50 Nuances de Grecs – Tome 2

Jul, Pépin (C.), 50 nuances de Grecs, tome 2 – Palaiseau : Dargaud, 2019 – 72 p. – ISBN : 978220507868

Crédit image. Première de couverture – Dargaud

« Plongée savante et subversive dans les classiques de la mythologie gréco-latine, la rencontre hilarante entre les mythes fondateurs et notre société contemporaine est toujours aussi passionnante ! ».

Lorsque le lecteur prends le deuxième tome de la bande dessinée 50 Nuances de Grecs, il a l’occasion, sur la quatrième de couverture, de lire cette accroche humoristique. Fruit de la collaboration entre deux auteurs réputés, Jul et Charles Pépin, cet ouvrage fait suite au premier tome de la série 50 Nuances de Grecs mais aussi aux autres bandes dessinées co-écrites par les deux écrivains : Platon La gaffe1 et les deux tomes de La planète des sages2, cette dernière série se voulant « une encyclopédie mondiale des philosophes et des philosophies », autrement dit une introduction à la réflexion philosophique, claire et parsemée d’humour. Jul, dessinateur de talent, est également célèbre pour sa série Silex and the city3, émaillée de jeux de mots et de références sociales, politiques et culturelles. Charles Pépin, quant à lui, est un philosophe et un romancier, très connu notamment pour ses ouvrages Les Vertus de l’échec4 et La confiance en soi5. Après avoir travaillé sur la philosophie, les deux auteurs reprennent leur collaboration pour pasticher et interroger les mythes gréco-latins. C’est une bande dessinée grand public qui a été adaptée à la télévision, sur la chaîne Arté6, dans des petits dessins animés d’environ trois minutes, qui reprennent certains passages des bandes dessinées pour un plus grand public, de façon plus parodique et amusante que philosophique.

50 Nuances de Grecs met en scène trente et un sujets dans une construction précise : sur la page de gauche, une bande dessinée de Jul accompagne le texte de Charles Pépin de la page de droite. Seul l’article sur les oracles (pp. 48-51) occupe deux doubles pages. La plupart du temps, les deux auteurs abordent des mythes particuliers souvent connus – Pégase, la Toison d’Or, Méduse, Artémis – ou moins familiers – Terpsichore, Argos Panoptès, Morphée – ainsi que des sujets plus généraux comme les oracles, les rites, le tragique grec ou encore le problème du viol dans la mythologie gréco-latine.

À travers cette galerie de personnages hauts en couleur – dieux, déesses, héros, héroïnes et monstres mythologiques – mais aussi de concepts antiques, Jul et Charles Pépin réussissent le tour de force de mêler mythologie antique et faits politiques, culturels ou sociaux récents. La couverture en est l’exemple typique puisque nous voyons apparaître le Cheval de Troie qui est associé à un uber, tandis que les déesses et héroïnes grecques manifestent sur les remparts de Troie pour le mouvement « #mythtoo ».

Mythologie et actualité contemporaine

La bande dessinée 50 Nuances de Grecs offre une interprétation des mythes qui se rapproche des versions antiques. Par exemple, les légendes d’Arachné, de Protée ou des Hécatonchires sont expliquées avec de nombreux détails. Ces histoires permettent à Jul et Charles Pépin d’illustrer certains éléments essentiels de la civilisation grecque. Ainsi, le lecteur peut-il comprendre l’importance du foyer en Grèce Ancienne à travers le mythe d’Hestia, fille aînée de Cronos et Rhéa et déesse du foyer, sorte de principe abstrait puisqu’elle n’est jamais représentée ni mise en scène dans un mythe, mais qui a droit à un culte dans toutes les demeures des hommes, ainsi que dans tous les temples des dieux. Il peut également apprendre la place essentielle qu’ont les vents pour les Grecs antiques et ce via le mythe d’Éole, maître des vents mais qui a néanmoins un pouvoir limité puisqu’il possède seulement la faculté de libérer les vents de l’outre dans laquelle ils sont contenus, et qu’il a du mal à gérer les quatre vents principaux – Borée le vent du Nord, Aquilos le vent de l’Est, Notos le vent du Sud, Zéphyr le vent de l’Ouest –, restriction qui s’explique par la fureur des vents grecs et par l’humilité du peuple grec qui a conscience de ne pas pouvoir les maîtriser. D’autres éléments de la civilisation grecque apparaissent aussi à travers les pages de la bande dessinée comme les couronnes de laurier, données aux vainqueurs des courses et aux poètes – tradition qui est toujours d’actualité pour les sportifs – et qui vient de la tentative d’Apollon de violer la nymphe Daphnée, métamorphosée au dernier moment par son père en laurier ; les origines des constellations qui ont souvent été la récompense des dieux pour des êtres exceptionnels, comme ce fut le cas pour Pégase ; ou encore l’origine mythologique de certaines sources qui sont dues à des personnages héroïques – Pégase intervient là encore, son coup de sabot entraînant la création de plusieurs sources. Jul et Charles Pépin font aussi mention des inventions majeures de la Grèce Antique comme la démocratie, le théâtre, la tragédie ou encore l’éristique, autrement dit l’art de la dispute – cette dernière étant une invention d’Éris, la déesse de la discorde, qui, en lançant sa fameuse pomme sur la tête d’Héra, d’Athéna et d’Aphrodite permet à ces dernières d’argumenter dans leur dispute quant à savoir laquelle est la plus belle des déesses de l’Olympe.

