Actualités : exposition “Ana Zuqquratim – Sur la piste de Babel”

Date / lieu : du 27 avril 2011 au 21 juin 2016 / Strasbourg, Bibliothèque Nationale de Strasbourg

Ana ziqquratim signifie « vers la ziggurat » en akkadien, l’une des plus anciennes langues du Sud mésopotamien. L’exposition retrace l’avènement dans le Sud irakien de ces bâtiments de briques crues et cuites, à étages de taille décroissante, que sont les ziggurats. La dernière et la plus imposante fut la ziggurat de Babylone, qui fut consacrée merveille du monde et dont le souvenir s’est transmis, à travers la Bible, sous le nom de « tour de Babel ». L’origine de ce genre d’édifices s’enracine dans le Ve millénaire av. J.‑C., quand apparaissent les premiers bâtiments monumentaux sur plate-forme.

Au IIIe millénaire av. J.‑C., ce modèle architectural prend de l’ampleur, avec la superposition de deux à trois plates-formes supportant un bâtiment sommital conçu comme la résidence terrestre d’un dieu : son temple. La formule se perpétua jusqu’au milieu du Ier millénaire av. J.‑C. et disparut avec la civilisation mésopotamienne elle-même. Les vestiges matériels qui en témoignaient retournèrent dès lors à la terre dont ils étaient faits, réduits à des masses informes, dépouillés de leur splendeur. Seul le motif scripturaire survécut, celui de la « tour de Babel », et enflamma l’imaginaire occidental jusqu’à la redécouverte de ces majestueux monuments et de leur réalité par l’archéologie à partir de la fin du xixe s. C’est ce parcours long de six millénaires auquel convie l’exposition, dont le fil directeur est constitué de nombreuses maquettes (à échelle réduite et taille réelle), mais aussi de restitutions virtuelles, toutes poursuivant l’ambition de rendre leur majesté aux édifices d’Eridu, Uruk, Khafajeh, Ur et Babylone entre autres. Du plan des monuments à leur élévation, de leur décoration extérieure à leur aménagement intérieur, le visiteur est invité pas à pas à plonger au cœur de ces temples disparus. Chaque période, du Ve millénaire à nos jours, y est évoquée par des objets archéologiques et des œuvres d’art.

« Ana ziqquratim –Sur la piste de Babel » est une exposition imaginée et organisée par l’Institut d’histoire et d’archéologie de l’Orient ancien de l’université de Strasbourg et l’Association strasbourgeoise pour le Proche-Orient ancien, avec l’étroite collaboration de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg et la participation exceptionnelle du musée du Louvre.

Pour en savoir plus…

Crédits image : affiche de l’exposition, voir le site des organisateurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search