Le Banquet

Coco et Enthoven (R.), Le Banquet d’après l’œuvre de Platon. Paris : Les échappés, 2019. – 111p. – ISBN : 978-2-35766-168-4

Crédit image. Première de couverture – Éditions Les échappés

Platon en bande dessinée? Voilà qui ne laisse pas de surprendre. La mimêsis ne se trouve-t-elle pas au troisième degré sur le plan ontologique? C’est pourtant le pari de R. Enthoven et de Coco. Dans une esthétique qui joue à la fois sur les représentations antiques et les clins d’œil contemporains, Coco et R. Enthoven tentent de faire découvrir à la fois les questions que soulève le Banquet sur l’amour et l’humour dont fait preuve son auteur. Remarquons qu’il ne s’agit pas d’un digest : l’œuvre est bel et bien présentée en entier, plutôt que sous une forme fragmentée faisant la part belle aux discours d’Aristophane, de Socrate et d’Alcibiade et négligeant les autres.

La bande dessinée s’adresse à première vue autant au néophyte qu’à un public averti. Le premier sera heureux de lire l’introduction, dans laquelle un narrateur anonyme (Raphaël Enthoven lui-même?) annonce les questionnements auxquels répond l’œuvre et démêle les différents personnages, tandis que le second s’amusera d’y voir l’ajout d’un niveau de dialogue enchâssé. La présence même de ce narrateur partageant le lit d’Éryximaque illustre la manière dont le lecteur des dialogues est invité à s’identifier aux personnages anonymes qui peuplent l’œuvre de Platon.

Mettre la pensée en images

Il faut saluer la capacité de l’illustratrice à mettre en images un dialogue dont certains passages comportent des difficultés considérables. Parmi ses bons coups, soulignons les représentations de l’ironie socratique, mise en valeur par des apartés des personnages et par une partie de « dialogue ping-pong » (p.43). De même, le choix d’insérer un dialogue entre Enthoven et Coco (p.62) constitue une bonne solution à l’impossibilité philosophique de mettre en image les formes intelligibles. Quant à Alcibiade se glissant dans les phylactères reliés à Socrate, il s’agit  d’une image savoureuse. En revanche, je m’explique mal le cabotinage qu’on trouve dans certaines cases (p.48, p.96) : d’une part, il y a suffisamment matière à amusement dans le texte sans qu’on y porte à exagération, d’autre part, le parallèle qui est ici introduit entre Eros et Alcibiade me semble mal à propos puisque c’est plutôt Socrate qui est mis en parallèle avec Eros dans le dialogue. Je m’explique encore moins les casques et cimiers qui sont associés au discours d’Alcibiade sur Marsyas et les Corybantes : pourquoi des images guerrières sont-elles associées au cortège dionysiaque?

Le public cible

Mes principales réserves concernent toutefois la présentation succincte d’autres dialogues platoniciens dans des apartés au fil du texte et en toute fin de volume : à qui ces présentations sont-elles destinées? Ni le spécialiste ni le néophyte ne peuvent trouver leur compte dans une présentation de l’Apologie de Socrate  qui passe sous silence les circonstances du procès de Socrate et les chefs d’accusation portés contre lui. La présentation de la République, de même, fait l’économie de toute question politique! Enfin, la confusion du non-spécialiste risque d’atteindre son apogée en voyant la comédie d’Aristophane les Nuées glissée entre l’Apologie de Socrate et le Théétète, sous le titre « Apparaissent fugacement dans ce texte d’autres dialogues de Platon ». De même, lorsque des éléments d’autres dialogues sont véritablement placés entre parenthèses au fil du texte, ils sont rarement indispensables à la compréhension, et créent plus d’interférence qu’ils ne permettent d’approfondir la lecture. Trop sommaires pour le débutant en philosophie, superflues pour le spécialiste, ces descriptions de dialogues ne semblent s’adresser adéquatement à aucun public. En revanche, d’autres éléments utiles au lecteur glissés dans les images, tel que la carte de Potidée (p.90), répondent aux besoins d’un public plus large.

Enfin, la bande dessinée a l’avantage de faire apparaître la polyphonie du texte sans confusion, et peut-être en ce sens le choix du Banquet n’est-il pas anodin : un dialogue dans lequel la progression de la pensée s’accompagne d’une progression dramatique se prête certes mieux à la mise en images qu’un texte plus exclusivement spéculatif. C’est en mettant en valeur, par le biais de l’image, ce parallèle entre la narration de l’événement et la réflexion philosophique à laquelle celui-ci donne lieu que le Banquet de Coco et Enthoven réussit ainsi à atteindre son principal objectif, soit de faire lire Platon en soulignant la dimension didactique et truculente de la langue platonicienne.

Mathilde Cambron,

Professeure – Faculté des sciences de l’éducation, Département d’éducation et pédagogie – Université du Québec à Montréal
Citer cet article comme : Mathilde Cambron, Le Banquet, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 16/03/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20786.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.