Crédit image. éditions Dargaud

Cependant, l’intérêt de 50 nuances de Grecs réside dans le fait qu’elle mêle mythologie et faits contemporains. Revendications sociales, politique, faits divers, objets quotidiens émaillent les pages de la bande dessinée. Les membres de l’expédition des Argonautes, menés par Jason, à la recherche de la Toison d’Or deviennent ainsi des « Toisons Jaunes », référence évidente au mouvement de protestation sporadique qui est apparu en France en octobre 2018 sous le nom des « Gilets Jaunes ». Dans la bande dessinée de Jul, ceux-ci se mettent à bloquer le rond point de Corinthe pour demander le rétablissement de l’Impôt sur la Foudre supprimé par Jupiter – référence à l’ISF supprimé par Emmanuel Macron le 1er janvier 2018 –, ainsi que la réduction des inégalités hommes/dieux – tandis qu’en France le mouvement féministe prend de l’ampleur et demande la réduction des inégalités entre hommes et femmes. D’ailleurs les slogans inscrit sur les banderoles font également penser aux slogans scandés ou écrits sur des banderoles lors des manifestations : « Hybris partout, justice nulle part », l’hybris étant ce qui concerne la démesure, le plus grand péché de la Grèce antique. La crise économique intervient également dans une autre page de la bande dessinée, lorsqu’un Hécatonchire, pourtant déjà vieux, demande du travail en s’inscrivant à l’Acropole-emploi. Une page de la bande dessinée s’intitule « #mythtoo », référence évidente, là aussi, au mouvement social #metoo qui a secoué l’actualité politique de ces dernières années tandis que la bande dessinée sur la déesse de la discorde Éris porte le titre « #balancetapomme », sous-entendu manifeste au mouvement #balancetonporc, pendant français du mouvement précédent. De la même manière que ces mouvements invitent les femmes à libérer leur parole et à exprimer les situations de harcèlement sexuel et moral dont elles ont été témoins ou victimes, les auteurs montrent des femmes, déesses ou héroïnes, qui ont été victimes de violences sexuelles de la part des dieux – la nymphe Nikaia a été droguée et violée par Dionysos pendant son sommeil, Europe a été violée par Zeus qui s’est transformée en taureau blanc, Hadès a violé Perséphone, Héphaïstos a éjaculé sur la cuisse d’Athéna, Apollon a poursuivi la nymphe Daphnée pour la violer mais elle s’est transformée à temps en laurier pour échapper à la violence du dieu. Pour Charles Pépin, ces manifestations de violence sexuelle dans la mythologie sont un moyen de mettre en garde les hommes contre la part de violence inconsciente et primaire qu’est le désir sexuel, cette pulsion difficile à réprimer. Il se demande si « Homère, par le biais de toutes ces figures d’exemplarité négative, ne veut pas nous enseigner la modération, l’art du contrôle de soi » (p. 43).

