Superflu et indispensable. A quoi servent les grecs et les romains?

Bettini (M.), Superflu et indispensable. A quoi servent les Grecs et les Romains?.  Paris ; Flammrion, 2018. – 216p. – ISBN : 9782081425330

Crédit image. Première de couverture – Flammarion

En 23 chapitres et quelques 200 pages, Maurizio Bettini précise, s’il y en avait encore besoin, l’importance, voire la nécessité de la culture classique et par delà, des Humanités en général. Dans un contexte où il faut se battre sans cesse pour l’enseignement des langues anciennes dans les établissements scolaires du secondaire et où plus globalement, le budget de la culture est de plus en plus remis en question, cet ouvrage est véritablement le bienvenu !

Si l’auteur a emprunté le titre « Superflu et indispensable » à Gaëtano Salvernini, qui, en parlant de la culture la qualifiait ainsi, il revient sur le sous-titre «  A quoi servent les Grecs et les Romains » et notamment sur l’utilisation du verbe « servir ». Tout doit-il toujours servir à quelque chose ? Y a-t-il « servir » et « servir » ? En nous rappelant l’origine du mot, un dérivé du terme « serf », désignant quelqu’un exécutant un travail dans une position de dépendance. La culture classique doit-elle toujours résulter d’un rapport de force ou avoir un mode d’existence uniquement basé sur un biais commercial ? En étudiant l’évolution du vocabulaire, il est à croire que oui ! Prenons comme base le terme « patrimoine » qui étymologiquement est l’ensemble des biens qui se transmettent de père en fils, donc relevant de la gratuité au sein même de la sphère familiale. Aujourd’hui, lorsqu’il est question de patrimoine, il s’agit plus souvent de patrimoine immobilier, d’avoirs et autres métaphores qui relèvent du monde de la finance et non de la sphère bon enfant du patrimonium. Un exemple significatif : lorsque nous parlons de biens cultuels. Ce terme de “bien”, renvoie à une notion économique, une notion de rentabilité, ainsi, la culture doit-elle être rentable ? Doit-elle être une source de richesse ? Nous comprenons bien l’importance et la signification de ces nouveaux termes rapportés au monde de la culture lorsque les Italiens parlent de « gisements  culturels » ! Tel un gisement de gaz naturel, il doit être exploité et non protégé. Bien entendu, ce ne sont que des métaphores, l’auteur en est bien conscient mais elles « constituent un outil extrêmement puissant de représentation, de construction et de communication de la réalité dans laquelle on vit. » (p.33).

Dès lors, l’auteur choisit ses mots et préfère parler de patrimoine culturel mais surtout de mémoire culturelle, notion beaucoup plus englobante. En effet, lorsque nous parlons des classiques et/ou de l’apprentissage des lettres classiques, il est grand temps d’inclure davantage de chose que l’apprentissage « simplement » de la langue ancienne. D’après Maurizio Bettini, l’étude des langues anciennes ne devrait plus se « réduire » à l’apprentissage des déclinaisons, des cas et à faire traduire des textes anciens sans contexte et parfois sans même citer l’auteur. Il s’agira peut-être de prendre en considération d’autres formes culturelles telles que les monuments, le théâtre, l’opéra, le cinéma, l’art en général et pourquoi pas faire appel à toutes les formes de réception de l’Antiquité pour appréhender la culture antique dans sa globalité afin de promouvoir l’étude d’une langue ancienne qui sera l’objet de l’acquisition d’une formation culturelle plus globale.

Bien que l’auteur dresse un bilan assez maussade quant à la façon d’enseigner les langues anciennes en Italie, en France et en Europe, il propose diverses pistes pour tenter d’attirer les jeunes élèves à suivre ces enseignements. Force de proposition, l’auteur est conscient de l’engagement d’une majorité des enseignants et professeurs qui, bien souvent débordent d’imagination afin de rendre leurs cours accessibles, dynamiques et vivants dans le peu de temps et de moyen qui leur est impartie pour ces matières.

Ainsi, ce livre fait réellement du bien et répond en somme à une question que nous entendons de plus en plus « A quoi servent les Grecs et les Romains ? », ce qui sous-entend plus globalement, à quoi servent les Humanités ? Elles servent à assimiler, à se constituer une mémoire culturelle propres à chaque individu. Cette mémoire culturelle peut prendre différentes formes et n’est pas une notion élitiste puisque depuis une décennie, nous pouvons voir l’explosion des canaux consacraient à la réception de l’antiquité dans la culture pop.

Audrey Lacroix,

Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Audrey Lacroix à propos de Superflu et indispensable. A quoi servent les grecs et les romains?, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 17/08/2020, https://reainfo.hypotheses.org/21493.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search