Fables d’Ésope

Ésope, Fables, précédées de la Vie d’Ésope. Traduction nouvelle de Julien Bardot. Édition d’Antoine Biscéré. Avec la collaboration avec Patrick Dandrey. – Paris: Gallimard, 2019. –  442 p. – ISBN: 9782070453931

Crédit image. Première de couverture – éditions Gallimard

En 2018 paraissait aux Belles Lettres, dans la collection editio minor, un volume de Fables grecques et latines de l’Antiquité, édité par Jacqueline et Pierre Sauzeau : on y trouve un choix de fables (grecques et latines) « en contexte », de l’époque archaïque (Hésiode) à l’Antiquité tardive (Aphthonios), puis la traduction de quatre recueils de fables, deux recueils grecs, le composite recueil Chambry (dans l’editio minor de 1927) et les Fables de Babrius, et deux recueils latins, les Fables de Phèdre et celles d’Avianus. Loin de faire double emploi avec cette édition récente, l’ouvrage publié par A. Biscéré et J. Bardot répond à des intentions bien différentes : consacré exclusivement au domaine hellénique, il présente l’originalité de réunir en un seul et même volume la Vie d’Ésope et les Fables dites « ésopiques », dans le but affiché de restituer à la biographie romancée du fabuliste la fonction de « prélude » aux collections ésopiques qu’elle revêtit jusqu’aux Fables de La Fontaine et qui avait peut-être été la sienne dès sa composition.

Ce volume est dû à deux jeunes chercheurs spécialistes de l’histoire de la fable et disciples de Patrick Dandrey : agrégé de Lettres Modernes, Antoine Biscéré a soutenu en 2018 une thèse sur Jean de La Fontaine et la fable ésopique. Genèse et généalogie d’une filiation ambiguë (à paraître aux éditions H. Champion) ; agrégé de Lettres Classiques, Julien Bardot achève pour sa part un doctorat sur les « Visages et usages de l’Antiquité dans l’imaginaire de La Fontaine ». Respectivement secrétaire général et secrétaire adjoint de la Société La Fontaine, A. Biscéré et J. Bardot font aussi partie du comité de rédaction de la revue Le Fablier, et A. Biscéré coordonne par ailleurs, depuis sa fondation en 2012, l’équipe scientifique du projet Fabula numerica, dirigé par P. Dandrey. Les compétences de ce tandem sont sensibles à chaque page de leur volume « ésopique ».

 

L’ouvrage se compose d’une Préface, due à A. Biscéré (p. 7-33), suivie d’une Note sur l’édition, rédigée conjointement par les deux auteurs (p. 35-37). La traduction de la Vie d’Ésope (p. 39-133) et des Fables (p. 135-294) par J. Bardot est suivie d’un Dossier, comprenant : 1) une Chronologie de la tradition ésopique, du milieu du 3e millénaire av. J.-C. (premières attestations de textes apparentés à des fables dans la littérature sumérienne) à 1952, date de parution des Aesopica de B. E. Perry (p. 297-305) ; 2) une Bibliographie (p. 306-314) ; 3) une Notice sur la transmission des textes, évoquant la « Constitution, transmission et réception du texte de la Vie d’Ésope », puis celles des « Fables d’Ésope » (p. 315-320). Suivent une centaine de pages consacrées à l’annotation de la traduction de la Vie et des Fables (p. 321-425), puis deux Tables de concordance, permettant de mettre commodément en rapport les fables du présent volume et celles d’autres recueils, Chambry, Hausrath, Phèdre, Babrius, Avianus-Romulus, ou La Fontaine (p. 426-442).

La préface, à la fois dense et élégante, rédigée par A. Biscéré, s’ouvre avec une mise au point sur l’énigmatique figure d’Ésope, « de l’histoire à la légende ». A. Biscéré présente ensuite la Vie d’Ésope, qu’il qualifie joliment de « rêverie mythographique », peut-être rédigée pour servir de prélude à certains recueils ésopiques, et destinée (aussi) à mettre en scène la naissance du genre littéraire de la fable ; A. Biscéré souligne l’immense succès rencontré par ce texte « rhapsodique », truffé d’anachronismes, dans l’Europe de la Renaissance. Il insiste ensuite sur le caractère conventionnel que revêt l’attribution à « Ésope » de corpus de fables grecques rédigées en fait par des auteurs anonymes à des époques variées : dès l’Antiquité, le nom du fabuliste faisait office de « simple marqueur générique » (ce dont les Anciens eux-mêmes étaient déjà parfaitement conscients). A. Biscéré évoque aussi le débat concernant le statut littéraire des recueils en question : il est possible en effet qu’on ait affaire à des collections à vocation « utilitaire », constituées de fables qui n’étaient pas des « produits finis », mais des « synopsis en attente de réélaboration, d’amplification et d’ornementation » – d’où la brièveté de ces fables « ésopiques », leur simplicité, leur stylisation. A. Biscéré n’en souligne pas moins le charme puissant de ces textes brefs qui ont le « prestige de la miniature » et qui, avec leurs animaux doués de parole, savent conjoindre « le merveilleux au prosaïque » et « l’ordinaire à l’onirique » ; il décrit la lecture de la fable comme une « expérience cognitive qui s’accompagne du plaisir de la saisie du monde par le détour de l’artifice mimétique » : parce qu’elle « opère la fusion magique entre la fugacité du détail, de l’accident, et l’immutabilité de la structure, du tout », la fable promet, comme le mythe, « les délices de l’association entre la pensée et l’imagination, le concept et l’émotion ».

