Expo – L’Aventure phocéenne. Grecs, Ibères et gaulois en Méditerranée nord-occidental

« L’Aventure phocéenne. Grecs, Ibères et gaulois en Méditerranée nord-occidental », Site archéologique de Lattara, Musée Henri Prades, 390, Route de Pérols, 34970 Lattes, 23 novembre 2019-6 juillet 2020.

C’est l’histoire d’une rencontre, au Ier millénaire av.J.-C., en Méditerranée Nord-Occidentale, entre trois peuples, les Grecs, les Ibères et les Gaulois, que met en lumière cette très belle exposition. D’abord, d’Orient en Occident, on explore, ensuite, on échange, enfin on s’installe, plus ou moins durablement d’ailleurs. Les trois étapes d’un processus bien connu pour les Grecs Phocéens, originaire de l’Ionie, en Asie Mineure mais un peu occulté chez leurs partenaires locaux : les Ibères et les Gaulois. Qui, de la Provence à la Catalogne, tout autour du Golfe du Lion, nouent des contacts, au

moment où l’âge de fer provoque des mutations importantes industrielles et, partant, culturelles et sociales. Preuve en est la Nécropole du Peyrou à Agde (Hérault) et le site de Sant Marti d’Empùries (L’Escala, Catalogne).

L’installation des Phocéens en Provence puis en Corse (Alalia), leur présence en Andalousie (Tartessos) amène échanges commerciaux (le vin « exotique ») et, partant, sociaux et culturels (par exemple, ce fragment de coupe en céramique attique à figures rouges du Vème siècle, trouvé à Narbonne et que l’on peut admirer au Palais des Archevêques de la cité). C’est ainsi qu’au moins jusqu’au début du IIIème siècle av. J.-C. on aboutit à une forme de stabilité politique globale, troublée par la prise, en 545, de Phocée par les Perses. Prise qui provoque un exode des Phocéens à Massalia et à Alalia, puis une riposte navale étrusco-punique. L’insécurité engendre alors, en Provence, l’émergence de nombreux sites fortifiés et une rivalité des cités indigènes avec Massalia, qui fonde des colonies, comme celle d’Olbia (Hyères, Var).

Bref, c’est cette passionnante histoire que met en scène l’exposition, à travers de magnifiques objets dont les plus belles pièces sont un rhyton (vase à boire) en forme de sphinx, en céramique attique à figures rouges, des années 470 et qui se trouve au musée des Corbières, à Sigean (Aude) et une statue d’Esculape, du IIème siècle av. J.-C. qui se trouve au musée d’Archéologie de Catalogne, à Barcelone.

Claude Aziza


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search