Tout Homère

Monsacré (H.) (dir.), Tout Homère. Paris : Albin Michel/Les Belles Lettres, 2019. – 1296p. -ISBN : 9782226439789

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres/ Albin Michel

Ce bel ouvrage n’est pas un livre comme les autres. Il témoigne d’un effort d’édition exceptionnel qui fait honneur à ceux qui l’ont imaginé, dirigé et réalisé.

Le titre peut surprendre certains lecteurs, pour qui Homère est l’auteur réel ou supposé des deux grandes épopées archaïques, l’Iliade et l’Odyssée, et qui pensent que son œuvre se limite à elles. C’était d’ailleurs l’opinion de beaucoup de lettrés dès l’Antiquité. Mais d’autres lui attribuaient des poèmes supplémentaires : les Hymnes homériques, les épopées du Cycle, des œuvres comiques…

Il convient donc avant tout de saluer l’idée, nouvelle en France, de publier une traduction de l’ensemble homérique dans une présentation totalisante et séduisante à la fois, sans le texte grec, mais complétée par un lexique et un index, à mi-chemin entre l’édition savante et la vulgarisation de première qualité.

Bien entendu, ce sont l’Iliade et l’Odyssée qui forment l’essentiel du volume.

La traduction de l’Iliade est la première nouveauté. Elle est due à Pierre Judet de la Combe, qui prend ainsi la succession de Paul Mazon, Louis Bardollet, Frédéric Mugler et Philippe Brunet, pour nous en tenir aux principales éditions récentes : il faut d’ailleurs saluer, malgré une réussite inégale, tous ces héros de la traduction.

Judet de la Combe présente l’épopée dans une introduction qui résume avec élégance les « questions homériques ». Il souligne, au sein de la tradition orale, la puissante originalité de composition qui a fait de cette épopée un monument aphtiton, impérissable.

P. Judet de la Combe est un helléniste passionné par l’art de la traduction dont il a une riche expérience et qui est pour lui un mode de connaissance : son travail est à la fois scrupuleux et de haute tenue littéraire. Il explique lui-même avec précision pourquoi il a choisi de rendre le premier vers par « Cette colère d’Achille, fils de Pélée, déesse, chante-là… » au lieu de « Chante, déesse, la colère… »

L’ensemble a incontestablement fière allure[1]. On sait pourtant les difficultés que présentent la langue et la phraséologie d’Homère, en particulier les épithètes traditionnelles et le style formulaire, qu’il est presque impossible de traduire sans violenter la langue française. Le vocabulaire de l’épopée pose également de graves problèmes ; le traducteur s’est efforcé de rendre au mieux les conceptions morales, « psychologiques », religieuses, si éloignées des nôtres. Rendre Héra boôpis par « Héra à l’œil de vache » au lieu de « aux larges yeux » est un choix courageux et justifié. Le nom d’Hadès, dieu des Enfers, était senti comme signifiant « invisible ». Le vers XI, 263, traduit par Mazon « ils entrèrent chez Hadès » devient chez Judet « ils s’enfoncèrent dans la maison des Invisibles ». La grandeur du style n’a rien de guindé : les nêpioi (qui ne comprennent rien au destin qui les attend) ne sont plus des « sots » ou des « enfants » mais des « idiots ». Les realia ont moins intéressé le traducteur, d’où certaines imprécisions et confusions, d’ailleurs inévitables dans un travail d’une telle ampleur[2].

Je dirais en conclusion que la nouvelle traduction, si elle prête inévitablement le flanc à des discussions de détail, donne au texte la respiration et le dynamisme qui conviennent à la récitation publique : l’auditeur, et le lecteur s’il sait écouter ce qu’il lit, pourront entendre un écho de la grande voix de l’aède.

L’Odyssée, toujours seconde, n’a pas eu la chance de trouver un traducteur nouveau, et c’est le texte de Victor Bérard qu’on retrouve ici : c’est à la fois un plaisir et une déception. La prose est belle et garde son charme à l’oralité, malgré un vocabulaire désuet ; elle a bercé bien des lecteurs français depuis l’enfance. Telle qu’on la trouve dans la CUF, elle pose néanmoins un problème très grave, puisque Bérard, « analyste » forcené qui était passé à côté de l’Oral Poetry, la découverte fondamentale de Milman Parry, avait démembré de toutes les façons le texte de la tradition. Ce choix catastrophique est ici effacé, les hexamètres et les chants remis en bon ordre. La brève introduction d’E. Cantarella se concentre sur les significations socio-politiques du Poème. Les notes de S. Milanezi sont discrètes et se contentent généralement de fournir des informations de base. On nous a fait grâce de la sempiternelle carte des voyages d’Ulysse.

