Étymologies. Pour survivre au chaos.

Marcolongo (A.), Étymologies pour survivre au chaos. Paris : Les Belles Lettres, 2020. Traduit par B. Robert-Boissier de Alla fonte delle parole. 99 etimologie che ci parlano di noi, Milan, 2019. – 336 p. – ISBN : 9782251450865

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Après deux livres qui eurent beaucoup de succès (en France sous le titre La langue géniale, 9 bonnes raisons d’aimer le grec en 2018 et La part du héros en 2019), A. Marcolongo publie un ouvrage fondé sur l’étymologie et la signification de quatre-vingt-dix-neuf mots (italiens, traduits en français), groupés en neuf chapitres, après un incipit et avant un explicit, et chacun titré d’un mot grec concernant une couleur et d’une adaptation moderne : on part de « Κρᾶσις (Krasis) ou de la confusion » pour en arriver à « Ἰνδικόν (Indikon) ou de l’ailleurs », via Γλαυκός, Κυάνεος, Πορφύρεος, Μέλας, Λευκός, Ῥόδον et Χανθός.

Dès le début, A. M. se place dans le sillage de Jacqueline de Romilly et de son recueil d’études  Dans le jardin des mots (Le Livre de poche, 2008), où se trouvent les articles de Santé Magazine parus sous la rubrique Santé de la langue : comme J. de Romilly, A. M. étudie 99 mots en indiquant leur étymologie, leur sens et leurs significations (voir p. 298-303) au cours de l’histoire, en essayant de mettre de l’ordre «pour survivre au chaos » qui règnerait si l’on n’avait les idées claires et si l’on ignorait le bon usage des mots.

Mais c’est surtout à une belle promenade à travers la littérature internationale que nous convie l’auteure, en allant des classiques grecs et latins aux auteurs modernes et contemporains, en passant par Marguerite Yourcenar (Feux, p. 39-44, pour les mots feu, exploser ou imploser, mais aussi pour l’épigramme Animula blandula… introduisant les Mémoires d’Hadrien, p. 269, Archives du Nord, p. 151, et Le tour de la prison, p. 278-281), première femme élue à l’Académie Française (J. De Romilly fut la deuxième). Parmi les auteurs modernes les plus cités, il y a bien sûr Dante, mais beaucoup ne sont pas italiens et on remarque la place accordée, à propos du mot loup, à Hélène Grimaud, pianiste et auteure de Variations sauvages (voir p. 129-132). On remarque l’hommage aux auteurs du LSJ, le célèbre dictionnaire grec-anglais (p. 68), Liddell, Scott et Jones, auxquels il faut ajouter McKenzie et, pour le Supplément, Glare. A. M. révèle aussi à beaucoup que Liddell était le père d’Alice, celle du pays des merveilles, qui inspira Dogdson, alias Lewis Caroll…

L’ouvrage se lit et se feuillette aisément, grâce à une table des matières détaillée qui permet de retrouver sans peine les mots étudiés. Une ample bibliographie offre aussi l’occasion d’approfondir les études proposées. On se bornera à ce propos de n’y pas trouver mentionné le nom de Pierre Chantraine, auteur du Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Histoire des mots (DÉLG), oeuvre dont le titre est volontairement parallèle à l’ouvrage d’Ernout et Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Histoire des mots (DELL), mentionné, lui, dans l’ouvrage (p. 204) et dans la bibliographie : l’étymologie qu’on trouve des mots grecs à la fin des articles du Bailly, bien qu’elle ait été parfois rectifiée par Chantraine en 1949 sans avoir pu entraîner de changement dans la mise en page, n’est guère satisfaisante. Comme il ne s’agit pas d’un ouvrage scientifique, bien qu’il soit fort sérieux tout en étant attrayant, nous ne bouderonspas notre plaisir. Tout au plus remarquons-nous une conception très extensive de la notion de «racine», et parfois on pourrait souhaiter aller plus loin dans les recherches étymologiques, par exemple pour vie (p. 60-64), où le grec pourrait être mieux relié au sanscrit et au latin en évoquant la racine qui leur est commune (*gwey-), ou encore pour félicité, bonheur (p. 77-80), où le radical *fe– devrait être traduit plus précisément (allaiter / traire).

On se doit enfin de féliciter la traductrice qui a réussi à transposer sans le trahir cet ouvrage italien et sans le rendre difficilement lisible : c’est un livre qui, en français, se lit, comme on dit, «comme un roman », le roman des mots vivants[1].

Michel Casevitz,

Professeur émérite – Paris Nanterre

[1] On corrigera l’accent de *Κύανεος dans la table des matières (p. 330), de *μεμονά (p. 73) et, p. 37, 3ème ligne avant la fin, on remplacera car par par. Cela seulement pour souligner la forme presque parfaite du livre. Mais je ne suis pas sûr que tabouiser (p. 241) soit meilleur que tabouer.

Citer cet article comme : Michel Casevitz, Étymologies. Pour survivre au chaos., in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/07/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21450.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.