Le fil d’Ariane : Mythes et labyrinthes

Bajtlik (J.), Le fil d’Ariane : Mythes et labyrinthes. Paris: Editions La joie de lire, 2019. – 80p. – ISBN: 9782889084845

Crédit image. Première de couverture – Editions La joie de lire

Nous voici face à un ouvrage de l’illustrateur polonais Jan Bahjtlik sorti en 2018 à Varsovie et publié l’année dernière par la maison d’édition suisse « La joie de lire ». Le principe de cet ouvrage est simple, il est composé de vingt-quatre labyrinthes en doubles pages. L’entrée est sur la gauche et avec un crayon ou un stylo, nous devons trouver la sortie située sur la page de droite en passant par de nombreux méandres. L’objectif est ludique et pédagogique pour appréhender la culture grecque antique. Chaque labyrinthe étant lié à une thématique et richement illustré voir scénarisé.

Dix-huit labyrinthes traitent de la mythologie (allant de la Théogonie d’Hésiode à l’Odyssée en passant le minotaure, les Argonautes, Sisyphe ou Œdipe…) et six de la civilisation grecque (le palais de Knossos, le théâtre grec, les Jeux olympiques…). Un dossier pédagogique de dix-huit pages complète l’ensemble, chaque dédale ayant une petite contextualisation et explication. Ces dernières sont très claires et précises donnant un parfait aperçu des mythes et de la culture antique des Grecs.

Crédit image. Editions La joie de lire

Tout d’abord concernant les illustrations, nous ne pouvons que saluer le travail de l’auteur qui propose des tableaux très précis et grouillant de détails comme dans les maisons de la Grèce antique où chacune est scénarisée de scénettes sur la vie quotidienne. D’autres labyrinthes au contraire sont centrés sur une unique illustration, presque un tableau, comme le monstre Typhon ou la forge d’Héphaïstos. L’auteur s’est en outre inspiré de nombreuses œuvres de la céramique grecque, de celle minoenne à la figure rouge ainsi que de sculptures célèbres. Vous pouvez ainsi retrouver au fil des pages : le Discobole de Myron, la kylix du Peintre d’Œdipe, les représentations de pieuvres ou mammifères des céramiques minoennes… D’ailleurs cela est clairement dit à la fin de l’ouvrage où l’auteur nomme un certain nombre de musées européens lui ayant servi d’inspiration par leurs œuvres.

Or cette diversité et cette profusion de détails a parfois ses limites. En voulant convoquer aussi bien les sources archéologiques que littéraires, la frontière est parfois trouble et quelques erreurs l’atteste. Ainsi dans la représentation d’Achille soignant Patrocle (inspiré du kylix du Peintre de Sosias, conservé aux musées du Vatican), l’auteur transforme le casque mycénien de Patrocle en…une calvitie du héros. L’erreur la plus manifeste se trouve dans la représentation du Colosse de Rhodes. Celui-ci est dessiné les jambes écartées à l’entrée du port, ce qui est une représentation erronée venant de la célèbre gravure de l’artiste du XVIe siècle Maarten van Heemskerck qui n’est pas expliqué ni corrigé dans le dossier pédagogique.

Notre deuxième critique vient des six pages sur la guerre de Troie. Si tous les autres mythes sont bien narrés et mis en image1 avec un dossier pédagogique efficace qui vient en complément, nous trouvons celles sur cette guerre à la fois brouillonnes et trop simplificatrices. La première double page montre une bataille navale entre la flotte troyenne et celle achéenne. Cela aurait pu être l’occasion de résumer le « Catalogue des vaisseaux » d’Homère2. Or les seuls héros nommés sont Achille, Agamemnon et Ménélas, qui sont en plus sur le même bateau. Seuls des écussons changent sur les voiles des nefs sans explications. Le dossier pédagogique ne parle que des causes de la guerre avec le jugement de Pâris. La seconde double page montre le siège de Troie en résumant les 10 années de guerre. Or le tout est extrêmement compliqué à suivre. Déjà pour le labyrinthe, de nombreux chemins s’offrent au crayon sans que des obstacles soient clairement définis comme ailleurs dans le livre (fine lance, morceau de char entravant à peine le chemin). Aussi alors qu’ailleurs, des numéros sont placés pour montrer la chronologie des événements3, ici tout est dans le désordre. La volonté de tout mettre conduit aussi à des raccourcis comme le fait de montrer le dieu Hermès avec une épée qui « aide les achéens » alors que le messager de Zeus est plutôt une figure neutre dans le récit, qui ne combat justement jamais dans la mêlée à contrario d’Arès, Athéna ou Aphrodite. Enfin le dernier labyrinthe montre la prise de Troie au cœur d’un terrible incendie autour du cheval de bois. Ici le livre oublie (faute consciente ou censure ?) le sort tragique d’enfants célèbres, pour ne pas sans doute choquer les jeunes utilisateurs potentiels de l’ouvrage. Quid ainsi du fils d’Hector, Astyanax, qui n’est d’ailleurs pas présent non plus dans les pages précédentes. Alors que sont illustrés des hommes en feu sautant des remparts, sa mort par Néoptolème ou Ulysse n’est donc pas évoqué. De même la mort du prêtre Laocoon par un serpent est bien montrée, mais sans ses deux fils.

Notre dernière réserve concerne la difficulté des labyrinthes. Celle-ci est assez variable et non précisée et si certains peuvent être réalisés en autonomie dès 6 ans, d’autres mêmes pour des adultes sont complexes. Il manquerait ainsi à la fin de l’ouvrage l’ensemble des solutions pour pouvoir réellement s’y retrouver.

Excepté ces quelques fausses notes, l’ouvrage reste cependant autant un livre de jeu que d’art très plaisant tant à gribouiller qu’à regarder pour les enfants et leurs parents. Les illustrations sont magnifiques et on sent que l’auteur s’est vraiment plongé dans les représentations antiques. Comme toujours avec la mythologie, la passion déborde parfois et donne lieu à quelques raccourcis qui ne font pas moins de ce livre un passionnant voyage.

Cyrille Ballaguy,

Docteur en muséologie
Chercheur associé – Univ. Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS, F-59000 Lille

1 Deux réserves : la présence d’un squelette central dans les travaux d’Héraclès (celui du héros ?) et l’absence d’ailes à Calaïs et Zétés dans l’expédition des argonautes.

2 Iliade, chant II (v. 484-780)

3 Notamment les six doubles pages suivantes sur l’Odyssée

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, Le fil d’Ariane : Mythes et labyrinthes, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/04/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21091.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.