Les Jeux Olympiques comme si nous y étions !

« Poda para poda ? Apité ! »

C’est une phrase que les spectateurs de la démonstration des disciplines des Jeux olympiques antiques ont pu répéter plusieurs fois aux athlètes présents les jeudis 23 Juillet et 6 Août 2020 lors des journées gallo-romaine dans les jardins du site de Vesunna en Dordogne. Sur la thématique « Héros et athlètes de l’Antiquité », l’événement proposait au public un spectacle interactif entre présentation historique et démonstration sportive.

Le panorama débute par une présentation des origines des Jeux Olympiques et des premières notions, notamment à l’aide des poèmes homériques. Expliquant au public que ces jeux avaient lieu tous les cinq ans à Olympie pour honorer les dieux, ils étaient composés de cinq épreuves.

Première épreuve de ce pentathlon : la course d’un stade (environ 192m), le départ ne se fait pas à l’aide de starting block mais la ligne de départ était composée de blocs de pierre avec des rainures afin que les coureurs puissent se donner une impulsion avec leurs orteils. Changement de discipline, c’est au tour du lancer de disque ! Le disque en bronze pouvait être lancé à plus de 25 mètres selon les indications du speakeur. Les athlètes montrant tour à tour les différentes positions pour lancer le disque. Puis, tels des discoboles, ils concourent sur plusieurs manches.

Ils posent ensuite les disques pour lancer les javelots. Muni d’une lanière en guise de propulseur, tout est question d’agilité pour toucher le bouclier qu’ils ont pour cible durant la démonstration. Ils se munissent ensuite d’haltère pour l’épreuve du saut en longueur. En effet, pour se donner de l’élan, ils prennent dans leurs mains des haltères plus ou moins lourdes suivant les corpulences. Il ne s’agissait pas de se lancer dans du sable et de mesurer la longueur parcouru mais de faire la plus grande distance via un nombre de saut défini (5 ici).

Enfin, c’est l’épreuve de la lutte. Deux athlètes tentent de se déséquilibrer afin de se faire tomber. Dans les règles « tomber », n’équivaut pas forcément à mettre son adversaire au sol mais à lui faire toucher le sol avec une autre partie du corps que les pieds. Cette épreuve peut se gagner de trois manières, le K.O, la soumission ou faire tomber son adversaire trois fois.

Durant l’heure de cette démonstration, le public apprend tout en observant des gestes inventés il y a plusieurs millénaires , précis, retrouvés grâce à l’archéologie expérimentale. Les athlètes de la société « Acta combats historiques » sont soutenus par le public et font vivre ces olympiades périgourdines avec humour et professionnalisme. Ceci dit, faire revivre les Jeux d’Olympie sur un site gallo-romain, il fallait oser !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search