Expo en ligne – Héros : d’Achille à Zidane

Aller au musée en temps de confinement n’étant pas une choses aisée, chacun appréciera les expositions en ligne proposées par de nombreuses institutions. C’est le cas de la Bibliothèque Nationale de France qui offre plusieurs parcours au sein de ses galeries virtuelles. On s’attardera ici sur la galerie d’histoire des représentations, et plus particulièrement sur l’exposition sobrement intitulée “Héros: d’Achille à Zidane”. De quoi se remonter le moral donc.

Crédit image. BnF

Cette exposition a eu lieu physiquement entre octobre 2007 et avril 2008 à la BnF sous le patronage d’Odile Faliu et Marc Tourret. Outre la réalisation, comme pour la plupart des expositions temporaires, d’un catalogue papier, elle fit l’objet d’une mise en ligne sous la direction de Françoise Juhel et fut l’occasion de réunir de très nombreux contributeurs, chercheurs, conservateurs et enseignants. C’est cette version numérique, trace la plus accessible à toutes et à tous de cette exposition, qui va nous intéresser. La visite de l’exposition est proposée en français et partiellement en anglais1. La page d‘accueil transpire tout de même 2007, car elle se révèle assez pixélisée. Au-dessus du titre de l’exposition trônent Batman, Roland de Roncevaux, Jeanne d’Arc, mais aussi des figures et silhouettes plus anonymes en jeu d’ombres chinoises, montrant l’ambition diachronique de ce travail.

L’entrée se fait par “l’exposition en images”, qui se subdivise en deux grandes parties : “Le modèle héroïque” et “la fabrique du héros”.

Crédit image. BnF

La première vise à questionner l’origine des différents modèles et à les analyser. En effet, l’exposition note que “qu’il s’agisse du héros de roman ou de celui qui attire sur lui l’attention du public, brillant sous les feux des médias, tous les héros procèdent d’une rêverie fondamentale de l’humanité qui anime un grand nombre de nos représentations”. Sont ainsi présentés les traits du héros, sa filiation, les signes annonçant sa venue comme les épreuves que ce dernier traverse, souvent dès sa naissance et durant sa vie, le menant ainsi au contact du divin, à des prodiges mais aussi à des excès. En dernier lieu c’est la question du devenir du héros après sa mort qui est choisie pour clôturer cette première partie, offrant une transition de choix vers la suivante.

Crédit image. BnF

La fabrique du héros questionne ensuite les évolutions d’une période à l’autre des raisons d’être du héros et des qualités qui lui sont attribuées (en Grèce ancienne, à Rome, dans le christianisme, dans le Moyen-âge tardif, dans les monarchies modernes, à l’époque de l’humanisme, puis dans les siècles suivants, notamment durant les deux Guerres Mondiales, puis dans les régimes totalitaires, les mouvements sociaux et politiques du XXe siècle et enfin dans les médias et les créations les plus contemporaines).

La rubrique “Rencontres” propose une série de trois vidéos d’entretiens réalisées par Jean-Loup Graton. La première s’articule autour de “l’héroïsme féminin” et est proposée par Eliane Viennot, historienne de la littérature. C’est ensuite plus spécifiquement “la figure de Joseph Epstein” qui est présentée par Pascal Convert, écrivain et réalisateur. La dernière vidéo d’Anne Muxel, sociologue, s’intéresse aux “héros chez les jeunes aujourd’hui”. Les interventions de l’interviewer étant coupées, ces entretiens prennent plutôt la forme d’un monologue, d’une conférence, sans support visuel. Les vidéos, d’une longueur notable de 7 à 13 minutes, sont chapitrées, laissant la possibilité à l’internaute de séquencer l’écoute. On peut regretter que le cycle de six conférences (François Lissarague, François Hartog, Philippe Roger, Vincent Duclert, Jean-Claude Bonnet, Olivier Rolin) organisés durant l’exposition n’aient pas également fait l’objet d’un enregistrement qui serait venu davantage nourrir cet onglet. On peut en retrouver au moins une sur Gallica et sur Youtube :