Mais Jul et Charles Pépin ne s’arrêtent pas aux revendications sociales. Leur bande dessinée est également truffée de références politiques. La bande dessinée sur Protée s’intitule tout simplement « Le changement c’est maintenant », comme si Protée avait repris le slogan de François Hollande pendant sa campagne présidentielle de 2012, tandis que Nicolas Éole démissionne en direct d’une émission de radio quand Zeus annonce le « tout électricité » et installe trois éclairs « nouvelle génération » sur l’Olympe alors qu’Éole promeut la transition des énergies renouvelables, une démission qui fait évidemment penser à celle de Nicolas Hulot, le 28 août 2018, à la matinale de France Inter, parce qu’il avait le sentiment que l’écologie n’était pas une priorité du gouvernement. Les oracles se trompent dans leurs prédictions en prédisant la victoire de Jospin en 2002 et en ne voyant pas venir ni le Brexit ni la victoire de Trump tandis qu’Artémis s’inscrit en tête de la liste « chasse, pêche, nature et tradition ». Les migrants ne sont pas oubliés et tiennent même la première place, entre Dédale qui reçoit une proposition de Trump lui demandant de construire un mur de huit mille kilomètres pour isoler la mythologie grecque des invasions extérieures, référence au fameux mur qu’a construit le président américain Trump entre les États-Unis et le Mexique, et les deux policiers qui attendent qu’Icare tombe du ciel pour le renvoyer en charter. Le sujet épineux de l’émigration a même droit à une double page spéciale. À travers la légende de Charybde et Scylla, ces deux monstres marins qui dévorent tout sur leur passage, Jul et Charles Pépin montrent en effet que renvoyer des réfugiés dans le pays qu’ils ont quitté, c’est oublier à la fois l’héritage chrétien qui prône la charité, mais également l’héritage grec qui fait de l’accueil d’un étranger un honneur puisque cela permet de montrer son humanité. Ils illustrent ainsi l’expression « tomber de Charybde en Scylla », autrement dit buter sur un écueil pire que celui que l’on voulait éviter, en évoquant la situation des migrants qui fuient un pays où la vie leur est impossible et qui meurent en mer ou se retrouvent démunis face à l’administration aride de leur pays d’accueil.

La critique des réseaux sociaux n’est pas oubliée. Celle-ci se fait à travers la bande dessinée sur les Érinyes, ces divinités primitives au nombre de trois (Tisiphone, Mégère et Alecto), nées des gouttes de sang dont la mutilation d’Ouranos imprégna la Terre, et qui ne reconnaissent pas l’autorité des dieux. Protectrices de l’ordre social, elles châtient tous les troubles susceptibles de le perturber en châtiant les criminels qui n’ont le droit ni au pardon ni à l’oubli et en les poursuivant, de leur vivant et jusqu’à leur mort. Pour Jul et Charles Pépin, Facebook, Twitter et Google sont les nouveaux Érinyes de notre époque, puisque la justice de Twitter remplace celle des tribunaux, que Facebook encouragent les haters et que Google ne permet par le droit à l’oubli. La vengeance (représentée par Tisiphone qui devient Twitter), la haine (représentée par Mégère qui devient Facebook) et la mémoire de tous les crimes (représentée par Alecto qui devient Google) font qu’il n’y a plus de justice, plus d’apologie du pardon comme le veut la tradition judéo-chrétienne – « pardonne nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé » (Mathieu 12). D’ailleurs, les deux auteurs nous mettent également en garde contre ces géants – les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) – qui nous surveillent sans arrêt et qui ont remplacé Argos Panoptès, ce géant aux cent yeux qui voit tout, tout le temps et dont la vigilance est sans faille, même après la mort puisqu’Héra a placé ses yeux sur les plumes du paon qu’elle affectionne. De nos jours, la surveillance est partout et c’est nous-même qui sommes les instruments de cette surveillance, puisque nous donnons de nous-mêmes nos informations essentielles.

