Religion, institutions et société de la Rome antique

« Religion, institutions et société de la Rome antique », tel est le nom de la chaire du Collège de France qu’a occupée le Professeur John Scheid, il y a déjà un certain nombre d’années. C’est aussi le titre de la leçon inaugurale qu’il prononça le 7 février 2002.

Pourquoi, me dira-t-on, avoir choisi d’en parler aujourd’hui, et, qui plus est, dans le Carnet « Actualités des études anciennes » ? Où est l’actualité ? En fait, plusieurs éléments ont été pour moi déclencheurs. Je n’en citerai que deux : d’abord, la présentation ici-même par Christophe Pébarthe1 de la leçon inaugurale du 7 décembre 2017 « Le polythéisme grec comme objet d’histoire » de Vinciane Pirenne-Delforge, elle-même titulaire de la chaire « Religion, histoire et société dans le monde grec antique » au Collège de France, dont notre collègue bordelais donne une idée très claire. J’ai aussitôt pensé qu’il serait intéressant d’examiner le « pendant romain », d’établir des comparaisons, de scruter les ressemblances et les différences. Une deuxième raison s’est ajoutée à la première : la question d’histoire ancienne pour le concours d’agrégation externe section « histoire » en 2021, est (je l’ai appris récemment) « Religion et pouvoir dans le monde romain, de 218 av. n. è. à 235 de n. è. », sujet pour lequel les réflexions du spécialiste qu’est J. Scheid dont les nombreux écrits sur la religion à Rome sont bien connus, qu’on y adhère ou non, seront stimulantes.

En préambule, J. Scheid constate combien est fréquente la tentation, (si dangereuse !), de la revendication par des nations d’un patrimoine historique et religieux comme base de leur identité. C’est alors que doivent intervenir les historiens pour mettre en évidence le véritable sens des documents, textes et monuments, en écartant les interprétations fallacieuses. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne l’étude des religions du passé — et les événements depuis quelques années prouvent que c’est toujours d’actualité (raison qui s’ajoute à celles que j’ai énoncées plus haut pour traiter ce sujet) !

Comme introduction à sa leçon inaugurale, il évoque les savants dont il a suivi les cours et ce qu’il leur doit. Pietas (au sens latin) tout à fait louable d’un disciple à l’apogée de sa carrière vis-à-vis de ses maîtres ? Pas uniquement ! Car en énumérant ceux qui l’ont formé, J. Scheid indique comment ils orientaient leurs recherches et, partant, les caractéristiques de la science qu’est l’histoire romaine telle qu’il la conçoit ; il cite G. Dumézil qui se méfiait du comparatisme facile et pratiquait déjà, sans lui donner de nom, l’anthropologie religieuse, anthropologie dont les concepts et les méthodes furent utilisés par J.-P. Vernant, P. Vidal-Naquet, C. Malamoud, M. Detienne, P. Veyne. Il rappelle l’attention portée aux structures de la res publica pré-augustéenne par C. Nicolet, l’érudition de H.G. Pflaum, la méticulosité philologique de R. Schilling.

Traitant ensuite de méthodologie, il invite à se méfier, quand on se penche sur les religions de l’Antiquité, des conformations qu’ont pu apporter aux esprits modernes les siècles qui nous séparent de cette époque et les religions qui ont été dominantes durant cet intervalle. Elles ont façonné un contexte par lequel le chercheur, consciemment ou non, a été marqué et qui, s’il n’y prend garde, peut l’entraîner à des erreurs, voire à des contresens avérés dans l’interprétation des faits antiques. Il en donne un exemple avec la pratique des vœux à Rome, véritables contrats devant témoins avec des stipulations précises et une date d’échéance, où le Romain dit en quelque sorte à la divinité « donne-moi ceci pour que je te donne cela », ce qui n’a rien à voir avec la pratique des vœux de nos jours. Au passage, dans un des cas qu’il évoque, il fait ressortir quel était le comportement des Romains originaires des provinces de l’Empire, qui dans certaines circonstances devaient adopter en tant que Romains les usages de Rome et en même temps en tant qu’issus d’une « petite patrie » agir envers leurs dieux nationaux selon les habitudes de cette dernière. Toutes ces observations, montre-t-il, ne peuvent s’effectuer qu’au moyen d’un examen minutieux de la part du chercheur de toutes les sources qui sont à sa disposition. Il en fournit comme illustration ses propres recherches sur les rites funéraires romains. Les documents peuvent être littéraires, épigraphiques, archéologiques, etc. Les progrès continuels accomplis par les disciplines concernées, en particulier grâce aux nouvelles technologies, engendrent nécessairement des avancées chez les historiens.

Cependant ces sources n’ont d’utilité que si on sait poser les bonnes questions. Il convient de ne pas plaquer sans précaution sur les faits anciens que l’on examine des concepts issus de l’étude d’époques plus récentes. Il ne faut pas non plus qu’un homme d’aujourd’hui analyse la religion romaine avec ses propres concepts du religieux.