Le texte de la Vie d’Ésope traduit par J. Bardot est celui du manuscrit de Grottaferrata (texte G), dans l’édition de M. Papathomopoulos, Ο ΒΙΟΣ ΤΟΥ ΑΙΣΩΠΟΥ. ΠΑΡΑΛΛΑΓΗ G, Ioannina, 1990, complété, dans les quelques passages où le manuscrit G est lacunaire (§ 2, 24, 37, 57-59, 75-76, 113-114, 141), par des emprunts (en italique) à la recension Westermann, dans l’édition de M. Papathomopoulos, Ο ΒΙΟΣ ΤΟΥ ΑΙΣΩΠΟΥ. ΠΑΡΑΛΛΑΓΗ W, Athènes, 1999. On regrettera que nos deux auteurs aient utilisé pour le texte G la 1re édition de Papathomopoulos, et non l’édition révisée parue à Athènes en 2009 (ΒΙΒΛΟΣ ΞΑΝΘΟΥ ΦΙΛΟΣΟΦΟΥ ΚΑΙ ΑΙΣΩΠΟΥ ΔΟΥΛΟΥ ΑΥΤΟΥ ΠΕΡΙ ΤΗΣ ΑΝΑΣΤΡΟΦΗΣ ΑΙΣΩΠΟΥ. Κριτικὴ ἔκδοση μὲ Εἰσαγωγὴ καὶ Μετάφραση, Athènes, 2009), même si cette dernière est encore loin de la perfection, à en croire le compte-rendu passablement critique publié par I. M. Konstantakos (« Life of Aesop and Adventures of Criticism : A Review-Article on Manolis Papathomopoulos’ Recent Edition of the Vita Aesopi, Version G », Myrtia 28, 2013, p. 355-392). Pour les Fables, A. Biscéré et J. Bardot ont suivi le texte édité par B. E. Perry dans ses Aesopica, Urbana, 1952, dont ils ont traduit les 273 premières pièces – c.-à-d. les 231 Fables de la collection I (dite Collectio Augustana), les Fables extraites de la collection Ia (n° 232-244), et une trentaine de Fables provenant de divers autres manuscrits ésopiques (n° 245-273). Il leur est arrivé de procéder à quelques interventions, très ponctuelles, sur les textes de référence : signalons, dans la Vie d’Ésope, la substitution du nom de « Lykoros » à celui de « Lykourgos », donné au roi de Babylone (p. 113), selon une suggestion de Konstantakos, qui estime ce nom porté par un héros mythologique, fils d’Apollon, mieux en phase avec la thématique « anti-apollonienne » de la Vie d’Ésope. Dans les Fables, les modifications apportées s’inspirent de suggestions de Perry : « louveteau » au lieu de « chiot » dans la fab. 37 (p. 160) ; akhtheinous (« pesants ») au lieu de arkhikous (« souverains ») dans la fab. 105 (p. 199) ; skôpex (« ver ») au lieu de alôpex (« renard ») dans la fab. 268 (p. 291) – interventions dûment signalées dans les notes de fin de volume (p. 352, 372, 388, 423-424).