Mais 50 nuances de Grecs n’est pas qu’une bande dessinée sur l’actualité politique et sociale. Elle est aussi, et avant tout humoristique et c’est cela qui fait son charme. Ainsi, mythologie et vie moderne se mêlent à merveille. Achille, Ulysse et Pénélope mangent du tzatziki, Tantale tente de manger ses cinq fruits et légumes par jour – ce qui est bien difficile pour lui dont la punition est qu’il ne peut ni boire ni manger –, Méduse a interdiction de jouer à 1, 2, 3 soleil, elle qui pétrifie tous les enfants, Protée se présente à un entretien d’embauche tandis qu’Argos Panoptès fait son stage d’observation. Le cheval de Troie devient un uber ou un vélib alors que les oracles ont formé leur instituts de sondage. La bande dessinée est également parsemée de références à la culture contemporaine : chansons – Mon truc en plume de Zizi Jeanmmaire, Brel, Barbara –, films – Eyes with shut de Stanley Kubrick de 1999, Spiderman qui apparaît dans la légende de la fileuse Arachné, transformée en araignée, Matrix mentionné dans l’article sur Morphée ou encore Netflix qui devient Grecflix et propose des séries mythologies à grand succès –, émissions télévisées – « faites entrer l’Odyssée » qui se penche sur l’affaire Xavier Agamemnon de Ligonnès, référence à l’affaire Dupont de Ligonnès, cette famille disparue dans les environ de Nantes en avril 2011 ou encore « La Grèce a un incroyable talon », jeu de mot entre l’émission « Un incroyable talent » et le talon d’Achille qui devient finaliste de l’émission.

Les jeux de mots sont d’ailleurs le propre de Jul et Charles Pépin. Le titre même de la bande dessinée fait référence au célèbre roman 50 Nuances de Grey de E. L. James7 , tandis que les auteurs s’amusent à créer l’Ouzos 51 – un mélange d’Ouzo, une boisson traditionnelle grecque et le Pastis 51 –, la chaîne télévisée bacchanal – qui fait référence aux bacchanales de Dionysos et à la chaîne Canal + –, la rue Hadès-Rochechouart – jeu de mot entre le boulevard de Barbès et le dieu des Enfers Hadès – et le Vigi-pirée – superbe plan vigipirate de l’Antiquité. Ajax et Achille deviennent des produits ménagers, Pâris construit le Grand Paris, Poséidon et Apollon ouvrent des restaurants sur les Champs Élysées – là où se retrouvaient les héros grecs en Enfer – appelés Poséidon-Camillo et Apollon de Bruxelles où l’ont sert bien entendu des coquilles Saint-Jacques avec Aphrodite à l’intérieur – puisqu’elle est souvent représentée sortant d’une coquille Saint-Jacques comme dans le célèbre tableau de Boticelli La Naissance de Vénus8.

Mythologie et interprétations philosophiques

50 nuances de Grecs n’a pas qu’un but caricatural ou divertissant. Jul et Charles Pépin en profitent pour suivre leur objectif d’instruction et de vulgarisation scientifique. La mythologie leur permet ainsi d’aborder des thèmes philosophiques qui leur sont chers. C’est le cas pour la notion de temps qui diffère d’une civilisation à l’autre. À l’inverse de notre tradition judéo-chrétienne pour laquelle le temps est linéaire ce qui permet d’installer une certaine morale positive – croire en l’amélioration de toute chose et au triomphe de la justice est possible –, les Grecs avaient une représentation cyclique du temps. Le destin est au centre de cette interprétation, personne ne pouvant s’y soumettre. Ainsi, Œdipe paye la malédiction de son père qui a enlevé Chrysippos, le fils de Pélops, et qui fut maudit par ce dernier, tandis que Pâris finit par accomplir la prédiction dont il fait l’objet – détruire Troie – quelque soit les moyens mis en œuvre pour contrer cette prédiction – abandonner l’enfant en pleine montagne. Cette conception cyclique est illustrée par le mythe des quatre âges humains qui se succèdent expliqué par Hésiode dans Les Travaux et les Jours9. Elle n’est d’ailleurs pas appréciée des dieux grecs qui font tout pour l’empêcher. En effet, si le temps est mouvement cela veut dire que les enfants vont grandir et prendre la place de leurs parents. Or, c’est un problème pour les dieux immortels qui conçoivent des stratagèmes ingénieux pour les empêcher de venir au monde – ne pas se détacher de la mère pendant l’acte sexuel comme Ouranos, ou avaler tout bonnement sa descendance comme Cronos. La grande sagesse des dieux Olympiens c’est d’accepter leur descendance car ils ont compris qu’on ne pouvait empêcher le mouvement de l’histoire et qu’ils devaient le concilier avec l’ordre cosmique. La représentation cyclique du temps permet ainsi de justifier les oracles car la connaissance de l’avenir devient moins absurde que dans une représentation linéaire. La religion grecque est donc une religion oraculaire et les Grecs légitiment beaucoup de leurs décisions, notamment politiques, grâce aux oracles.

