Jésus insolite

La Résurrection de Jésus, film de Kevin Reynolds (2016, DVD) est le dernier en date des films sur Jésus, si l’on excepte le Ben-Hur, sorti en septembre 2016, où Jésus a un rôle plus important que dans les autres versions et que dans le roman lui-même. Le film de Reynolds ne manque pas d’intérêt. Qu’on en juge : un tribun est chargé par Ponce Pilate d’éclaircir l’énigme de la disparition du corps de Jésus. Mais, déjà, en 2007, L’Enquête sacrée de Giulio Base (DVD) avait presque le même sujet : Tibère chargeant un homme de confiance de résoudre le mystère de la résurrection de Jésus.

Or, on a vu, ces dernières décennies, se multiplier les visages romanesques de Jésus. Mon intention est d’attirer ici l’attention du lecteur sur des Jésus insolites, dont on ignore, en général, l’existence.

Le Jésus de la SF

La tentation a toujours été grande chez les auteurs de SF de faire remonter le temps à un chrononaute pour pouvoir ainsi assister à la crucifixion. C’est le cas de Glogauer, le héros du roman de Michel Moorcock, Voici l’homme (1968, TR, 1971, L’Age d’homme, Le Livre de Poche, n°7012). Il se retrouve en 28 en Palestine, rencontre Jean-Baptiste. Mais, étrangement, celui-ci n’a jamais entendu parler de Jésus… Buveur, joueur, mauvais garçon Gluk, pilote de fusée sur la Terre du XXIIème siècle, va se retrouver par suite d’une fausse manœuvre à Jérusalem au temps de Jésus. Que va- il devenir ? On le saura dans le roman de Christopher Stork, Le Bon Larron, 1981, Fleuve Noir, Anticipation, n°1092.

Et si Jésus, armé de la puissance divine, avait foudroyé sur la croix les soldats romains, levé une armée, conquis Rome et le monde ? Dans « Jésus-Christ, la revanche », une nouvelle du recueil Péchés innommables (1994, TR, 1996, J’ai Lu, n°4328) la romancière Nancy A. Collins donne une vision inattendue du royaume des cieux.

Cette crucifixion, une équipe de télévision américaine s’apprête à remonter dans le temps pour la filmer en direct…Roman iconoclaste, En direct du Golgotha (1992, TR, 1994, Fayard) de Gore Vidal offre au lecteur une réflexion grave sur la corruption, avec le temps, des textes. Et si la conception et la naissance de Jésus avaient été programmées par des extra-terrestres dans le cadre d’une lutte sans merci dans la galaxie ? On lira avec amusement la nouvelle de Jean-Pierre Andrevon, « Nativité » dans le recueil C’est arrivé mais on a rien su (1984, Denoël, Présence du futur, n°383). Ou la Nativité comme enjeu entre deux empires galactiques !

A propos d’extra-terrestres, rien ne va plus sur Mars : on a capturé quatre terriens. L’un se dit Juif orthodoxe, l’autre affirme qu’il est chrétien, mais il parle d’une « Sainte Trinité » inconnue. Le troisième est musulman, la quatrième est athée. Que va en penser Jésus lors de sa prochaine apparition ? Dans Un Martien nommé Jésus (1979, TR, 1981, J.-C. Lattès, Titres SF, n°38), Philip José Farmer, disparu en 2009, transforme l’histoire du christianisme en space opera…

Retour sur Terre. Jérusalem, une tombe inviolée depuis deux mille ans et qui contient le manuel d’utilisation d’une caméra vidéo dont la sortie sur le marché est prévue dans … trois ans. Un voyage dans le temps ? Sans doute mais pour filmer qui ? Sur un schéma classique de thriller archéologique un récit de SF assez étonnant : Jésus Vidéo (Andreas Eschbach, 1998, TR, 2001, L’Atalante).

Et si l’on pouvait cloner Jésus ? Hypothèse que développe avec un humour délirant Didier Van Cauwelaert dans L’Évangile de Jimmy (2004, Albin Michel, Le Livre de Poche, n°30639).

