui ont été au service de nombreuses cités, dynastes et États de la Méditerranée, depuis le Ve siècle avant Jésus-Christ jusqu’à la fin du Ier siècle avant notre ère. Son livre est limpide, agréable à lire, écrit avec un vocabulaire choisi (termes militaires exacts) et solidement documenté, ce qui satisfera les critiques les plus exigeants.

Le titre a pour sous-titre « Pour une nouvelle approche de l’emploi tactique des Celtes. L’exemple de la deuxième guerre punique ». Celui-ci donne le ton au livre, un ouvrage d’histoire militaire très éloigné de l’histoire bataille[1]. 

Dans sa préface, Yann Le Bohec rappelle à juste titre qu’« Il est bon de faire de l’histoire militaire » car elle aide « à comprendre les faits politiques, économiques, sociaux, culturels et religieux » souvent négligés par les historiens, qui ne perçoivent pas toutes les ressources qu’ils pourraient en tirer. Et il souligne l’apport essentiel de cet ouvrage, qui démontre de manière irréfutable que si « La guerre, ce n’est pas ce qu’ils (Les Celtes) ont fait de mieux ; (mais) c’est ce qu’ils faisaient de mieux » (p. 12).

Dans son introduction, L.B. constate que la question du mercenariat celtique a été longtemps négligée par les historiens de l’Antiquité[2]. Or, le recrutement de mercenaires fut une constante de la politique des États méditerranéens pendant cinq siècles (480-4 avant Jésus-Christ), en particulier pendant les IVe et IIIe siècle avant notre ère (p. 14). S’il en fut ainsi, c’est qu’il y avait des raisons à cela et c’est précisément ce que L.B. se propose d’étudier. S’il focalise sa recherche sur l’armée d’Hannibal, c’est, d’une part parce que cette armée « …recruta sans nul doute le plus fort contingent de Celtes », d’autre part parce que nous sommes solidement documentés sur elle, à la différence d’autres moments de l’histoire où les sources sont rares[3]. Paradoxalement, L.B. souligne le fait que, jusqu’ici, le sujet a peu retenu l’attention des historiens et, quand ils l’ont abordé, ils ne l’ont fait que partiellement, non sans véhiculer de vieux topos qui donnent une image totalement fausse des guerriers celtiques. Instruit à l’école des Grecs, s’inspirant du général grec Épaminondas vainqueur à Leuctres (371 avant Jésus-Christ), Hannibal remporta ses victoires grâce à une parfaite coopération interarmes, où les Celtes occupèrent toujours une place de choix.

 

La première partie (p. 27-84) intitulée « Un nouvel art de la guerre (Ve-IVe siècle av. J.-C.) » présente le contexte dans lequel les Celtes sont intervenus. Elle s’ouvre sur un constat important : le premier quart du Ve siècle avant Jésus-Christ a marqué un tournant dans l’art de la guerre, et c’est en Grèce, avec les guerres médiques, que sont apparus les prémisses. En effet, on assiste à cette époque dans les armées grecques, à l’apparition de troupes légères de cavaliers, fantassins, frondeurs et archers, parfois mêlés, destinées à contrer un adversaire puissant qui en était largement doté, rendant inefficace la traditionnelle phalange hoplitique.

 

  1. Le chapitre premier (p.27-52) dresse un état des lieux, montrant comment et pourquoi les traditions militaires grecques ont été remises en cause pour accorder une place de plus en plus importante aux innovations guerrières des barbares. Face à de nouvelles nécessités stratégiques la tactique changea, la guerre se radicalisa et les opérations militaires visèrent désormais à l’anéantissement total de l’ennemi, des contingents entiers étant détruits[4]. L’allongement des campagnes militaires, l’éloignement des théâtres d’opérations, la diversification des champs de bataille, les stratagèmes, les contraintes démographiques, convainquirent les généraux de recourir à de nouvelles méthodes et moyens de combat, pour rester victorieux face à leurs ennemis. Sous cette pression d’un nouveau genre, ils firent appel à des troupes de mercenaires ou d’auxiliaires spécialisées dans une technique particulière de combat pour compléter leurs effectifs civiques. En outre, ces troupes qui étaient armées de vrais guerriers professionnels à la différence des forces civiques, introduisirent mobilité, souplesse et rapidité dans les manœuvres tactiques, où, parallèlement, la phalange restait la règle. Ce sont donc les avantages comparatifs qu’elles offraient, qui expliquent leur redondance dans les sources.
  2. Le chapitre deux (p. 53-84) est consacré à l’étude de la rupture qui entraina la transformation de la guerre à la fin du Ve siècle avant Jésus-Christ. L’introduction de troupes mercenaires ou auxiliaires dans les armées marqua un début de la professionnalisation de celles-ci. L.B. insiste sur l’importance des exercices et de l’entrainement (les manœuvres ne sont pas évoquées mais elles étaient inévitables) pour réaliser le difficile amalgame entre des troupes d’origines ethniques différentes, un détail trop souvent négligé par les modernes. L.B. rappelle aussi l’importance désormais donnée au commandement, qui réclame des compétences et de l’expérience pour faire manœuvrer ensemble des troupes disparates. De statique la guerre devint mobile avec le développement de la cavalerie (dont L.B. distingue trois types) et de l’infanterie légère mêlées, dont les Étrusques et leurs alliés italiques paraissent avoir été les inventeurs pour lutter contre l’infiltration des Celtes ; ces nouveautés firent tache d’huile, d’abord chez les Grecs, ensuite chez les Puniques. En outre, la défense et l’attaque des villes se développèrent concomitamment pour frapper l’ennemi à la tête. « C’est dans ce contexte que les Celtes entrèrent en scène à compter du début du IVe siècle avant Jésus-Christ ».