La traduction de la Vie d’Ésope et des Fables est précise et agréable à lire. Dans la Vie d’Ésope, dont le texte grec est souvent truculent, on peut relever bon nombre de trouvailles intéressantes, qui contribuent à la vivacité et au naturel de la version française. Voici quelques exemples, parmi bien d’autres : καταφαγεῖν > « se goinfrer » (§ 2 et 3) ; κυνοκέφαλος > « babouin » (§ 11 et 30) ; μὰ τὴν σκοτίαν σου > « par ta face de suie » (§ 15) ; προβασκάνιον > « mascotte » (§ 16) ; τῆς σῆς θαυμασιότης > « ton Éminence » (§ 23) ; συμπαίξῃ > « folâtrer » – κινητιᾶν καὶ οὐ πράσσειν τὰ ἴδια > avoir l’air « d’une délurée au lieu d’une femme rangée » (§ 32); εὔρινες > « vous avez le nez creux » (§ 48) ; μὴ ταραχθείς > « sans ciller », ὑπόμωρος > « hurluberlu » (§ 54) ; τὴν τύρχην λήψῃ > « tu passeras un mauvais quart d’heure » (§ 56) ; μέγα δαιμόνιον εἶ > « tu es un grand génie » (§ 80) ; βάτραχος > « crapaud » (§ 88, dans la description d’Ésope par les Samiens) ; ἐραστὴν αὐτοῦ γενέσθαι > « s’entiche de lui » (§ 101) ; εὐχερεῖς λόγους προσφέρεις > « tu en parles à ton aise » (§ 115) ; λαχάνοις ὁμόχροας > « sang de navet » (§ 124). Très bien trouvée aussi, la traduction du jeu de mots πιεῖν ἀπὸ τοῦ βαλανείου par « boisson de sortie de bain » au § 40, ou celle de la périphrase ἡ εὐνοοῦσα par la formule « ma douce » dans l’épisode des « portions » destinées par Xanthos à sa femme et données par Ésope à la chienne (§ 44-49). On peut juger plus contestable, dans le portrait initial d’Ésope, la traduction de l’épithète γαλιάγκων (§ 1) par « les bras semblables à de petites pattes », même si ce terme composé, qui a pour sens premier « aux bras de belette », suggère sans doute le caractère thériomorphe du fabuliste. De même, rendre l’adjectif σαπρός par « bossu » (§ 1, 10, 16, 19, 23, 26) paraît peu opportun et assez réducteur, tant ce terme, qui évoque certes la difformité, mais aussi la pourriture et la nullité, est riche de connotations multiples (J. Bardot le traduit d’ailleurs par « charogne » au § 37). Au § 13, traduire δεσπότης κατὰ φύσιν par « maître en titre » suggère assez mal la radicalité de la remise en question de l’esclavage à laquelle Ésope procède. Au § 43, la traduction de τὰ ἐκ περίσσου λεγόμενα κατὰ πρόσθεσιν καὶ ὑφαίρεσιν par « paroles hors de mesure, que ce soit au-delà ou en-deçà » ne rend pas le caractère très abstrait de la formulation adoptée par Ésope, qui semble parodier en ce passage le mode d’expression alambiqué de son maître Xanthos. Au § 115, συμβαίνει Λυκούργῳ μηδὲν εἶναι ne signifie pas « conviens que Lykoros n’a rien » mais, plus brutalement, « il s’ensuit que Lykoros n’est rien ».

On regrettera au § 127 l’emploi du néologisme « pistèrent » et, au § 131, la traduction de διαπαρθενεύομαι par « déniaiser », euphémisme qui ne rend pas la crudité du terme grec (qui fait clairement référence à la perte de la virginité), et laisse de surcroît supposer un jeu de mots qui ne figure pas dans le texte original. Enfin, il serait souhaitable de veiller à harmoniser les choix de traductions de façon plus systématique : il est maladroit de traduire l’adjectif καθάριον par « robuste » au § 22, pour évoquer l’esclave rêvé par la femme de Xanthos, puis de rendre le même terme par « raffinée », aux § 24 et 29, lorsqu’il est question de cette dernière, qui désire, bien sûr, un serviteur à son image. De même, il vaudrait mieux s’en tenir à une seule et même traduction pour le terme κάθαρμα, rendu par « souillure » au § 30 (comme τὸ κακοπινές au paragraphe suivant), mais par « saleté » au § 69.

