La véritable histoire des douze Césars

Girod (V.), La véritable histoire des douze Césars— Paris : Perrin, 2019. — 415 p. — ISBN : 978-2-262-07438-8.

Crédit image. Première de couverture – Éditions Perrin

            « Domus Augusta, ton univers impitoyable… ». Ce remplacement de « Dallas » par la « Maison Auguste » m’est venu spontanément à l’esprit en lisant ces quelque 400 pages de Virginie Girod, dont l’idée générale est admirablement résumée p. 16 :

« Les douze Césars s’inscrivent dans une histoire de famille particulièrement complexe. Ils ne peuvent être réduits à une succession de biographies se chevauchant plus ou moins. Ils forment ensemble la fresque humaine la plus cynique du Haut Empire et sans doute l’une des plus captivantes de l’histoire de l’Occident. La véritable histoire des douze Césars est dès lors une sorte de saga familiale où chaque destin d’empereur est lié à celui de son entourage sur près de cinq générations. Le palais où ils évoluent est un lieu d’une grande violence psychologique et parfois physique. Les maîtres de Rome y sont empoisonnés au venin de la jalousie, de la haine, des amours déçues et de la vengeance avant même d’accéder au pouvoir. »

Cet ouvrage a été inspiré à l’auteure par les Vies des douze Césars de Suétone que ses études et ses travaux l’ont amenée à fréquenter sans relâche depuis ses 22 ans. Mais comme elle est une historienne du XXIe siècle, elle connaît les règles scientifiques modernes. Elle sait qu’il faut croiser les sources, prendre en compte tous les types de documents, — littéraires, mais aussi figurés, architecturaux, numismatiques, archéologiques, etc. — et surtout qu’il faut utiliser son esprit critique, sa faculté de raisonner et sa logique. Dans l’Antiquité, l’histoire était considérée comme un genre littéraire avec tous les embellissements que cela comporte et tous les procédés afférents. Certes, Suétone ne se classe pas dans cette catégorie : ce membre de l’administration devenu secrétaire de l’empereur Hadrien, au IIe s. de notre ère, a rédigé, entre autres écrits traitant de sujets variés (les jeux, les termes d’injure, etc.), des biographies, sur respectivement Jules César, Auguste, Tibère, Caligula, Claude, Néron, Galba, Othon, Vitellius, Vespasien, Titus et Domitien. Il a été témoin de certains faits et ses fonctions lui donnant accès aux archives, il s’est documenté ; c’est ce qu’il signale à maintes reprises. Lorsqu’il a des doutes sur ce qu’il rapporte, il n’hésite pas à l’avouer. Cependant, sans même peut-être qu’il s’en rende compte, il est influencé par son milieu social, l’ordre équestre. Puis, comme il faisait partie de l’entourage du prince, tout l’incitait à construire ses récits pour glorifier celui-ci et sa dynastie, en montrant volontiers les défauts de ceux qui l’avaient précédé. Si bien que sa totale impartialité n’est pas garantie. Et puis, on sent chez lui un goût pour les anecdotes croustillantes, le parfum du scandale, ce qui sort de l’ordinaire… C’est pourquoi V. Girod le définit très justement p. 18 lorsqu’elle estime qu’« à défaut d’avoir été un historien au sens académique, Suétone s’est comporté en protoenquêteur ».

Elle a été séduite par cette saga, ces aventures de la famille Julio-Claudienne (de Jules César à Néron inclus), auxquelles ont mis fin des usurpateurs (Galba, Othon, Vitellius) suivis de la famille des Flaviens (Vespasien et ses deux fils), usurpateurs et Flaviens s’évertuant à se rattacher autant que faire se pouvait aux prestigieux Julio-Claudiens. Elle a bien vu que le trait de génie était d’avoir présenté ensemble ces douze biographies, ce qui en faisait ressortir le caractère d’épopée familiale sur plusieurs générations. Toutefois V. Girod est une historienne de notre époque, une scientifique, formée par les meilleurs maîtres, titulaire d’une thèse de doctorat soutenue à la Sorbonne. Aussi a-t-elle récrit, pour ainsi dire, le livre de Suétone, en usant de la méthode la plus rigoureuse[1]. Son récit est issu non pas uniquement du secrétaire d’Hadrien, mais de tous les écrivains antiques ayant fait allusion à ces questions et s’appuie sur une bibliographie récente très solide, tout cela sans négliger les autres genres de documents. Les notes y sont abondantes et de deux types ; celles placées en fin de volume, appelées par des numéros, contiennent, comme le veut la tradition universitaire, les références (que le lecteur qu’elles n’intéressent pas pourra éluder s’il le souhaite) et quelques réflexions ; d’autres situées en bas de page et signalées par des astérisques indiquent au non spécialiste les réalités romaines indispensables pour comprendre le texte. Ce souci pédagogique de clarté se manifeste également par la présence de tableaux généalogiques et d’une chronologie, particulièrement utiles étant donné la complexité des liens familiaux et l’enchevêtrement des événements (l’index permet aussi de s’y retrouver).

