Hérodote: Histoires du monde antique

Bègue (L.), Krstic (V.), Hérodote. Histoires du monde antique. Paris: La librairie des écoles, 2019. – 220 pages. – ISBN : 978-2-36940-085-1

Crédit image. Première de couverture – La librairie des écoles

Cette adaptation de l’Enquête d’Hérodote est proposée par la Librairie des Écoles, maison d’édition spécialisée dans les manuels scolaires et les livres éducatifs à destination des élèves du primaire. Laurent Bègue, son auteur, a écrit des albums sur des personnages historiques ou mythologiques, pour ce même public. Les riches illustrations sont de Vladimir Krstic dit Laci connu par les amateurs de bandes dessinées. Deux agrégées de lettres classiques ont supervisé ce projet, Judith Percy qui présente l’ouvrage et Annie Collognat à qui l’on doit la relecture critique.

La préface présente Hérodote en son temps, l’originalité de sa démarche et la complexité de son œuvre comparable à « un cabinet de curiosités », tant sont multiples ses centres d’intérêt. Cette introduction entre, d’emblée, dans le vif du sujet et donne des axes de lecture aux parents et aux éducateurs. Judith Percy avertit les acheteurs éventuels de ce livre que la violence de certaines scènes peut choquer « les plus petits », mais qu’il suffirait de la replacer dans un contexte « lointain » pour lui enlever tout effet délétère sur des enfants de plus de dix ans. On peut regretter que cette présentation ne précise ni la traduction retenue par Laurent Bègue pour son adaptation, ni les partis pris iconographiques, ni l’audience des Histoires dans l’Antiquité.

L’Enquête est découpée en neuf livres, portant chacun le nom d’une des neuf Muses, selon une tradition qui date de l’époque de la Bibliothèque d’Alexandrie. Dans chacune des parties, les sous-titres mettent l’accent sur des thématiques susceptibles de capter l’attention de jeunes lecteurs, de les émouvoir ou de les étonner. Si le récit suit fidèlement les progrès du royaume perse et marque l’enchaînement des faits qui ont conduit à l’affrontement avec les Grecs, il s’arrête à la victoire grecque de Platées et au partage du butin qui a suivi. Or, Hérodote pousse son enquête jusqu’à Mycale, l’intervention grecque en Ionie et l’expédition athénienne dans l’Hellespont. S’il n’a pas vécu les guerres médiques, il en a connu les conséquences, à savoir la tyrannie que la démocratie athénienne a fait peser sur ses alliés de la Ligue de Délos. Présenté par Judith Percy comme le fils des « Lumières » de la physique ionienne, le « Père de l’Histoire » est aussi le contemporain de la grandeur d’Athènes et de son impérialisme. Il meurt d’ailleurs dans la colonie athénienne de Thourioi, fondée à l’initiative de Périclès en Grande-Grèce, environ dix ans après le début de la guerre du Péloponnèse opposant Athènes et Sparte.

La curiosité insatiable de l’auteur des Histoires, son souci de prendre en compte le monde tel qu’il est, son intérêt pour les régimes politiques des Grecs et des Barbares, son goût du merveilleux transparaissent dans ce récit au style enlevé. Explorateur toujours en éveil, observateur avisé de la diversité des mœurs et des coutumes, spectateur étonné du monde qui l’entoure avec ses merveilles et ses atrocités, Hérodote est tout sauf naïf. Sans dogmatisme ni esprit d’exclusion, il se veut un enquêteur honnête qui exprime son opinion même si elle déplaît au plus grand nombre. Il ajoute : « Mon devoir est de faire connaître ce qui se dit, mais je ne suis pas tenu d’y croire absolument ! Et cela vaut pour toute mon histoire. » (VII, 139 et 152)

Les dessins sont superbes, le plus souvent en pleine page. De facture classique, ils sont riches en couleurs et mettent en valeur les Perses, dès la couverture. Nous sommes dans un monde de guerriers, avec tous les stéréotypes de la masculinité, la force, le courage, la violence. Peu de femmes sont représentées. Elles répondent, elles aussi, aux clichés habituels, joliesse, coquetterie, duplicité. Même Artémise, pourtant mise en valeur par Hérodote pour son rôle dans la bataille de Salamine, n’a droit qu’à un portrait en bas de page qui ne rend pas justice à son audace et à ses stratagèmes (p.184).

