Le tirage au sort au service de la démocratie

Le mercredi 5 février 2020, le Musée des Moulages de Lyon accueillait une conférence intitulée : « Le tirage au sort au service de la démocratie. De la machine antique aux enjeux actuels. ».

La soirée a été rythmée par les interventions d’Alecos Papadatos, auteur de la bande dessinée Démocratie (Edition Vuilbert) qui a donné la conférence « Démocratie: les réformes de Clisthène » ; Liliane Lopez, chercheuse associée à l’IRAA ; Nicolas Bresch, ingénieur de recherche à l’IRAA, qui a donné la conférence « Le klèrôtèrion : une ingénieuse machine démocratique » et Maxime Mellina, doctorant à l’Université de Lausanne qui a présenté la communication « Le tirage au sort aujourd’hui : quelles potentialités et quels défis ? » . 

La conférence a débuté avec Alecos Papadatos qui s’est expliqué sur l’inspiration et la réalisation de sa bande dessinée Démocratie paru en 2015. Son inspiration se fondeun devoir maison de sa fille au sujet de la naissance de la Démocratie, et donc les réformes de Clisthène. L’auteur s’est intéressé à son rôle exact et aux moyens d’instauration de ces réformes à Athènes. À la suite de ses recherches bibliographiques, A. Papadatos a commencé la réalisation de son œuvre. Entre la recherche de l’intrigue, des personnages (fictifs et réels) et l’écriture de scénario, l’accomplissement de ce projet lui prendra plus de deux ans. Au cours de son intervention, A. Papadatos a réexpliqué au public les réformes de Clisthène, leur importance et les difficultés de leur instauration.

Crédit image. Anna Ivanova

Ensuite, les chercheurs Liliane Lopez et Nicolas Bresch ont présenté leurs travaux et notamment leur hypothèse sur le klèrôterion – « la machine qui sert à tirer au sort » – . Les réformes de Clisthène ont été favorables pour le tirage au sort et la participation massive dans la vie politique. En étudiant les sources écrites (Athenaiôn Politeia) et l’étude des vestiges à Athènes, les chercheurs ont pu reconstituer un modèle de klèrôterion. Ils ont retrouvé des pinakia – les tablettes en bronze attribuées à chacun des citoyens, avec informations personnelles et la lettre de section (le nom d’un héros ou demi-dieu d’Iliade). Le klèrôterion a une forme de stèle avec l’architrave et 5 colonnes qui portent les cinq premières lettres de l’alphabet grec. Selon la démonstration, tous les pinakia sont mis dans les boîtes portant leurs lettres, ensuite ils sont insérés dans les trous des colonnes. Grâce aux cubes blancs et noirs (non pas des billes) placé dans un tube il est possible de définir les élus.

En dernière partie de la conférence, Maxime Millina a donné des exemples de retour du tirage au sort à l’époque moderne et les enjeux d’une telle utilisation aujourd’hui.

Il a en particulier évoqué la Suisse qui a gardé un système de votation directe. Selon ses recherches, il y a eu deux vagues de mouvement liées à une forte demande de la société à recourir à la démocratie directe. Il y a celle qu’on peut remarquer aujourd’hui comme participants à la grève pour le climat et l’élection des personnes pour les charges administratives à Lausanne (ce qui peut rappeler l’élection sur l’agora). Les motifs principaux pour le retour au tirage au sort sont l’absence de corruption, la rotation des rôles et la légitimité de ce tirage.

Anna IVANOVA,

Etudiante – Université Lyon 2 

Citer cet article comme : Anna Ivanova, Le tirage au sort au service de la démocratie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 31/03/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20922.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.