Traditions d’Olympus

Smythe (R.), Traditions d’Olympus, Bekah Caden (éd.), [en ligne]

Illustration 1: Evolution d’Hadès, chap. 28

« Quand vous reviendrez en ces lieux, vous régnerez sur toutes les ombres qui les habitent, et vous jouirez des grands honneurs réservés aux divinités, et le châtiment frappera l’impie qui négligerait de vous offrir pieusement des sacrifices et d’accomplir les dons sacrés ». Ce passage des Hymnes homériques débute Tradition d’Olympus de Rachel Smythe – dont la traduction, soit-dit en passant date de 1983 alors que des versions plus récentes existent – et fait référence à l’avènement de Perséphone comme reine des Enfers.

Perséphone est un personnage de la mythologie grecque dont les aventures inspirent auteurs et artistes depuis des siècles. De nos jours, le mythe est souvent réécrit pour un public jeunesse1,et a également été adapté en bande dessinée par Loïc Locatelli Kournwsky2. Il existe également une autre version contemporaine de cette légende, qui a été transposée en manga, disponible librement sur la plate forme de partage Webtoon, qui se veut comme « une grande bibliothèque de bandes dessinées, où [le lecteur pourra] lire en illimité toute sorte de genres, quel que soit [son] goût »3 et qui permet aux auteurs non publiés de faire connaître leurs travaux. Traditions d’Olympus met en scène Perséphone et Hadès, ainsi que les nombreux autres dieux et déesses grecs, dans une interprétation moderne de leur légende. Rachel Smythe, son auteure, a voulu, à travers son travail, « décomposer [les] mythes et y appliquer les conventions sociales de notre époque »4. Histoire d’amour avant tout, le manga est saupoudré d’une bonne dose d’humour et de légèreté, mais il aborde également des sujets plus importants et actuels comme la volonté d’indépendance face à une mère trop possessive ou le consentement sexuel.

L’histoire est transposée dans le monde contemporain. Voitures, smartphones, télévision font partie du décor dans lequel les dieux et déesses boivent des vodka tonic, font du yoga ou jouent au Monopoly. Ils portent des habits actuels, robes de soirée pour les déesses, costumes trois pièces pour les dieux. Les Enfers apparaissent comme une ville moderne, pleine de gratte-ciels et de buildings, éclairés de néons mais également d’étoiles – il n’y a pas de soleil dans le monde souterrain, c’est la nuit éternelle. Des postes de contrôle ont été installés à chaque point d’entrée tandis que des pancartes souhaitent la bienvenue aux nouveaux morts – « félicitations, vous êtes morts, bienvenus aux Enfers »5. Alors que le domaine d’Hadès est représenté dans des tons bleus et noirs – notamment pour que Perséphone, qui est toujours figurée en rose s’en détache –, Olympus, la ville des dieux, au contraire, est lumineuse, avec des tonalités orangées et rosées. Également constituée de gratte-ciels et de grandes avenues, la cité paraît plus accueillante. Au chapitre 28, Rachel Smythe a reproduit les différentes époques qu’ont traversé Hadès et ses frères et sœurs, dans une longue descente aux Enfers dont les paliers représentent chacun une période différente (cf. illustration 1). Cependant, si le monde des dieux nous paraît contemporain, à l’inverse, celui des mortels est situé dans l’Antiquité grecque. Ainsi, les mortels s’habillent de toges et de sandales et vivent dans des villas antiques à la décoration ancienne où tapisseries, sculptures et torches sont monnaie courante. Quelques références à cette antiquité apparaissent également dans la villa moderne du dieu des Enfers : vases grecs disposés à côté du lit dans lequel Perséphone se réveille, affiche de Cerbère dans un style antique, collection de casques anciens.