Les deux auteurs abordent également les notions philosophiques de la vie, notamment à travers le mythe de Priape, qui, en bandant tout le temps, se retrouve privé de ce mouvement qui caractérise la vie puisqu’il ne connaît ni repos ni action, ainsi que de la mort, via le mythe de Méduse, qui apparaît comme la personnification de l’angoisse face à la mort. Alors que les Grecs ont réussi à civiliser la mort glorieuse, qu’ils intègrent les défunts à la vie sociale, que chacun y a une place – les héros aux champs Élysées, les médiocres dans la plaine des Asphodèles et les criminels au Tartare –, Méduse leur rappelle que la mort, et notamment la peur de la mort, peut paralyser les vivants, tout comme le fait ce monstre mythologique. Les questions métaphysiques du questionnement de l’être deviennent aussi un sujet important, traité notamment dans le mythe de Protée. Fils de l’Océan et de Thétis, serviteur de Poséidon, chargé de veiller sur les troupeaux de phoques et d’animaux, ce dieu possède la connaissance du passé, du présent et de l’avenir et est capable de toutes les métamorphoses possibles, en animaux (il se change en lion, en serpent, en panthère et en sanglier devant Ménélas), mais aussi en élément (eau, arbre, terre, feu). Pour Charles Pépin, Protée, métamorphose insaisissable, devient le réceptacle des questions les plus métaphysiques : « qui suis-je si je change sans cesse de forme, si je ne suis qu’une succession d’apparences et de masques ? De quoi est fait le monde si la matière se renouvelle sans cesse ? » (p. 47).

La question de la civilisation, très chère aux penseurs de la Grèce antique, devient également un sujet de réflexion pour Jul et Charles Pépin. Pour eux, la première figure mythologique de cette civilisation est Pandore, qui apporte le labeur, la maladie et les maux, mais également la puissance d’exister devant la mort, la joie d’être reconnu par son travail ou encore l’appréciation de la santé devant la maladie. Artémis, quant à elle, règne sur la frontière entre sauvagerie et civilisation, en tant que déesse du monde sauvage qui comprend non seulement les animaux et les chasseurs, mais également les jeunes en devenir, encore sauvages et non intégrés à la cité. « Déesse des marges » selon l’expression de Jean-Pierre Vernant10, du passage et de la transition, elle veille sur les accouchements pendant lesquels la femme sort de la sauvagerie pour entrer à part entière dans la cité en lui donnant un futur membre, et surveille les guerriers pour éviter qu’ils perdent toute mesure en ayant des excès de violence. Elle protège le respect des normes et nous rappelle que le cloisonnement entre sauvagerie et civilisation est flou. Cette frontière est d’ailleurs très bien marquée dans le procès d’Oreste, retranscrit dans l’Orestie d’Eschyle11 et abordé par Charles Pépin. Le crime d’Oreste est jugé : il a tué sa mère Clytemnestre avec la complicité de sa sœur Electre, pour venger la mort de son père Agamemnon tué par sa femme et Egisthe l’amant de cette dernière, elle-même vengeant la mort prétendue de sa fille Iphigénie, sacrifiée à Artémis. Si Oreste est acquitté, ce n’est pas une légitimation de la violence, juste une preuve que ce procès marque la naissance des idées modernes du droit et de la démocratie, qui doivent remplacer la logique de la vengeance.

