Manger seul à Rome

L’image du repas romain est associée au banquet. La proximité des invités partageant le vin et les mets dans le triclinium est gage de convivialité. C’est le lieu de sociabilité par excellence pour les élites. L’invitation au repas permet de renforcer les liens d’hospitalité. Le fait de manger seul pourrait donc paraître comme une anormalité pour un membre de la haute société romaine. Pourtant les sources fournissent plusieurs exemples de telles situations.

La crainte de manger seul est grande pour un citoyen important. Martial en rend bien compte dans les Épigrammes. Il n’hésite pas à railler des individus en quête d’invitations, dans la peur de devoir dîner en solitaire :

« Il n’est rien que ne tente, rien que n’ose Selius toutes les fois qu’il se voit à la fin dans la nécessité de dîner chez lui. » (Martial, Épigrammes, II, 14)

Le satiriste décrit ce Selius parcourant les portiques, les bains et bien d’autres lieux publics de Rome afin de trouver la table d’un hôte. La pression sociale est importante, comme en témoigne l’exemple de Cicéron. Pris de violentes coliques à la suite d’excès commis lors d’un banquet, il doit se retirer dans sa ville de Tusculum, où il se soumet à un jeûne strict, l’éloignant des plaisirs de la table. Il se voit alors obligé de justifier les raisons de cette mise en retrait suspecte auprès de ses proches (Cicéron, Lettres aux familiers, VII, 26).

Malgré l’importance des sociabilités au banquet, il est nécessaire d’être en bonne compagnie afin de pouvoir partager un repas. Martial préfère devoir décliner les invitations de Fabullus, ne trouvant guère de plaisir dans la compagnie d’inconnus :

« Quand tu invites trois cents personnes inconnues de moi, tu t’étonnes que je ne me rende pas à ton invitation : tu t’en plais et me cherches querelle. Je n’aime guère, Fabullus, à dîner seul. » (Martial, Épigrammes, XI, 35)

Les discussions font partie intégrante du banquet, où le partage du vin permet d’échanger des paroles érudites et raffinées, ainsi qu’en rendent compte les œuvres symposiaques de Plutarque, d’Athénée ou de Macrobe. De fait, le choix des compagnons de table est en réalité aussi important que les mets qui seront dégustés, n’en déplaisent aux gourmets. C’est ce que rappelle Sénèque qui cite Épicure :

« Examine, dit-il, avec qui tu vas manger et boire avant de penser à ce que tu mangeras et boiras ; car manger des viandes sans la compagnie d’un ami, c’est une vie de lion et de loup. » (Sénèque, Lettres à Lucilius, XIX, 10 = Épicure, fragm. 542)

La mention de la viande et du vin n’est pas anodine. Ce sont là les mets et boissons par excellence du banquet, dont la symbolique du partage entre les convives renforce les liens entre ces derniers. Or, pour les stoïciens, l’amitié véritable et désintéressée est une valeur fondamentale, ce que l’on retrouve dans la Lettre IX de Sénèque. Le banquet apparaît alors comme le lieu privilégié de son expression et de sa mise en pratique. Or, la quête effrénée de tables raffinées et d’hôtes prestigieux peut contrevenir à ce principe.

Pour autant, celui qui fait bonne chère tout seul agit à l’encontre des normes entourant les pratiques alimentaires romaines. Ainsi, Juvénal, critiquant la réussite malhonnête et la richesse d’origine douteuse de certains de ses contemporains, se demande « lequel de nos aïeux bâtit tant de villas, lequel dînait seul de sept plats ? » (Satires, I). Cette exagération n’est pas sans évoquer évidemment la fameuse anecdote concernant Lucullus rapportée par Plutarque :

« Un jour qu’il dînait seul, on ne dressa qu’une table et on lui servit un souper ordinaire. Il se mit en colère et appela l’esclave responsable du service. Celui-ci déclara que, puisqu’il n’y avait pas d’invité, il avait pensé que Lucullus ne voulait rien de somptueux. « Que dis-tu ? s’écria Lucullus. Ne savais-tu pas qu’aujourd’hui, Lucullus dîne chez Lucullus ? » (Plutarque, Lucullus, XLI, 3)

Cette anecdote masque une critique sévère contre ce célèbre gourmet, puisque Plutarque ajoute que cet épisode fit grand bruit dans Rome. Il faut y lire la dénonciation des dérives d’une époque où l’enrichissement des élites conduit à certaines extravagances et dépenses tapageuses pour le luxe de la table. Aussi, dîner seul de façon si raffinée apparaît comme une forme de déviance. Ce passage induit l’idée que manger seul nécessite de faire preuve de sobriété et de mesure.

Ce principe se vérifie dans les biographies d’empereurs réputés pour leur modération dans les plaisirs. Soucieux de sa santé fragile, Auguste s’impose des jeûnes qui l’éloignent alors des sociabilités du banquet. Suétone précise que son appétit capricieux l’obligeait souvent à dîner seul, parfois même en litière avant l’heure de la cena, se contentant simplement de pain, de dattes ou de raisin (Suétone, Auguste, 76-77).

Au IIIe siècle, ce modèle augustéen trouve un écho dans le portrait de Sévère Alexandre dressé par l’auteur de l’Histoire Auguste. Réputé pour la simplicité de ses habitudes à table, il lui arrivait de dîner seul, avec pour unique compagnie celle d’un livre grec (Histoire Auguste, Sévère Alexandre, XXXIV, 7). C’est là la preuve que ce bon prince privilégie les choses de l’esprit plutôt que la satisfaction des plaisirs du goût, à l’inverse de son prédécesseur décrié Élagabal.

La mention de repas pris seul dans les sources antiques paraît donc au premier abord anecdotique. Pourtant, cette mise en regard des textes nous permet de mieux comprendre l’importance des sociabilités de la table pour les Romains, lieu de partage et d’amitié par excellence. Le confinement vécu actuellement nous rappelle combien ce besoin est propre à chaque époque.

Dimitri Tilloi-D’Ambrosi,

Docteur en Histoire romaine – Université Jean Moulin Lyon III

Chercheur associé au laboratoire HiSoMA – UMR 5189

Citer cet article comme : Dimitri Tilloi d'Ambrosi, Manger seul à Rome, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/04/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21103.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search