Illustration 2: Hadès et Perséphone dans le monde divin et le monde mortel

Traditions d’Olympus relate la rencontre d’Hadès, roi des Enfers plutôt sérieux et travailleur, et de Perséphone, jeune déesse du Printemps qui vient d’arriver en ville, lors d’une soirée pendant laquelle sont conviés les principaux dieux et déesses. Le seigneur du domaine souterrain est d’emblée attiré par la beauté et la grâce de Perséphone, qui, naïve et perdue, dénote parmi la foule. Cependant, il a le malheur de dire à ses frères qu’Aphrodite elle-même paraît fade à ses côtés. Or, cette phrase ne tombe pas dans l’oreille d’une sourde puisque la déesse de l’amour vient à l’entendre et se vexe instantanément. Pour se venger, elle décide, avec l’aide de son fils Éros, de faire boire Perséphone jusqu’à ce qu’elle en tombe inconsciente puis de la cacher dans la voiture d’Hadès. Ainsi, les deux protagonistes se retrouvent-il, le lendemain de la fête, dans la villa souterraine et apprennent-ils à se connaître. Des liens se créent et chacun se sent attiré par l’autre. C’est le début d’une grande et belle histoire d’amour.

Perséphone est un personnage de la mythologie grecque qui apparaît déjà dans l’Iliade et l’Odyssée6. Dans ces épopées, elle est toujours mise en relation avec Hadès et le monde des Enfers. L’épisode le plus célèbre de son mythe est avant tout conté dans l’Hymne homérique à Déméter7, ainsi que dans la Théogonie8, même s’il y est décrit plus brièvement. Dans ces versions, Perséphone est la fille de Zeus et de Déméter, déesse de la terre, de l’agriculture et des moissons. Un jour qu’elle était occupée à cueillir des fleurs sauvages en compagnie des Océanides, elle fut enlevée par Hadès, le dieu des Enfers, qui s’était épris de la jeune fille. Déméter, folle d’inquiétude, erre d’un bout à l’autre du monde à la recherche de sa fille pendant neuf jours, sans boire, ni manger, laissant la terre dans l’abandon le plus total. Le dixième jour, elle apprend d’Hélios l’identité du ravisseur de sa fille ainsi que la complicité de Zeus dans ce rapt. S’éloignant de la compagnie des dieux et cherchant la solitude, la déesse se rend dans la ville d’Eleusis dans laquelle elle feint d’être une mortelle. Elle est engagée par le roi Kéléos pour être la nourrice de son fils. Son deuil continue et rien ne pousse sur la terre pendant un an. La race des hommes est menacée d’extinction. Les dieux se relaient auprès de Déméter pour la persuader de cesser son deuil, rien n’y fait. Finalement, Hermès est envoyé aux Enfers pour convaincre Hadès de rendre Perséphone à sa mère. Celui-ci y consent, mais il fait manger des grains de grenade à sa jeune épouse avant de la laisser retourner auprès de Déméter. La jeune fille est liée aux Enfers et elle se doit d’y retourner pendant quelques mois – la durée varie de trois à six mois d’un mythe à l’autre. Déméter rétablit la fertilité sur terre et l’alternance des saisons est créée par les allers et retours effectués par sa fille entre le monde des Enfers et le monde d’en haut.

Rachel Smythe adapte les éléments clés de l’histoire à sa sauce. Ainsi, l’enlèvement de Perséphone par Hadès, un des mythèmes récurrents de la légende, n’est pas la cause du dieu des Enfers mais plutôt d’Aphrodite et de sa célèbre jalousie. Si la déesse de l’amour n’a jamais été présente dans le rapt de Perséphone dans les versions antiques, sa jalousie rappelle néanmoins d’autres mythes célèbres dans lesquels elle se venge parce qu’on l’a offensé – elle est la cause de la métamorphose en lions d’Atalante et d’Hippoménès qui ont oublié de lui rendre les honneurs qu’ils lui devaient, elle fait se prostituer les Propoétides, des jeunes filles qui osèrent nier sa divinité. L’enlèvement est donc tout relatif. D’ailleurs, dans le chapitre 26, Hadès demande même à Perséphone si elle souhaite qu’il la ramène chez elle, auprès de Déméter, ce qui nie totalement l’idée de rapt. Seul Apollon, dans le chapitre 24, fait référence au mythe d’origine en rappelant à la jeune déesse que le dieu des Enfers aurait pu la garder captive dans le monde souterrain.

