Notre culture scientifique

RUSSO (L.), Notre CULTURE SCIENTIFIQUE,Le monde antique en héritage, traduit de l’italien par Antoine Houlou-Garcia. Paris : Les Belles Lettres, 2020. 236 pages. ISBN 9782251450575

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

La traduction enrichie de compléments d’un livre publié en 2018 par Lucio Russo, Notre CULTURE SCIENTIFIQUE, sous-titré Le monde antique en héritage, procède d’une initiative des Belles Lettres que l’on jugera particulièrement heureuse. Ce petit ouvrage de 236 pages écrit par un universitaire célèbre, qui est à la fois mathématicien, physicien et historien des sciences, ouvre, en effet, de belles et passionnantes perspectives pour une renaissance des études classiques, grecques et latines, dans notre siècle.

Sa première partie transmet une vision originale et novatrice sous bien des aspects d’acquis de la pensée des Grecs considérés comme ayant contenu en germe certaines des grandes théories fondamentales de la science actuelle. La seconde, quant à elle, ne manquera pas de faire naître et de nourrir d’opportunes réflexions sur ce que pourrait ou plutôt devrait être, dans la conception de la culture et de la philosophie du monde contemporain, la place attribuée à l’exemple des philosophes et des scientifiques de l’Antiquité grecque, la plupart d’entre eux, pour ne pas dire tous, méritant les deux qualificatifs sentis comme étant en réalité inséparables, puisque les diverses matières entraient alors conjointement dans la composition de l’ensemble appelé philosophie.

En prenant appui sur des réinterprétations approfondies et élargies à la lumière des connaissances d’aujourd’hui d’œuvres parfois assez mal connues (comme celle de Séleucos de Séleucie) ou parfois relativement négligées dans les enseignements universitaires (on pensera aux fragments de Démocrite), L. Russo s’efforce d’établir que l’origine antique de fort nombreux aspects des acquis des sciences (physiques et mathématiques) est « habituellement ignorée ». Malgré une argumentation technique serrée, c’est évidemment avec une forme de hardiesse qu’il procède, en prenant, avec un enthousiasme communicatif, le risque bien calculé de commettre des sortes d’anachronismes ou des assimilations hâtives ou forcées. On relève ainsi de nombreuses précautions linguistiques qui apparaissent au fil des pages (« probable », « vraisemblable », « on peut imaginer », « sans doute », « on peut penser », « n’a pu échapper à », « nous sommes autorisés à interpréter », « vraisemblablement » etc.).

Les informations brutes qui sont transmises sont sûres et leurs analyses telles qu’elles sont construites, aussi surprenantes qu’elles puissent parfois ponctuellement paraître à première lecture sont finalement convaincantes. Elles portent dans différents chapitres sur des domaines qui relevaient de diverses branches de la physique antique (astronomie avec l’héliocentrisme et le mouvement de la terre, théories de la gravitation avec l’explication de la cause des marées, exploitation des conceptions relatives aux atomes et aux molécules etc.). Fondées sur des lectures examinées avec précision, elles parviennent à des conclusions pertinentes tant en ce qui concerne le constat évident que l’apport de l’époque hellénistique est généralement trop négligé par les commentateurs, que l’origine grecque de bien des théories, plus nombreuses qu’on ne le pense communément, ou encore que les bases méthodologiques de la science. Celles-ci sont relatives à la méthode démonstrative (ce qu’il est facile d’admettre), mais aussi à la méthode expérimentale (ce qui est parfois contesté par certains spécialistes, mais peut être solidement établi à partir de commentaires des enseignements, par exemple, d’Archimède, de Philon de Byzance ou de médecins tels que Érasistrate de Céos ou Hérophile d’Alexandrie). Avant d’aborder l’examen de la seconde partie du livre de L. Russo, on conservera présente dans la mémoire, comme caractéristique de la réalité grecque, pour bien comprendre la leçon du professeur de mathématiques de l’Université de Rome, une double vérité, à savoir que la physique dans son ensemble fut une composante à part entière de la philosophie (dont la médecine se détacha assez tôt, mais partiellement seulement, puisque Galien, pour ne citer que lui, a écrit des ouvrages proprement philosophiques) et que les plus illustres philosophes, comme Démocrite et Aristote, furent aussi d’éminents hommes de sciences ou encore que l’illustre astronome Ptolémée revendiqua la qualité de philosophe dans la préface de l’Almageste et dans divers ouvrages. Ces trois auteurs, que l’on a choisis pour montrer, comme le dit L. Russo, que ce sont bien les différentes époques qui sont concernées, étaient à la pointe des connaissances de leur temps. Ils ont grandement contribué à les développer, en ouvrant ainsi de fécondes perspectives léguées à leurs successeurs, proches ou lointains, jusqu’aux temps actuels auxquels s’appliquent les réflexions de L. Russo. Dans un premier temps elles concernent la culture scientifique.

