Le polythéisme grec comme objet d’histoire

Dernières nouvelles des divinités grecques!

Crédit image. Première de couverture – Fayard/Collège de France

Le 7 décembre 2017, conformément à la tradition, Vinciane Pirenne-Delforge donnait sa leçon inaugurale « Le polythéisme grec comme objet d’histoire » au Collège de France, après avoir été élue titulaire de la chaire « Religion, histoire et société dans le monde grec antique ». Dès ses premiers mots, elle précise ce que son enseignement implique : « une certaine manière d’explorer le monde grec antique » (Le polythéisme grec comme objet d’histoire, Collège de France et Fayard, 2018, p. 22). Elle en dessine aussitôt les contours en affirmant la place que le présent occupe dans le geste de l’historienne. S’il est désormais convenu d’évoquer ce problème, il est moins habituel qu’il n’y paraît d’en déplier les composantes principales, notamment dans le domaine ici considéré. Comme le rappelle Vinciane Pirenne-Delforge, les termes mêmes désignant sa chaire témoignent de la distance existant entre le monde grec étudié et notre propre monde, à commencer par religion. Elle en propose la définition suivante : « un ensemble de représentations et de pratiques qui inscrivent l’humain dans une dimension qui le dépasse et reste inconnaissable » (Ibid., p. 25-26). La dimension anthropologique est évidente, tout comme l’adoption de la comparaison comme démarche.

Ce cadre général posé, Vinciane Pirenne-Delforge en vient à son objet proprement dit, le polythéisme. En quelques phrases, elle conduit à réfléchir sur ce qui pouvait passer pour un truisme, une réminiscence venu d’un passé scolaire plus ou moins lointain : la religion grecque est polythéiste. Le terme le laisse deviner, le polythéisme, mot inventé à l’époque moderne, témoigne d’un écart entre celles et ceux qui honorent plusieurs divinités et celles et ceux qui n’en reconnaissent qu’une. Il met ainsi en évidence une caractéristique parmi d’autres d’un système symbolique. À partir de là, et avec la documentation disponible, en l’occurrence une lamelle provenant du sanctuaire de Dodone, il est possible d’interroger le rapport que les Grecs, individuellement et collectivement, entretenaient avec leurs divinités, notamment les choix qu’ils et elles opéraient et les critères qui les guidaient. Le polythéisme se présente alors comme « un ensemble structuré de voies possibles dans un contexte particulier, voire spécifique, pour atteindre toutes sortes d’objectifs » (Ibid., p. 41-42). La structure évoquée permet de rappeler que si les singularités du monde grec convoquent une forme d’exotisme, les divinités font pleinement partie de l’histoire grecque ; pleinement, c’est-à-dire qu’elles ne s’opposent pas à cette autre Grèce qu’est la raison ou bien encore la philosophie.

L’expression utilisée par Vinciane Pirenne-Delforge, « figures supra-humaines », le souligne. Les divinités grecques ne sont pas transcendantes : « Tant les dieux que les hommes participent d’un cosmos où ne se marque pas de coupure ontologique radicale. La frontière qui passe entre les humains et les dieux relève globalement d’une différence de qualité de l’être plutôt que d’une incommensurable altérité » (Ibid., p. 45). « Cette immanence du divin » (Ibid., p. 46) conduit à reconnaître que les divinités ont une place dans la polis, qu’elles en sont une composante et qu’elles ont part à la politique. Autrement dit, le polythéisme grec ne se comprend pas s’il est saisi à travers le prisme de l’exclusion, celui de la mise à l’écart des divinités de l’espace public pour que celui-ci soit un espace de délibération entre égaux. Réinscrit dans les cités, il offre une perspective pour penser l’articulation entre l’unité du système symbolique et les différenciations politiques, l’exclusion d’un sanctuaire d’un étranger et la consultation de l’oracle de Delphes par une cité comme Athènes.

Dès sa Leçon inaugurale donc, Vinciane Pirenne-Delforge montre qu’il serait erroné de cantonner les divinités grecques au sein d’une histoire des religions, distincte voire indépendante de l’histoire du monde grec. En ébauchant les grandes lignes de son enseignement à venir, elle laisse penser que dans l’intitulé de sa chaire « Religion, histoire et société dans le monde grec antique », histoire n’est pas le terme le moins important.

Outre la Leçon inaugurale, trois années d’enseignement sont d’ores et déjà disponibles sur le site du Collège de France.

Christophe Pébarthe,

Maître de conférences HDR – Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Christophe Pébarthe, Le polythéisme grec comme objet d’histoire, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 18/05/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21180.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.