Les Phéniciens, les Puniques et les autres

Bonadies (L.), Chirpanlieva (I.) et Guillon (E.) (sous la dir.), Les Phéniciens, les Puniques et les autres. Echanges et identités en Méditerranée ancienne. Paris : Editions de Boccard, 2019. – 236 p. – ISBN 9782701805696 

Crédit image. Première de couverture – Editions de Boccard

Ce 31e volume de la collection Orient & Méditerranée dont Luisa Bonadies, Iva Chirpanlieva et Élodie Guillon ont dirigé la publication est consacré aux journées d’études qui se sont tenues à Paris en mai 2016. Les 16 articles apportent une contribution à l’étude des formes de contact entre les Phéniciens, les Puniques et les différentes communautés qu’ils rencontrent, « les autres » du titre, en déclinant la réflexion, comme le sous-titre nous révèle, à travers deux concepts fondamentaux : échanges et identités. Le choix des deux concepts n’est pas fortuit, car la culture phénicienne permet bien, sinon le mieux, de questionner les modalités des échanges, de toute nature (commerciale, religieuse, etc.), dans l’antiquité. Toutefois, toute étude sur le monde phénico-punique est obligée de tenir compte de la problématique de la distinction de traits spécifiques à cette culture, voire l’existence d’une « identité phénicienne ». D’ailleurs la question de l’identité a été richement traitée au cours des dernières années dans l’étude des sociétés anciennes et, tout récemment, dans les études phénico-puniques (par exemple par J. Quinn dans l’ouvrage In Search of the Phoenicians, Cambridge, 2017 ou par G. Garbati et T. Pedrazzi dans les deux volumes qu’ils ont édités sur Transformations and Crisis in the Mediterranean, Rome, 2015/2016).

Le livre s’ouvre sur un bref Avant-propos (p. 7-8), signé de deux des éditeurs (L. Bonadies et É. Guillon), qui précise le questionnement principal autour duquel le volume est construit : étant donné la dispersion spatio-temporelle et le caractère interculturel de la culture phénicienne, « existe-t-il des éléments culturels, artistiques et ethniques qui permettent de définir une identité phénicienne ? » (p. 7). La riche introduction de C. Bonnet et P. Rouillard (p. 9-16) illustre les principales problématiques et apporte des réflexions théoriques, méthodologiques et pratiques ainsi que des pistes à suivre pour les aborder : l’interdisciplinarité, l’analyse de toute typologie de données archéologiques, la prise en compte de la question chronologique, des spécificités de chaque contexte étudié mais aussi des éléments supra-locaux sont les outils, selon les auteurs, pour faire avancer les recherches dans ce champ.

Une fois clarifiés les présupposés de ce volume, les contributions sont réparties en trois sections, qui correspondent aux trois volets géo-historiques de la recherche : la Phénicie et l’Égypte ; l’île de Chypre et la Grèce ; la Méditerranée centrale et occidentale.

La majorité des articles proposent des réflexions qui se fondent sur l’analyse de la culture matérielle. Parmi eux, la contribution éclairante de G. Pierrat-Bonnefois (p.51-71) nous invite à considérer d’une manière renouvelée le rapport entre les arts phéniciens et égyptiens. La diffusion d’éléments artistiques, traditionnellement considérée « unilatérale, depuis l’Égypte vers le monde phénicien » (p.51), suite au réexamen du dossier relatif aux faïences à décor en relief et d’un groupe de scarabées en stéatite, doit être interprétée comme la conséquence d’un processus de contact bidirectionnel. Dans ces objets on peut reconnaître des manifestations artistiques multiculturelles dans lesquelles le style levantin occupe une place importante. Dans cette optique, la diffusion des alabastres, dont l’attribution conventionnelle à l’artisanat égyptien est remise en cause ici en faveur d’une implication majeure des Phéniciens dans leur production, peut être envisagée « comme un marqueur d’identité phénicienne » (p. 66).