On retrouve quelques fluctuations analogues dans la traduction des Fables, à propos du terme κολοιός, traduit par « choucas » dans les fab. 2, 101, 123, 129 (comme l’auteur s’en explique en note, p. 363), mais rendu par « geai » dans les fab. 126, 131 et 219 ; de même, κώνωψ est rendu par « moustique » dans la fab. 137, mais par  « moucheron » dans les fab. 255 et 259. Une rapide comparaison avec la traduction de D. Loayza, qui propose, dans le volume paru en GF-Flammarion en 1995, le même corpus de fables dites « ésopiques », montre toutefois que la version de J. Bardot est bien souvent plus précise et plus fiable que celle de son prédécesseur, comme le suggère d’emblée la simple lecture des titres, dont l’énoncé français ne calquait pas toujours le texte original dans l’édition de Loayza : J. Bardot a restitué les termes omis par ce dernier (Fab. 7 : « Le chat médecin et les poules » ; Fab. 71 : « Le couard (ἀνὴρ δειλός) qui avait découvert un lion d’or » ; Fab. 151 : « Le lion et l’âne qui chassaient de conserve » ; Fab. 267 : « Le berger et le loup élevé avec les chiens »…). Dans les fables à titre binaire, comme la fab. 30 (« Le naufragé et Athéna »), il a rétabli l’ordre des termes, souvent interverti par Loayza – ce qui revient assez fréquemment à restituer la préséance à l’animal ou à l’homme sur les figures divines ou mythologiques (Loayza traduisait « Athéna et le naufragé » ; exemples similaires dans les fab. 38, 41, 46, 50, 52, 73, 81, 122, 168, 173, 178, 183, 239). V. Bardot a aussi rectifié quelques interprétations fautives : dans la Fab. 28 il a à juste titre traduit φέναξ par « fourbe » (au lieu de « perfide » chez Loayza), et dans la Fab. 36 κακοπράγμων par « malintentionné » (au lieu de « fourbe » chez Loayza) ; dans la Fab. 10 (« Le renard qui vit un lion »), il a supprimé la négation indûment introduite par Loayza (« Le renard qui n’avait jamais vu de lion »), et il a restitué à la Fab. 105 son titre original, « Les âges de l’homme », bizarrement transformé par Loayza en énumération à quatre termes, « Le cheval, le bœuf, le chien et l’homme ».

Les notes sur la traduction, qui occupent plus d’une centaine de pages, sont d’une grande richesse, et possèdent le rare mérite d’avoir su combiner matériau informatif, à l’intention de lecteurs « grand public », possiblement peu familiers du monde antique, et considérations plus érudites, susceptibles d’intéresser aussi des lecteurs spécialistes. À côté d’abondantes précisions sur l’arrière-plan mythologique et culturel de la Vie et des Fables – remarques sur les figures divines ou mythologiques invoquées dans ces différents textes (Isis, p. 325 ; Dionysos, p. 328 ; Némésis et Atlas, p. 329…), indications relatives à la vie quotidienne des Anciens (pratique du banquet, p. 338 ; usage du garum et du vin miellé, p. 340-341 ; fonctions du prytane, p. 348 ; festivités des Panathénées, p. 364-365 ; mœurs sexuelles, p. 388-389…), on trouve donc aussi des remarques, d’ordre philologique, sur les choix de traduction (p. 329, sur un jeu de mots à propos du verbe peripatô ; p. 335, sur le terme hippopornê ; p. 382, sur le sens de la préposition mekhris ; p. 395-396 : sur la traduction du verbe sykophantô…). On note également la présence de remarques d’ordre littéraire (p. 326, sur la description de locus amoenus qui sert de cadre à l’épiphanie d’Isis ; p. 357-358, sur l’usage du choliambe ; p. 399, à propos d’un jeu de mots sur le terme « corbeau »…), et surtout un très riche ensemble de commentaires concernant la réception de la Vie d’Ésope à l’époque moderne (p. 324-325, Vie de Lazarillo ; p. 332 333-334, Montaigne ; p. 340 : biographie de Luqman ; p. 342 : collections de bons mots et d’histoires drôles, Diderot ; p. 344-345 : Contes drolatiques de Balzac…), ainsi que l’histoire de la fable (sources, parallèles, variantes, moralisations) : citons par exemple, p. 349-350, les remarques sur la formule rituelle « du temps que les bêtes parlaient… » ; les considérations, p. 364, sur la fable « Le rossignol et l’épervier », souvent considérée comme la première fable de la littérature occidentale ; les remarques, p. 385-386, sur la question de la « moralité » des apologues ésopiques, ou celles, p. 408-409, concernant le processus de « moralisation » (i-e censure) repérable dans une fable comme « La taupe ».

Si la bibliographie est relativement succincte, elle n’en est pas moins très précieuse, car elle a le mérite de recenser prioritairement les publications les plus récentes, dont A. Biscéré et J. Bardot ont fait un large et judicieux usage dans les notes de leur traduction (voir notamment les références répétées aux travaux de Konstantakos, à propos des noms propres des personnages de la Vie d’Ésope, p. 352-353, ou au sujet de la mise en scène du pharaon Nectanébo en figure de souverain cupide, p. 356). Il convient de conclure ce compte-rendu en saluant la qualité d’un ouvrage qui, alliant avec talent clarté et érudition, enthousiasme et scientificité, est bien propre à renouveler l’intérêt des lecteurs du XXIe siècle pour l’énigmatique figure d’Ésope et pour l’univers plein de subtilité de la fable.

 

Corinne Jouanno,

Professeur de langue et littérature grecques – Université de Caen

Citer cet article comme : Corinne Jouanno à propos de Fables d’Ésope, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/03/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20697.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search