 

La deuxième partie (p. 81-189) est consacrée aux « Celtes au combat » et à la mise en évidence des « choix » et des « raisons qui poussèrent leurs employeurs à les préférer à d’autres ethnies et à les recruter ».

  1. Elle s’ouvre sur le chapitre trois (p. 85-116) tout entier consacré à la description de l’armement et des tactiques celtiques. Il semble que les Celtes aient été employés indistinctement comme fantassins lourds et légers combattant soit à distance, soit au corps à corps, mais encore à pied, à cheval ou sur un char de guerre à deux roues. Leur armement s’est standardisé (deux types de panoplies adaptés chacun à un mode de combat différent, lourd ou léger[5]) après 400, en particulier entre 350-325 avant Jésus-Christ. Il connut une nouvelle évolution entre 325-190 avant Jésus-Christ, en réponse aux tactiques des nouveaux types d’ennemis rencontrés en Méditerranée. Caractérisé par sa légèreté en comparaison d’autres troupes, le guerrier celte offrait à ses employeurs un « excellent compromis (…) entre armement et mobilité. Ainsi, ce sont les circonstances qui déterminaient leur emploi sur le champ de bataille.
  2. Le chapitre quatre (p. 117-151) passe ensuite en revue les différentes batailles de la première (264-241 avant Jésus-Christ) et de la deuxième guerre punique (218-201 avant Jésus-Christ), période durant laquelle les guerriers celtes alliés aux Puniques, se sont illustrés victorieusement aux ordres de leurs employeurs. Le grand mérite du sous-chapitre consacré à la bataille de Cannes du 2 août 216 est de faire clairement ressortir le génie militaire d’Hannibal, et, de mettre un terme à des querelles d’historiens en chambre totalement vaines. Ce génie se traduit par une parfaite connaissance de trois des six principes de la guerre qui sont, d’une part une excellente « économie des forces » ou une bonne « gestion des moyens », d’autre part la « concentration des efforts », mais encore les « forces morales ». En outre, le Barcide appliqua avec brio les deux paramètres de la manœuvre qui sont la « puissance de choc » et la « mobilité ». Ainsi, placées au centre du dispositif carthaginois, les troupes celtes remplirent une mission capitale préparant la victoire finale : celle d’user et de fatiguer l’adversaire par un combat mobile d’usure[6] en effectuant un retrait tactique parfaitement ordonné, passant la main, le moment venu, à l’infanterie lourde africaine qui lui administra le coup de grâce.
  3. Le chapitre cinq (p. 153-189) est le contrepoint du précédent, L.B. y décrivant les défaites subies par les Puniques et leurs alliés celtes entre 207 et 202 avant Jésus-Christ. Au Métaure, les Celtes n’engagèrent pas le combat, sans que nous soyons documentés sur cette anomalie, dont les sources donnent une explication biaisée comme à l’habitude. Peut-être est-ce l’effet d’un événement imprévu (par exemple un arriéré de solde impayé entrainant un refus de combattre) ou bien la conséquence d’une croyance superstitieuse liée à un prodige, à la prise avant la bataille d’auspices négatifs, toutes choses égales au sujet desquelles les auteurs anciens se sont montrés, ici, particulièrement taisants[7]. Quant à Zama, l’issue de la bataille resta longtemps incertaine et L.B passe en revue les différentes hypothèses qui en ont été proposées. Selon lui, c’est un déséquilibre tactique entre infanterie et cavalerie qui fragilisa l’armée d’Hannibal. En particulier, l’absence de réserves dans la phase finale de la bataille, scella le sort des forces carthaginoises et de leurs alliés. Trop sûr de lui, Hannibal voulut répéter la manœuvre de Cannes, mais son ennemi en avait aussi tiré les enseignements, et il le battit échec et mat, massacrant le contingent celte.

