La Grèce antique

Joly (D.) et Olivier (E.) (illus), La Grèce antique. Paris : Casterman (collection L’Histoire du monde en BD), 2019. – 48p. – ISBN : 9782203186095

Crédit image. Première de couverture – Casterman

Spécialisée dans la littérature jeunesse et les bandes dessinées, la maison d’édition Casterman consacre un nouvel ouvrage sur la Grèce ancienne dans sa collection « Tout en BD ». Cette dernière propose aux enfants de plus de 8 ans d’explorer l’histoire du monde, l’histoire de France, les sciences, l’histoire de l’art, la mythologie, le monde actuel et les classiques de la littérature. S’inscrivant dans ces thématiques, le troisième tome de la sous-collection « L’histoire du monde en BD », consacré à l’histoire de la Grèce antique, est l’œuvre de Dominique Joly1 et d’Emmanuel Olivier2. En 48 pages, l’ouvrage a en effet l’ambition de retracer l’ensemble de l’histoire grecque antique, débutant son propos en 2000 a.C et le terminant au IIIe siècle a.C. Les trois grandes périodes de l’histoire grecque ancienne sont représentées3, même si l’on regrette l’évocation bien trop rapide de l’époque hellénistique dont le traitement se réduit presque à la seule conquête d’Alexandre. L’ouvrage suit donc un développement chronologique, mais un riche traitement thématique est tout de même inséré dans le déroulé du propos4.

Traiter de « la Grèce antique » en seulement 48 pages peut paraître ambitieux, et on trouvera toujours quelques thèmes dont le développement nous semble trop peu important, ou même manquants. Mais, en n’oubliant pas qu’il est destiné à des enfants de plus de 8 ans, il faut au contraire saluer la richesse de l’ouvrage qui expose aux jeunes lecteurs les principaux aspects de cette période historique. Le professeur pourrait aussi y trouver des documents

Crédit image. Extrait de la page 6 – Casterman

intéressants à exploiter en classe : des cartes permettent la localisation précise, notamment, de cités grecques à diverses périodes, mais surtout des vignettes qui s’attachent à décrire des lieux en détail, particulièrement remarquables, et qui pourront être utilisées afin de synthétiser une activité pédagogique par exemple5. D’autres vignettes, plus concises, éclairent et synthétisent d’un œil particulièrement perspicace des sujets précis et pourraient tout autant se retrouver dans les cahiers de certains élèves6. Bien que concises, tel que l’impose le genre, mais aussi le public ciblé par l’ouvrage, les informations délivrées sont donc rigoureuses et respectent les connaissances tirées de la recherche. On apprécie notamment le traitement de la carnation des personnages et la polychromie des temples qui mettent à mal le fameux « mythe de la Grèce blanche »7, mais aussi la variété des thèmes abordés qui n’exclut pas les femmes ni les enfants de la cité, sans oublier de mentionner le quotidien des esclaves.

Le genre de la bande dessinée étant de plus en plus loué par les pédagogues, notamment pour mettre en place une différenciation pédagogique, ou pour permettre une approche différente de la lecture, il nous a paru intéressant de questionner certains choix qui ont été réalisés par les auteurs au regard de difficultés que peuvent éprouver des élèves face à la lecture.

De fait, il apparaît que l’ouvrage s’adresse d’abord à des lecteurs qui connaissent le genre de la bande dessinée et qui en maîtrisent les codes. Ainsi, on retrouve très souvent dans une même vignette un narratif (dans lequel est développé l’élément de connaissance ciblé) et un ou plusieurs phylactères (qui ont pour vocation de mettre en situation le narratif). La position de ce narratif8 indique que celui-ci prime par rapport aux phylactères. Or, cette double lecture imposée à l’enfant implique de sa part une certaine forme de rigueur afin qu’il puisse comprendre les informations transmises sur la planche. Les pages d’une bande-dessinée regorgent en effet d’informations qui peuvent perdre le petit lecteur s’il ne suit pas scrupuleusement son ordre de lecture9. Évidemment, cette difficulté cognitive n’est pas propre à notre bande-dessinée, mais certains choix nous semblent la renforcer encore davantage.

