Archéosites3D

Nous nous entretenons aujourd’hui avec Mikaël Dérin, fondateur de l’application Archéosites qui permet de localiser des sites archéologiques les plus proches de chez vous et dans toute la France. Mais aujourd’hui, il nous présente son nouveau projet, Archéosites3D!

  • L’autoportrait. Une présentation en quelques mots.

Je suis Mikaël Dérin, archéologue depuis 13 ans, les mains dans la terre depuis le début des années 2000. Retiré du terrain et des fouilles mais exerçant en tant qu’archéologue conseil et consultant scientifique.

Passionné de maquettes et de technologie d’impression 3D.

Un pied dans le passé mais la tête dans les technologies d’avant-garde pour communiquer et valoriser l’archéologie auprès du public.

  • Depuis peu, vous proposez des répliques historiques, en quoi cela consiste ? Expliquez nous le projet et votre démarche.

Il s’agit de proposer au plus grand nombre, et à un coût acceptable, des copies, ou répliques de scans d’objets archéologiques ou issus de collections anciennes.

Suivant le même principe, mais à une autre échelle, je mets en place une collection de maquettes pour l’Antiquité, pour l’instant centrée sur l’Empire romain, des monuments connus, également scannés ou modélisés en CAO (conception assistée par ordinateur), mais également des unités d’habitation, de rue, d’insulae qui permettront à terme de constituer de vrais dioramas très détaillés et précis.

  • Comment se passe le processus de reproduction, à partir de quel modèle partez-vous ?

En tant que professionnel de l’archéologie, et investi dans la diffusion de cette discipline au grand public (cf. notre application Archéosites), je commence à cerner l’intérêt du public pour certaines thématiques. Je me sers également de ma connaissance de la discipline pour faire découvrir des éléments moins connus.

A ce stade je suis centré sur l’Antiquité gréco-romaine avec des éléments de la préhistoire et de protohistoire.

En termes d’échelle, cela varie du 1/200° pour des cirques, amphithéâtre par exemple au 1/1 pour de petits objets tels que des statuettes (statuette de la préhistoire par ex).

C’est donc très large, les échelles au 1/200 ou 1/100 voir 1/72 s’adressent en priorité aux musées ou établissements qui souhaitent des maquettes larges, alors que les productions à l’échelle 1 s’adressent aux curieux, aux passionnés et aux boutiques de musées par exemple.

Prenons un exemple concret, celui du discobole!

Il s’agit d’un modèle sous domaine public, dont le modèle 3d (scan de l’original) est mis en ligne par le SMK, un musée danois. Je possède aussi mes modèles 3D que j’ai créés, mais pour illustrer je préfère utiliser cet exemple.
Ce modèle est sous licence CC-0, ce qui signifie qu’il est dans le domaine public et que toute utilisation ou modification est autorisée. Ce point est à relever car pour certains la tentation est forte de se servir de modèles disponibles en lignes mais avec des restrictions, et de commercialiser des produits, alors que cela est prohibé.

Capture d’écran issue du site myminifactory.com, visuel mis en ligne par le SMK Statens Museum for Kunst. ©Mikaël Dérin


La deuxième étape est le passage en CAO pour préparer le modèle pour l’impression 3D, car il y a des contraintes particulières liées à l’impression. Dans notre exemple nous imprimons en plus avec un matériau composé à 80% de particules de bronze, c’est très lourd, il faut donc découper le modèle.

©Mikaël Dérin


Le passage en CAO, je possède 3 logiciels afin de préparer les modèles. C’est l’étape la plus importante, cela m’a pris près de 6 mois à mettre en place des protocoles d’impression efficaces avec différents matériaux.

La troisième étape est l’impression 3D qui, sur ce modèle m’aura pris une quinzaine d’heures en tout sur une résolution standard.

Sur la vidéo, début de l’impression, on voit le pied droit en cours d’impression. Matériaux bronze à 80% et 20 % de liant PLA à base d’amidon de maïs.

La quatrième est purement manuelle et se rapproche à un métier d’art, ponçage des pièces, lustrage, assemblage, application d’huiles…. Oxydation du modèle pour obtenir un effet ancien (au choix des clients).

Après impression et première phase de ponçage (quasi-brut en l’état) ©Mikaël Dérin

Après ponçage initial et avant ponçage fin et lustrage. Le bronze qui est doré commence à briller. ©Mikaël Dérin

Illustration avec un effet oxydé (©goaty-rn)

Pour conclure, avec l’apparition de modèles sous CC-0 la culture est à la portée de beaucoup, mais pour obtenir des répliques métal finies et très proches des originaux il convient de posséder du matériel d’impression de qualité, une bonne connaissance en CAO et DAO, et une bonne dose de patience!

Hauteur du modèle : 20 cm, poids variable suivant mode d’impression, de 350 à 600 grammes environ.

  • Un mot sur les matériaux que vous utilisez utilisez.

LA philosophie que nous défendons est celle d’un impact nul sur l’environnement. 100% des matériaux utilisés sont recyclables et biodégradables.

J’ai longuement mis en place les protocoles d’impression en résine appliqués aux répliques, c’est une technologie difficile à maîtriser. 

Sinon je travaille avec des matériaux à base d’amidon végétal pouvant être mélangés avec des composants métalliques par exemple. Cela permet d’obtenir des répliques avec la patine du métal, le poids, et de se rapprocher des originaux (antiquité gréco-romaine).

  • J’imagine que tout ce matériel à un coût important, avez vous des associés/partenaires pour la réalisation de ce projet?

Le coût d’investissement est en effet certain (entre 10 et 20 000 euros à terme) mais c’est une étape indispensable à la création des modèles et à la réalisation des tests. Nous finançons l’intégralité du matériel dans le cadre de notre société Archéoexpertise, dont Archéosites3D sera la branche répliques/maquettes et muséographie.

Nous sommes en activité depuis 8 ans maintenant, cela permet d’avoir une bonne assise et de débuter sereinement cette nouvelle aventure.

Je suis en recherche active de prestataires à qui sous-traiter une partie des réalisations, sur la base de protocoles précis afin de garantir des produits de qualité, pour le début de l’aventure en tout cas. L’objectif étant de créer une unité de production en interne afin de produire l’ensemble des maquettes et répliques.

  • Vous pensez certainement vendre ces répliques, quel sera votre public ? Professionnels, particuliers?

En effet l’objectif est la mise en place de collections destinées d’une part aux particuliers avec des statuettes, bustes, maquettes d’édifices antiques, d’autres parts aux boutiques des musées avec des gammes spécifiques sur la base des collections de chaque établissement.

Je travaille également à la mise en place de protocoles visant à proposer aux professionnels et musées des solutions d’impressions de maquettes de sites archéologiques à but muséographique et scénographique.

Ma connaissance archéologique est un véritable plus dans la réalisation de ces maquettes.

  • Quelles sont les difficultés que vous avez rencontré/ que vous rencontrez ?

La recherche et développement demande un investissement certain en termes de CAO/préparation des modèles numériques, tests impressions, post-traitement et mise en place des collections.

Les test-impressions sont une épreuve !

Avec la situation actuelle nous n’arrivons pas à nous fournir en pièces détachées ou matériaux de qualité.

Nous cherchons un local pour l’année 2021 qui soit adapté à la mise en place du Fablab, avec suffisamment de place pour l’installation des machines, d’un espace show-room et du bureau…si l’activité démarre suffisamment l’objectif est de produire 100% des pièces et ainsi de maîtriser l’ensemble des processus, avec une production en France (dans le 57), pour faire rimer archéologique avec éthique, et technologique !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.