Techniques et économies de la Méditerranée antique

Crédit image. Première de couverture – Editions du Collège de France

Après plus de 10 ans à la direction du Centre Jean Bérard où il fédère entre autres neuf équipes pour un programme de fouilles sur l’artisanat (parfumerie, teinture, textile, plomberie, boulangerie…) en Italie méridionale, Jean-Pierre Brun devient en 2012 titulaire de la chaire « Techniques et économies de la Méditerranée antique » au Collège de France. Comme le veut la tradition, il prononce sa Leçon inaugurale le 5 avril 2012.

Après avoir évoqué le manque crucial de sources antiques à propos du commerce, de l’économie ou des techniques, il débute sa Leçon par énoncer différentes approches économiques des XIXe et XXe siècles (§11 à 19). De l’approche inductive d’Eduard Meyer, Marxiste, substantiviste de K. Polanyi, il s’arrête un moment sur les travaux de M.I Finley et son ouvrage The Ancient Economy de 1973 où il décrit l’économie du monde antique « comme immobile, sans évolution ». Jean-Pierre Brun, oppose aux travaux de Finley, ceux, plus récents de Claude Nicolet et finit par évoquer l’approche quantitative, qui « part du principe que les besoins biologiques humains restant constants, il est légitime d’élaborer des ordres de grandeurs à partir de données connues et de vraisemblances. » (§17) pour terminer sur les travaux d’André Tchernia qui étudie la diffusion des amphores et travaille sur la nature et l’évolution des échanges.

Il passe ensuite à l’historiographie des techniques (§20 à 57) et la possibilité de faire une histoire de l’Homme à travers l’évolution et l’utilisation d’outils et de techniques diverses. Ceci a été possible notamment grâce à l’école des Annales de Lucien Febvre qui « instaure une coopération entre historiens et techniciens pour écrire une histoire des techniques. » (§21). Après s’être arrêté sur les travaux de Marc Bloch et de Roger Dion, c’est Jean-Pierre Brun en temps qu’archéologue qui s’exprime en reprenant les mots de la Leçon inaugurale de Christian Goudineau en 1984. Ce dernier lançait un cri d’alerte quant à la destruction du patrimoine archéologique. En trente ans, beaucoup de choses ont évolué, dotations publiques, création de l’INRAP, multiplication des fouilles préventives, formations des archéologues… Mais si l’archéologie progresse, les difficultés qui lui sont liées sont également en constantes évolutions. Aujourd’hui, Jean-Pierre Brun insiste sur le besoin d’une méthodologie et des procédures communes car il existe encore trop de disparités en termes d’archéologie et de nombre d’archéologues. L’idée avec l’élaboration de ces procédures communes serait de créer un langage universel afin de permettre à tous les archéologues, actuels et futurs de se comprendre et de travailler de façon coordonnée.

L’esprit de son enseignement est clair et reposera sur différents maillages, celui, d’abord des professionnels de l’archéologie avec les citoyens amateurs car ce serait, pour lui une erreur de couper les citoyens de la recherche puisque de fait les découvertes, le décryptage et les résultats qui relèvent des « archives du sol » appartiennent aussi aux citoyens. Second maillage entre les archéologues et les sciences analytiques (biologistes, zoologues, physiciens…). Les fruits de cette coopération où chacun doit profiter de l’expertise de l’autre, permettra de rendre utilisables les vestiges archéologiques par les historiens.

L’évolution de l’archéologie se fait aussi corollairement à l’évolution de ce qui « intéresse notre présent » d’où le développement aujourd’hui des questionnements sur la population, les maladies, l’alimentation, l’économie, les techniques…

« Pour ma part, je me concentrerai sur l’étude de l’archéologie de la production, secteur fondamental parce qu’il embrasse l’infrastructure de la société et restitue les vestiges laissés par les gens du peuple qui n’ont ni le pouvoir, ni la culture pour fournir des témoignages écrits. » (§67).

Le pari de cette étude est donc lancé et les Cours de Jean-Pierre Brun continuent depuis cette date du 5 avril 2012. Ainsi, en 2012-2013, il a été question de « La production des parfums dans l’Antiquité », les années 2013 à 2015 ont été consacrées au « commerce entre l’empire romain, l’Arabie et l’Inde à la lumière des fouilles archéologiques dans le désert oriental d’Égypte » (1) et (2). Les cours de 2015-2016 ont porté sur « L’exploitation des ressources naturelles du Désert Oriental d’Égypte durant l’Antiquité » , et l’année suivante « L’artisanat urbain durant l’Empire romain : Pompéi et les provinces occidentales de l’Empire ». Le dernier cours disponible est celui de l’année 2017-2018 intitulé « L’olivier et l’huile d’olive dans l’Antiquité (1) », ce qui laisse à penser que ce cours se poursuivra lors d’une prochaine année universitaire. En 2018-2019, Jean-Pierre Brun n’a pas donné d’enseignement et cette année, les cours ont été annulés. Tous les Cours sont disponibles en vidéo sur le site du Collège de France, ainsi chacun pourra suivre à son rythme l’évolution de la pensée du Professeur Jean-Pierre Brun comme si nous étions dans l’amphithéâtre mais depuis notre salon.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.