Les encarts sont moins des « synthèses » que de brèves explications sur des points de vocabulaire et de chronologie, qui n’éclairent pas toujours le texte. Les noms grecs des dieux égyptiens devaient être expliqués ainsi que la présence d’Hippias à Marathon, prêt à rétablir la tyrannie à Athènes grâce aux Perses. Les Athéniens ne défendaient pas seulement leur patrie mais aussi leur liberté récemment acquise. La colonne serpentine de Delphes, de plus de cinq mètres de haut, méritait d’être présentée, dans un encart, car  cet ex-voto est sans doute le plus célèbre du monde grec, avec son trépied d’or, et  l’inscription des 31 cités qui ont combattu les Perses à la bataille de Platées.

Les cartes sont claires, sauf une, illisible (p.132), mais, de l’une à l’autre, l’orthographe de la Thessalie change, avec ou sans accent (p.119, p.193) et le nom des Sauromates n’est pas toujours correct. Les cartes ne sont ni présentées ni commentées, pourtant elles ont de quoi surprendre ! La forme laisse à désirer. On ne s’attardera pas sur les fautes de français et sur un texte tronqué (p.103), mais sur des anachronismes par trop flagrants. Les Grecs ont connu l’araire mais certainement pas la charrue. Bien qu’ils n’aient pas manqué de dieux, la phrase : « ce que Dieu a décidé » n’a pour eux aucun sens (p. 198) !

Les dessins, souvent fantaisistes, auraient pu être facilement corrigés. Ainsi une relecture attentive aurait-elle pu éviter l’inversion des images (p.157) qui, de fait, contredisent le texte qu’elles sont censées illustrer. Les Perses qui se lancent au combat (p. 204) n’ont ni la tenue décrite par Hérodote ni celle peinte sur les vases attiques, dont visiblement le dessinateur ne s’est pas inspiré. Le théâtre de pierre, choisi comme cadre de la tragédie de Phrynichos, la Prise de Milet, ne peut pas dater du début du Ve siècle et les deux acteurs devraient porter des masques (p.125). La course de char (p.131) se déroule dans un hippodrome romain ! Dans le monde grec, jamais le propriétaire des chevaux ne participait lui-même à la compétition, comme pourrait le laisser croire la planche associée à la victoire de Démarate. Il laissait ce soin à un cocher revêtu d’une tenue spécifique qui n’avait rien de militaire et, dans les concours panhelléniques, il recueillait le prix de sa victoire sous forme d’une couronne.

Quelles que soient ces réserves, à l’heure où se multiplient des récits librement inspirés de héros historiques ou mythologiques sans respect des sources, on se doit de saluer cette entreprise qui non seulement met le texte fondateur du genre historique à la disposition d’un jeune lectorat mais dégage et relie entre elles les causes du premier conflit d’envergure entre l’Europe et l’Asie. Quant à expliquer la cruauté de certaines scènes par l’éloignement dans le temps des mœurs et des coutumes, cela laisse supposer que l’humanité d’aujourd’hui, libérée de toute atrocité, s’épanouirait dans un monde ouvert et tolérant. À la lecture d’Hérodote, les enfants comprennent que la guerre et la violence sont partie prenante de l’Histoire, dès son invention.

Geneviève Hoffmann,

Professeure d’histoire grecque, Université d’Amiens

Citer cet article comme : Geneviève Hoffmann, Hérodote: Histoires du monde antique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/03/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20632.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search