L’onglet “Pistes pédagogiques” offre plusieurs ressources téléchargeables, en plus des ateliers autrefois proposés pendant l’exposition, fortes utiles pour les enseignants souhaitant réaliser des séquences autour du thème de l’exposition (fiches pédagogiques sur le héros entre mémoire et histoire, Jeanne d’Arc ou sur le modèle héroïque) ou même des jeux de rôles (deux jeux collaboratifs téléchargeables). Les publics touchés vont du primaire au lycée et les thèmes restent pertinents au regard des programmes, aujourd’hui encore. Enfin on trouve bien entendu les onglets “Informations” et “Copyright” qui permettent d’identifier les auteurs de l’exposition, du dossier en ligne et qui donne un aperçu des activités organisées dans le cadre de l’exhibition physique.

La navigation en ligne propose une seconde partie intitulée “Arrêt sur…” qui insiste sur certaines thématiques évoquées par l’exposition. Ici le propos est développé richement à l’écrit mais toujours agrémenté d’illustrations variées. L’introduction revient sur l’étymologie du mot héros et sur la construction socio-historique de cette figure si particulière. Dans un premier temps, c’est le modèle héroïque (Philippe Sellier) qui est abordé dans sa dimension fantastique et symbolique, avec ses caractéristiques parfois variées et parfois isolées, mais aussi son genre (masculin et féminin). Le discours se termine sur la formation moderne et contemporaine de l’archétype du héros, dans une perspective diachronique. C’est ensuite le héros aristocratique (Marc Tourret et Odile Faliu) qui est présenté à travers trois périodes : le héros antique (grec, romain et chrétien), le héros médiéval (le saint, le preux et le roi) et le héros classique (amoureux, justicier ou monarque). Le chapitre suivant est consacré au héros national (Marc Tourret et Odile Faliu), en particulier dans la France révolutionnaire et impériale. On y trouve également une réflexion sur la place de Jeanne d’Arc dans le roman national français et dans l’enseignement de l’histoire. Le XXe siècle occupe également une part importante de la réflexion des auteurs, avec notamment la transformation du héros devenu victime durant la Première Guerre Mondiale, son utilisation dans la concurrence des nations et des propagande dans l’entre-deux-guerres et bien évidemment la construction et l’utilisation du héros dans le cadre de la Résistance (Jean Moulin et Joseph Epstein) et du résistantialisme (Charles de Gaulle) après la Seconde Guerre Mondiale. Le héros mondialisé (Marc Tourret et Odile Faliu) qui suit est largement “sectorialisé”, divisé entre catégories professionnelles, aspirations, supports. L’exposition choisit d’éclairer neuf exemples de héros modernes d’après-guerre dont certain nous sont encore familiers : mineur, messianique, humanitaire, aventurier, “gâchette”, battant, guitar hero, super héros, héros de médiéval-fantasy. Ces catégories ne sont toutefois pas exhaustives ou conceptuelles : elles ont surtout valeur d’exemple face à l’explosion des standards universels qui prévalaient jusqu’ici. Une partie est consacrée aux héroïnes (Marc Tourret) et à leurs traits, même si l’exposition note bien que “si les femmes sont parvenues à imposer certaines figures de l’excellence par le biais de la sainteté, de l’activité politique, de l’art, de la science, et surtout de la littérature, l’héroïsme au sens strict est bien un retranchement du phallocratisme”. En guise de conclusion, une réflexion ouverte est offerte au lecteur sur “Les héros de demain” (Marc Tourret et Odile Faliu) dont l’époque peine à fournir l’originalité ou les principes.