Également au sujet de l’Égypte, l’article de S. Marchand (p.73-100) présente les résultats préliminaires d’un projet en cours à l’IFAO du Caire qui porte sur les phénomènes d’imitation, assimilation et transposition de modèles étrangers par les conteneurs de transport égyptiens au cours de l’ample arc chronologique qui va du IIIe au Ier millénaire. L’article se focalise, en particulier, sur les influences chypriotes, égéennes et levantines de la seconde moitié du Ier millénaire – car en ce qui concerne le début de ce millénaire « nombre d’interrogations demeurent » (p. 81) – une problématique concernant l’étude des sociétés méditerranéennes en général, ajoutons-nous. Un approfondissement est réservé aux jarres torpedo égyptiennes qui imitent les prototypes syro-palestiniens. La documentation graphique, parfois inédite, complète et illustre très bien l’ambition poursuivie, la mise à jour de l’état des recherches sur cette thématique. La grille chronologique de la figure 18 est un outil très apprécié pour suivre l’approche diachronique proposé par l’autrice.

Trois articles portent sur la production céramique dans le monde grec. Dans le premier, de S. Sherratt (p. 129-158), « (the) hellenocentric (and, in many ways, ceramocentric) view » – généralement soutenue par les Classicistes – qui explique la présence d’objets proche-orientaux en Grèce et vice versa comme le résultat d’un « Euboean spirit of enterptise » (p. 132) est renversée à travers une analyse articulée des données archéologiques, complétée par une riche bibliographie. Cette perspective rétablit le rôle principal des Phéniciens dans les commerces en Méditerranée. L’autrice propose ensuite une intéressante reconstruction des routes marines suivies par les Phéniciens, en suggérant trois phases chronologiques différentes.

Dans la continuité avec l’exposé précédant et, notamment, avec la dernière phase traitée (fin IXe – début VIIIe siècle), l’article de N. Kourou (p. 159-177) met en évidence la prééminence croissante de l’Attique dans le réseau commercial grec pendant la période du Géométrique Moyen – datée entre 850 et 760 av. J.-C. selon la chronologie conventionnelle, qui est justement, selon nous, adoptée par l’autrice. Cela a porté à l’émergence de l’« Athenian dinner set », choisi par les Phéniciens pour être transporté en Orient et en Occident « as a prestige-good because of its…particular symbolism » (p. 170). L’analyse de ce symbolisme, qui semble être lié aux pratiques de la boisson et du banquet, peut apporter, selon l’autrice, une contribution à l’étude des contacts interculturels et des phénomènes d’acculturation/assimilation qui se produisent entre les mondes grecs et phéniciens.

Cette contribution prépare ainsi le passage à celle de I. Chirpanlieva (p. 179-195) dédiée à l’imitation de formes céramiques grecques dans les sites phéniciens et puniques pendant la période qui va du VIIIe au IVe siècle. Quelques observations apportées dans l’article avaient déjà été proposées par d’autres chercheurs : nous nous référons, par exemple, au trois types d’influences distinguées par l’autrice (p. 179-180), déjà individualisés par Ch. Briese et R. Docter (« Der phonizische Skyphos », Madrider Mitteilungen 33, 1992), ou aux interprétations du phénomène (p. 189), en partie déjà proposées par F.J. Nuñez (« Un skyphos fenicio procedente del Corte 5 del Cerro del Villar », Cerro del Villar-I, Séville 1999). Il y a, toutefois, des nouveautés présentées par l’autrice qui consistent à mettre l’accent sur la question de la mobilité des artisans, en proposant « l’idée de potiers phéniciens apprentis en Grèce » (p. 190).

Le mobilier céramique est encore au centre des réflexions menées par I. Oggiano et T. Pedrazzi (p. 223-257) et par É. Guillon (p. 267-280). Dans le premier cas, l’analyse des échanges culturels entre les Phéniciens et les Sardes est insérée dans le contexte géo-historique de la Méditerranée au début du Ier millénaire et se focalise, ensuite, sur le village de Sant’Imbenia et sur la production et la distribution de ses amphores homonymes qui se caractérisent par un mélange des traditions levantine et nuragique (p. 240). Ce mélange est le témoignage matériel d’un effort commun de créer un récipient adapté à la diffusion du vin local et des pratiques de consommation. La thématique du banquet, déjà rencontrée dans l’article de N. Kourou, se révèle encore une fois centrale pour la reconstruction des rencontres et des échanges culturels.