Le deuxième mythème récurrent de la légende, le grain de grenade que Perséphone aurait avalé et qui l’empêcherait de retourner auprès de sa mère, n’est mentionné nulle part dans le manga. Avant qu’elle ne reparte pour Olympus, Hadès lui offre seulement un manteau de fourrure qu’il destinait à Héra. Faut-il voir dans ce manteau un symbole qui rattacherait la jeune déesse aux Enfers comme le font les grains de grenade dans le mythe originel ? Sur ce point, seul l’avancement du manga nous le dira. Un peu plus loin dans l’histoire, Perséphone repartira aux Enfers puisqu’Héra lui ordonnera d’y travailler en tant que stagiaire et elle découvrira, aux côtés d’Hadès, ce lieu qu’elle finira par aimer. Elle apprivoise d’ailleurs facilement Cerbère, le mythique chien à trois têtes, gardien du monde souterrain, comme pour montrer qu’elle a sa place en ce lieu, elle qui, dans la mythologie gréco-romaine, siège fièrement aux côtés de son mari et participe à la gouvernance de son royaume.

Rachel Smythe s’est énormément inspiré des catalogues de mythologie antique pour créer ses personnages. Ainsi, elle fait de Perséphone la déesse des fleurs et du printemps. Dans le chapitre 8, elle l’appelle même « la déesse en herbe », double référence qui s’applique ici du fait de sa jeunesse et de son inexpérience en tant que déesse mais également parce qu’elle possède des pouvoirs en rapport avec la nature. En effet, la jeune fille a le don non seulement de faire croître les fleurs comme elle le souhaite, mais également de faire pousser sa chevelure qui laisse des sortes de pétales rosés un peu partout. D’ailleurs, elle peut faire apparaître des couronnes de fleurs dans ses cheveux en fonction de ses émotions – amour, colère, tristesse. Lorsqu’elle est émue par Hadès, les fleurs se colorent de bleu, la couleur du roi des Enfers. Si Perséphone n’est jamais considérée comme la déesse du printemps dans la mythologie antique, elle y est néanmoins associée puisque son retour sur Terre s’allie avec le renouveau du printemps. Déméter, sa mère, est beaucoup mentionnée dans le manga et apparaît comme une mère excessive et sur-protectrice. Elle l’a éloigné de l’Olympe et l’a élevé dans le monde des mortels, ce qui explique que la jeune fille soit totalement perdue lorsqu’elle arrive pour suivre ses études dans la ville divine. Très possessive, Déméter lui envoie sans cesse des lettres et a longtemps tergiversé pour accepter que sa fille se rende seule à Olympus. Cette possessivité est mise en exergue lorsque Perséphone, au chapitre 6, rêve que sa mère l’enferme dans une énorme serre remplie de fleurs et de plantes et qu’elle la garde prisonnière car « tant qu'[elle] est ici, personne ne pourra [la] blesser ». Au chapitre 3, le lecteur apprend ainsi que la déesse des moissons n’aime pas la façon dont Zeus dirige le monde, et qu’elle le trouve corrompu. L’indépendance de Déméter et l’attachement qu’elle porte à sa fille sont une de ses marques de fabrique dans la mythologie gréco-romaine. En effet, lorsque cette dernière est kidnappée, Déméter va parcourir le monde entier à sa recherche et n’écoutera ni les ordres de Zeus, ni les supplications des autres dieux et déesses pour reprendre ses fonctions et recommencer à nourrir les hommes qui meurent de faim. Son côté excessif et colérique est assez bien représenté dans le manga. Sa fonction de déesse de l’agriculture et des moissons aussi puisque Perséphone est l’héritière de la marque « Orges », la marque de céréales principale d’Olympus. Au cours de l’histoire, le lecteur découvre que Perséphone a changé de nom, et qu’elle s’appelait auparavant Coré. C’est une référence au titre cultuel qui est attaché à la déesse. « Koré » est utilisé comme nom propre dans l’Hymne homérique à Déméter9 ainsi que dans l’Héraclès furieux d’Euripide10. Deux petites imprécisions persistent néanmoins dans Traditions d’Olympus. Tout d’abord, il n’est indiqué nulle part le nom du père de Perséphone. Or, la mythologie antique fait souvent de la jeune déesse la fille de Zeus, ce qui n’est jamais mentionné dans le manga. De plus, Rachel Smythe inclut la déesse du printemps dans un programme de virginité éternelle fondé par Hestia et dans lequel on retrouve Artémis et Athéna. Si les trois déesses sont bien les seules déesses vierges de la mythologie, il n’en a jamais ainsi pour Perséphone. Cette dernière hésite d’ailleurs dans le manga à rejoindre ce programme, elle n’est pas très emballée.

