La joueuse d’osselets

© C.Mouchot & Université Lyon 2

Il faut s’occuper et se distraire durant le confinement. Et si aujourd’hui, on jouait aux osselets? Nausicaa Oliel, médiatrice au MuMo, vous fait (re)découvrir ce jeu avec La joueuse d’osselets. La joueuse d’osselets est une copie romaine, en marbre et datant du milieu du IIe siècle av. J.-C., d’un artiste inconnu. Retrouvée à Rome, elle est aujourd’hui conservée à Berlin, au Musée de Pergame. Le MuMo en conserve un moulage en plâtre, réalisé vers 1895 par les ateliers de moulage du Louvre. Il est exposé dans la section corps féminin. La jeune adolescente est vêtue d’un chiton noué qui a glissé de l’épaule gauche, révélant ainsi son sein, encore non formé. Elle est assise, les genoux repliés sous le corps et prend appui sur son bras gauche. Sa main gauche est posée sur deux osselets, tandis que de l’autre main, elle lance les deux autres. Le mouvement du geste est traduit par la main encore ouverte, comme s’il venait d’être réalisé. La tête est légèrement tournée et la jeune fille ne semble pas regarder le jeu.

Sinon, comment joue-t-on aux osselets ? C’est très simple : durant l’antiquité, on utilise des petits os de la partie arrière de la cheville du mouton, chèvre ou bœuf. Les Romains donnaient une valeur pour les 4 faces : 1 pour la face étroite et creuse, 6 pour l’étroite et bombée, 3 pour la face large et creuse et enfin 4 pour la large et bombée. À noter que les valeurs 2 et 5 n’étaient pas utilisées. Quatre osselets sont alors jetés à la fois et le résultat du tirage dépend de leur répartition. Mais ce jeu peut également prendre une dimension symbolique. En effet le hasard est lié, par les croyances, au destin et aux dieux. Par exemple, pour la jeune fille vouée au rôle d’épouse, cela signifie s’en remettre à Aphrodite. Ainsi, lorsqu’un joueur réussit à faire tomber les 4 osselets sur une face différente, il obtient le meilleur coup aussi appelé : le « coup d’Aphrodite ». C’est donc à cela que notre jeune Joueuse d’osselets s’applique. Pourtant, son visage ne semble pas traduire l’expression d’excitation que l’on attend d’un joueur. En effet, il semble figé et impassible, semblable à un portrait mortuaire. Portait qui pourrait rappeler un monument funéraire ou une effigie commémorative d’une enfant morte prématurément. L’œuvre prend alors une autre dimension…plus sinistre. En effet, la représentation de ce jeu figure souvent sur les reliefs des stèles grecs et

© Annie Caubet

romains. De plus dans les tombes d’enfants ou d’adolescents sont parfois présents des osselets ou une figurine en terre cuite à l’effigie de la joueuse. Le musée du Louvre en conserve une, datant du IVe siècle av. J.-C. et retrouvée à Athènes. On pense qu’elle symbolise la mort inattendue d’une future mariée. Ces figurines sont parfois aussi offertes en ex-voto dans un sanctuaire pour souligner le passage du statut d’adolescente à celui de femme mariée. La joueuse d’osselets connut donc plusieurs interprétations. D’abord, identifiée comme la fille de l’empereur Auguste (qui aimait beaucoup jouer), puis comme une « déesse du sort », on finit par la voir comme une scène de genre. À sa découverte, en 1732 à la Villa Giustiniani (Rome), Vleughels, alors directeur de l’Académie de France à Rome se précipite de l’acheter pour le cardinal de Polignac. Fortement séduit par la statue, il fait faire pour l’Académie un moulage et une copie en marbre (disparue). La statue finit par être achetée par Fréderic II de Prusse, en 1742. e tirage en plâtre du musée des Moulages, lui, a été réalisé par les ateliers du Louvre en 1895. Il a ensuite été transporté par Gerfaud, la même année : une lettre confirmant l’envoi et une liste des œuvres contenues dans une caisse, sur laquelle il figure avec la mention de « la statue : Joueuse aux osselets ». Elle est conservée au Pôle Archives de l’Université Lumière Lyon 2.

©Université Lumière Lyon 2

Pour retrouver cette jeune adolescente au musée, il faut se rendre dans la section « corps féminin », dans laquelle elle se cache parmi les femmes. À très bientôt au musée (dès que les portes seront de nouveaux ouvertes)… Alea jecta est !

Source. Musée des Moulages – Université Lyon 2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search