Mais V. Girod n’est pas qu’une savante, c’est aussi une remarquable conteuse. En intervenante habituée des émissions de radio et de télévision elle sait captiver l’attention du public. Les anecdotes sont légion. Elle a l’art de s’exprimer simplement dans une langue accessible à tous. On y relève parfois des clichés de journalistes (« la tension est palpable », par exemple, revient souvent), parfois familière (Claude est « mis sur la touche  par Auguste » p. 180) ; cela ne fait que gommer ce que l’érudition pourrait avoir de pédant ou de suranné et réduit la distance entre cette histoire des temps passés et le lecteur d’aujourd’hui. Elle se met à la portée des gens. Elle n’utilise que les traductions des textes et jamais leur version originale[2]. Elle est experte pour trouver les titres à l’air accrocheur et au fond parfaitement justes (« Néron, la tragédie d’un fils à maman »), ou les dénominations piquantes (la périphrase « la jolie brunette » désigne Messaline environ une fois sur deux) ; cela aboutit souvent à des boutades spirituelles : « ils ont été pris de vitesse par le boiteux », écrit-elle p. 188, des sénateurs à l’avènement de Claude.

Ce qui est surtout caractéristique de ce livre, c’est l’état d’esprit de l’auteure. Elle déclare avoir souhaité parler des hommes qu’étaient les empereurs et poursuit (p. 363) :

« Je voulais expliquer leurs comportements les plus fous, trouver l’étiologie de leur paranoïa ou de leur mégalomanie. Pour cela, il faut être bienveillant mais sans complaisance, interroger leur nature sans les juger et jeter des ponts en toute modestie avec d’autres sciences humaines. »

C’est ce qu’elle a fait, en utilisant l’apport de la médecine et de la psychologie modernes, voire de la psychanalyse, ainsi que des neurosciences. Elle a particulièrement mis en valeur le rôle joué par les femmes de l’entourage de ses héros. (La sexualité et la place des femmes dans l’Antiquité latine font partie d’ailleurs de ses thèmes de recherche universitaires).

            Une autre originalité de cet ouvrage vient de l’introduction et de la conclusion de chaque chapitre. Elles sont constituées par de brèves fictions, courtes narrations tirées de l’imagination de V. Girod à propos d’un fait en rapport avec le protagoniste du chapitre. L’écrivaine les compare à des « scènes de reconstitution dans les documentaires télévisés » (p. 11). Personnellement cela m’a fait penser aux illustrations ou reproductions de tableau qui dans certains livres sont placées en tête d’un développement pour en faire sentir l’idée générale. Elles sont signalées par une police différente et un trait vertical dans la marge, afin, est-il expliqué, que « le lecteur rétif à ces rêveries [puisse] faire l’impasse sur leur lecture ».

            On l’aura compris, ce travail permettra aux spécialistes de confronter leur opinion avec ce que V. Girod appelle p. 363 son « intime conviction sur les Césars ». Le grand public apprendra sans ennui beaucoup de choses de ce récit vivant… et perdra au passage nombre d’idées reçues ! Et vu le plaisir que paraît avoir pris l’auteure à l’écrire ainsi que l’excellence du résultat, cet ouvrage sans aucun doute suscitera chez les jeunes des vocations d’historiens[3].

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

[1] Toutefois on la prend de temps en temps en flagrant délit de ne pas suivre ses sources de très près. Un exemple ? À propos des vestales coupables sous Domitien, elle écrit p. 347 que « trois vestales coupables seulement endurent des punitions non mortelles. En revanche la grande vestale Cornelia est condamnée à la peine capitale » et renvoie à Suet., Dom. 8. Or si on se reporte à ce passage, on lit : cum Oculatis sororibus, item Varronillae liberum mortis permisisset arbitrium […] Corneliam maximam virginem […] defodi imperavit, ce qui signifie « alors qu’il avait permis aux sœurs Oculata ainsi qu’à Varronilla le libre choix de leur mort, il ordonna d’enterrer (s.e. vivante) la grande vestale Cornelia » (les caractères gras sont de moi).

[2] Pour Suétone la traduction dont elle se sert est celle de H. Ailloud, dont la première édition dans la Collection des Universités de France, aux Belles Lettres, date de 1931-1932. Elle ne cite pas celle de G. Flamerie de Lachapelle, dans Suétone, Vies, introduction, traduction et commentaire de G. Flamerie de Lachapelle, Les Belles Lettres, Collection  Editio minor, Paris 2016, travail, — pourtant très riche —, qui ne figure même pas dans sa bibliographie.

[3] Peu importe qu’on relève quelques petites scories ici et là, fautes d’impression ou inadvertances. Ainsi il est indiqué à plusieurs reprises (p.194, 196) que Sénèque a été relégué en Sicile, alors que c’est en Corse ; le triomphateur était revêtu de la toga (« toge ») picta et non de la togata picta (p. 50) ; il n’existe pas de service a cognitibus comme indiqué p. 195, mais a cognitionibus. Et j’en passe… De toute façon ces vétilles ne ternissent pas l’éclat général de ce livre !

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, La véritable histoire des douze Césars, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/02/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20105.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search