L’article d’É. Guillon propose une analyse diachronique, qui se fonde sur une base de données élaborait dans le cadre d’un projet développé à l’Université Toulouse Jean Jaurès (PPI), de deux productions céramiques d’Ibiza : les amphores ibicencas, largement exportées au cours des Ve-IVe siècle, et les statuettes de terre cuite, diffusées au contraire au niveau local. Ces productions – dont on regrette l’absence d’illustrations à titre d’exemple – sont associées par un mélange de traits locaux-ébusitains et globaux-puniques qui donnent « naissance à de processus de glocalisation culturelle » (p. 276) qui porte à s’interroger sur ses causes.

La persistance de la culture phénicienne dans les activités économiques au cours de l’époque romaine dans la zone du Détroit de Gibraltar est le thème traité par M. Luaces (p. 281-302). La comparaison entre le répertoire amphorique de trois sites – Gadir, Carteia, Lixus – met en évidence des disparités dans la production céramique : les influences puniques et romaines s’alternent à des degrés différents, en déterminant ainsi une situation qui peut être qualifié de « multiscalaire » (p. 296). Ces disparités sont le reflet, selon l’auteur, de situations politiques et d’organisations économiques différentes d’un site à l’autre. La documentation graphique aide à suivre l’exposé, même si les figures 4 et 8 ne sont pas parfaitement lisibles.

Deux contributions sont développées autour des données archéologiques (céramiques et architecturales) provenant de nécropoles. Celle de M. De Jonge (p. 199-222) offre des pistes de réflexions autour des problématiques d’identité dans les rites funéraires phéniciens en Méditerranée occidentale. Un bref résumé à caractère méthodologique anticipe une présentation des types de sépultures et du mobilier funéraire ; le cas d’étude d’Utique montre un régionalisme de traits spécifiques. L’autrice formule des questions à ce sujet pour lesquelles on ne peut pas donner de réponse à ce jour. La rencontre avec l’« autre », représenté par les communautés locales, pourrait en constituer une cause (p. 210).

M. Quartararo (p. 259-266), dans sa brève contribution, décrit la sépulture T178 de la nécropole d’Entella, dans l’arrière pays sicilien, datée du IIe siècle. Il s’agit de l’inhumation d’un « infans » (entre 1 et 6 ans, p. 261) dont le mobilier funéraire, en se ressentant de l’influence de la tradition phénico-punique, donne un autre exemple, en plus de celui fourni par M. Luaces, de la persistance d’éléments culturels puniques au cours de l’époque romaine.

D’autres auteurs prennent en compte les données iconographiques. C’est les cas de J. Daccache (p. 103-121) qui nous emmène à Chypre pour approfondir un aspect particulier de la figure du dieu ouest-sémitique Rašap. Cet aspect émerge d’une inscription en phénicien datée du VIIe siècle et gravée sur un cippe en calcaire découvert hasardeusement à Paleo-Kastro et conservé actuellement au musée du Louvre-Lens. Une partie du mot qui suit le nom du dieu a disparu et a généré des interprétations différentes (p. 105-107). La révision autoptique effectuée par l’autrice, qui est accompagnée par des comparaisons avec d’autres données épigraphiques, permet, à son avis, de formuler une nouvelle lecture du mot reconnaissant l’épithète « portier » pour indiquer la fonction de « gardien de l’Enfer » du dieu.

Portant encore sur Chypre, le bref exposé de C. Iannou (p. 123-128) aborde la question de l’emploi, à partir du Ve siècle, de l’écriture phénicienne en tant que signature de pouvoir et d’autorité pour approcher la situation sociale et politique de la ville de Kition et de l’île en général, en mettant l’accent sur le développement d’une attitude culturelle modelée par les dynasties dominantes vers l’écriture qu’ils utilisaient.

