Villa, villae en Gaule romaine

Au sein de la collection Archeologie.gouv.fr pilotée par le Ministère de la Culture, le thème des villas gallo-romaines a été retenu et un espace lui est dédié (https://archeologie.culture.fr/villa/). Un rapide détour par l’onglet « plan du site » permet de se rendre compte, immédiatement, que le titre est assez trompeur puisqu’à celui de « Villa, villae en gaule romaine », il eut été préférable d’afficher celui de « la villa de Loupian », tant la présentation de ce site occupe une place prépondérante. Les autres sites de villas mentionnés, accessibles via une interface cartographique, n’ont droit qu’à une courte notice qui laisse le lecteur sur sa faim et dubitatif sur un tel traitement différentiel de l’information. Sans doute ce site internet créée en 2011 avait-il vocation à être enrichi, notamment grâce aux données acquises lors des fouilles préventives, mais il est resté dans sa version primitive. On attend donc avec impatience une mise à jour permettant de faire partager les résultats des nombreuses découvertes réalisées au cours des dernières décennies et ainsi de rééquilibrer la place et l’importance de la villa dans les Gaules, biaisées par une lecture trop rapide que pourrait proposer ce site.

4 chapitres structurent le propos qui, on l’aura compris, sont d’inégale importance :

  1. La villa, sources antiques et archéologiques

  2. Loupian, une villa de la Gaule Narbonnaise.

  3. Les villas dans les provinces gauloises

  4. Médias et ressources

1. Le premier chapitre est décliné en 3 sous parties (Antiquaires et archéologues, La villa en Gaule romaine et Qu’est-ce qu’une villa ?) dont une reprend bizarrement à elle seule la thématique d’ensemble, montrant un problème de structuration des informations.

Ce chapitre, très didactique, permet une première approche de ces sites, à la fois luxueuses résidences et exploitations agricoles et rappelle que chaque villa de l’Empire ne fait que copier un modèle apparu en Italie. L’iconographie qui accompagne les textes et pertinente et de bonne qualité, mais la navigation entre les sous parties est rendue peu facile par un outil vieillissant.

2. Le deuxième chapitre présente la villa de Loupian, située sur le littoral Languedocien. Une fois les cadres historique et géographique plantés, une description détaillée de la villa est proposée, par grandes phases d’occupation. Ce site a bénéficié d’une intense activité de recherches archéologiques, et ce sont là les résultats de multiples campagnes de fouilles qui sont restitués, de manière magistrale. Durant le Haut-Empire, des équipements de vinification prouvent que le riche propriétaire tire une partie de ses revenus du commerce du vin ; des amphores de type « Gauloise 4 » estampillées MAF, produites sur le domaine, seront même retrouvées Ostie. La luxueuse partie résidentielle de la villa tranche avec la modestie des installations d’hébergement de la main d’œuvre. La villa a pu accueillir plusieurs dizaines de personnes, peut-être plus de 50 au cours du IIe s. ap. J.-C.

Le plan de la partie résidentielle est sensiblement modifié dès le IVe s. ainsi qu’au Ve s., avec la véritable naissance d’une villa de l’Antiquité tardive. Les appartements, plus spacieux, sont mieux chauffés et parés de sols mosaïqués à décors essentiellement végétaux. Une restructuration profonde de la pars rustica a lieu, montrant une diversité des productions, moins accès sur la viticulture que lors des siècles précédents.

C’est au Ve s. également qu’un hameau prend forme à proximité de la villa et qu’une basilique paléochrétienne est fondée, montrant un changement important d’organisation.

Dans une dernière sous-partie – qui aurait sans doute gagnée à être allégée – l’élaboration du projet muséal est largement traité et une présentation de la villa de Loupian, partiellement accessible au public, est dressée.

3. Cette partie, consultable à partir d’une carte, dessert totalement le propos. Une douzaine de villas (mais pourquoi ces douze-là ?) sont « présentées » ou plus exactement « évoquées » bien que le terme soit encore trop fort. Le support iconographique (carte) laisse penser que le phénomène des villas est peu important pour un lecteur peu attentif ou qui décide d’explorer cette troisième partie comme porte d’entrée dans le site.

4. La quatrième partie, « médias et ressources » offre un accès à la riche iconographie du site mais il faut être particulièrement courageux pour s’aventurer dans cet ultime méandre. Le lecteur doit effectuer réellement une fouille et le découragement peut être rapide, surtout lorsqu’on s’aperçoit que les illustrations ont déjà été visionnées (toutes ?) lors de l’exploration poussive des parties précédentes.

On l’aura compris, ce site internet est vieillissant et gagnerait à être totalement refondu. Il ne devrait pas, en outre, rougir de ne présenter que le seul site archéologique de Loupian plutôt que de vouloir embrasser un espace géographique trop large. Seuls des passionnés, à l’heure actuelle, prendront le temps de passer outre les problèmes techniques pour explorer chaque recoin et apprécier ainsi la richesse de l’information mise à disposition pour découvrir l’une des villas les mieux documentées pour les Gaules.

Bertrand Dousteyssier,

Université Clermont Auvergne

Citer cet article comme : Bertrand Dousteyssier, Villa, villae en Gaule romaine, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 18/08/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21478.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search