Mars au repos ou Arès Ludovisi

©Alexis Grattier/ Université Lumière Lyon 2

Arès Ludovisi, est une copie d’un original réalisé par un sculpteur de l’école de Scopas ou Lysippe, datant du IVe siècle av. J.-C., sculptée dans un marbre du Penthélique. Cet Arès est conservé par les musées nationaux romains, au Palazzo Altemps (inv.8602). Nous conservons une copie de cet antique, moulé en plâtre par Michele Gherardi en 1894, de mêmes dimensions que l’original. Il se trouve au Musée des Moulages de l’Université Lyon 2 dans la section Mythes et monstres (inv. L584).

Arès, le dieu de la guerre, est représenté au repos, assis sur un rocher, une draperie passant négligemment sur son bassin. Il tient son glaive à la main, mais son casque et son bouclier sont posés au sol. Sous la jambe du dieu s’est glissé un petit Eros qui vient dynamiser la composition. L’Arès Ludovisi a été retrouvé en 1622 dans les ruines d’un temple dédié à Mars, sur le Champ de Mars, à Rome. C’est au moment de cette redécouverte que Bernin réalise quelques restaurations, notamment au niveau de l’Eros qui accompagne le dieu. Le marbre est acheté par la famille Ludovisi, qui le conserve au Palazzo Grande, sur le Pincio, jusqu’au XIXe siècle. En 1901 l’œuvre antique est rachetée par le gouvernement italien, et figure aujourd’hui dans les collections nationales. Cette œuvre a été largement admirée depuis sa découverte, alors même que l’on met plusieurs décennies à en déterminer l’identité : les inventaires successifs de la collection Ludovisi l’ont décrit comme un Adonis (1622), ou encore un gladiateur amoureux (1623). Cet Arès a fait l’objet de nombreuses reproductions: en dessin, en gravure, en biscuit, mais aussi en plâtre grâce au procédé du moulage. Il fait partie de la grande commande de moulages ordonnée par Philippe IV d’Espagne en 1650 par le biais de son célèbre émissaire à Rome… J’ai nommé Diego Velázquez.

©Ministerio de Educacion Cultura y Deporte

Cette copie du milieu du XVIIe siècle réalisée sous les ordres du peintre sévillan se trouve toujours dans les collections espagnoles, à Valladolid, au musée national de sculpture. Velázquez est d’ailleurs fortement marqué par l’Arès, à tel point qu’il s’en inspire fortement pour peindre son Repos de Mars.

Musée du Prado – Madrid

Notre version de l’Arès Ludovisi a été réalisée par Michele Gherardi, mouleur à Rome, à la demande de Maurice Holleaux, qui était à la tête du musée dans les années 1890. Gherardi travailla à de nombreuses reprises pour le musée de la Faculté de Lettres, nom alors porté par le Musée des Moulages. Nous disposons de quelques traces de cette commande dans les archives conservées au Pôle Archives de l’Université Lumière Lyon 2 : une facture et une lettre. 

 

© Université Lumière Lyon 2

© Université Lumière Lyon 2

Cette lettre évoque la difficulté pour les mouleurs d’approcher les grands antiques dans les collections privées, et notamment la nécessité de demander la permission d’accès à l’Arès Ludovisi. Victime de son grand âge, l’œuvre du MuMo a été restaurée en 2019 : le socle, qui semblait avoir été scié au niveau d’un des angles, a été recollé, ainsi que quelques orteils qu’Arès avait perdus. Vous pourrez bientôt venir voir le résultat de l’opération, et apprécier cette œuvre romaine à la fortune intimement liée au moulage au Musée des Moulages de l’Université Lyon 2, dès sa réouverture !

Source. Musée des Moulages – Université Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.