Une dernière partie, intitulée “Gros plans”, s’arrête logiquement plus en détail sur certains personnages. Une introduction reprends dans une premier temps le titre de l’exposition “D’Achille à Zidane” avec une court vidéo dont le texte transcrit est également accessible. On retrouve ensuite un découpage montrant plusieurs exemples de figures héroïques, accompagnées d’une courte biographie et d’une représentation, à travers trois des catégories précédentes des héros aristocratiques (Gilgamesh, Héraclès, Thésée, Achille, Hector, Alexandre le Grand, Enée, Jules César, Saint Martin, Roland, Charlemagne, Lancelot, Saint-Louis, Le Cid,Le Grand Condé, Louis XIV), des héros nationaux (Joseph Bara, Michel le Peletier de Saint-Fargeau, Jacques Cathelineau, Toussaint Louverture, Napoléon, Jeanne d’Arc, Vercingétorix, Louise Michel, Georges Guynemer, Antoine de Saint-Exupéry, Charles de Gaulle, Jean Moulin, Berty Albrecht et Danielle Casanova, Lucie Aubrac, Joseph Epstein) et des héros mondialisés (Che Guevara, l’Abbé Pierre, James Nachtwey, Youri Gagarine, Maurice Herzog, James Bond, Lara Croft, Zinedine Zidane, Jimi Hendrix, Superman, Batman, Gandalf).

Crédit image. BnF

Ce sont ensuite une sélection de “Héros homériques” (Achille, Hector, Ulysse, Hélène, Andromaque, Pénélope) qui sont présentés plus en détail. Ces derniers sont vus à travers plusieurs épisodes de leur légende, toujours accompagnés d’illustrations, antiques ou modernes, montrant la continuité de leur histoire dans les périodes postérieurs à l’époque archaïque. Alexandre le Grand est également évoqué, notamment au travers des continuités de sa légende, en Occident comme en Orient. Le visiteur peut ici feuilleter deux manuscrits : un exemplaire du Roman d’Alexandre datant du XVe siècle et un exemplaire du Livre d’Iskandar dans une version du XVIIe siècle. Il se familiarise ici avec les normes de conservation tout autant qu’avec les écritures de l’époque et une transcription des pages est à chaque fois proposée. Le chapitre se conclut sur la réception du personnage d’Alexandre à travers les époques postérieures et sur la différence entre légende et histoire. Un dernier zoom porte sur la figure de Lancelot, toujours introduit par une courte vidéo et par son histoire, à nouveau consultable à travers un manuscrit du XVe siècle transcrivant le cycle de Lancelot-Graal.

Que retenir de cette archéologie numérique ? Malgré l’aspect “artisanal” tout à fait normal pour un répertoire numérique vieux de plus de 13 ans, cette exposition numérique permet de se plonger pleinement dans le propos des figures héroïques, prolongeant ainsi le caractère éphémère de l’exposition temporaire physique. La très grande variété des périodes traitées rend le propos diachronique cohérent et compréhensible par tous. D’une manière générale les commentaires textuels et sonores sont d’une grande clarté comme on peut l’attendre de panneaux d’expositions destinés au grand public. Par ailleurs, toutes les illustrations de l’exposition numérique sont cliquables et accompagnées d’un référencement scientifique et d’un descriptif développé, renvoyant même vers les sites des musées cités. Les sources sont variées mais toutefois essentiellement iconographiques (vases peints, monnaies, médaillons, enluminures, gravures, tableaux, affiches et photographies), avec une domination très nette des images contemporaines et médiévales sur les représentations antiques et modernes dans la partie exposition. Les quelques vidéos sont souvent une simple voix-off illustrée par des images de l’exposition et la navigation dans l’exposition n’est pas toujours aisée. Les illustrations font d’ailleurs parfois l’objet de redites d’une page à l’autre, même si ce phénomène n’est qu’extrêmement limité. On peut regretter en revanche l’absence de références bibliographiques destinées au spécialiste comme au simple visiteur souhaitant aller plus loin, même si ces dernières sont probablement développées dans le catalogue papier de l’exposition qui lui est référencé. En résumé, l’exposition, dans sa présentation numérique, a vieilli, certes, mais sa thématique reste toujours pertinente et bien mise en valeur. Les héros sont toujours dans l’air du temps mais continuent de changer de visage.

Crédit image. Gofundme

 

Arnaud Saura-Ziegelmeyer,

Docteur en Sciences de l’Antiquité et Membre associé laboratoire PLH-ERASME

1Seules les grandes lignes de l’exposition “le modèle héroïque” et “la fabrique du héros” sont traduites.

Citer cet article comme : Arnaud Saura-Ziegelmeyer, Expo en ligne – Héros : d’Achille à Zidane, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 24/03/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20879.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.