Et comment parler de civilisation sans aborder la question des arts ? C’est par Terspichore, muse de la danse et de la poésie légère, que les deux auteurs introduisent le sujet. Les Muses sont les plus à même d’être une preuve de la civilisation car les arts participent à la mémoire. Au nombre de neuf, elles représentent chacune une part de la pensée et de toutes ses formes – histoire, chant, danse, poésie, comédie, tragédie, astronomie, astrologie, rhétorique. Elles apportent la paix et la réconciliation dans les royaumes en chantant les mots qui apaisent. Mais l’art n’est rien sans les qualités humaines. C’est la morale du mythe d’Arachné : que l’on soit la plus habile des tisseuses et des fileuses ne change rien si l’on ne possède aucune valeur morale. Ainsi, Arachné, qui possédait une grande réputation dans l’art de broder et de tisser, mais également une vantardise et un orgueil certains, fut-elle amenée à disputer un duel avec Athéna, déesse des fileuses et brodeuses, qui l’amena à se faire métamorphoser en araignée pour avoir provoqué les dieux en créant une tapisserie qui se moquait d’eux et n’avoir pas fait preuve d’humilité.

Mais c’est la notion d’amour qui est sans doute la plus abordée dans cette bande dessinée. Pandore, encore elle, participe à l’invention des hommes pour les deux auteurs, car sans elle, le désir n’existerait pas. De plus, Charles Pépin reprend l’idée de Françoise Héritier qui veut que la différence des sexes qui naît avec l’apparition de Pandore permet de penser les différences entre la nature et la culture, entre le bien et le mal12. Il n’y aurait pas de garçons efféminés, ni de femmes viriles s’il n’y avait pas de féminin ni de masculin. Cette différence prend sens dans le mythe d’Hermaphrodite, cet être qui rassemble les caractéristiques attribuées aux femmes et celles dites masculines. L’amour est un élément essentiel de la mythologie grecque et c’est pourquoi Aphrodite, déesse de l’amour, est souvent présente : elle rend possible les mariages, les adultères, les réconciliations et les guerres. L’amour est le mouvement qui permet de mettre en marche le monde. À la fois douce et innocente, mais également dangereuse et sexuelle, Aphrodite est puissante. Selon Charles Pépin, l’amour tient une place importante dans le mythe d’Hadès, gardien du séjour des morts. N’ayant pas choisi son royaume, contrairement à son frère Zeus, il accompli avec sérieux son travail de gardien et juge les morts mais l’amour qu’il a pour Perséphone, qui prend une part active à l’exercice du pouvoir, permet aussi qu’il s’autorise des petits manquements à la règle comme lorsqu’il autorise Orphée à récupérer Eurydice, ébloui par la passion qu’ils se portent. L’amour mène le monde, mais il est souvent associé à son contraire, la haine. D’ailleurs Éris, la déesse de la discorde qui lutte pour diviser les hommes, n’a qu’une lettre de différence entre Éros, le dieu du désir qui rapproche les corps, comme si la haine et l’amour étaient liés intimement, que chercher des ennuis c’était chercher du lien.

Une autre notion essentielle illustrée dans 50 nuances de Grecs est celle de l’héroïsme, notamment à travers des comparaisons entre Achille et un autre héros – Hector ou Ulysse. Alors qu’Achille est montré comme un héros brutal, qui a conscience qu’il va mourir mais vise l’éternité et la gloire réservés aux héros, Hector, très aimé du peuple, de sa femme et de son fils, se sacrifie non pas pour la gloire mais pour sa cité, tandis qu’Ulysse tente d’abord de se dérober au combat par la ruse, puis refuse l’immortalité proposée par Calypso pour retrouver sa famille. Hector et Ulysse sont avant tout des héros du quotidien, qui n’aspirent qu’à vivre avec leur famille, contrairement à Achille qui souhaite une mort glorieuse. L’héroïsme peut également ne devoir ni au courage, ni à la ruse, ni à la force, mais seulement aux événements qui traversent un personnage, il en est ainsi avec Pâris. Pleutre et lâche, responsable de la Guerre de Troie, celui-ci abandonne sans remord sa femme fidèle Oenone pour la plus belle femme du monde, Hélène, tue Achille sans bravoure, en visant son talon et est sans cesse dominé par Ménélas. La seule chose qui permet de faire de lui un héros est la prédiction de Cassandre qui voit en lui le destructeur de Troie, prédiction qui va peser sur sa vie entière. Ainsi, un héros peut être aussi bien un guerrier fort et courageux comme Achille, un homme qui se sacrifie pour sa famille et sa patrie comme Hector, un soldat qui use de la ruse pour suivre son but et retrouver les siens, comme Ulysse ou même un homme sans courage mais qui est traversé par les événements comme Pâris. D’ailleurs, le dieu de la guerre, du carnage et de la destruction, n’est pas lui-même un bon guerrier. Arès est, en effet, souvent dominé par Athéna, déesse de la stratégie militaire, comme le symbole même de la suprématie de l’intelligence face à la barbarie aveugle. Cependant, pour Charles Pépin, Arès se doit d’exister, comme pour prouver que la guerre n’est jamais juste et qu’elle comporte une part de violence brute, parfaitement vaine.