Le Jésus du thriller

Le Da Vinci Code a prolongé, amplifié la mode du thriller métaphysique. On ne compte plus les Évangiles apocryphes et les apôtres mystérieux. Au risque d’ébranler l’Église. Le bon grain soigneusement trié de l’ivraie, restent quelques romans de qualité. Dans Le Dernier Testament de Philip Le Roy (2005, Au diable Vauvert, Points Seuil, n°1477) on cherche le testament que Jésus aurait enterré chez les Esséniens. Qui est donc ce mystérieux treizième apôtre et pourquoi risque-t-il de troubler l’ordre du monde ? Réponse dans Le Secret du treizième apôtre de Michel Benoît (2006, Albin Michel, Le Livre de Poche, n°35055). De qui est le squelette trouvé à Massada ? Pourquoi l’a-t-on volé aussitôt que déterré ? Réponses dans A tombeau ouvert de Kathy Reichs (2005, TR, 2007, Laffont).

Idaho, 1989. Arielle Behn a hérité de mystérieux manuscrits, vieux de deux mille ans et qui ont échappé à la convoitise d’Hitler. Quel rapport avec la condamnation de Jésus par Pilate ? On le saura dans Le Cercle magique de Katherine Neville (1998, TR, 2003, Le cherche midi, Pocket, n°12091).

Retour au domaine policier traditionnel avec l’enquête que mène, en Judée, un agent de Tibère qui doit surveiller Jésus (Franco Mimmi, Notre agent en Judée, 2000, TR. 2001, Nautilus, Folio policier, n°422) et celle que mène sur la disparition de Jésus entre douze et trente ans, son meilleur ami : Biff (Christopher Moore, L’Agneau, 2003, TR, 2004, Gallimard, Série Noire, n°2707). C’est décapant.  !

Jésus et les femmes.

– Marie, la mère

Après la trilogie des héroïnes bibliques, Marek Halter, qui ne doute de rien et surtout pas de lui – même, a tenté de dresser dans Marie (Laffont, 2006) le portrait d’une jeune Juive de Galilée. Le récit, qui se lit bien, pose de troublantes questions sur les rapports de la jeune fille avec la résistance juive et l’un de ses chefs, Barrabas, avec les Esséniens, avec Jean – Baptiste. Il se termine par un artifice romanesque un peu usé à force d’avoir servi : la découverte contemporaine d’un rouleau mystérieux, rescapé de la destruction de Varsovie. On n’en dira pas plus : l’auteur est un vieux routier de la fiction métaphysique et de la promotion littéraire. Nul doute qu’il séduira des milliers de lecteurs prêts à gober n’importe quoi. On préférera – et de loin- le grave récit de Sholem Asch : Marie, mère de Jésus (TR, Calmann – Lévy, 1951) ou l’exercice délicat qu’a tenté avec bonheur Jacqueline Saveria – Huré dans Mémoires de Marie fille d’Israël (La Table Ronde, 1986). Sans oublier, même si l’accent est davantage mis sur Joseph, le roman de Eduardo Manet : Ma vie de Jésus (Grasset, 2005). Un détour par le cinéma nous montre que le sujet n’a guère inspiré les réalisateurs : une petite douzaine de films depuis 1945 d’où se détachent quand même le pesant Marie de Nazareth de Jean Delannoy (1994, DVD), le grotesque téléfilm de Éric Till, Joseph et Mary (1979, DVD), où Joseph sauve Marie prisonnière des Romains et, surtout, le charmant « Berger de Bethléem », épisode d’un film de Roberto Benigni : Tu me Turbi (1983, DVD) où Marie a le visage d’une jeune femme qui prend comme baby – sitter de son petit Jésus un de ses anciens soupirants…