 

La troisième partie aborde la question des « Tactiques et doctrine[8] d’emploi des Celtes d’Hannibal » (p. 191-268). Il souligne que leur polyvalence offrit à Hannibal un avantage incomparable par rapport aux autres possibilités existantes chez les autres peuples du pourtour méditerranéen.

  1. Le chapitre six (p. 197-224) est entièrement consacré aux infanteries en service à cette époque et, en particulier aux Celtes, employés selon le cas, tantôt comme infanterie légère ou lourde. Les fantassins celtes ont apporté une réponse adaptée aux nouvelles nécessités tactiques de l’époque, riche en innovations, où le général devait être doté de toute une gamme étendue de moyens pour surclasser son adversaire sur le champ de bataille. L.B. fait définitivement foin de cette idée fausse et stupide selon laquelle les Celtes n’auraient représenté que de la « chair à canon ». Au contraire, les Celtes enrôlés par les Barcides appartenaient à des troupes d’élite dans leurs pays d’origine, États où ils étaient fréquemment en guerre, ou bien les uns contre les autres, ou bien contre leurs voisins ; par voie de conséquence, ils étaient précocement instruits et entrainés à l’art de la guerre, ce qui représentait un atout de poids pour le recruteur, qui n’avait pas à les former ni à les exercer. C’était loin d’être le cas des armées civiques grecques, romaines et carthaginoises, où le temps passé à l’armée n’était qu’un passage temporaire dans le cadre d’une longue carrière publique ou d’une vie professionnelle au service de la cité.
  2. Le chapitre sept (p. 224-253) est le deuxième volet du dyptique. Il est totalement dédié à la cavalerie qui, bien employée sous forme d’« arme tactique » lourde, décidait de l’issue de la bataille. A contrario, L.B. observe qu’il ne semble pas qu’il ait existé de cavalerie celte légère à cette époque, cette mission étant confiée aux Numides. Nous ne sommes pas sûrs que s’agissant des Celtes, ce soit totalement exact ; tout simplement, les employeurs n’en avaient pas besoin pour mener leurs opérations et ils ne recrutaient que des « lourds »[9]. Détail intéressant, au Tessin (218) et à Cannes (216), la cavalerie celte fonctionna comme nos anciens « dragons », combattant à la fois à cheval et à pied, selon le moment. L.B. démontre également qu’employée comme « force de rupture », la cavalerie lourde au combat était utilisée pour la charge et le choc, mettant ainsi fin à un vieux topos des modernes qui voulait qu’elle en soit incapable. Il insiste aussi sur les « forces morales », qui sont un des « grands principes de la guerre » qui explique pourquoi des combattants fuient face à l’ennemi tandis que d’autres lui font face.

 

Conclusion (p. 255-268). A la suite de cet ouvrage, il ne sera plus possible de soutenir que les Celtes étaient de piètres combattants, tout juste bons à économiser les forces civiques de leurs employeurs. L.B. confirme en tous points ce que nous ne cessons d’écrire depuis des décennies à propos de l’art de la guerre chez les Celtes : les stéréotypes attachés à la médiocre valeur militaire des Celtes, sont totalement faux, en conséquence de quoi ils ne sont plus de mise et doivent être rejetés. Si les Celtes en guerre présentaient des caractères originaux distincts d’autres ethnies contemporaines, ces différences en faisaient précisément la valeur et c’est en raison même de leur haute qualification militaire qu’ils furent recrutés en masse pour servir sur la quasi-totalité des champs de bataille de la Méditerranée.

 

On trouve ensuite les sources, la bibliographie[10], la liste des illustrations[11], les notes et un index.

Alain Deyber,

Docteur d’Etat de La Sorbonne en Histoire et Civilisation de l’Antiquité

[1] On relira avec fruit le très beau livre (de nos jours un peu vieilli), mais qui reste un must en la matière, d’Éric Muraise, Introduction à l’histoire militaire, Nancy, Charles Lavauzelle & Cie, 1964.

