Palmarès des 50 meilleurs films sur l’Antiquité

Pour lecteurs fatigués ou pressés, la liste (subjective) des 50 meilleurs films sur l’Antiquité.

*Pour lecteurs épuisés la liste (subjective) des 10 meilleurs films sur l’Antiquité.

     Pays bibliques (ordre chronologique interne)

Les Dix Commandements* (C. B. DeMille, 1956). Une superproduction grandiose, des passages d’anthologie, des acteurs d’exception, un souffle épique, une musique majestueuse.  Un chef d’œuvre.

Moïse (G. de Bosio, 1976). Burt Lancaster en un Moïse plus tragique qu’épique vaut bien Charlton Heston. 

Samson et Dalila*, (C.B. DeMille, 1949). Un héros au cœur pur et à la force herculéenne, une séductrice rouée à la beauté ensorcelante, une romance poétique, dans un monde encore barbare.  Entre Dieu et l’amour. Parfois un peu tiré par les cheveux.

Salomon et la Reine de Saba (K. Vidor, 1959). Le sage roi Salomon perd la tête et la foi pour la troublante Balkis, reine de Saba. Tournage tragique avec la mort de Tyrone Power remplacé par Yul Brynner. Mais derrière le grand spectacle se cachent des allusions au conflit israélo-égyptien.

     Égypte (id)

La Terre des Pharaons (H. Hawks, 1955). Pour la construction, vers 3000 av. J.-C. de la première pyramide, réalisateur et scénaristes (dont W. Faulkner) cachent mal leur embarras : comment construire  une pyramide et la transformer en tombeau ? Le résultat est surprenant mais spectaculaire. 

L’Égyptien (M. Curtiz, 1954). Tiré du chef d’œuvre de M. Waltari, Sinouhé l’Égyptien.

     Grèce mythologique (ordre subjectif pour Hercule)

Les Travaux d’Hercule (P. Francisci, 1957). Le grand retour du péplum dans son second âge d’or. Un Hercule de légende : le culturiste Steve Reeves. Les célèbres travaux à la sauce Cinecitta. Du grand spectacle.

Hercule à la conquête de l’Atlantide* (V. Cottafavi, 1961). Derrière le spectaculaire et la légendaire Antinéa se profilent des inquiétudes, en pleine guerre froide, sur la menace nucléaire. Avec un Hercule inattendu.

La Vengeance d’Hercule (V. Cottafavi, 1960). Un Hercule très sombre, plus proche des Tragiques grecs que de Cinecitta.

Hercule et la reine de Lydie (P. Francisci, 1958). Une suite intéressante des Travaux…

Hercule contre les vampires (M. Bava, 1961). Un étonnant mélange de péplum et de fantastique.

Hercule, les guerres thraces (B. Rattner, 2014). Le renouveau du héros. Remarquable.

Jason et les Argonautes* (D. Chaffey, 1963). Le chef d’œuvre du film mythologique, magnifié par les truquages du magicien, Ray Harryhausen. Le combat contre les squelettes est un morceau d’anthologie.

Le Choc des Titans (D. Davis, 1981).  L’histoire de Persée. Amusant et bien fait. Fuir le remake de 2010.

Hélène de Troie (R. Wise et R. Walsh, 1956). Une réhabilitation de la belle séductrice, montrée comme une victime, des scènes spectaculaires, avec le fameux cheval en vedette et…un petit rôle pour Brigitte Bardot débutante.

Troie (W. Petersen, 2004). Pâris en héros positif et Brad Pitt en Achille. Amusant.

Ulysse* (M. Camerini, 1954). Magnifique Kirk Douglas en héros homérique. Le film, dont le succès engendra le second âge d’or du genre, est la première grande production italienne en couleurs de l’après-guerre.

Grèce historique (ordre chronologique interne)

300 (Z. Snyder, 2007). Adaptation friquée et peu sympathique. Mais Leonidas a des tablettes…

La Bataille de Marathon (J. Tourneur, 1959). Le fameux coureur de, incarné par Steve-Hercule-Reeves. Des Grecs au cœur pur contre les barbares perses et un combat de cavalerie … qui n’a jamais eu lieu, agrémenté d’une bataille navale aux belles  séquences sous-marines.

La Naissance d’un Empire (N. Murro). Salamine a belle mine et Thémistocle a pris des leçons de tablettes auprès de son petit camarade Léonidas.

Alexandre le Grand (R.  Rossen, 1956). Une réflexion pessimiste, en pleine guerre froide, sur la conquête du pouvoir et sur  les faiblesses de la démocratie .Un grand film avec Richard Burton en un superbe Alexandre.

Alexandre (O. Stone, 2005). Des prises de positions politiques qui ont suscité des controverses. Mais du grand cinéma.