Crédit image. Editions du Collège de France

Finissant son exposé méthodologique, J. Scheid énonce son idée forte : seule une étude méticuleuse et sans préjugé des textes, de la prosopographie et de l’archéologie permettra à l’historien de la religion romaine de discerner la vraie nature de celle-ci, « un ritualisme appuyé sur une tradition orale, elle-même régulièrement mise à jour par la jurisprudence sacerdotale, autrement dit par l’adaptation de la coutume orale aux cas précis »2. Car la religion romaine est un ritualisme et ne s’occupe pas de métaphysique. Certes, il y avait bien des Romains qui s’intéressaient à la métaphysique, mais ce n’était jamais dans le cadre de la religion publique.

D’après J. Scheid, ce ritualisme est « étroitement lié à l’idée républicaine que les Romains se sont faite de leur monde »3. Deux principes régissent la vie religieuse publique : « la distribution du pouvoir religieux et l’affirmation de la liberté du citoyen »4. Ils règlent aussi la vie des institutions. Pour le démontrer il prend l’exemple du partage des fonctions religieuses entre les magistrats, le sénat et les prêtres, dont il scrute l’évolution au fil des siècles.

Il ne faut pas oublier que dans la religion romaine le « partenaire » des dieux n’est pas un individu, mais l’État romain. Le culte était exercé en son nom et à son profit par ceux qui le représentaient. C’est pourquoi, les décisions relatives au culte étaient prises par les magistrats et le Sénat, éventuellement après consultation des prêtres compétents, ce qui renforçait le ritualisme, en écartant toute subjectivité et en maintenant son caractère d’acte commun à tous garantissant la liberté du citoyen. Car, dans le cadre de la religion publique, si les Romains reconnaissaient bien le pouvoir des dieux, ils concevaient leurs relations avec eux comme un « échange d’hommages et de services »5. Lorsque Rome subissait un échec, la raison en était une faute rituelle qui avait suscité la colère des divinités. Ainsi, J. Scheid en arrive-t-il à déclarer que le ritualisme romain élaboré sous la République représente « un effort de rationalisation de la vie collective et du monde »6. En étudiant les protocoles épigraphiques de la confrérie des Arvales, puis l’attitude d’Auguste, il montre que les caractéristiques de la religion qu’il a mises en évidence sous la res publica n’ont pas disparu lors de la « mise en place du régime impérial au début de l’ère chrétienne »7.

Il termine son exposé en évoquant la façon dont, alors que « les liens entre politique et religion, entre droit sacré et droit public étaient à Rome indissolubles »8, l’étude des sources, de quelque nature qu’elles soient, concernant la religion lors de la fondation de colonies et municipes et lors de la transformation de cités pérégrines en colonies et municipes de droit latin est « un moyen privilégié » d’appréhender les « transformations institutionnelles et sociales induites par l’intervention de l’impérialisme romain »9.

Par cette présentation, j’espère avoir rendu manifeste combien cette leçon inaugurale, si claire grâce à son plan très net et à sa langue qui évite tout jargon, est passionnante. Le lecteur sera peut-être surpris au premier abord en découvrant cette religion qui ne ressemble pas du tout à l’idée qu’on se fait de nos jours d’une religion. Les cours de J. Scheid au Collège de France s’étendent de sa leçon inaugurale (février 2002) à sa leçon de clôture « La religion romaine en perspective » (mars 2016). Leurs résumés ont été publiés annuellement dans l’Annuaire du Collège de France (sauf pour 2009-2010, où il n’y a pas eu de cours). Selon les centres d’intérêt de chaque lecteur, pour des besoins universitaires, ou par simple curiosité, on pourra parcourir tel ou tel (ou même les regarder tous !) : voici quelques titres au hasard pour donner envie : 2001-2002 « Religion et politique au début de l’Empire » ; 2006-2007 « Sacrifier pour l’Empereur, sacrifier à l’Empereur. Le culte des Empereurs sous le Haut-Empire romain » ; 2008-2009 « La cité, l’individu, la religion » ; 2013-2014 « Dieux de Rome, dieux des Romains. Réflexions sur les théologies romaines » ; 2014-2015 « Priuatim deos colere. Réflexions sur les cultes privés à Rome et dans le monde romain occidental », etc. On y verra bousculés bien des clichés et balayées bon nombre de ces idées reçues fabriquées et véhiculées au cours des siècles sous l’influence conjointe des religions qui se sont imposées depuis, de la volonté de résistance à ces religions chez certains, de l’amalgame entre faits grecs et faits romains, de la confusion entre les époques par non–respect de la chronologie, — sans parler de ceux qui mélangent sans discernement religion et mythologie !

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines – Université Bordeaux Montaigne

1 Christophe Pébarthe, Le polythéisme grec comme objet d’histoire, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 18/05/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21180.

2 J. Scheid, L. inaug. § 31.

3 J. Scheid, L. inaug. § 35.

4 J. Scheid, L. inaug. § 35.

5 J. Scheid, L. inaug. § 37.

6 J. Scheid, L. inaug. § 37.

7 J. Scheid, L. inaug. § 37.

8 J. Scheid, L. inaug. § 40.

9 J. Scheid, L. inaug. § 40.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, Religion, institutions et société de la Rome antique, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/06/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21273.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search