H2020 — Homère, horizon culturel

Date d’envoi des candidatures. Samedi 1er Février 2020
Date du colloque. Du Mercredi 21 au Samedi 24 Octobre 2020
Lieu. Nice

Les épopées homériques ne sont pas seulement les œuvres grecques les plus recopiées, étudiées, commentées de toute la tradition occidentale jusqu’à nos jours, elles sont aussi celles qui suscitent, sans que cette fécondité et cet attrait ne se démentent jamais, le plus grand nombre de perspectives critiques diverses en littérature, et plus largement dans les sciences humaines. Elles constituent un laboratoire des études littéraires, de la génétique textuelle, de la critique historique, de l’analyse anthropologique, des humanités numériques, etc. L’objectif de ce colloque est de proposer un état des lieux des avancées récentes de la recherche sur l’œuvre et la tradition homériques. Ce bilan et cette synthèse prendront une forme dialectique par la confrontation des approches et conceptions souvent divergentes développées au cours des dernières décennies, qui ont profondément renouvelés les études homériques. Ils seront organisés en six perspectives.

Session 1. Problématique de la composition

La recherche sur la composition progressive et stratifiée des épopées homérique procède aujourd’hui en suivant deux orientations principales, la « théorie orale » et la néo-analyse (qui a presque incorporé aussi le courant néo-unitaire ou, au moins, en a acquis plusieurs instances). Cependant, des voix se sont récemment élevées pour réclamer un dépassement de cette dichotomie critique et, autant que possible, une intégration de ces deux orientations, qui ont un certain nombre de points de contact, en dépit des différences, qui d’ailleurs ne sont pas sans importance. Il s’agira donc d’entamer un débat, une table ronde au sens propre du terme, pour faire dialoguer les deux orientations critiques en cherchant en terrain d’entente et (pourquoi pas ?) en reconsidérant les écarts qui les séparent.

Session 2. Tradition manuscrite et critique textuelle

La tradition manuscrite médiévale d’Homère commence avec les manuscrits de l‘Iliade du Xème siècle (scil. le Laurentianus 32.15 = D et le Venetus A = Marcianus Graecus 454), sur lesquels se fondent les éditions homériques, y compris celle aussi autorisée que controversée de M. West (Stuttgart-Leipzig, 1998-2000). Il y a cependant des fragments de papyrus mentionnant le texte homérique qui datent de plus de 1200 ans avant la tradition médiévale, mais ils n’ont pas été suffisamment pris en considération dans la constitutio textus. Plus généralement, la complexité des textes homériques (ce que C. Dué appelle leur « multifor-mité ») n’a pas toujours été correctement évaluée et dûment affrontée : il suffit de penser au problème épineux de la tradition indirecte. Donc il est temps de revenir sur la tradition et sur la critique textuelle homérique dans une perspective plus large et complexe ainsi que plus flexible et nuancée.

Session 3 : La tradition critique

L’histoire de la littérature grecque est en grande partie celle des lectures homériques : la grammaire, les formes du commentaire et de l’exégèse, l’édition, la rhétorique, l’encyclopédisme naissent de la promotion et de la rumination du texte homérique. Il s’agira d’évaluer ce que les recherches et outils modernes permettent de saisir de neuf de cette tradition complexe. Cette nouveauté ne tient pas seulement au texte lui-même considéré sans cesse comme absolument moderne, mais aussi à une meilleure analyse du corpus des scholies et du développement de l’exégèse homérique. Grâce à des procédures d’analyse et des intuitions nouvelles l’ampleur de l’évolution intellectuelle et la richesse de la tradition qui se construisent sur et autour du texte homérique de l’antiquité à la fin de l’époque Byzantine sont désormais mieux appréciées.

Session 4. Poétique et narratologie

La recherche sur la poétique homérique a connu, au cours du XXe siècle, deux évolutions majeures : d’une part la prise en compte du caractère traditionnel et (au moins à l’origine) oral de la composition des poèmes, d’autre part la mise en œuvre d’outils narratologiques appliqués au récit homérique. Ces deux approches ont permis d’enrichir notre lecture du texte et de mieux comprendre certaines de ses particularités. Quels sont aujourd’hui les résultats de ces avancées ? Comment permettent-elles de mieux comprendre l’emploi et la signification des formules, des scènes typiques, des motifs et des thèmes, ainsi que de leurs effets narratifs micro- et macrotextuels ?

Panel 5. Langue et métrique

La Kuntzsprache homérique, par son caractère diachroniquement et dialectalement composite, offre un matériau unique pour interroger les origines de la tradition épique. Parallèlement, il s’agit aussi d’un système linguistique synchronique au fonctionnement autonome et souvent différent du grec classique. De plus, il n’est pas possible d’ignorer le rôle de l’hexamètre dans la constitution de cette langue. Quelles nouvelles approches permettent aujourd’hui de comprendre l’interaction entre ces différentes dimensions (diachronie, dialectologie, syntaxe, métrique) ? Comment les méthodes linguistiques actuelles enrichissent-elles notre comprehension de la langue homérique ? Et quels défis les particularités de cette langue posent-elles à l’approche linguistique ?

Panel 6. L’architexte homérique

Pierre angulaire de la littérature ancienne, l’épopée homérique a rapidement écrasé la concurrence épique et s’est imposée comme l’inépuisable source de création, le syllabaire littéraire de l’antiquité. Comment mesurer la fonction d’architexte jouée par l’épopée autrement que par des présupposés généraux ou des études ponctuelles, comme il en existe à foison. Peut-on à l’intérieur de la tradition grecque et au-delà, dans les littératures anciennes et modernes, évaluer à une échelle intermédiaire non seulement l’impact mais la nature de l’influence homérique. A ce niveau d’intertextualité ou d’intercréativité s’ajoute un autre niveau, méthodologique, qui relève de cette perspective : comme modèle, ou architexte paradigmatique, le texte homérique aide à penser un grand nombre de pratiques littéraires et constitue un point de référence éminent. Il continue d’opérer comme un modèle presque métalittéraire pour une réflexion méthodologique sur toutes les littératures et le fait littéraire.  Dans ces deux voies, littéraire, théorique et anthropologique, les recherches récentes ont confirmé le potentiel homérique.

Source. Cepam


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.