– Marie-Madeleine, l’amante

On s’épuiserait à dénombrer les romans qui, bien avant le Da Vinci etc., ont tenté d’établir des liens entre Jésus et cette belle pécheresse. Citons le chaste Slaughter : La Magdaléene (TR, Presses de la Cité, 1953), l’audacieuse Aurélia Briac : L’Évangile selon Marie – Madeleine (Laffont, 1984), la pétulante Pierrette Brès, longtemps spécialiste télévisuelle des courses hippiques : Marie de Magdala. La Vie révélée de Marie – Madeleine (Michel Lafon, 1997). Bref, trois portraits : une disciple, une amoureuse, une femme d’affaires libérée. C’est une Marie-Madeleine jeune que Frédérique Jourdaa nous montre rencontrant le jeune Jésus à Qumran, dans Le Baiser de Qumran (XO éditions, 2006). A ces amours de midinette de la Mer Morte on préférera le beau récit de Simone Chevallier : Celle qui aima Jésus (Xénia, 2006) qui dépeint une femme entre deux mondes, celui de son milieu juif et celui de la société gréco-romaine.

On imagine que le cinéma a réservé une place de choix à cette femme. Ce n’est pourtant pas le cas. Sans citer tous les films sur Jésus où elle joue un rôle plus ou moins important, on relèvera –malheureusement indisponible aujourd’hui – le curieux Le Glaive et la Croix (Carlo L. Bragaglia, 1958) où Marie – Madeleine, interprétée par la pulpeuse Yvonne de Carlo, est aimée par un Romain.

– Véronique, la compatissante :

On connaît la touchante histoire de Véronique et de son voile. Slaughter a consacré un joli roman à cette charitable héroïne : Véronique (TR, Presses de la Cité, 1959). Le roman combine habilement l’histoire évangélique et le récit du Graal : Véronique étant la nièce de Joseph d’Arimathie.

– Salomé, l’épouse :

Le lecteur va aller de surprise en surprise, en lisant le roman ( ?) de Guy Trévoux : Moi Salomé, épouse de Jésus (Le Rocher, 1997) : Salomé, la fille d’Hérodiade et d’Oscar Wilde, épouse Jésus par ambition (c’est un beau parti), mais ne tarde pas à succomber à son charme. Un gros livre qui prétend donner des sources et une chronologie –ici fantaisiste dans le détail. On hésite entre le rire et l’accablement.

Une Passion insolite de 1912

Sidney Olcott (1873-1949) a débuté dans le cinéma, en 1908, avec un court métrage au titre célèbre : Ben Hur. En 1912 il tourne le premier long métrage américain (70’) sur la vie de Jésus : From Manger to the Cross (Jésus de Nazareth, sa vie, sa mort). Depuis 1897 on avait vu 36 films sur Jésus dont 19 Passions. Mais celle d’Olcott a été la première à avoir été filmée entièrement sur les lieux mêmes des Évangiles .Succès public immense (recette d’1 million de dollars pour une dépense de 100000 dollars, sonorisation en 1937). Malgré une mise en scène un peu trop « conventionnelle», fondée sur un scénario de Gene Gauntier (qui joue aussi le rôle de Marie), la beauté des paysages, le désir d’authenticité, la sincérité inspirée de Robert Henderson-Bland dans le rôle de Jésus (rôle qui aurait, dit-il, changé sa vie), tout cela annonçait une nouvelle façon de filmer la vie de Jésus.

Ce tournage a été raconté dans un passionnant documentaire de Philippe Baron, qui a reçu maintes récompenses : Première Passion (2010, 53, coproduit par Vivement Lundi/Blink Productions/Lebster Films/Télénautes/AVRO, en DVD chez Vivement Lundi), au terme d’une enquête qui nous amène de Jérusalem à New York. Il n’était pas facile, on s’en doute, de faire voyager, au milieu d’embûches de toutes sortes, une équipe de tournage dans la Palestine Ottomane d’avant la Grande Guerre! Ces deux documents exceptionnels, le film et le commentaire, ont été diffusés sur Ciné cinéma Classique le 24 avril 2011, dimanche de Pâques.

Claude Aziza,

Historien de l’antiquité fantasmatique


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claude Aziza (13 avril 2020). Jésus insolite. Actualités des études anciennes. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tbpb


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search