Contre les barbares

BETTINI (M.), Contre les barbares. Comment l’Antiquité peut nous apprendre l’humanité, traduit de l’italien par M. Rousset Grenon. Paris : Flammarion « Champs ; actuel », 2020. — 169 p. — ISBN : 978-2-0814-5181-0.

Crédit image. Première de couverture – Flammarion

Maurizio Bettini est un enseignant renommé de l’université de Sienne. Il est antiquisant, philologue, anthropologue, philosophe, et cette énumération ne donne qu’une faible idée de ses compétences, ainsi qu’on peut le constater par ses innombrables publications. C’est un savant à l’érudition reconnue, doublé d’un conférencier qui sait se mettre à la portée de son public et le captiver. Toutes ses qualités brillent dans ce petit livre.

On y découvre, en outre, un être sincère, un penseur authentique, qui ne cloisonne pas sa vie (de même qu’il ne s’enferme pas dans une seule spécialité universitaire), qui refuse de jouer à certains moments le rôle du professeur « hors-sol » commentant savamment les textes sans les confronter à la réalité de l’actualité, tandis que son existence quotidienne ne tiendrait aucun compte de ces remarques. Les drames vécus par les migrants qui tentent de traverser la Méditerranée ont immédiatement amené à l’esprit de cet homme cultivé le souvenir de l’Énéide de Virgile. Les paroles d’Énée et de ses compagnons jetés sur le rivage de Carthage, alors que chassés par la guerre ils fuyaient leur pays et cherchaient à atteindre l’Italie1, l’accueil qu’ils reçoivent, ont aussitôt surgi dans sa mémoire. C’est de là qu’est né cet essai dont les premières pages sont consacrées à cet épisode. Car il s’agit d’un essai —M. Bettini le nomme ainsi en toutes lettres p. 65—, non d’un ouvrage scientifique, même si la science n’en est pas absente, loin de là (la bibliographie en témoigne). Ce sont donc des réflexions personnelles livrées au gré des associations d’idées ou des raisonnements. C’est ainsi qu’il est question des comportements vis-à-vis des migrants, des étrangers, des femmes, des esclaves, des morts, de la liberté de parole, en un mot des « droits de l’homme » qui font les gros titres des médias de nos jours et que M. Bettini examine à la lumière de sa culture qui embrasse non seulement les grands auteurs grecs et latins païens et chrétiens, mais aussi les philosophes de tous les temps, les enseignements de diverses religions, les déclarations de politiciens variés, dans un incessant va-et-vient entre « alors » et « maintenant ». C’est un feu d’artifice de citations, d’allusions, de renvois, de références, d’anecdotes personnelles, de comparaisons à travers les pays et à travers les époques ! On regrette qu’il n’y ait pas d’index permettant de retrouver facilement toute cette richesse !

Il ne faudrait pas croire cependant que l’auteur nous présente un bric-à-brac. Le livre est solidement construit, ainsi que l’indique le chapitre 3 qui annonce qu’il a suivi trois « voies ». La première consiste à utiliser « la culture grecque et romaine comme un arrière-plan sur lequel projeter la déclaration de 1948, comprise comme le manifeste emblématique des droits de l’homme tels que nous les entendons aujourd’hui » (p. 37)2. Elle est destinée à mettre en lumière « les liens d’interdépendance entre les conceptions modernes et la pensée antique ». C’est ce chemin qu’emprunte le chapitre 4. À l’inverse, la deuxième route, à propos de certains thèmes, constate « les écarts, ou du moins les contrastes » entre les Anciens et nous dans les chapitres 53 et 64. La troisième voie (chapitres 7 à 16 inclus) tentera d’atteindre ce qui dans la pensée antique forme les obligations de base des hommes envers les hommes, car les questions que se posaient les Anciens (Grecs, Latins, Juifs, Chrétiens), « dans leur cadre culturel propre » (p. 38), ne diffèrent guère des problèmes que nous connaissons nous-mêmes et les réflexions de tel ou tel sur ces sujets, les réponses proposées peuvent nous servir. Digne d’être méditée est l’idée qui se dégage de cette étude : ce qui est de nos jours présenté comme « droits de l’homme » (c’est-à-dire du point de vue du défavorisé) était jadis donné comme « devoirs de l’homme » (i. e. les devoirs du favorisé), la perspective étant inversée. Pour terminer, l’« Épilogue », via des rappels de légendes ou d’événements historiques, en arrive à la conclusion que « la tonalité spécifique de la culture romaine, qui la rend différente des autres, est précisément constituée par l’ouverture »5 (p. 143). En revanche, l’importance donnée à l’autochtonie ferait d’Athènes une cité fermée, prompte à exclure. (Mais, avant de poser ce jugement, M. Bettini écrit, p. 143 : « Admettons momentanément que les cultures se distingueraient par une tonalité propre tout comme les œuvres musicales »6 ; n’est-ce pas une concession à une sorte de racisme ? L’emploi de « momentanément » ne révèle-t-il pas une gêne de la part de l’auteur, de même que l’usage de « admettons » ?)