Quand à Hadès, Rachel Smythe le présente sous sa véritable fonction, roi des Enfers et dieu des morts. Au chapitre 8, alors qu’il présente sa carte de visite à Perspéhone, le lecteur apprend les différents noms qui lui sont attribués : Aïdoneus, Zeus des Ténèbres, Pluton ou Ploutôn. En effet, dans l’Antiquité grecque, personne n’osait nommer Hadès de peur d’exciter sa colère. C’est pourquoi de nombreux surnoms lui ont été associés, notamment celui de « Pluton » par Sophocle11, qui fait allusion à sa richesse puisqu’il vit dans le monde souterrain, à l’endroit même où les hommes trouvent minerais et minéraux précieux. Cette richesse, symbole de son pouvoir, est visible dans le manga. Hadès possède une luxueuse villa, avec piscine intérieure et plusieurs voitures de luxe. Le roi des Enfers était également surnommé Aïdoneus par Homère – surnom que Rachel Smythe réutilise lorsqu’elle évoque l’enfance d’Hadès –, autrement dit celui qu’on ne voit pas, puisqu’il était censé être invisible. Enfin, il était également nommé, par Eschyle notamment, « Zeus Chtonios » ou « Zeus qui séjourne sous la terre »12 qui a grossièrement été traduit dans le manga par Zeus des Ténèbres. Il est également mentionné sur sa carte de visite qu’il faut frapper deux fois le sol pour voir apparaître Hadès. Ceci est une invention de Rachel Smythe car on ne trouve nulle part mention de ce fait, mais cela rappelle les séances ésotériques de discussion avec les morts. Hadès est décrit comme un dieu impitoyable dans la mythologie grecque et, même si son caractère est adouci dans le manga, il a des accès de colère violente comme lorsqu’il arrache l’œil d’un paparazzi qui a eu l’audace de prendre des photos compromettantes de Perséphone et lui. Enfin, comme dans les catalogues de mythes, le roi des Enfers est assisté par une kyrielle de démons et génies multiples comme les Moires ou Hécate qui est sa fidèle assistante. Il travaille également avec Menthé avec laquelle il a une liaison. On retrouve trace de Menthé dans la mythologie, notamment chez Ovide et ses Métamorphoses13 dans lesquels la nymphe est transformée en menthe par le roi des Enfers afin de la protéger de la jalousie de Perséphone. Évidemment cette métamorphose n’a pas lieu dans le manga mais le lecteur peut retrouver une Perséphone jalouse de la relation qu’entretiennent Hadès et la nymphe. Au début de Tradition d’Olympus, le seigneur du monde souterrain avait même envisagé de demander Menthé en mariage.

Un autre mythe est évoqué dans le manga, celui d’Éros et Psyché. Éros est le fils d’Aphrodite, et le petit-fils de Zeus. Cette ascendance n’est rappelée que chez certains auteurs antiques comme Simonide14 où il est effectivement le fils d’Arès, lui-même fils de Zeus. Toutefois, Rachel Smythe reste mystérieuse quant au père du dieu de l’amour. Souvent représenté dans l’iconographie comme un enfant ailé, le dieu de l’Amour devient un adolescent pourvu d’une magnifique paire d’ailes dans le manga. Dieu puissant de la mythologie gréco-romaine qui peut créer des blessures cruelles et se plaît à porter le trouble dans les cœurs, il devient, avec Rachel Smythe, porteur du don de connaître les troubles amoureux et se plaît à les résoudre. C’est lui le premier qui découvre que Perséphone est en train de tomber amoureuse d’Hadès. Il se lamente plusieurs fois auprès d’elle sur son amour perdu. C’est à cause de Psyché et parce qu’il est redevable à Aphrodite, qu’il accepte son idée de saouler Perséphone et de la cacher dans la voiture d’Hadès. Longtemps avant la rencontre du dieu des Enfers et de la déesse du printemps, Éros a été mêlé à une des célèbres vengeances de sa mère. En effet, cette dernière ayant eu vent des rumeurs d’une mortelle à la beauté aussi splendide que la sienne, a demandé à son fils d’aller la venger en faisant tomber amoureuse la mortelle du plus horrible des monstres. Arrivé dans le monde des mortels, Éros découvre Psyché, en toge et en voile, plongée dans la contemplation d’une représentation de lui-même. Cette image est d’ailleurs inspirée d’un vase grec que l’on retrouve sur un plat en figures rouges datant de 340-320 av. J.-C.15.

