Les Plus Belles Histoires d’amour de l’Antiquité

Cantarella (E.), Les Plus Belles Histoires d’amour de l’Antiquité. Du ciel à la Terre. De Zeus à César. Paris : Albin Michel, 2019. -208 p., – ISBN 978226-443847

« Quand on n’a que l’amour » (Chanson)

Crédit image. Première de couverture – Albin Michel

Aujourd’hui la mode, chez les Antiquisants « branchés », plus soucieux parfois de faire valoir leur image dans les médias que de rigueur historique , aujourd’hui donc la mode est d’étudier l’Antiquité à l’aune du présent, en scrutant, à coup de distorsions de textes et de sens, ce qui pouvait faire penser, dans les sociétés antiques, aux sentiments, aux mœurs, aux idées politiques d’aujourd’hui. C’est ainsi qu’on a pu qualifier Ulysse de « premier des migrants », oubliant – ou feignant d’oublier – que si les migrants veulent partir de chez eux, Ulysse, lui, se songe qu’à une chose : renter chez lui ! Autre tendance, plus ludique certes, mais tout aussi vaine : raconter, si possible d’une plume enlevée, les mystères et les secrets du monde antique … 

Rares sont les auteurs, dans ces piteuses tentatives, qui arrivent à tirer leur épingle du jeux, Mary Beard, peut-être, qui allie la science du spécialiste au talent du bon vulgarisateur.

Eva Cantarella, qui – nous précise, sans autre détails une présentation assez floue – est une juriste des mondes grec et romain, est un cas à part. Elle a écrit, en 2000, un Pompéi, les visages de l’amour, qui vaut plus par les illustrations que par la vacuité du propos. Elle a, en 2016, récidivé avec les banalités bien troussées du Cheese-Cake de Caton et autres histoires romaines, au titre éminemment vendeur.

On pouvait donc attendre ici le pire mais le pire n’est pas toujours inévitable ! EC a bien compris, dans son introduction, que, parce que les Grecs et les Romains sont différents de nous, « l’amour était ressenti en Grèce et à Rome différemment de nous, au point même de devenir parfois, de notre point de vue, incompréhensible. » (p.8). Au fond, cette introduction, il faut bien le dire, pourrait constituer l’essentiel du livre… Lequel se divise en deux parties, les Grecs et les Romains. L’essentiel du I consiste à faire distinguer Éros et Philia, l’amour fou et l’amour raisonnable. Évidemment les histoires vont puiser dans la mythologie, le fleuve Alphée et la nymphe Aréthuse, Tyro et le fleuve Enipée, Borée le vent et Orithye, la Lune et Endymion. Bref, des récits qui relèvent plus du merveilleux que de l’expression d’un sentiment. Le vain désir de céder à un modernisme incongru fait qualifier Zeus de « premier violeur en série » (p.38). Du côté de l’Éros, Hélène et Paris, Ariane et Thésée, Phèdre et Hippolyte. Mais oui, mais oui. Du côté de la Philia, Ulysse et Pénélope, Hector et Andromaque. Peut-être pour les deux premiers mais pas pour les deux autres, EC n’a pas lu ce qu’en disent Ovide (Art d’aimer, III, 777-778) et surtout Martial (Épigrammes, X, 105)… Une féministe d’aujourd’hui évoquerait au moins la question de la fidélité de Pénélope, devant le fier Antinoos, pendant l’absence d’Ulysse, de celle d’Andromaque, devenue présidente de l’Association des veuves de guerre, à la cour de Pyrrhus. Mais EC préfère évoquer le premier couple gay « officiel » (les « » sont de l’auteur), Achille et Patrocle, en oubliant celui que formèrent Hercule et Hylas.

On attendrait de la partie II, consacrée aux Romains, un peu plus d’originalité. On la trouvera, au chap.I sur « le discours amoureux des Romains », encore qu’on ne puisse ériger en pratique courante la cession des épouses évoquée ici (p.124). Quant aux conclusions, tirées, p.128, de l’enlèvement des Sabines, sur la virilité des Romains, elles sont à tout le moins un peu forcées. Les réflexions sur « la naissance du mythe du latin lover », dans un chapitre consacrée à Romulus, elle tombe dans le ridicule.

Tirer des conclusions générales des grafittis pompéiens, c’est la preuve d’une mauvaise méthode scientifique. Parler de déclaration romantique est une absurdité : outre le fait que le graffiti sur lequel s’appuie l’auteur est cité sans référence, il n’y a romantisme – si tel est le cas – qu’à nos yeux. Les relations entre hommes affichées sur les murs ressemblent plus à des quolibets de taverne qu’à des déclarations d’amour. Mais pouvait-on attendre autre chose d’un auteur qui ne sait toujours pas que c’est le 24 octobre qu’a eu lieu le drame et non le 24 août !

Les anecdotes qui suivent reprennent de vieilles histoires romaines, celle de Marcia et de Caton le Jeune (pp.149- 154) est intéressante. Mais on ne peut tirer aucune conclusion de celle de Catulle et Lesbie : c’est un amour de poète qui soupire pour une femme connue pour ses mœurs libres, Clodia, la sœur de Clodius. Passons rapidement sur César (chap.3) : on retrouve là toutes les idées reçues, sans comprendre que les gestes capillaires du dictateur n’étaient que des signes érotiques sans équivoque. On attendait Cléopâtre, elle arrive p.175 et repart la page suivante sans avoir rien prouvé. On reste étonné des conclusions tirées, p.175, de la « bisexualité » de César, vue ici comme « une vertu complémentaire ». Mais complémentaire de quoi ?

La conclusion retombent dans l’ornière moderniste, ainsi : Juvénal fait des allusions (p.194) au « mariage gay » ! Mieux venues les réactions de l’empire chrétien permettent enfin au livre d’apporter un peu de profondeur juridique. Il était temps.

Chic et choc, souvent creux, souvent mode, le livre d’EC attirera le chaland, fera sourire le spécialiste. Il aura au moins eu le mérite de parler du monde antique d’une façon allègre, sinon toujours pertinent.

Claude Aziza,

Historien de l’Antiquité fantasmatique

Citer cet article comme : Claude Aziza, Les Plus Belles Histoires d’amour de l’Antiquité, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/07/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21400.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.