Si les analyses de notre collègue italien sont globalement exactes, force est de constater une certaine simplification de sa part. Il laisse beaucoup de faits de côté. La chronologie n’est pas toujours prise en considération : les sauts en avant et en arrière d’une époque à l’autre ballottent le lecteur en tous sens ; au cours de tant de siècles, le cadre politique, les sociétés, les mentalités, la signification des mots ont changé et on n’a pas l’impression qu’il en soit toujours tenu compte.

Ailleurs, on regrette que les affirmations ne soient pas assez nuancées. À Rome, lit-on p. 143 et p. 152, un esclave peut devenir citoyen. Oui, grosso modo: mais en fait, après son affranchissement, il est appelé libertus et n’a pas tous les droits d’un homme né libre ; il conserve des obligations vis-à-vis de son ancien maître ; ses enfants appartiendront à la catégorie des libertini. On connaît l’exemple fameux du poète Horace (que M. Bettini n’évoque pas), répétant à longueur de vers qu’il est fils d’affranchi et ami de Mécène, ami d’Auguste ; mais s’en vanterait-il autant s’il n’avait pas, dirions-nous, un « complexe », si, peut-être, certains ne lui faisaient pas sentir l’infériorité de ses origines ?

Les Romains seraient ouverts aux étrangers ? Cela dépend… Pour ne prendre qu’un écrivain très connu, pensons à Juvénal et à ses diatribes contre les Grecs, contre les Juifs, contre les Égyptiens… Certaines de ses déclarations sur le fait qu’à Rome les Romains ne se sentent plus chez eux tant il y a d’immigrés, nous rappellent des « rengaines » entendues de nos jours.

En vérité, les choses ne sont pas simples ; il faut éviter le manichéisme et M. Bettini, lui-même, reconnaît qu’il y aurait à gloser sur la place faite aux femmes ou sur la pratique de l’esclavage ; il ne peut éviter d’avouer, p. 35 : « Les Anciens aussi étaient profondément “inhumains” par bien des aspects de leur culture et de leur société » ou, p. 148 : « Pour en rester aux Romains, il y a certainement eu des périodes où ils ont été tentés par la fermeture plutôt que par l’ouverture ». De sorte que le sous-titre italien de ce livre « Essere “umani” nel mondo antico » est meilleur que celui de la version française : « Comment l’Antiquité peut nous apprendre l’humanité ».

Notre confrère revient à plusieurs reprises sur le fameux vers tiré de la comédie « Le Bourreau de soi-même » de Térence (v. 77), si fréquemment cité par les Anciens comme par les Modernes : homo sum, humani nihil a me alienum puto, « je suis homme, je considère que rien de ce qui est humain ne m’est étranger »7 ; il y voit « un éloge du droit à l’indiscrétion envers autrui »8 (p. 129) et y consacre tout le chapitre 15. Là encore, me semble-t-il, il conviendrait de nuancer. On sait que le genre comique de la togata, que pratique Térence est très codifié. Par exemple, il y a traditionnellement dans ce théâtre deux types de vieillards, le vieillard désagréable (au début du Bourreau de soi-même, c’est Ménédème qui paraît tenir ce rôle) et le vieillard aimable (au début de la pièce, cela semble être Chrémès, celui qui prononce cette réplique) ; mais au fur et à mesure que se déroule l’intrigue, on s’aperçoit qu’en réalité, c’est Ménédème qui est le vieillard aimable comme le prouvent ses actions, alors que Chrémès manifeste beaucoup de défauts. Cette phrase, apparemment pleine d’humanité, que prononce ce dernier, ne serait-elle pas, alors, pure hypocrisie pour couvrir d’un beau prétexte une curiosité malsaine, voire méchante et sadique ?