En conclusion, Jul et Charles Pépin ont crée un subtile mélange d’humour, de contextualisation politique et sociologique et d’interprétations philosophiques dans 50 nuances de Grecs. Leurs sources historiques sont diverses et appréciables. Ils citent non seulement des auteurs et poètes antiques – Sophocle, Homère, Hésiode, Euripide, Ovide –, mais également des écrivains modernes – Victor Hugo, Voltaire – ou contemporains – George Perrec, Paul Valéry – , des penseurs contemporains – Karl Marx, Pierre Bourdieu, Françoise Héritier – ou encore des psychanalystes – Freud, Jung, Lacan. Ils se basent également sur des sources iconographiques comme des tableaux – La légende d’Arachné de Vélasquez13, La Naissance de Vénus de Botticelli14 – ou des sculptures – la statue d’Hermaphrodite endormie exposée au Louvre15. Ils font également quelques références aux autres mythologies : indienne, coréenne, chinoise, hindoue ou précolombienne. Enfin, ils font parfois appel à la sémantique, comme dans le mythe d’Hestia où Charles Pépin démontre qu’Hestia est synonyme de stabilité et de permanence puisque est présente dans son nom la racine indo-européenne « st » qui a servi à créer des mots comme stable, stèle, vestale ou encore vestibule.

Toutefois, il est à noter que cette bande dessinée n’est pas faite pour les profanes qui tenteraient une première approche de la mythologie grecque. En effet, pour apprécier toutes les subtilités de 50 nuances de Grecs il faut à la fois connaître la mythologie, mais également les événements sociologiques et politiques récents, au risque de passer à côté des plaisanteries et jeux de mots qui émaillent l’ouvrage. Alors que certains mythes sont expliqués en détail – le mythe de la pomme de la discorde qui fait apparaître la déesse de la discorde Éris est même expliqué deux fois –, d’autres, comme celui de la Toison d’Or ou de Méduse, ne sont qu’évoqués rapidement tandis que les interprétations sociologiques et philosophiques prennent le pas sur le mythe. Le public de la bande dessinée doit alors être un amateur de mythologie grecque et connaître sur le bout des doigts ses légendes s’il ne veut pas être perdu. Par exemple, certains personnages mythologiques, parfois presque inconnus, sont simplement évoqués comme les Kéres, ces êtres ailés noirs qui symbolisent la mort violente, ou encore Echdina, une Vipère, dont le corps est celui d’une femme qui se termine par une queue de serpent, mère de Cerbère et d’autres monstres comme le dragon qui garde la Toison d’Or. Dans la bande dessinée qui évoque Hestia, les références pleuvent et les sous-entendus ne peuvent être drôles que si le lecteur comprend pourquoi Hestia nettoie les traces de foutre de Zeus – qui a énormément de conquêtes –, celles d’humidité de Poséidon – qui est le dieu de la mer –, les coquilles Saint-Jacques d’Aphrodite – dont la naissance est souvent représentée dans une coquille – et les céréales de Déméter – déesse de l’agriculture et des moissons. Parfois, les auteurs présentent même des versions inconnues des mythes. Ainsi, alors que, dans 50 nuances de Grecs, Aphrodite se dévêt pour convaincre Pâris de la choisir comme plus belle déesse de l’Olympe pendant l’affaire de la pomme de la discorde, cette version n’est jamais évoquée dans les sources antiques. Athéna, Aphrodite et Héra sont d’ailleurs représentées, dans les sources iconographiques qui représentent ce mythe, soit toutes les trois nues, soit toutes les trois habillées. De la même manière, Pandore n’ouvre pas la boîte contenant les mauvais maux sur ordre de Zeus comme l’évoque Charles Pépin, mais seulement par simple curiosité, Zeus lui ayant interdit d’ouvrir cette boîte. D’autres fois, les auteurs de 50 nuances de Grecs décrivent des versions de mythe qui apparaissent seulement dans une seule source antique, en prenant cette version comme acquise. Ainsi, Priape devient infertile dans la bande dessinée alors qu’il ne l’est pas la plupart du temps dans les mythes qui l’évoquent. De même, Pâris confie un fantôme d’Hélène, façonné par Héra, à Protée, roi de l’île de Pharos, cette variante du mythe étant seulement mentionnée dans l’Hélène d’Euripide16. Il est également dommage que certains mots, comme aède ou hybris ne soient pas définis, sachant que ces termes sont spécifiques à la culture grecque antique et ne peuvent donc pas être compris par tous les lecteurs. Enfin, il est à regretter que l’article sur les rites – « les héros passent à table » (pp. 36-37) – soit plus centré sur la question de l’héroïsme et que les rites n’y soient finalement jamais abordés alors que ces derniers sont au cœur de la civilisation grecque.