Plat à figures rouge représentant Éros et image du manga s’inspirant du plat à figures rouges 

La jeune fille est promise en mariage à un riche marchand contre sa volonté et se lamente en secret. Il n’en faut pas plus au dieu de l’Amour pour tomber amoureux. Le voilà piégé ! Il débarque en plein mariage, vêtu d’une toge noire, d’une armure et d’un masque effrayant, enlève la future mariée et l’amène dans son nouvel appartement. Psyché commence une nouvelle vie, elle apprends à lire et à écrire et a des relations sexuelles avec Éros. Cependant, l’ennuie la rattrape, elle voudrait sortir, voir sa famille. Or, Éros la cache d’Aphrodite, il ne peut pas la laisser vagabonder à sa guise. Touché par son malheur, il accepte néanmoins qu’elle invite ses sœurs. Ces dernières, jalouses de la beauté de leur sœur cadette et de son bonheur, la mettent en garde : elle vit dans le péché avec un homme qui refuse de lui dévoiler son nom. Il doit être un sorcier maléfique qui veut lui voler son âme. Les deux sœurs incitent la jeune fille à attaquer Éros pendant la nuit. Psyché les écoute et se rend, couteau en main, dans la chambre du dieu. Celui-ci dort, ses ailes reposant dans son dos. La jeune fille reconnaît alors le dieu de l’Amour et n’ose l’attaquer. Mais le dieu s’est réveillé et, épouvanté par la vision du couteau, s’est enfuit chez sa mère. Aphrodite cache Psyché mais Éros regrette et n’a de cesse de revoir son aimée.

L’histoire contée dans le manga est légèrement différente des versions gréco-romaines. La version la plus connue est celle d’Apulée contée dans les Métamorphoses16. Psyché est, en effet, une jeune fille a la beauté ravageuse. Son éclat est tel qu’il effraie les prétendants. Pour lui trouver un mari, ses parents décident d’aller voir un oracle. Celui-ci leur conseille de parer la jeune fille comme pour un mariage et de l’abandonner sur un rocher où un monstre horrible viendra l’enlever. Si Psyché n’est pas abandonnée dans le manga, sa parure de mariée et son enlèvement sont des références aux versions antiques. La suite ressemble à l’histoire de Rachel Smythe : la jeune fille est enlevée par le vent et se retrouve dans un palais magnifique dans lequel elle est servie par des voix. Chaque soir, elle partage sa couche avec un homme qu’elle ne voit pas. La seule différence avec le manga c’est que dans celui-ci Psyché voit Éros mais ne le reconnaît pas, il a pris une apparence de mortel. Comme la Psyché de Rachel Smythe, celle des Métamorphoses demande à son ravisseur de la ramener voir sa famille pour un temps. Il accepte et c’est pendant la soirée organisée pour fêter leurs retrouvailles, que les sœurs de la jeune fille vont la persuader d’aller observer son mari pendant la nuit – et non de l’attaquer comme dans le manga. Elle découvre un bel adolescent endormi, qu’elle réveille en faisant tomber une goutte d’huile bouillante sur lui. L’adolescent qui n’est autre qu’Éros s’enfuit pour ne plus jamais revenir. Psyché se met à errer de part le monde et c’est là qu’intervient Aphrodite qui ne cesse de la harceler tant elle est jalouse de sa beauté. Éros, désespéré, demande alors à Zeus la permission d’épouser la jeune fille. Ce dernier y consent et Aphrodite se réconcilie avec la jeune fille. Traditions d’Olympus n’est pas encore terminé et la fin est donc en suspens mais on peut se douter qu’Éros va finir par récupérer Psyché à un moment où à un autre, exactement comme dans les versions gréco-latines du mythe.