L’auteur montre avec une indéniable pertinence pédagogique qu’une connaissance bien assimilée de l’émergence et du développement historique de la science est indispensable pour que soit assurée une bonne formation des scientifiques, qui doit être porteuse d’une véritable et profonde culture. C’est là sans aucun doute une vérité qu’occulte souvent la trop petite place réservée, si même elle existe, à l’histoire des disciplines dans les programmes universitaires. À cela s’ajoute une autre évidence, à savoir le manque de connexions entre les branches du savoir, pourtant pourvues d’un « socle initial commun ».

Pour L. Russo la crise culturelle apparue au début du XXème siècle est à interpréter, dans la perspective qu’il défend avec de solides arguments, comme étant l’un des effets néfastes de la « rupture avec la tradition classique », cause de nombreuses formes de déclins dans tous les domaines, y compris dans celui de la politique et de l’économie, si bien que devrait s’imposer l’objectif nécessaire de « valoriser les expériences du passé » en mettant en avant leur caractère exemplaire. Tout au long de quatre chapitres  (« la culture scientifique », « l’histoire de quelques termes scientifiques », « Euclide retrouvé et abandonné », « physique et science exacte »), L. Russo développe avec assurance et érudition des séries de thèmes méthodologiques auxquels il associe la présentation d’affirmations ponctuelles (par exemple l’idée audacieuse et surprenante, mais bien intéressante dans l’analyse d’un spécialiste, que dans la seconde moitié du XIXème siècle d’importantes avancées mathématiques « pouvaient encore être déduites de la lecture des textes du début de l’hellénisme »).

Puisque l’importance de l’apport, réel ou potentiel, du monde grec dans son ensemble est ainsi rappelée dans la formation d’une culture scientifique dont la nécessité est établie, L. Russo reprend à son compte l’affirmation d’U. von Wilamowitz-Moellendorf, qui enseignait, en 1902, que la connaissance de l’apport des Grecs dans tous les domaines avait pour vocation de servir « de point de départ vers les différentes disciplines ». À plus d’un siècle d’écart, la convergence entre les opinions d’un éminent philologue et d’un illustre mathématicien paraît fascinante et constitue une réponse éloquente aux attaques multiformes lancées depuis une centaine d’années contre les études classiques. La leçon majeure que nous propose L. Russo est que les philosophes grecs, en étant également des scientifiques de pointe, ont fondé leurs travaux sur une forme d’unité des connaissances qui s’est révélée particulièrement féconde par les résultats qu’elle a obtenus et par les intuitions riches de promesses qu’elle a suscitées.

