Pénélope

Si je vous dis qu’elle détisse la nuit tout ce qu’elle tisse le jour, à qui pensez-vous ? Il s’agit de Pénélope !

© Université Lumière Lyon 2/ Claude Mouchot

Cette statue représentant Pénélope est une copie romaine en marbre blanc d’un original grec datant d’environ 460 av. J.-C. On ne connaît ni la provenance ni le nom du sculpteur de cette œuvre qui est conservée au Vatican, au musée Pio-Clementino, dans la salle des Muses. Le Musée des Moulages en abrite une copie en plâtre, réalisée par le mouleur romain Michele Gherardi en 1894. Elle se trouve dans la section du musée consacrée au corps féminin (inv. L359). Il s’agit d’une femme assise, jambes croisées, sur une masse, peut-être rocheuse. Elle est vêtue d’un chiton et d’un himation, et un pan de voile couvre sa tête. Elle porte une main à son visage dans un geste très délicat, et de l’autre elle se tient à son assise. On sent la présence du corps sous les vêtements, et le drapé est caractérisé de façon très naturaliste dans le dos, de façon un peu plus géométrisée et plate sur les genoux.

©Claude Mouchot/université Lumière Lyon 2

Pénélope est la célèbre épouse d’Ulysse. Le mythe le plus célèbre la concernant est lié à la Guerre de Troie. Son mari est parti s’y battre, et met plus de 20 ans à revenir à Ithaque, auprès d’elle. Si l’Odyssée nous apprend les péripéties qui ont tant retardé le retour d’Ulysse, celui-ci après tout ce temps, passe pour mort auprès de sa famille. Or Pénélope attire par son trône et sa beauté pas moins de 14 prétendants qui se voient déjà remplacer Ulysse. Elle conçoit alors un stratagème pour repousser le plus longtemps possible ces avances incessantes dont elle est l’objet. Elle commence à tisser un grand voile sur son métier : elle ne consentira à se marier qu’une fois son ouvrage terminé. Mais toutes les nuits, Pénélope s’applique à défaire tout le travail qu’elle a réalisé le jour. Elle gagne ainsi trois années de répit auprès de ses prétendants, ce qui l’amène à la veille du retour de son époux. Cet épisode et quelques autres en font l’archétype de l’épouse fidèle. Et c’est ainsi qu’on la représente ici : le voile sur les cheveux, la tête légèrement baissée sont les symboles de la femme mariée. Son expression triste et sa main portée au visage – un geste qui représente la mélancolie – suggèrent qu’elle est figurée en train d’attendre

©Dpt des monnaies, médailles et antiques de la BnF

Ulysse, patiemment. Cette œuvre est proche d’une autre représentation de Pénélope que l’on peut voir sur une bague à chaton en or conservée à Paris, au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France. Pénélope y est présentée dans la même posture, avec les mêmes attributs. Cette bague a été produite en Syrie, durant le IVe quart du Ve siècle, ce qui montre que cette iconographie était largement diffusée.

Notre moulage de Pénélope a été réalisé par Michele Gherardi vers 1894. Une lettre du mouleur datée de cette année-là et adressée au Professeur Holleaux, chargé de la constitution des collections du musée informe ce dernier que, parmi d’autres œuvres, la « Pénélope, statue du Vatican » a été mise en caisse pour être envoyée à Lyon. Ce document est conservé par le Pôle Archives de l’Université Lumière Lyon 2.

©Université Lumière Lyon 2

Pénélope est toujours présente au musée et apporte, au sein de la section dédiée au corps féminin, une touche d’originalité par sa posture assise qui en fait une œuvre remarquable parmi les korés debout qui l’entourent.

Source. Musée des Moulage – Université Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search