Strictement lié à l’exposé précèdent, l’article de M.G. Amadasi Guzzo (p. 303-318) se focalise sur la même thématique, mais en déplaçant la discussion sur l’Afrique du Nord entre le IIe/Ier s. av. J.-C. et le IIe s. apr. J.-C., quand des systèmes d’écriture différents – punique, libyque, grec et latin – coexistent en se liant à des langues spécifiques. Les cas présentés montrent une multitude de situations qui vont de la persistance de la tradition phénicienne, à la sélection ou à la superposition du système grec ou latin, jusqu’à l’abandon de l’écriture punique. Le choix semble être dicté par des nécessités différentes des communautés, comme par exemple celle de marquer une identité sociale ou ethnique.

Dans les autres articles, plusieurs types de documentation sont pris en compte. L. Bonadies et L. Marti (p. 19-41), sans apporter des nouvelles substantielles, proposent une intéressante comparaison des témoignages (textes et représentations) égyptiens et assyriens concernant les habitants de la côte levantine, afin de délinéer la vision que ces observateurs externes avaient des Phéniciens. Ce qui en résulte est l’absence « d’une identité culturelle unique » (p. 35) en raison des qualifications différentes qui varient d’un témoignage à l’autre. D’autres réflexions sont ensuite ajoutées sur les vases en pierre, une catégorie d’objets de luxe – abordés dans ce volume par G. Pierrat-Bonnefois dans une manière un peu plus résolutive – qui pour leur mélange de styles posent des problèmes sur la provenance culturelle et « soulève la question très délicate de l’association d’une population à une culture matérielle » (p. 35).

A. Baaklini, L. Bonadies et A. Venanzi (p. 43-50) déplacent la comparaison sur la culture araméenne en analysant ses rapports avec la culture phénicienne. Le bref aperçu des éléments de contact détectables dans la production céramique, la langue et les sceaux n’apportent pas d’informations significatives sur le sujet mais permet d’apercevoir la présence de traits culturels partagés. À notre avis, la section céramique (p. 45) méritait un approfondissement, qui pouvait expliquer le choix des pièces a et b en Figure 3. Il y a une erreur dans la référence aux images dans le texte (fig. 3 du texte, p. 47, correspondrait à la fig. 4, la référence n’apparaît pas dans le texte).

Enfin, V. Boscholos, E. Gubel et R. Docter (p. 319-323) présentent l’apport belge au projet de constitution d’un Corpus des Antiquités phéniciennes et puniques qui a pour but de répertorier, classifier et étudier les témoignages artistiques et épigraphiques phéniciennes et puniques des musées les plus importants et des collections locales et privées, afin de les rendre disponibles aux spécialistes et au grand public.

Dans la conclusion (p. 325-327), les éditeurs du volume formulent quelques remarques finales résumant les méthodologies adoptées par les auteurs et remettant en perspective des éléments de réflexion, telles que la nécessité de considérer les multiplicités culturelles des études menées dans l’optique d’un cadre méditerranéen plus global.

Dans l’ensemble, ce recueil illustre, par des travaux centrés sur des régions et des périodes diverses, des manières différentes de faire face à une documentation en même temps fragmentée et « connectée ». Il accomplit l’objectif que s’étaient fixé ses éditeurs, à savoir de fournir un panorama des recherches et des méthodes d’analyse des formes d’échanges et d’interactions entre les Phéniciens – qui pendant longtemps ont été considérés comme les « autres » provenant de l’Orient, par rapport aux Grecs – et les communautés de la Méditerranée – et les « autres » de ce volume. Les auteurs ont contribué – avec une manière plus ou moins incisive – à fournir des outils pour aborder le concept complexe d’interculturalité, en offrant des interprétations plus nuancées qui sont capables d’aller au-delà de la dichotomie simpliste entre local/allogène et non local/exogène. Ce sont les présupposés qui permettront à quiconque s’intéressant à la question des interactions dans le monde ancien de laisser de côté la question d’identité – que les études récentes ont considéré inappropriée lorsque l’on parle des Phéniciens – pour se concentrer sur une réalité à multiples facettes dans laquelle tous les différents domaines culturels interagissent en tant que protagonistes.

Sara Giardino

Citer cet article comme : Sara Giardino, Les Phéniciens, les Puniques et les autres, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/07/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21384.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.