Illustration 5. Artémis en déesse – chap. 12

De la même façon qu’elle a crée Éros, Rachel Smythe a imaginé des dieux et des déesses qui possèdent à la fois les caractéristiques des versions antiques, mais également des côtés plus actuels. Ainsi, Artémis est souvent représentée dans un look décontracté – jogging, tee-shirt –, et son côté colérique est mis en avant. Elle refuse que d’autres hommes qu’Apollon rentre chez elle et est facilement vexée, par exemple lorsque Zeus lui fait remarquer que son frère est meilleur qu’elle au tir à l’arc. Les dieux ont plusieurs apparences dans le manga. Leur tenue et leur façon d’être diffèrent selon qu’ils évoluent dans le monde divin ou dans celui des mortels. Par exemple, Artémis apparaît en tant que véritable déesse au chapitre 12. Sa prestance divine est sublimée par sa toge et son armure légère, ainsi que son masque et sa longue lance (cf. ill. 5). Zeus et Héra portent, quant à eux, des couronnes puisque ce sont les maître de l’Olympe. Le roi des dieux produit des éclairs lorsqu’il est énervé, comme au chapitre 9, tandis qu’Héra, qui fume le cigare et porte toujours de belles robes, le surveille sans arrêt, au courant de ses nombreuses infidélités. Poséidon, lui aussi, est au cœur de rumeurs mettant en cause sa fidélité. En effet, les deux dieux, que ce soit dans la mythologie ou dans le manga, sont réputés pour avoir de nombreuses liaisons. Le dieu de la mer ne peut pas supporter Ulysse qu’il croise à une soirée organisée par Zeus, référence à l’Odyssée d’Homère dans lequel le héros grec, parce qu’il avait froissé Poséidon, fut condamné à errer sur les mers pendant vingt ans avant de pouvoir rentrer chez lui, auprès de Pénélope. Rachel Smythe donne aux trois frères, Zeus, Poséidon et Hadès, le pouvoir de se métamorphoser. Sur une illustration qu’elle a dessiné pour une Foire Aux Questions, elle dessine Zeus en cygne – référence à sa métamorphose pour séduire Léda –, Poséidon en cheval – l’animal qu’il a voulu offrir à Athènes pour devenir sa divinité protectrice – et Hadès en chien – peut-être un renvoi à Cerbère ?

Zeus, Poséidon et Hadès métamorphosés

D’autres dieux tiennent une place importante dans le mythe. Ainsi, Apollon, frère d’Artémis, est le seul autorisé à se rendre chez elle. Dieu de la musique, de la poésie et des arts, il possède une lyre d’or que Perséphone dérobe à un moment donné dans l’histoire. Il se dit également spécialisé en médecine, alors même que, dans la mythologie, c’est son fils, Asclépios, qui apprend cette discipline en compagnie du centaure Chiron. Apollon n’est considéré comme dieu guérisseur que chez Sappo et Sophocle17. Autre contradiction, le dieu explique à Perséphone, au chapitre 23, qu’il travaille dur à tirer le soleil à travers le monde des mortels. Or, au chapitre 25, nous voyons Hélios qui fait le tour de la terre sous forme de géant brillant, symbolisant le soleil. Ce n’est qu’à partir d’Euripide18 qu’Apollon devient un dieu solaire et que la fonction d’Hélios est oubliée. Rachel Smythe semble avoir rassemblé les deux mythes, ce qui fait que le lecteur peut être un peu perdu : qui est donc le véritable dieu du soleil dans Traditions d’Olympus ? Apollon a un côté angoissant dans le manga. Il convoite Perséphone et finit même par la violer. Si cet épisode n’existe pas dans la mythologie gréco-romaine, il illustre les nombreuses conquêtes – voulues ou non – du dieu de la musique, souvenons-nous de Daphnée qui doit se transformer en laurier pour échapper à ses avances. Rachel Smythe fait également intervenir les Titans, gigantesques, notamment dans l’épisode 25, lorsque Hadès se souvient de son enfance. Il se revoit, minuscule, dans les bras d’une géante rose, Rhéa, qui l’appelle Aïdoneus et l’entraîne à faire apparaître des diamants – est-ce une référence à la richesse d’Hadès qu’il tirerait des ressources minières de la Terre ? Cronos apparaît, noir et sombre, et convainc Rhéa de lui donner l’enfant qu’il avale. Seule différence avec les versions antiques : Cronos a laissé son enfant six ans à Rhéa au lieu de l’avaler directement.

