Néron

Salles (C.), Néron. Paris : Perrin, 2019. – 288 p. – ISBN 978-2-262-06824-0

Crédit image. Première de couverture – Perrin

Si le projet de ce livre était de donner – après bien d’autres – un portrait objectif, clair, précis et documenté de Néron et de son règne, nul doute qu’il a été mené à bien, avec le talent de Catherine Salles, auteur de livres nombreux et excellents sur Rome et le monde antique. Si, en revanche, on se fie à la seconde partie du titre : « Empereur des arts », on craint que le lecteur ne reste quelque peu sur sa faim. On peut s’interroger d’abord sur le sens de ces termes : que signifie « Empereur des arts » ? Aimant les arts, certes, se considérant comme un artiste (mais pas seulement : il se voyait aussi en champion de l’arène) sans aucun doute, mais pas au point d’avoir fait de son époque quelque chose qu’on pourrait nommer « le siècle de Néron », tout comme on a dit – peut-être un peu vite – « le siècle de Périclès », « le siècle d’Auguste » ou « le siècle de Louis XIV ». On cherche vainement des poètes, des philosophes (Sénèque mis à part), des historiens surtout de la taille de leurs prédécesseurs. Le seul écrivain qui aurait pu être considéré comme novateur, l’auteur du Satyricon, justement n’est pas le Petronius Arbiter, favori de Néron. L’on s’étonne que quelqu’un d’aussi documenté que CS n’indique pas au lecteur que l’on sait maintenant, grâce à René Martin et à Stéphane Ratti que l’auteur de ce premier roman était un affranchi de Pline le Jeune.

Restons dans le chapitre des erreurs, pour en signaler quelques-unes, vénielles certes mais gênantes. Laisser sur la quatrième de couverture comme date de la mort de Néron le 9 juin 68, alors que le texte, p.224, indique bien qu’il est mort le 11 juin, laisser cette erreur montre une certaine négligence ; indiquer dans l’index, p.277, qu’Hérode – Agrippa II (le frère de Bérénice) était roi de Jérusalem n’est pas sérieux : il n’y a pas de roi à Jérusalem ni, désormais, depuis la mort d’Hérode – Agrippa Ier , en Judée. On s’étonne, dans la bibliographie (p.267) que ne soit pas mentionnée la nouvelle et récente (2016) édition de la Vie des Douze Césars, due à Guillaume Flamerie de Lachapelle, aux Belles Lettres.

On est étonné de voir que le portrait que donne CS (pp.77-78) de Néron ne correspond pas tout à fait à celui que fait Suétone. Néron n’est pas « de taille moyenne », mais « proche de la moyenne », ce qui n’est pas la même chose, surtout à une époque où la taille moyenne est basse ; sa chevelure n’est pas « d’un blond vénitien », mais, simplement, « ils tiraient sur le blond » , rien n’indique que sa chevelure ait été « lumineuse ». Quant à ses yeux, ils ne sont pas « d’une couleur indéterminée » mais simplement « bleus et assez faibles ». Quant à son corps, on a l’impression que l’auteur et Suétone ne décrivent pas la même personne : « un corps bien proportionné et musclé » pour l’une, « un ventre proéminent » pour l’autre. Bref, quelquefois l’imagination de l’auteur l’emporte sur la description de Suétone qui ne dit nulle part, par exemple, que Néron s’abstient de manger du pain (p.82).

N’est-ce pas un anachronisme, dans l’air du temps d’ailleurs, qui veut à tout prix trouver dans la Rome antique des attitude et des idées contemporaines, de déclarer (p.114) que Néron impose « la mixité sociale ». Cette même modernisation anachronique voit en Poppée « une femme fatale » (122). On se demande bien en quoi elle fut fatale, à Néron ? Même imagination qui voit, lors de l’attentat sur le lac Lucrin contre Agrippine, que celle-ci est blessée (c’est vrai), alourdie par ses vêtements trempés (on peut le supposer), un peu ivre (qu’en sait-on ?).

Quand donc a eu lieu le moment où Néron change de comportement : 59 ? 62 ? 65 ? CS a tout à fait raison de le dater de 59, mort d’Agrippine : Néron est alors libre de se livrer à ses passions.

On saura gré à CS (p.177, note 7) de mentionner l’incertitude qui subsiste sur le lien entre la persécution des chrétiens et l’incendie de Rome. On regrette qu’elle n’ait pas été plus loin : cette pseudo-persécution n’a jamais existé ! Néron a seulement pris – et sans rapport avec l’incendie – des mesures contre les chrétiens qu’on appelle à l’époque « judéo-chrétiens » (il faut attendre la fin du siècle pour trouver le terme). Il n’y a, d’ailleurs, aucune loi à l’époque contre les judéo-chrétien et l’Institutum Neronianum que mentionne, à la fin du IIème siècle, Tertullien, est une pure invention.

Évidemment, ce sont là des points mineurs qui montrent seulement avec quel intérêt a été lu le livre de CS. Nul doute qu’il plaira au grand public et qu’il ajoutera une pierre dans la défense et la – bonne – vulgarisation de la romanité.

Claude Aziza,

Historien de l’Antiquité fantasmatique

Citer cet article comme : Claude Aziza, Néron, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 11/05/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21149.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search