Le Colosse de Rhodes (S. Leone, 1960). Colossal 

     Rome 

   La  Rome royale 

Romulus et Remus (S. Corbucci, 1961). La naissance de Rome traitée comme un western. Un duel de titans entre Steve –Hercule-Reeves et Gordon-Tarzan-Scott. Une gentille blondinette et une méchante noiraude. Que demander de plus pour la séance du samedi soir ?

    La République  Romaine 

Cabiria (G. Pastrone, 1912-1914). La première épopée du cinéma raconte la Deuxième Guerre punique. Hannibal et ses éléphants, Archimède et ses machines de guerre. Et surtout la naissance d’une nouvelle étoile du cinéma : Maciste.

Le Forum en folie (R. Lester, 1965). Magnifique comédie musicale qui adapte trois pièces de Plaute. La plus belle poursuite en char de l’histoire du péplum.

Spartacus (R. Freda, 1952). La geste de l’esclave rebelle vue par le maître italien du péplum. Du spectacle mais aussi la volonté de casser le genre par quelques touches humoristiques.

Spartacus* (S. Kubrick, 1960). Le même vu d’abord par Anthony Mann, puis par Stanley Kubrick. L’acteur – producteur Kirk Douglas magnifie le héros, en compagnie des grands noms du cinéma. 

Cléopâtre (J. Mankiewicz, 1963). Un hommage à la divine reine d’Égypte et à la non moins divine  Élisabeth Taylor. Des séquences spectaculaires, dont l’entrée de Cléopâtre dans le forum romain. Un  couple d’exception mais un naufrage financier qui signa la fin du péplum.

Cléopâtre* (C. B. DeMille, 1934). Un noir et blanc magnifique. Finesse et intelligence.

César et Cléopâtre (G. Pascal, 1945). D’après la pièce de G.B. Shaw. Humour caustique garanti.

Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ (J. Yanne, 192). Pour Serrault en grande folle et Coluche en petit fou.

Astérix et Cléopâtre (D.A. de R. Goscinny et A. Uderzo, 1968). Le seul dessin animé du lot. Pour le bain musical de la Divine.

Rome (J. Millius et al. , 2006-2007, TV). Remarquable.

Jules César (J. Mankiewicz, 1953). Magnifique adaptation de Shakespeare. Marlon Brando éblouissant.

    L’Empire Romain 

Ben Hur* (W.  Wyler, 1959). La fameuse course de chars pour une adaptation du roman de Lewis Wallace. Du sentiment, de l’action, en Judée sous le règne de Tibère.  Choisir le coffret collector où se trouve le film muet de F. Niblo de 1925. Fuir les versions  de 2010 (TV) et 2016.

Claudius (H. Wise, 1977, TV). Un chef d’œuvre tiré de la trilogie de R. Graves (1931-1934).

Quo Vadis ?* (M. Le Roy, 1951). La première superproduction américaine tournée, après la guerre, en Italie. Un vaillant Romain païen et une douce otage chrétienne, sous le règne de Néron (fabuleux Peter Ustinov), au milieu des flammes de Rome et des lions de l’arène.

Quo Vadis ?,  (J. Kowalerovicz, 2001). Un honnête remake avec d’énormes moyens.

Fellini-Satyricon (F. Fellini, 1969). On aime ou on n’aime pas l’univers fantasmatique de Fellini croisant celui de Pétrone.

Massada (B. Sagal, 1983, TV)). Les Romains face aux Juifs retranchés dans la forteresse de Massada. Un chef d’œuvre.

Les Derniers Jours de Pompéi (M. Bonnard et S. Leone, 1959). Une nouvelle adaptation du roman historique à l’antique le plus souvent porté à l’écran. Le roman est bien loin mais le Vésuve toujours menaçant, jusqu’à la catastrophe finale.

Les Derniers Jours de Pompéi (E. Shoedsack, 1935). Par l’auteur de King-Kong. Une curiosité.

Pompéi (W. S. Anderson, 2014). Tout est faux dans ce film mais quel spectacle !

L’Aigle de la neuvième légion (K. Macdonald, 2010). Une plongée dans la Britannia du mur d’Hadrien.

La Chute de l’Empire Romain* (A. Mann, 1963). Le plus grand film sur la Rome antique. Un chef d’œuvre de réflexion politique, en pleine guerre froide. Des scènes d’action impressionnantes et un couple d’amants d’exception.

Gladiator (R. Scott, 2000). Beau film creux mais qui relance la vogue du péplum.

La Dernière Légion (D. Lefler, 2006). Malgré peu de moyens, un excellent film.

Le Roi Arthur (A. Fuqua, 2005). Enfin de vrais chevaliers (romains) de la Table Ronde.

Claude Aziza,

Historien de l’Antiquité fantasmatique

Citer cet article comme : Claude Aziza, Palmarès des 50 meilleurs films sur l’Antiquité, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/08/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21447.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search