Dans tout son manga, Rachel Smythe fait des références subtiles à la mythologie grecque. Ainsi, Hadès lit l’Oracle et les personnages s’en référent tout le temps à Gaïa lorsqu’ils jurent. Elle fait même apparaître l’ichor, le sang des dieux grecs, et le rend doré. Toutefois, ses références ne sont pas exactes et il y a beaucoup d’approximations. La confusion entre Apollon et Hélios que nous avons déjà cité est l’une d’entre elles. Mais il y en a d’autres. Comme les Panathénées auxquelles se rend Hadès au début du manga, qui deviennent une fête organisée par Zeus, alors même qu’elles correspondent, dans la vie antique, à une fête religieuse et sociale, organisée annuellement en l’honneur d’Athéna à Athènes. De même, nous aurions aimé voir plus de symboles divins : le laurier d’Apollon, le casque invisible d’Hadès.

Outre ces petites imprécisions, Traditions d’Olympus reste un très bon manga pour qui souhaite une histoire d’amour pas trop niaise avec un soupçon de mythologie et de magnifiques illustrations originales aux couleurs détonnantes. C’est une bonne adaptation du mythe qui ne se veut pas exhaustif mais qui prouve que la mythologie grecque a encore de beaux jours devant elle. Après tout, c’est un trait commun à l’ensemble des mythes de se décliner en versions différentes, arrangées, transformées, éventuellement contraires. Ainsi, la version moderne de Rachel Smythe n’est qu’une version de plus du mythe de Perséphone et Hadès et fait d’elle une passeuse de mythe tout comme Sophocle ou Euripide l’étaient en leur temps.

Emilie Druilhe

1 Perséphone prisonnière des enfers, Jimenes G., De Conno G., Nathan, « Petites histoires de la mythologie », 2013, L’enlèvement de Perséphone, Montarde H., Duffaut N., Nathan, « Petites histoires de la mythologie », 2012, Perséphone, reine des Enfers, Merle C., Livre de poche jeunesse, 2005, Déméter et Perséphone, Oriol E., Kaléidoscope, 2009.

2 Émilie Druilhe, Perséphone, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/10/2017, https://reainfo.hypotheses.org/10183.

3 « C’est quoi Webtoon ? », [en ligne], 12/05/2020.

4 F.A.Q, « quelle était votre inspiration pour ajouter une touche de modernité ? », [en ligne], 12/05/2020 .

5 Smythe (R.), Traditions d’Olympus, chap. 10, [en ligne], 12/05/2020. Homère, Iliade, P.Mazon trad., Les Belles Lettres

6 Homère, Iliade, P. Mazon trad., Les Belles Lettres, Paris, 2012 ; Homère, Odyssée, V. Bérard trad., Les Belles Lettres, Paris, 1924

7 Hymne homérique, Humbert J. trad., Les Belles Lettres, Paris, 1936.

8 Hésiode, La Théogonie, Brunet P. trad., Le Livre de Poche, Paris, 1999, vv. 912-914.

9 Hymne homérique, Humbert J. trad., Les Belles Lettres, Paris, 1936, v. 439.

10 Euripide, Tragédies, tome III : Héraclès, Grégoire H., Parmentier L. (trad.), Les Belles Lettres, Paris, 2002, v. 609.

11 Sophocle, Antigone, Mazon P. trad., Les Belles Lettres, Paris, 2018, v. 200.

12 Eschyle, Fragments. Tragicorum Graecorum Fragmenta III, éd. S. L. Radt, Göttingen, 1985, fr. 273a R et Agamemnon, Judet de la Combe P. trad., Les Belles Lettres, 2015, 1386-1387.

13 Ovide, Métamorphoses tome 2, Lafaye G. trad., Les Belles Lettres, 2008, X, 728-731.

14 Page D. L. (dir.), Poeta Melici Graeci, Oxford, 1962, frag. 575.

15 Plat à figures rouges, 340-320 av. J.-C., Walters Art Museum (Baltimore, États-Unis).

16 Apulée, Les Métamorphoses, tome 2, Vallette P., Les Belles Lettres, 2018, IV, 28, 1 et VI, 24, 4.

17 Lobel E., Page D. L., Poetarum Lesbiorum Fragmenta, Oxford, 1955, frag. 44 et Sophocle, Tragédies, tome 2, Mazon P. (trad.), Les Belles Lettres, Paris, 2009, 154.

18 Euripide, Tragicorum Graecorum Fragmenta, Nauck A. (dir.), Leipzig, 1889, Phaéton, fr. 781.10-12.

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, Traditions d’Olympus, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/06/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21250.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search