Les Métamorphoses d’Ovide

Bottet (B.) et Pinel (A.), La Mythologie en BD : Les Métamorphoses d’Ovide. Bruxelles: Casterman, 2019. – 63p. – ISBN: 9782203198524

Crédit image. Première de couverture – Casterman

Dans la collection « La mythologie en BD », qui s’adresse à un public de jeunes lecteurs de 8 à 11 ans, Béatrice Bottet, passionnée d’histoire et d’univers fantastiques, se propose de faire découvrir douze récits mythologiques tirés des Métamorphoses d’Ovide. Elle est aidée, dans cette entreprise, par le trait de crayon très précis d’Ariane Pinel, illustratrice de romans et de bandes dessinées, formée à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. L’album s’ouvre sur la représentation, pleine d’humour, des dieux de l’Olympe qui, du haut de leur palais, vaquent à leurs activités et surveillent les humains, exigeant d’eux respect et reconnaissance. Béatrice Bottet a choisi ce point d’ancrage pour relier les différents épisodes mythologiques qui suivent : au début et à la fin de chaque récit, le lecteur est ramené dans l’univers de l’Olympe et découvre la réaction, parfois bienveillante, souvent agacée, des dieux face aux agissements des hommes. Ce parti-pris, qui n’apparaît pas aussi nettement dans l’œuvre d’Ovide, a pour effet de créer un fil directeur commode entre les histoires et de laisser place à un commentaire souvent drôle de l’épisode qui vient d’être raconté. L’album fait une place importante aux récits qui figurent dans le premier livre des Métamorphoses, puisque trois des douze histoires en sont tirées : l’histoire de Lycaon (qui défie Jupiter, en tentant de lui faire manger un être humain, et qui est, pour cette raison, transformé en loup), celle de Deucalion et Pyrrha (qui, après le déluge, recréent l’humanité en jetant des pierres qui se métamorphosent en hommes) et celle de Phaéton, fils d’Hélios (qui exige de conduire le char de son père et provoque ainsi un incendie sur la terre). Les épisodes mythologiques suivants sont empruntés aux livres II à XI des Métamorphoses. Il est difficile de déterminer selon quels critères Béatrice Bottet a choisi tel ou tel épisode, mais leur ordre d’apparition respecte la chronologie initiale de l’œuvre ovidienne. On découvre ainsi successivement l’histoire de Callisto (abusée par Jupiter et métamorphosée en ourse par Junon furieuse de l’infidélité de son époux), de Narcisse (qui, amoureux de son image, meurt de désespoir et se transforme en fleur), de Bacchus, né de la cuisse de Jupiter (qui métamorphose des marins en dauphins pour les punir de ne pas avoir reconnu sa divinité), de Persée (qui sauve Andromède du monstre et pétrifie Phinée, son rival, grâce à la Gorgone Méduse), de Proserpine (qui vit tantôt chez son père, Pluton, tantôt chez sa mère, Cérès, et qui provoque ainsi l’alternance des saisons), d’Orphée et d’Eurydice (condamnée à rester aux Enfers parce qu’Orphée, venu la chercher, s’est retourné pour la regarder avant d’arriver sur terre), de Pygmalion (amoureux de la statue qu’il a façonnée et qui prend peu à peu corps de femme), d’Atalante et d’Hippomène (punis pour avoir tenté de s’unir dans le temple de Cybèle et transformés en lions) et de Midas (doté d’oreilles d’âne pour avoir méprisé le talent d’Apollon). Béatrice Bottet a su tirer parti de la dimension étiologique de l’œuvre d’Ovide : les histoires présentées mettent souvent en valeur le phénomène naturel qu’elles sont censées expliquer. Les jeunes lecteurs peuvent comprendre, par exemple, que la Grande et la Petite Ourses proviennent en réalité de Callisto et de son fils métamorphosés, ou encore que le corail est produit grâce au pouvoir de la Gorgone Méduse, déposée dans le sable par Persée. Les dessins d’Ariane Pinel mettent bien en valeur, par ailleurs, la dimension humoristique de l’œuvre d’Ovide, même si les traits d’esprit ne portent pas forcément sur les mêmes éléments. On s’amuse, par exemple, de la représentation de Narcisse, « beau gosse » à la mèche blonde, ou encore de l’intervention de Jupiter qui, à la page 21, arrête d’un bras télescopique la flèche qu’Arcas s’apprête à tirer sur sa mère et qui est accompagnée d’un « chtoïnk » évocateur. La dessinatrice aurait pu tirer davantage profit des descriptions, très visuelles, du texte ovidien et du phénomène même de la métamorphose, source d’images multiples. Mais elle a préféré, semble-t-il, souligner la dimension anecdotique du texte en représentant, par beaucoup de détails drôles, les petits travers des dieux et des hommes. On regrettera, peut-être, que l’album passe complètement sous silence l’enracinement philosophique de l’œuvre (et notamment la théorie pythagoricienne de la métempsychose qu’elle sous-tend) et qu’elle laisse de côté également sa dimension politique, en gommant le caractère irrévérencieux de certains récits, dans le contexte de restauration morale prônée par le principat augustéen. Mais on comprend bien que l’album, destiné à un jeune public, ait tendance à effacer la violence et l’immoralité de certaines scènes de l’œuvre originale. Le tableau final, qui représente Ovide, comme un ultime personnage mythologique, en train de rédiger son œuvre, nous a paru judicieux. En utilisant un procédé de réflexivité cher à Ovide, il permet de mettre en évidence deux aspects fondamentaux de l’œuvre ovidienne : l’inspiration divine que le poète invoque au début de son épopée et l’immortalité de l’œuvre qu’Ovide revendique dans ses derniers vers. Béatrice Bottet signale elle-même, dans les deux dernières pages consacrées à une présentation pédagogique d’Ovide et des Métamorphoses, que la bande dessinée n’épuise pas l’œuvre. Beaucoup d’autres récits pourraient encore être mis en images. Mais l’album de Béatrice Bottet et d’Ariane Pinel a le mérite de rendre l’œuvre d’Ovide accessible au jeune public et de lui donner envie d’aller lire d’autres récits mythologiques. Qu’elles en soient remerciées !

Déborah Roussel,

Maîtresse de conférence – Université de Tours

Pour aller plus loin. Ecouter en podcast l’entretien entre Guillaume Flamerie de Lachapelle, maître de conférences en Langue et littératures latines à l’Université Bordeaux Montaigne et Marie Cosnay, spécialiste d’Ovide: ici

Citer cet article comme : Déborah Roussel, Les Métamorphoses d’Ovide, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/03/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20871.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.