[2] D’une façon générale et peu compréhensible, très peu d’historiens se sont consacrés à l’étude des problèmes de la guerre chez les Celtes à la différence des Grecs, des Romains et d’autres grands peuples du Moyen-Orient : Deyber (A.), Les Gaulois en guerre, Paris, Errance, 2009, p. 21-27 ; réédition revue et augmentée actuellement en préparation chez Actes Sud / Errance.

[3] Cette affirmation doit toutefois être nuancée, comme nous l’avons montré dans notre article « La période de La Tène D1a à D2a a-t-elle été le théâtre d’une révolution militaire en Gaule ? » In : Revue des études militaires anciennes, n° 4, 2007, p. 59-72. Grosso-modo, dès La Tène B2 (fin du IVe siècle avant Jésus-Christ) et tout au long de la Tène C (IIIe-milieu IIe siècle avant Jésus-Christ), il apparait que Les Celtes connaissaient et appliquaient les grands principes de la guerre et les paramètres de la manœuvre ; là résidait leur avantage comparatif par rapport aux autres peuples barbares du pourtour méditerranéen. En particulier, une révolution semble s’opérer dans la manière de faire la guerre entre 140 et 50 avant Jésus-Christ (conséquence des « guerres cimbriques » ? La question est actuellement en débat ; elle fera l’objet d’une table ronde internationale de spécialistes au Centre Archéologique Européen de Bibracte, du 26 au 28 octobre 2020), où les formes de la guerre prennent une toute nouvelle tournure.

[4] Au-delà de 40% de pertes (tués, blessés, disparus), les militaires considèrent qu’une armée est détruite et qu’elle est devenue impropre au combat.

[5] On ne peut pas parler d’armement réglementaire avant le XVIIe siècle : Deyber, op.cit. 2009, p. 281.

[6] Dès 2008, nous avions déjà souligné cet important détail du dispositif adopté par Hannibal : Deyber, op. cit. 2009, p. 250. Sur la signification des termes du vocabulaire militaire : id. ibid., p. 429-433 ; id., Vercingetorix chef de guerre, 3e éd., Chamalières, Lemme edit, 2018, p. 152-156, 165, 168, 191, 198.

[7] Ce sont des hypothèses que L.B. n’a pas envisagées. Pourtant, dans les sociétés anciennes en guerre, ces événements sont courants pendant les opérations militaires : Deyber, op. cit. 2018, p. 103-106 ; Deyber (A.) et Romeuf (D.), Les derniers jours du siège d’Alesia. 22-27 septembre 52 av. J.-C., Chamalières, Lemme edit, 2019, p. 107 et suiv.

[8] Le terme est anachronique pour cette époque. Aucune source antique ne permet d’identifier un item correspondant volens-nolens à ce terme, et les différents livres de « stratagèmes », exposant des exemples sous forme de maximes, ne peuvent en tenir lieu. Une doctrine suppose une pensée militaire élaborée et construite. Les prémisses n’apparaissent pas en Europe avant la Renaissance, puis le mouvement se précise et s’amplifie sous l’Ancien Régime, époque sont publiés les premiers ouvrages de synthèse, qui vont à leur tour donner naissance au XIXe siècle à des « manuels ». Pour l’Antiquité et le monde celtique, mieux vaut parler d’usages, de coutumes, étant observé que si les Celtes connaissaient bien les « grands principes de la guerre » et les « paramètres de la manœuvre », ils les appliquaient de façon empirique, ce que leurs adversaires (puis les historiens modernes) n’ont jamais été capables de traduire faute de les avoir compris : Deyber, op. cit. 2009, p. 340-349 ; 429-434 ; Deyber et Romeuf, op. cit. 2019, p. 83-98, 147-157.

[9] Ce qualificatif est employé par les militaires. Au IIe et Ier siècle avant Jésus-Christ, cohabitaient chez les Celtes deux types d’« arme tactique » de cavalerie, lourde et légère, présentant chacune plusieurs options qui permettaient un emploi optimal, une qualité que les Romains ne manquèrent pas de repérer et d’exploiter dès la fin de la République et pendant tout l’Empire : Deyber, op. cit. 2009, p. 331-335, 436 ; Deyber, op. cit. 2018, p. 65.

[10] Qu’on nous pardonne de relever un petit oubli : la référence de notre livre Les Gaulois en guerre, Paris, Errance, 2009, cité p. 18 n. 10, ne se retrouve pas cité dans la bibliographie.

[11] Particulièrement bien choisies, elles intègrent les données issues de la recherche archéologique récente.

Citer cet article comme : Alain Deyber, Les Celtes d’Hannibal, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/01/2020, https://reainfo.hypotheses.org/19649.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.