En premier lieu, il est notable que les personnages ne sont pas les mêmes de vignettes en vignettes, obligeant l’enfant, après avoir étudié le message porté par une vignette, puis une autre, à les mettre en relation afin de reconstituer une trame informative, et comprendre de manière globale, le thème présenté par les auteurs dans cette suite de vignettes. De fait, l’enchaînement des illustrations n’est pas pensé pour représenter une temporalité narrative, la cohérence des séquences reposant presque exclusivement sur les narratifs. De plus, l’enfant n’est pas véritablement aidé dans la distinction des thèmes présentés par la bande-dessinée. Prenons un exemple. Les planches de la page 14 et 15 traitent de l’organisation politique des cités grecques durant la période classique. Sur la planche de la page de gauche (p.14), la royauté, la tyrannie et l’oligarchie sont évoquées, alors que sur la planche de la page de droite (p.15), les auteurs ont choisi de cibler leur propos sur le régime démocratique athénien. Si le thème de l’organisation politique des cités grecques n’est pas explicitement indiqué sur les planches, une hiérarchisation des informations, grâce à un encadrement spécifique des narratifs, permet à l’enfant de reconstruire le thème traité. La démarche est ici compréhensible, même si certains enfants éprouveront déjà des difficultés. Cependant, sur la planche suivante (p.16), l’enfant est comme livré à lui-même, puisque la logique qui prévalait auparavant n’est plus totalement respectée. En effet, le premier narratif évoque une théorique unité du monde grec qui est illustrée par le partage d’une langue et d’un alphabet commun (vignette 2 et 3) et par la religion, présentée comme « le plus fort ciment de l’unité du monde grec » (vignette 4). Or, ici, aucun encadrement spécifique des narratifs n’aide l’enfant à segmenter l’information comme cela était le cas aux pages précédentes. Le seul narratif encadré explicite la frise de dieux qui s’étend en bas de la double page (p.16-17) bouleversant, par là même, l’ordre de lecture10.

Hormis ces quelques réflexions concernant l’accessibilité des connaissances transmises au plus grand nombre, cette bande-dessinée retrace de manière synthétique l’histoire de la Grèce ancienne tout en décrivant consciencieusement certains aspects des sociétés grecques, à l’instar des autres titres de la collection. Ainsi, sans aucun doute, et comme cela fut déjà observé dans certains centres de documentation et d’information11, cet ouvrage ravira tant l’enfant curieux de se plonger dans l’univers du monde grec que celui qui affectionne le genre de la bande-dessinée. De fait, les auteurs réussissent à concilier le genre graphique de la bande-dessinée avec le genre documentaire, faisant de cet ouvrage un excellent support de la connaissance.

Yannick Sancher,

Enseignant dans le secondaire

1 Auteure des ouvrages de la sous-collection « L’histoire du monde en BD » et « L’histoire de France en BD ».

2 Dessinateur de la sous-collection « L’histoire du monde en BD ».

3 L’époque archaïque (p.3-p.23), l’époque classique (p.24-39) et l’époque hellénistique (p.40-45).

4 Par exemple, sont évoqués les différents systèmes politiques des cités grecques (p.14-15), les sanctuaires panhelléniques (p.20-21), l’éducation des jeunes athéniens (p.28-29)…etc.

5 On pense notamment à une description géographique simple d’une cité grecque (p.11), des principales institutions de la cité démocratique (p.15), des éléments architecturaux d’un temple (p.19), du sanctuaire d’Olympie (p.22), d’une maison grecque (p.26), de la technique de la fonte du bronze à la cire perdue (p.31), d’un théâtre (p.35), du Parthénon (p.37), d’un équipement militaire (p.39)…etc.

6 Ainsi du schéma heuristique de la page 25 présentant le fonctionnement de la Ligue de Délos ou de la vignette éclairant la prise en compte des déformations optiques par les architectes grecs de la page 36, par exemple.

7 Ph. Jockey, Le mythe de la Grèce blanche. Histoire d’un rêve occidental, Belin, 2015.

8 Le narratif est situé en haut de la vignette, ou à sa gauche. Suivant l’ordre de lecture occidental, le narratif est donc destiné à être lu en premier.

9 Le propre de la bande-dessinée est d’élaborer une narration grâce à l’imbrication du texte et de l’image. L’illustration est donc une part essentielle de l’ouvrage et participe à l’attrait pour le genre, notamment pour les enfants. Ainsi, le dessin, et cela est en partie son rôle, attire la concentration de l’enfant, comme de l’adulte, qui lit une bande-dessinée. L’enfant qui n’a pas forcément les codes pour lire une bande-dessinée peut donc rapidement se perdre dans les planches en étant captivé par certaines illustrations (à cause des intérêts propres du lecteur ou encore des choix graphiques réalisés comme l’utilisation de couleurs tranchantes ou la grandeur des vignettes par exemple) et donc perdre le fil de la narration.

10 Autre exemple. Le découpage du thème traitant de la colonisation grecque nous semble aussi problématique. En effet, le narratif avec un encadrement spécifique présentant ce thème se situe dans la dernière vignette de la page 11, alors que le thème est développé sur la double page 12-13. Ce détail, pouvant paraître minime, entrave cependant la lecture et la compréhension des informations.

11 Notamment dans le collège Elsa Triolet de Beaucaire (30), où les enfants en phase d’autonomie ne sont pas enclins à feuilleter les ouvrages de cette collection où à les emprunter. Les professeurs de français et les professeurs de latin-grec s’appuient aussi régulièrement sur ces ouvrages pour construire leurs séquences pédagogiques.

Citer cet article comme : Yannick Sancher, La Grèce antique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 08/06/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21267.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search