Ce volume cependant entend présenter « tout Homère » ; c’est son originalité et ce qui en fait tout le prix. Pour une fois, les lecteurs curieux pourront donc se faire une idée des univers littéraire et philologique dont dépendent les Épopées. D’abord les Hymnes homériques. Ici encore, la traduction de Jean Humbert (1936) a fait honneur à la CUF. Elle a vieilli, comme tout le monde[3]. Depuis les années trente la recherche sur ces textes[4] a fait des progrès considérables ; heureusement la présentation de Christine Hunziger résume clairement l’état actuel de la question.

On lit avec plaisir, sous la plume de Michel Casevitz, un choix de scholies et quelques passages du monumental Commentaire d’Eustathe. Ces pages font entrer dans ce qu’on appelle « la culture générale » un travail d’érudition millénaire généralement réservé à de rares spécialistes.

Tous les dossiers qui suivent constituent un apport précieux qui renouvellera aux yeux du public français l’image du monde homérique ; par exemple les poèmes drolatiques : le Crétin vorace (Margitès) et surtout la Guerre des Grenouilles contre les Rats (Batrachomyomachie) présentée et traduite par Adrian Faure.

Que le public ait enfin accès au dossier des poèmes du Cycle constitue l’une des réussites majeures de ce recueil. Ces textes oubliés, mal aimés dès l’époque d’Aristote, ont été d’une importance capitale. Ils avaient fourni en particulier les sujets de nombreuses tragédies et œuvres d’art. Mais, même si on les considère généralement comme postérieurs à Homère, ils étaient les témoins de traditions très anciennes. Le peu qu’il en reste est d’abord présenté par E. Cantarella, puis les fragments sont rassemblés par S. Milanezzi et H. Monsacré et traduits par C. Hunziger ; la Chrestomathie de Proclus est donnée dans la traduction d’A. Severyns (qui date de 1963). Ensuite un dossier intitulé Posthomerica, écrit par G. Guidorizzi, revient sur ces textes et sur l’ensemble de la grande légende troyenne et des Retours, jusqu’à Dictys de Crète ou Quintus de Smyrne. Enfin, X. Gheerbrant présente et traduit les fragments des autres Cycles légendaires, la Thébaïde et un vers rescapé de La Prise d’Œchalie.

Si le lecteur risque de se perdre dans la présentation d’un dossier complexe et un peu répétitif, il a enfin sous les yeux, en français, les traces d’un monde mythique qui était le contexte des épopées homériques.

Enfin sont regroupées, présentées et traduites par Gérard Lambin, spécialiste du « Roman d’Homère », les dix Vies qui nous ont été transmises, en particulier la Vita Herodotea et le Certamen.

Le volume se clôt sur les propos de Heinz Wismann, helléniste et philosophe, qui insiste sur le caractère ouvert de la signification des épopées, à la différence de la poésie hésiodique qui conduit à la philosophie.

« Homère multiplie les possibilités de faire signifier les mythes. (…) Aucune manière de comprendre Homère ne l’épuise. » (p. 1185-1187)

Le lecteur de ce compte rendu l’aura compris : tout n’est pas neuf ; dans ce vaste travail collectif, on trouve inévitablement, ici ou là, un point contestable ou un manque de netteté. Mais ces réserves sont très secondaires quand on songe à la perspective de l’ouvrage. Le bilan de ce volume, qui sera désormais indispensable à toute bibliothèque, est clairement et largement positif. Sa parution est une grande et bonne nouvelle pour tous ceux qui ne se lassent pas de visiter ces immenses monuments de mots qu’a jadis composés, selon la tradition, Homère – « le Poète », tout simplement.

Pierre Sauzeau,

Professeur émérite – Université Paul Valéry

[1] Bien sûr, le philologue critique ayant par nature l’âme mesquine trouve à redire ici ou là :

Il., X, 263-264 : …les dents brillantes d’un sanglier blanc de crocs…

Or les sangliers n’ont pas de crocs, mais des défenses – erreur qu’on trouve déjà chez Mazon… Je suggère :

« Les dents brillantes d’un sanglier aux vives défenses… »

[2] Signalons, par exemple, la confusion du « char » et du « chariot » au chant XXIV : l’expression « char poli » du vers 322 renvoie au chariot à quatre roues (ἀπήνη ; cf. v. 275) conduit par le héraut, chariot qu’il faut distinguer du char à deux roues (de guerre, de course, ici de voyage) δίφρος sur lequel est monté Priam ; d’où l’intrusion de l’épithète « poli » qui n’a pas de répondant dans le texte grec.

[3] Les rares erreurs n’ont pas été corrigées (par ex. Hh à Hermès, v. 310-311 : sept mots grecs non traduits).

[4] Citons, parmi tant d’autres, les noms d’A. Hoekstra, Jenny Strauss Clay, L. Kahn et N. Richardson.

Citer cet article comme : Pierre Sauzeau, Tout Homère, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/02/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20385.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.