La Vénus de Milo

© Claude Mouchot & Université Lumière Lyon2

La Vénus de Milo est une œuvre en marbre de Paros qui mesure un peu plus de 2 mètres et qui a été réalisée vers 130 – 100 av. J.-C. par un artiste inconnu. Retrouvée sur l’île de Milo (Grèce) en 1820, elle est aujourd’hui conservée à Paris, au musée du Louvre (inv. Ma 399). Le Musée des Moulages conserve une copie à l’échelle 1 de cette statue très célèbre. Elle a été réalisée vers 1894 par les ateliers de moulage du Louvre, et se trouve aujourd’hui dans la section du musée consacrée au corps féminin (inv. L598). Aphrodite de son nom grec, est représentée debout, le torse nu, un drapé tombant de ses hanches jusqu’à ses pieds. Ses cheveux ondulés sont ramenés en un chignon bas. Ses bras n’ont jamais été retrouvés, mais leur absence met en valeur le ventre finement modelé et la poitrine haute de la statue. Cette figure cite des œuvres classiques du IVe siècle av. J.-C. : sa physionomie altière, son visage élégant, la finesse des lèvres et du menton ou encore le type de coiffure appartiennent à ce canon ancien. En revanche un certain nombre d’innovations la distinguent d’une œuvre de l’époque classique, ainsi la sensualité des chaires est une nouveauté et le réalisme du drapé profondément refouillé instaurant d’intéressants jeux de lumière. Nous sommes donc face à une œuvre inspirée de l’époque classique, et qui la revisite, ce qui est une des caractéristiques majeures du courant dit rétrospectif ou néoclassique qui parcourt l’art grec des IIe et Ier siècle av. J.-C. Elle a été retrouvée sur l’île de Milo le 8 avril 1820. Olivier Voutier, élève de la marine présent à cet instant en informe l’ambassadeur de France auprès de l’Empire ottoman, qui en fait l’acquisition alors même que la statue fait déjà route vers Constantinople, où un haut-fonctionnaire désire l’acheter. Elle est offerte au roi Louis XVIII qui l’offre au musée du Louvre en 1821. Cette arrivée a lieu juste après la restitution d’un grand nombre d’œuvres ramenées dans ce musée par Napoléon dont la Vénus Médicis que la France a dû rendre à Florence. Elle vient ainsi combler un vide et il faut bien dire qu’une certaine propagande accompagne son arrivée dans les collections publiques. Il s’agit de l’une des œuvres d’art les plus diffusées et reproduites, une des plus reprises aussi : Bazille, Cézanne, Vuillard ou encore Magritte ; tous ont repris son effigie dans leurs travaux. Le moulage conservé au MuMo porte un cachet des ateliers nationaux : il a été réalisé par les ateliers du Louvre vers 1894. A nouveau, c’est une facture de l’emballeur Gerfaud conservée par le Pôle Archives de l’Université Lumière Lyon 2 qui nous l’apprend.

©Université Lumière Lyon 2

Vous pourrez bientôt revenir admirer au MuMo cette œuvre iconique du musée du Louvre comme si vous y étiez… La foule en moins !

Source. Musée des Moulages – Université de Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.