Grand Atlas de l’Antiquité grecque classique et hellénistique

Martinez-Sève (L.) et Richer (N.), Grand Atlas de l’Antiquité grecque classique et hellénistique. Cartographie de Madeleine Benoit-Guyod et Claire Levasseur. Paris: Autrement, 2019. – 192p. – ISBN: 9782746751057

Crédit image. Première de couverture – Editions Autrement

Ce bel ouvrage en grand format (20 x 29,50 cm), de près de 200 pages, est une refonte de deux livres parus séparément dans la même collection en 2011 [L. Martinez-Sève, Atlas du monde hellénistique (336-31 av. J.-C.). Pouvoir et territoires après Alexandre le Grand] et en 2015 [N. Richer, Atlas de la Grèce classique (Ve-IVe siècle av. J.-C.). L’âge d’or d’une civilisation fondatrice].

Les (rares) défauts de ces anciennes éditions ont été corrigés : les cartes sont maintenant de belle dimension et y gagnent en lisibilité. La présentation des textes et des commentaires, davantage aérée, invite également à une lecture plus agréable. Le prix (29 euros) demeure raisonnable pour un ouvrage en couleur d’une telle qualité et constitue même une petite économie par rapport à l’achat cumulé des deux atlas précédents (46 euros).

La première partie, consacrée à la Grèce classique, ne compte guère de modifications par rapport à l’édition originale : il est vrai que, publié récemment, et avec une mise en page déjà plus didactique que l’Atlas hellénistique, l’ouvrage n’appelait pas forcément à des corrections : on peut donc renvoyer le lecteur au compte-rendu paru en janvier 2019. On se félicitera toutefois de la disparition du sous-titre initial de cet Atlas de la Grèce classique (« L’âge d’or d’une civilisation fondatrice ») qui prêtait à discussion.

La seconde partie, sur l’époque hellénistique, est sans nul doute celle qui a le plus gagné avec cette nouvelle édition : d’une richesse exceptionnelle, l’Atlas initial souffrait d’un format étroit, de couleurs fades et d’une présentation éclatée en une myriade d’encarts de texte. Ce n’est plus le cas, désormais, même si on peut regretter la disparition des citations d’auteurs (anciens ou modernes) qui ponctuaient agréablement la lecture de chaque dossier : le découpage des différentes parties apparaît maintenant plus clairement ; les couleurs des cartes et des schémas ont été accentuées ; l’auteure a retravaillé son texte de manière très substantielle, tant pour tenir compte des dernières avancées de la recherche que dans le but d’en améliorer la compréhension. Enfin, de nouvelles données ont été ajoutées, comme le plan de l’aire urbaine de Délos (p. 167), tiré de l’Atlas de Délos paru en 2015 sous la direction de J.-C. Moretti (EAD 43, Athènes, EFA), et qui invite à montrer le poids croissant du commerce délien au IIe siècle av. J.-C. ; ou encore la double page sur « « Culture et société en Macédoine » (pp. 160-161, avec le plan de la Villa Dionysos à Pella et une carte des riches tombes macédoniennes décorées souvent de peintures).

Bref, on l’aura compris ce Grand Atlas de l’Antiquité grecque s’avère un bel outil, balayant des thématiques aussi variées que les milieux biogéographiques, les ressources, le peuplement, les circuits économiques, les évolutions politiques, les conquêtes, les batailles, les cités, les grands sanctuaires, les royaumes et leurs organisations territoriales, l’hellénisation, la confrontation avec Rome, etc. La cartographie régionale du monde grec, notamment en Occident ou en Asie, souvent peu accessible en français, s’avère ici très précieuse.

Certes, on peut parfois regretter que l’ouvrage ne soit qu’une juxtaposition des deux précédents : certains thèmes auraient pu faire l’objet de regards croisés, comme la réflexion sur les sources historiques, qui n’est abordée que dans la seconde partie (pp. 95-97), ou le glossaire (en annexe) qui ne concerne, lui aussi, que l’époque hellénistique. De même, les aspects culturels et religieux restent peu abordés pour cette dernière période, pourtant l’une des plus riches de l’Antiquité (ce qui tient sans doute à la thématique principale de l’atlas initial consacré à « Pouvoir et territoires après Alexandre le Grand »).

Mais cela n’enlève rien à la qualité du livre qui donne à voir, à travers de très belles cartes et schémas, la vitalité de l’hellénisme durant près de cinq siècles.

Philippe Lafargue

Citer cet article comme : Philippe Lafargue, Grand Atlas de l’Antiquité grecque classique et hellénistique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/04/2020, https://reainfo.hypotheses.org/20959.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search