Mythes et légendes, quelle histoire, podcasts

Depuis le 15 décembre, les éditions « Quelle histoire » ont lancé une série de podcasts « Mythes et Légendes » tirée de leurs ouvrages à succès sur les mythologies du monde. Pour l’instant1 vingt-cinq épisodes ont été postés, d’une durée variable de 9 à 13 minutes. La mythologie grecque est à l’honneur avec huit épisodes dédiés, suivis des mythologies égyptiennes et nordiques avec cinq chacun. Les autres étant consacrés à des personnages mythiques du Moyen Âge (Perceval, Mélusine…) ou à des initiations à d’autres mythologies comme celle japonaise, aztèque, hindoue…. Nous en avons écouté six2 principalement centrés sur les mythes gréco-latins, ce qui permet d’avoir déjà un avis tant sur la forme que sur le fond de cette série.

Sur la forme tout d’abord nous ne pouvons que saluer l’ambiance sonore de l’entreprise. Les bruits de la nature (oiseaux, vent, vagues…) sont parfaitement rendus tout comme ceux de bataille, combats à un contre un, repas ou veillées. Toutes les histoires sont racontées par la voix de Léopold Roy qui sait jouer sur les intonations pour interpréter joliment tant le narrateur que les différents personnages. Chaque épisode reprend la forme de l’ouvrage imprimé correspondant3. Les titres des chapitres sont énoncés et le texte est presque souvent le même. Quelques modifications sont dues à l’oralité avec des ajouts ou suppressions de dialogues ou des apports ou suppressions de détails souvent bienvenus. Ainsi dans l’épisode sur Hélène, le podcast précise le rôle d’Épéios dans la construction du cheval de Troie alors que le personnage est absent de la version imprimée.

Notre principale réserve vient du rythme et du nombre d’informations données dans chaque podcast ; elle est parfois vertigineuse avec des épisodes trop condensés. Cela est particulièrement visible dans ceux sur Hermès et Athéna. Pour cette dernière, sont évoqués dans l’ordre et en 12 minutes : sa naissance, sa relation avec la naïade Pallas, la dispute avec Poséidon pour l’attribution du nom de la future Athènes, la naissance d’Érichthonios, son aide à Jason (toison), à Persée (Méduse), à Héraclès (pour les oiseaux du lac de Stymphale), le jugement de Pâris, son rôle dans la guerre de Troie puis dans l’Odyssée. Cela fait presque une histoire racontée par minute. La plupart sont donc résumées avec des personnages à peines évoqués. Par exemple pour le jugement de Pâris, on ne sait même pas ce que propose Héra et Athéna comme cadeau au jeune prince troyen. On voit là, la limite d’une adaptation stricte d’un livre. Avec les ouvrages de la collection où chaque petit chapitre est associé à une illustration, le lecteur peut lui-même faire une pause dans le récit en regardant les détails des images ou en allant à la fin des ouvrages où sont précisés certains lieux et personnages avec une carte et des légendes. Or là tout s’enchaîne très rapidement avec un court silence entre chaque chapitre. Les podcasts centrés sur un épisode mythologique sont mieux réussis comme celui sur « Perséphone, la naissance du printemps » qui prend le temps de poser ses personnages et de détailler ses enjeux principaux. Et pourtant même dans ce dernier alors que le mythe en lui-même tient sur dix minutes, les auteurs insèrent à la fin, les rapides histoires d’Adonis et Orphée (ce dernier réduit à un simple « joueur de lyre » ayant perdu sa femme) qui alourdissent inutilement un récit qui se tenait jusque-là. De notre point de vue, le travail d’adaptation aurait ainsi pu être plus poussé. Les podcasts auraient pu servir à détailler certains chapitres des ouvrages plutôt que d’en être des transpositions/illustrations presque à la lettre.

Sur le fond, la plupart des mythes sont très bien racontés et les informations justes. Le public visé étant assez jeune, il y a donc forcément un travail d’adaptation afin de ne pas l’effrayer. Nous pouvons ainsi comprendre les « pirouettes » concernant l’épisode sur Hercule4 : le meurtre de sa femme et de ses enfants ou sa mort sur un bûcher suite à l’empoisonnement d’une tunique sont à peine évoqués ou simplement omis. Par contre, si nous pouvons comprendre cette méthode quand elle fonctionne par omission ou absence de détails violents, nous sommes contre toute tentative de falsification. Ce qui est le cas dans le podcast sur Athéna avec la naissance d’Érichthonios. Le mythe fait état d’Héphaïstos qui cherche à violer la déesse et dont le sperme se répand sur sa cuisse, qu’elle essuie et jette à terre ; ce qui donnera naissance à Érichthonios. A contrario, dans l’épisode en question, Héphaïstos pleure de ne pas réussir à conquérir Athéna et celle-ci essuie les larmes du dieu avec un chiffon qu’elle jette à terre. On passe donc d’une scène de viol dans le mythe original à un geste de tendresse dans l’adaptation, soit son exact contraire ! Dans ce cas autant ne pas raconter le mythe en question plutôt que de le transformer ainsi, surtout que comme dit plus haut, il y a déjà beaucoup trop d’histoires explicitées. Néanmoins à part cet exemple précis, nous ne pouvons que saluer le travail de recherche et le sérieux sur l’ensemble des informations données comme dans les épisodes sur Hermès, Hélène ou Perséphone.

Pour conclure, nous sommes ainsi assez partagés sur cette série de podcasts. Le média est fort intéressant avec une forme très agréable et un respect des sources antiques. Il est cependant trop proche de son matériau d’origine. Ce qui marche en livre n’est pas forcément adapté à la forme audio notamment sur la question du rythme et du type d’informations données. Nous conseillons donc en priorité les ouvrages papiers de la collection, très bien faits avec des images et des sources explicitées.

Cyrille Ballaguy,

Docteur n muséologie Chercheur associé – Université de Lille

1 Au jour du 6 mai 2020 ;

2 « Athéna, la sagesse guerrière », « Hermès, le messager des dieux », « Hélène, la guerre de Troie », « Hercule, les douze travaux », « Perséphone, la naissance du printemps », « Mythologie japonaise »

3 Du moins pour celui que nous avons consulté : Hélène, la guerre de Troie, Quelle Histoire, 2017.

4 On pourrait ici regretter que l’éditeur n’ait pas choisi le nom d’Héraclès, alors que tous les autres noms du récits sont ceux de la mythologie grecque et non romaine.

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, Mythes et légendes, quelle histoire, podcasts, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/07/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21348.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.