Mythologos

Senninger (F.), Mythologos. – Sucy-en-Brie : Anfortas, 2020. – 447p. – ISBN : 9782375220894

Crédit image. Première de couverture – Editions Anfortas

Franck Senninger est l’auteur de plusieurs romans historiques, situés entre Antiquité (Je m’appelle Aspasie, 2015), Moyen Âge (La Parfaite, 2017) et Renaissance (L’épervier du Roi, 2007). Dans Mythologos, il retrace la vie du lutteur Milon de Crotone (célèbre pour ses nombreuses victoires panhelléniques), de 536 à 510 av. J.-C., depuis son entrée dans l’âge adulte jusqu’à sa mort.

L’ouvrage s’adresse à des lecteurs curieux mais non spécialistes de l’Antiquité. Il a la bonne idée d’associer deux dimensions de l’existence de Milon : sa carrière sportive — abordée à travers ses victoires à la lutte dans les concours panhelléniques — et ses relations avec Pythagore — dont il aurait été le disciple et le gendre. L’ascension du protagoniste en tant qu’athlète est ainsi mise en rapport avec une formation intellectuelle et avec un parcours personnel plus intime.

Le roman comprend quarante chapitres décrivant trois phases de la vie de Milon. Aux doutes ressentis par le jeune lutteur après sa défaite contre le bouvier Titormos répond un premier cycle de victoires panhelléniques (ch. 1-13). Puis les étapes de la vie conjugale et de la paternité, les deuils de la maturité, s’associent à d’autres succès ainsi qu’à un approfondissement spirituel, au sein du cercle des Pythagoriciens (ch. 14-29). Enfin, malgré un nombre de titres inégalé dans sa discipline de prédilection, Milon échoue à remporter une victoire conjointe à la lutte et au pancrace ; mettant fin à sa carrière d’athlète, il se concentre sur ses activités intellectuelles, assure la victoire de Crotone dans la guerre contre Sybaris et meurt dans l’incendie de sa maison par Cylon, ennemi de Pythagore (ch. 30-40).

De manière plus étonnante, l’auteur utilise cette trame biographique et ce contexte culturel comme une occasion de raconter, sous une forme simplifiée et vulgarisée, les principaux mythes grecs. Par la voix de Pythagore, jouant pour Milon le rôle de mentor, chaque récit donne lieu à une interprétation morale ou psychologique guidant le protagoniste sur le chemin de la sagesse et de la maîtrise de soi. Le lutteur prend plus spécialement pour modèle Héraclès, dont les Douze Travaux jalonnent sa propre existence. Ils alternent avec les aventures héroïques de Persée, de Jason, de Thésée, d’Ulysse, les transgressions de Prométhée ou d’Œdipe, ou encore les amours d’Europe ou de Psyché.

Un avertissement initial apporte des clarifications sur le statut du texte : celui-ci se veut romanesque plutôt qu’historique ; il choisit entre plusieurs témoignages biographiques et plusieurs variantes mythologiques ; il offre de celles-ci une vision avant tout personnelle.

Les témoignages sur la vie de Milon s’avérant souvent incertains ou contradictoires, l’ouvrage ne pouvait prétendre à une stricte exactitude factuelle — par ailleurs limitée par le caractère fictionnel du genre. La datation, le nombre de victoires, l’implication exacte du protagoniste dans le cercle pythagoricien, peuvent être discutés. Néanmoins, les indications biographiques sont généralement bien documentées. Elles intègrent habilement plusieurs versions divergentes (par exemple à propos de la mort de Milon) et admettent (notamment en conclusion) leur caractère parfois semi-légendaire. Médecin nutritionniste, F. Senninger accorde enfin une attention particulière aux soins du corps, à l’alimentation et aux traitements médicaux.

Certains écarts se révèlent davantage dans les ellipses ou dans les lacunes. Ainsi l’accès des personnages à l’information paraît instantané ; les voyages se préparent en quelques heures et semblent s’effectuer de manière si aisée et rapide qu’ils n’offrent guère matière à description ou à péripéties. Si l’auteur prend soin d’intégrer des notations sur la vie quotidienne et religieuse, une attention portée aux spécificités politiques, cultuelles, culturelles de Crotone au VIe siècle la distinguerait mieux d’autres cités helléniques et rendrait ce tableau plus vivant et concret. Enfin, on pourrait souhaiter un travail plus poussé sur la pensée de Pythagore, qui se limite souvent au symbolisme des nombres et à des préceptes de morale commune ; ses enjeux politiques sont ainsi peu traités. Ces derniers points auraient permis de mieux expliciter les affrontements finaux (guerre contre Sybaris et attaque de Cylon).

La mythologie s’intègre à cet ensemble de manière inégale mais intéressante. L’auteur a réussi à associer plusieurs trajets initiatiques : le roman de formation du jeune homme atteignant l’âge adulte, puis la maturité ; la conquête de la gloire athlétique ; la progression spirituelle au sein d’un cercle pythagoricien structuré par plusieurs grades d’initiation. Les récits mythiques rejoignent cette thématique par leur contenu et par leur visée : ils proposent au novice Milon — et au lecteur — des modèles héroïques (Héraclès, Thésée, etc.) autant qu’une source de savoir plus globale. Différents aspects du roman sont ainsi intégrés à un ensemble cohérent.

Sur d’autres points, le volet mythologique contraste en revanche avec la restitution historique et culturelle. Le choix des récits et de leurs variantes répond surtout à une visée de vulgarisation. Aussi emprunte-t-il aux versions connues du grand public actuel. Ces relations ne se lient à aucun contexte d’énonciation spécifique (historique, géographique, politique, générique, littéraire ou artistique), ni particulièrement à l’approche pythagoricienne. Elles ne comportent généralement pas de variantes, de sources, de lien avec des coutumes ou des rites, et font systématiquement l’objet d’une interprétation, souvent unique. Tous ces points séparent assurément ces récits de leurs modes de production antiques.

Néanmoins, une telle fidélité n’est pas le propos de l’ouvrage, reflétant avant tout, comme l’indique la note introductrice, la vision personnelle de l’auteur. Celui-ci relit les mythes dans une perspective allégorique, à la fois morale et psychanalytique. La première peut rejoindre certaines lectures classiques (hybris d’Icare ou de Bellérophon, antithèse entre Chiron et Pholos) ou s’en émanciper (Héraclès pourchassant la biche de Cérynie comme l’individu ses rêves). La seconde est plus évidemment contemporaine (les trois têtes de Géryon comme image des trois instances de l’inconscient). L’ensemble, associé aux thèmes initiatiques, semble inspiré des approches jungiennes ou campbelliennes.

Les mythes sont présentés dans un style fluide et agréable, soucieux de précision, malgré quelques erreurs (confusion entre Sémélé et Séléné, Éole dieu des vents ou ancêtre éponyme des Éoliens, traductions ou étymologies approximatives : ex. Grées/« Grises »). Des cartes, notes et schémas généalogiques, complètent les récits de manière didactique et permettent à un lecteur novice de suivre aisément leur développement. Des renvois internes ainsi qu’un index des noms propres, en fin de recueil, facilitent également la lecture.

L’ouvrage propose ainsi une introduction plaisante à plusieurs sujets unis par une progression narrative, sinon par un lien historique intrinsèque : le parcours athlétique et philosophique de Milon et une découverte de la mythologie grecque.

Anne-Claire Soussan,

Université Sorbonne Nouvelle

Citer cet article comme : Anne-Claire Soussan, Mythologos, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/07/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21416.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. BOUTARIC dit :

    Merci pour cette excellente analyse critique d’un livre très intéressant et instructif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.