Finalement, 50 Nuances de Grecs permet d’aborder des thèmes chers au Grecs anciens, notamment leur mythologie complexe – de la naissance des dieux racontée dans la Théogonie d’Hésiode17 à leurs attributs, le laurier pour Apollon, le paon pour Héra, la chouette et le Gorgonéion pour Athéna, en passant par la mythique Guerre de Troie – mais également des thèmes liés à leur civilisation – par exemple la hiérarchie des armes, la tragédie, les oracles, etc… Accessible à un public déjà connaisseur, la bande dessinée, pourtant grand public, peut en dérouter plus d’un. Mais elle réjouira les amateurs de mythologie, d’actualité et de bons jeux de mots et deviendra, comme le laisse entendre la quatrième de couverture « une indispensable leçon de sagesse éternelle ».

Emilie Druilhe

1JUL, PEPIN (C.), Platon La gaffe, Dargaud, 2013, 96 p., ISBN : 9782205072549.

2JUL, PEPIN (C.), La planète des sages, tome 1, Dargaud, 2011, 96 p., ISBN : 9782205068528 et JUL, PEPIN (C.), La planète des sages, tome 2, Dargaud, 2015, 96 P., ISBN : 9782205071269.

3JUL, Silex and the city, 8 tomes, Dargaud, 2009-2018, 48 p..

4PEPIN (C.), Les vertus de l’échec, Pocket, 2018, 192 p., ISBN : 9782266285421.

5PEPIN (C.), La confiance en soi, Allary éd., 2018, 240 p., ISBN : 9782370731661.

6JUL, 50 nuances de Grecs, Arte, [en ligne, 25/02/2020] https://www.arte.tv/fr/videos/RC-014936/50-nuances-de-grecs/

7JAMES (E. L.), Cinquante nuances de Grey, Lattes, 2012, 560 p. ISBN : 9782709642521.

8BOTTICELLI, La naissance de Vénus, 1484-1485, Florence (Galerie des Offices).

9Hésiode, Les Travaux et les Jours, MAZON (P.) (Trad.), Belles Lettres, Paris, 2018, 148 p., ISBN : 9782251448732, vv. 108-186.

10VERNANT J.-., La mort dans les yeux. Figures de l’Autre en Grèce ancienne, Hachette, Paris, 1985, pp. 15-30, ISBN : 9782818501467.

11Eschyle, Agamemnon, JUDET DE L COMBE (P.) (Trad.), Belles Lettres, Paris, 2015, 328 p., ISBN : 9782251802305.

12HERITIER (F.), La différence des sexes, Bayard, 2019, 104 p., ISBN : 9782227496057.

13VELASQUEZ, La légende d’Arachné, dit Les Fileuses, 1657, Madrid (Musée du Prado).

14BOTTICELLI, La naissance de Vénus, 1484-1485, Florence (Galerie des Offices).

15INCONNU, Hermaphrodite endormi, IIe siècle, Paris (Musée du Louvre).

16Euripide, Hélène, GREGOIRE (H.) (trad.), Belles Lettres, Paris, 2006, 204 p., ISBN : 9782251799759.

17Hésiode, Théogonie, MAZON (P.) (trad.), Belles Lettres, Paris, 2014, ISBN : 9782251001524.

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, 50 Nuances de Grecs – Tome 2, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/03/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20916.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.