Cela conduira certainement les lecteurs du livre comme l’auteur de cette recension à concevoir quelques réflexions dans le prolongement de cet enseignement si magistralement proposé par L. Russo. Au fil des âges, la philosophie a éliminé la physique des disciplines qui la constituaient à l’origine, si bien qu’elle s’est peu à peu repliée principalement sur sa propre histoire. Ne conviendrait-il donc pas que, à l’image de ce dont la Grèce nous a fourni l’exemple, cette physique dans son ensemble soit réintégrée en tant que telle dans la composition de la philosophie et que des philosophes πολυμαθεῖς (polymatheis) soient capables de partager, voire d’enrichir, les connaissances et les recherches des savants pour nourrir de première main leurs réflexions, comme le fit, par exemple, Aristote en unissant dans sa pensée les apports des sciences théoriques et de celles qu’il qualifiait de pratiques ? Choisi parmi beaucoup d’autres, un tel exemple grec ouvrirait à la philosophie d’immenses champs de progrès. L’astrophysique contemporaine ne fournit-elle pas de plus abondantes données à la réflexion que le contenu de l’Almageste n’en suggérait à Ptolémée, la physique quantique n’est-elle pas plus stimulante pour la réflexion que celle d’Aristote, ce que nous savons de la vie des arbres ne dépasse-t-il pas les connaissances de Théophraste, ce que la biologie moléculaire nous révèle ne renouvelle-t-il pas ce sur quoi philosophait Galien, pour ne prendre que quelques exemples ? Incontestablement L. Russo est un de ces πολυμαθεῖς (polymatheis) qui doivent faire des émules. Il est à souhaiter que la lecture de son livre suscite des vocations de la part d’une élite dont le monde d’aujourd’hui a effectivement besoin. À un autre niveau, tout homme aspirant à la culture devrait avoir accès à une formation qui lui permettrait d’avoir une vision globale de la réalité pour nourrir sa propre réflexion, c’est-à-dire sa liberté personnelle et la qualité de ses jugements quelle que soit leur matière.

On retrouverait ainsi un idéal correspondant bien aux analyses de L. Russo, qui a le courage et l’intelligence de le proclamer, en un temps où, comme il le rappelle judicieusement, l’Inde et surtout la Chine retrouvent avec fierté leurs traditions culturelles plurimillénaires, alors que l’Occident abandonne imprudemment et sottement la sienne, précisément parce qu’on a oublié les fondements hérités de l’Antiquité. Une saine réaction contre ce déplorable état de fait nécessite, selon les propos de L. Russo, un retour aux bases posées par le génie des Grecs.

Dans le titre de son ouvrage, les caractères italiques du pronom personnel Notre renvoient clairement par eux-mêmes seuls à l’idée que ce qui intéresse l’auteur, c’est bien l’héritage spécifique légué à l’Occident par la Grèce puis par les Latins, qu’il faut définir par rapport aux richesses culturelles de l’Orient et maintenir, ou plutôt raviver, en face d’elles pour en faire une contribution à une éventuelle future mondialisation de cultures reconnues comme complémentaires.

Concluons. Le livre de L. Russo intéressera tous ceux qui, quels qu’ils soient, littéraires, scientifiques, philosophes, historiens etc., appellent de leurs vœux une modernisation de la culture scientifique, qui passera nécessairement, même si cela peut paraître paradoxal, par un retour à l’Antiquité gréco-latine, comme cela est suggéré, puis démontré par le mathématicien de l’Université Tor Vergata. Chacun de ses lecteurs, comme l’auteur de ce compte rendu, trouvera dans son livre, plus particulièrement dans la seconde partie, matière à une réflexion appelée à conduire à une refondation des études classiques. Les adversaires de ces dernières ont voulu les accuser d’être inutiles et l’ont répété à l’envie avec de fallacieux arguments. L. Russo établit non seulement qu’elles sont utiles, mais encore d’une incroyable nécessité dans le monde actuel et à venir, à condition que l’on sache les réorienter vers ce que furent dans son essence l’esprit et les ambitions intellectuelles des penseurs de la Grèce, qui ont réussi à transmettre leur héritage aux Latins et aux Médiévaux, ce précieux héritage que nous sommes trop enclins à méconnaître ou même à ignorer. Écrit par un scientifique de très haut niveau, l’ouvrage de L. Russo semble ainsi être porteur, au-delà des informations concrètes de son contenu, d’une vérité salutaire pour le présent et pour le futur. Son enseignement mérite très largement d’être médité.

Jean-Pierre Levet,

Professeur émérite – Université de Limoges

Citer cet article comme : Jean-Pierre Levet, Notre culture scientifique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/04/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21032.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search