Le « vrai » mai 68

Rien n’allait plus au mois de mai 68. Le mouvement de mars, mené par des trublions des deux côtés du Rhin, s’était mué en une véritable révolte qu’il fallait écraser sans plus attendre. L’armée semblait hésiter depuis avril.

L’Outre Mer ruait dans les brancards. Les plus folles rumeurs couraient dans la ville : l’approvisionnement allait devenir de plus en plus difficile, les institutions de l’Etat se délitaient, la rue s’agitait, on parlait de renverser le chef de l’Etat, voire de rétablir l’ancienne république. Le souvenir restait vivace des événements de 54, du coup de force de mai 58, des procès de l’année 62. Le pouvoir s’affolait, il hésitait entre le pourrissement – inévitable, jugeait-il – de la situation, le départ précipité aux marches du pays, le recours – toujours risqué – à la force. Les barricades, il s’en souvenait, ne lui avaient pas porté chance par le passé. Les plus hautes personnalités de l’État étaient elles-mêmes divisées. Il fallait agir, certes, mais comment ? La concertation ne suffisait plus, il ne restait plus qu’une honteuse défaite. En juin elle était consommée, le pouvoir avait démissionné. Était venu le temps des réformes.

C’est ainsi que le 11 juin 68 ap. J.-C., Néron s’étant donné la mort, le pouvoir passa dans les mains du Sénat qui accorda à Galba, gouverneur de l’Espagne qui s’était soulevé en avril, l’investiture impériale. Tout avait commencé en mars par le soulèvement des Gaules sous la conduite de Vindex. Quand il fut réprimé en mai, il était déjà trop tard. L’Afrique se soulevait, sous le commandement de Macer et l’Egypte, qui fournissait Rome en approvisionnement, semblait hésiter. Le Sénat, hostile à Néron depuis sa réforme de 58 et qui n’avait pas oublié ses sanglants débuts de 54, soulevait les derniers Prétoriens fidèles. Les procès de 62 étaient encore dans toutes les mémoires. L’Empereur, d’abord insouciant, s’en allait en Campanie, puis était tiraillé entre ses conseillers qui prônaient tantôt la prudence, tantôt la fermeté. Il était déjà trop tard. A l’annonce de la fin de Néron, l’allégresse publique fut à son comble, on parcourut Rome la tête coiffée du bonnet phrygien, symbole de la sortie de l’esclavage. Voilà ce que fut le « VRAI » mai 68, tel que nous le racontent les historiens romains.

Claude Aziza, 

Historien de l’Antiquité fantasmatique

Citer cet article comme : Claude Aziza, Le « vrai » mai 68, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/05/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21225.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.