Bref, je pense que les Anciens étaient comme nous, avec leurs pans de lumière et leurs zones d’ombre, avec de belles histoires, de beaux discours et des actes collectifs ou individuels pas toujours au diapason de ceux-ci (il est de notoriété publique que Sénèque le philosophe, par exemple, ne menait pas une existence en tous points conforme aux théories qu’il professait) ; après tout, n’est-ce pas attendu ? Si nous pouvons tous dire « homo sum », pour nous tous vaut l’adage errare humanum est, « l’erreur est humaine ».

Toutefois, n’oublions pas, ainsi qu’on l’a noté plus haut, que ce petit livre ne nous est pas présenté comme un ouvrage scientifique cherchant à démontrer une thèse, mais comme un « essai », pour ainsi dire un « billet d’humeur » un peu plus long qu’un billet ordinaire. L’auteur y expose donc ses propres idées, son propre ressenti, et n’a pas à y peser le pour et le contre sur un trébuchet d’orfèvre ! L’enjeu est de faire réagir le lecteur ! De ce point de vue, Contre les barbares9 est une réussite. C’est brillant ; cela se lit sans difficulté et sans ennui, au contraire ! Cela invite à réfléchir et à se poser des questions : le but n’est-il pas atteint ?

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines – Université Bordeaux Montaigne

1 Il faut corriger l’erreur qui figure sur la 4ème de couverture : « Autrefois, raconte Virgile, un homme quitta son pays […]  Il se nommait Énée et, plus tard, fonderait Rome » ; dans l’Énéide (comme dans la plupart des versions de cette légende) ce n’est pas Énée qui fonde Rome.

2 Il s’agit de la déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies de 1948, car même si l’universitaire italien évoque parfois la « déclaration des droits de l’homme et du citoyen » française de 1789, étant donné sa nationalité, ce n’est pas celle qui lui vient en premier ni le plus souvent à l’esprit.

3 « À propos des barbares, des hommes et des femmes ».

4 « L’esclavage ».

5 Les caractères italiques du mot « ouverture » sont de M. Bettini.

6 Les caractères italiques de « tonalité » sont de M. Bettini.

7 Dans la traduction de ce vers p. 127, 128, 129, en 4ème de couverture, puto n’est pas rendu ; la référence à une opinion personnelle véhiculée par ce verbe est pourtant essentielle dans cette déclaration de Chrémès. Puto est rendu p. 74 dans la traduction du passage de Sénèque, ad Lucil. 95, 50-53 empruntée, semble-t-il, à H. Noblot (Sénèque, Lettres à Lucilius, t. I, texte ét. par F. Préchac et trad. par H. Noblot, Les Belles Lettres, Paris, dern. tir. 2017),

8 Les caractères italiques de « indiscrétion » sont de M. Bettini.

9 Le titre de la version originale en italien (Homo sum. Essere « umani » nel mondo antico, Einaudi ed., Turin 2019) est plus immédiatement compréhensible que celui de la version française, lequel est expliqué à la 4ème de couverture ; celle-ci suggère qu’en oubliant le célèbre vers de Térence, « ne devenons-nous pas les barbares d’aujourd’hui ? » Mais le barbare est défini p. 48-51 comme « celui qui bredouille » (signification de barbaros étymologiquement) ; c’est l’étranger qui parlait mal le grec, et auquel par xénophobie les Hellènes attribuaient toutes sortes de vices, conception que réprouve l’auteur. Le titre français qu’il a choisi implique que c’est celui qui oublie l’égalité entre les hommes qui a les vices prêtés par les Grecs à ceux qu’ils qualifiaient de « barbares ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucienne Deschamps (10 août 2020). Contre les barbares. Actualités des études anciennes. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tbrf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search