A la recherche des phéniciens

Crawley Quinn (J.), A la recherche des Phéniciens. Princeton University Presse: 2018 ; Editions La Découverte 2019 pour la traduction française. – 408p. – ISBN 978-2-348-04202-7

Crédit image. Première de couverture – Edition La Découverte

Préfacée par Corinne Bonnet, la version française de ce gros ouvrage de Josephine Crawley Quinn paru en 2018 propose une approche stimulante de ceux que les sources grecques désignent comme Phéniciens et les sources latines comme Puniques.

La première partie du livre, intitulée « Des Phéniciens fantômes », questionne l’idée très largement répandue selon laquelle les Phéniciens constituaient un groupe ethnoculturel identifiable et insiste sur le fait que la définition des Phéniciens ne relève pas de l’ethnicité. Elle propose une synthèse de l’historiographie de la « question phénicienne » qui repose sur une culture scientifique dont l’ampleur et la richesse sont reflétées par l’énorme bibliographie qui figure en fin de volume.

L’auteur démontre de manière claire et dynamique que l’idée d’un peuple phénicien relève largement d’une construction intellectuelle à travers les âges. Josephine Crawley Quinn rappelle que ce sont les sources grecques qui mettent en avant une origine commune aux populations de la côte levantine à travers le personnage mythique de Phoinix et montre à travers une étude fine des sources disponibles que l’invention des Phéniciens s’est faite parallèlement à la construction par les Grecs – puis par les Romains – de leur propre identité, sur fond de rivalités pour le contrôle de la Méditerranée occidentale et en particulier de la Sicile.

Cette définition ethnique des Phéniciens a été reprise et renforcée par la suite par les idéologies nationalistes européennes alors même que les rares données historiques dont on dispose ne permettent pas de l’avaliser, avant de devenir un enjeu à bien des égards dans la construction du Liban moderne.

Une fois la finalité du livre ainsi replacée dans son cadre historiographique et herméneutique, la deuxième partie du livre, intitulée « Des mondes multiples », s’attache non plus à l’ethnicité mais à l’identité phénicienne. L’auteur y étudie surtout les communautés phéniciennes d’Occident et propose d’assigner l’émergence d’une forme d’identité phénicienne au Ve siècle avant J.-C., lorsque Carthage promeut cette identité pour appuyer ses ambitions coloniales. Dans ce cadre, l’auteur revient d’abord sur la question épineuse des tophets, qu’on ne trouve pas partout dans la diaspora contrairement à une idée avancée par Moscati, qui y voyait « un composant distinctif des établissements « puniques » en Méditerranée » (cité p. 138). Pour Josephine Crawley-Quinn, ces pratiques correspondraient à une forme de culte spécifique, peut-être mal tolérée dans les communautés dont étaient issus ceux qui l’avaient adoptée : ils se seraient alors installés à l’ouest, formant des communautés assez proches les unes des autres et créant une nouvelle identité dont le fondement ne se réduisait, si son hypothèse est juste, ni à des caractères ethniques, ni à une identité civique, ni à des liens familiaux. Ce modèle communautaire, que l’auteur appelle « le cercle des tophets » aurait par la suite été éclipsé par l’impérialisme carthaginois, qui se serait appuyé sur d’autres réseaux et en particulier sur celui du culte de Melqart. Le culte de Melqart/Héraclès/Macéris en Sardaigne aurait ainsi permis de créer une nouvelle identité partagée pour la communauté de communautés en train de se former sous

l’égide de Carthage, et qui se serait rattachée alors à Tyr par le biais de ce dieu, puis par la légende de Didon. L’expansionnisme carthaginois aurait ainsi pris les traits d’un retour aux sources, dans une identité phénicienne partagée qui relevait, une fois encore, d’une construction consciente et non d’une réalité préalable.

La troisième partie de l’ouvrage, enfin, veut montrer que les preuves d’une identité phénicienne ont augmenté après la conquête d’Alexandre et étudie notamment l’intérêt manifesté par les Grecs et les Romains pour le passé phénicien dans le Levant après 332 avant J.-C. Si, comme tout on long de l’ouvrage, on suit avec intérêt la démonstration de l’auteur, le chapitre consacré aux Phéniciens du Levant est cependant celui qui donne le plus de prise à la discussion.

En particulier, on peut sans doute nuancer l’idée qu’il n’existe toujours pas d’identité phénicienne ou de sentiment d’une appartenance partagée aux époques hellénistique et romaine. L’intégration dans le monde grec puis dans l’empire romain a certes nourri les clichés sur les Phéniciens, souvent réduits à une image de colporteurs, de bonimenteurs, de débauchés…, renforçant ainsi une image construite de l’extérieur, mais elle a aussi entraîné à l’intérieur des cités du Levant une transformation en profondeur au moins du groupe des élites, le seul atteignable par le biais de nos sources. Certes, les élites des grandes cités phéniciennes sont entrées dans l’esprit agonistique propre au monde grec mais justement : c’est toujours entre elles que les cités phéniciennes se disputent le statut de maison d’Agénor et de métropole de la région, en se basant sur des mythes partagés, ce qui tendrait à montrer que les citoyens de Sidon, Beyrouth ou Tyr avaient conscience de former une entité commune et de partager des références et un passé commun. La dernière attestation écrite du phénicien dans le Levant est actuellement une inscription du gymnase d’Arados dont Françoise Briquel-Chatonnet a montré qu’elle correspondait à une tentative maladroite pour retranscrire un texte grec en phénicien, à une époque où cette langue est largement remplacée par l’araméen dans les usages du quotidien. Cette volonté de préserver sa langue peut sans doute être considérée comme un sursaut identitaire, la volonté de préserver un patrimoine commun. Pour le dire autrement, on peut accepter la thèse de Josephine Crawley Quinn, qui veut que l’identité phénicienne ait été en partie construite de manière extrinsèque mais cela n’empêche pas que cette identité ait pu faire l’objet, par la suite, d’une forme de revendication intrinsèque et que les Phéniciens aient vraiment existé en tant que groupe conscient de son appartenance commune.

De même, si en Afrique romaine les modèles, les références puniques ont été peu à peu remplacés par la création, à partir de cette base, d’une nouvelle identité plus proprement « africaine » ou « afro-romaine », cela ne signifie pas qu’au départ les individus ne se revendiquaient pas d’une identité phénicienne ou punique par leurs pratiques. Faute de sources, on ne peut pas trancher actuellement.

Cela étant, si la démonstration de Josephine Crawley Quinn peut paraître un peu trop univoque dans les chapitres 7 et 8 qu’on vient d’évoquer, son retour au chapitre 9, le dernier, sur l’instrumentalisation des Phéniciens à l’époque moderne dans le monde britannique emporte totalement l’adhésion et ouvre sur une conclusion qui clôt magistralement ce livre particulièrement clair, très pédagogique, très stimulant par sa richesse et par son style (malgré une traduction française parfois flottante voire incorrecte) et qui intègre tous les courants de l’historiographie la plus actuelle.

C’est un livre qui oblige ceux qui le lisent à s’interroger sur leurs propres pratiques et sur leurs conceptions, tout en s’appuyant sur une somme impressionnante de connaissances : on ne saurait trop en recommander la lecture.

Catherine Apicella,

Maîtresse de conférence en histoire ancienne

Citer cet article comme : Catherine Apicella, A la recherche des phéniciens, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 17/02/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20415.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.